Mot-clef

messianisme

Alep, la guerre et la diplomatie, de Maria Khodynskaya-Golenishcheva

Alep, la guerre et la diplomatie, de Maria Khodynskaya-Golenishcheva

Jeune diplomate de premier rang à la Mission permanente de la Fédération de Russie auprès des Nations unies à Genève, aux premières loges des négociations onusiennes, l’auteure livre pour la première fois le point de vue de son pays sur la crise syrienne et plus particulièrement le déroulement de l’ultra médiatisée bataille d’Alep en 2016.

Comment se perd la bataille

Comment se perd la bataille

Après le succès de L’art de conduire une bataille publié en mai 2016, les colonels Haberey et Perot poursuivent leur travail d’histoire militaire et de réflexion tactique. Les sept péchés capitaux du chef militaire sont analysés autour de deux ou trois batailles avec la même recette : rappel du contexte stratégique et des forces en présence, déroulé des principaux faits d’armes et enfin conclusion sur les enseignements tactiques à en tirer.

Vers un nouvel embrasement du Cachemire indien ?

Vers un nouvel embrasement du Cachemire indien ?

En janvier 2018, le cadavre d’une fille musulmane de 8 ans, nommée Asifa, est découvert dans la région de Kathua, au sud du Cachemire indien. Elle a subi des tortures, des viols collectifs avant d’être étranglée par un gang hindou, dans un temple de cette même confession. Bien que les individus passent actuellement en procès, la situation est extrêmement tendue dans le Cachemire indien, en insurrection depuis 1988.

Syrie : la France peut-elle revenir dans le jeu ?

Syrie : la France peut-elle revenir dans le jeu ?

Macron est-il clausewitzien ? La guerre est la continuation de la politique par d’autres moyens selon le célèbre stratégiste prussien. La « Formule » selon l’expression de Raymond Aron (Penser la guerre, Clausewitz, 1976) est-elle applicable à l’opération Hamilton ? On peut en douter. D’une part parce que cela supposerait qu’il y a ait eu une politique de la France en Syrie identifiable depuis 7 ans.

Pour quelles raisons la Turquie s’implante-t-elle en Afrique ?

Pour quelles raisons la Turquie s’implante-t-elle en Afrique ?

Depuis l’année 2005, le Président Erdogan multiplie les voyages diplomatiques dans la quasi-totalité des États de l’Afrique subsaharienne. Le 2 mars 2018, le président turc a conclu une nouvelle tournée de plusieurs semaines pendant laquelle il a visité quatre pays : l’Algérie, le Sénégal, la Mauritanie et le Mali. Ces grandes « tournées diplomatiques » de plusieurs semaines reflètent le virage stratégique effectué par la Turquie suite au lancement d’une « stratégie d’ouverture » vers l’Afrique en 1998.

Bonus : téléchargez Géopolitique & entreprises n°6

Bonus : téléchargez Géopolitique & entreprises n°6

Tout au long de 2017 dans le cadre de la revue Conflits, nous avons pris et donné la parole à des experts et à des acteurs de la vie économique et politique afin de mieux appréhender la montée des risques géopolitiques. Si 2018 débute sur une note optimiste pour l’économie mondiale et les pays émergents, ce début d’année ne montre pas de signes d’apaisement des risques géopolitiques ; bien au contraire.

Pin It on Pinterest