L’industrie aérospatiale en Italie

2 septembre 2021

Temps de lecture : 5 minutes
Photo : Crédit photo : Unsplash
Abonnement Conflits

L’industrie aérospatiale en Italie

par

L’industrie aérospatiale italienne connaît un moment florissant. C’est un de secteurs où l’investissement en recherche et innovation est très important et où son réseau des PME hautement compétitives réussit à exporter 70% de sa production.

Edoardo Secchi
Entrepreneur, investisseur, conseilleur économique.
Président fondateur d’Italy-France Group et fondateur du club Italie-France.

L’industrie aérospatiale italienne a connu une belle progression ces vingt dernières années. Le Pays transalpin se classe aujourd’hui comme septième dans le monde et quatrième en Europe. Il est le troisième contributeur de l’ESA – l’Agence Spatiale Européenne et figure parmi les rares pays au monde qui disposent d’une chaîne de valeur complète et d’une chaîne de production solide et articulée avec une longue tradition, grâce à la présence d’un réseau dense de PME, de grandes entreprises multinationales et de fournisseurs de services et de technologies, pour aux côtés desquels coexistent centres de recherche et pôles universitaires d’excellence. Les grandes entreprises aéronautiques italiennes sont aujourd’hui maître d’œuvre dans divers programmes aéronautiques militaires, hélicoptères et moteurs et ont des collaborations structurées avec les principales entreprises européennes et américaines tant dans le domaine civil que militaire. Les PME détiennent un savoir-faire technologique et manufacturier avec lequel elles participent à la conception et à la production de composants et de systèmes pour aéronefs à voilure fixe et à voilure rotor, systèmes de propulsion, logiciels, composants de fuselage et assemblage de sous-ensembles.

Un grand pourvoyeur d’emploi

La filière emploie 180 000 personnes et comprends plus de 4 000 entreprises et regroupées dans le nord-ouest du (33,1%), dans le centre (23,4%), dans le nord-est (20,9%) et dans le sud (19,5%) et dans les îles (3,5%). Environ les deux tiers du secteur sont constitués d’entreprises qui fabriquent des avions, des engins spatiaux et des dispositifs (47%) et des entreprises spécialisées dans la réparation (19,6%). Le 33,4% restant des entreprises, en revanche, est caractérisé par des entreprises qui fabriquent des équipements tels que des radars, des enregistreurs de vol et des instruments de contrôle moteur. Le chiffre d’affaires du secteur s’élève à 13,5 milliards d’euros dont 70% sont générés par les exportations. La valeur ajoutée globale du secteur est d’environ 12 milliards d’euros.

En 2020, l’Italie maintient sa 9ème place parmi les principaux pays exportateurs mondiaux dans le secteur aérospatial. Les principaux pays de destination des exportations sont les USA, la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne, le Japon, le Kenya, la Russie, le Canada, la Suisse et Arabie saoudite. Les régions italiennes les plus productives du secteur avec une part relative en pourcentage des exportations totales sont le Latium (27,0%), la Campanie (18,7%), la Lombardie (17,1%), le Piémont (14,9%), les Pouilles (12,4%), la Vénétie (3,8 %) et Trentin-Haut-Adige (2,9 %). Dans ce contexte, le bassin aérospatial piémontais joue un rôle important grâce à 3,9 milliards d’euros chiffre d’affaires et environ 14 800 employés. Dans l’ensemble, les entreprises italiennes occupent des positions importantes sur le marché, à la fois autonomes mais aussi dans le cadre des principales coopérations internationales et contrôlent des technologies critiques, également fonctionnelles aux besoins de la sécurité nationale.
La capacité à innover est à la base du positionnement et implique d’une part le système académique et scientifique, les infrastructures et services associés, les instances de régulation, et d’autre part elle dépend de la présence de politiques nationales de soutien à la filière. Caractérisé par un engagement continu en faveur de l’innovation, le secteur consacre statistiquement jusqu’à 20% de son chiffre d’affaires à la recherche et au développement

Les débuts de l’industrie aérospatiale

L’histoire de l’industrie aérospatiale italienne débute toute de suite après la deuxième guerre mondiale. Les Etats-Unis et le Royaume-Unis en quête d’une suprématie technologique sont à la recherche des connaissances, des études et des scientifiques européennes. Pour cette raison, les administrations américaines recherchent des scientifiques et chercheurs dans des pays qui ont perdus la guerre, en leur offrant protection et bénéfices de continuer l’activité de recherche à l’étranger, en obtenant en contrepartie le partage de résultats, également des connaissances. Ces opérations, qui ont également eu lieu en Italie, ont impliqué des experts en fusées et en propulsion. Beaucoup, y compris des physiciens et des ingénieurs, ont été recrutés et ont trouvé de nouveaux fonds et possibilités aux États-Unis. En Italie, notamment à Rome, en raison de la proximité des centres de recherche avec la capitale, l’attention de l’US Office of Strategic Services se concentre sur le recrutement d’éminents scientifiques. Parmi les plus célèbres, Antonio Ferri, créateur de la soufflerie de Guidonia et grand directeur d’études scientifiques d’avant-garde dans le domaine aéronautique : il sera plus tard professeur à l’École polytechnique et à l’Université de New York, en collaboration avec la NASA en aérodynamique et en vol supersonique. Là encore, Luigi Crocco, initialement installé en France, atteint les États-Unis en 1947 où il fut nommé plus tard professeur à Princeton et collabora au développement du moteur F1, fourni au premier étage de Saturn V, vecteur qui allait plus tard conquérir la Lune. Naturalisé américain, il dirigera également le Gugghenheim Jet Propulsion Center, avant de revenir en Italie à la fin de sa carrière. Alors que de nombreux représentants de la branche spatiale naissante ont quitté le pays, d’autres ont plutôt investi davantage dans des projets en Italie, ainsi que des liens institutionnels et personnels forts avec de grandes puissances étrangères telles que les États-Unis, peut-être grâce à leurs anciens collègues, qui occupaient désormais des rôles importants dans le secteur dans ces pays. Aujourd’hui l’industrie aérospatiale italienne a une relation très importante avec les USA. Le groupe Leonardo est en effet très actif dans des projets avec la NASA ou en tant que fournisseur de l’armée américaine à travers sa division Agusta Westland, mais aussi avec d’autres entreprises de productions liés à Boeing pour les appareils commerciaux.

Quelques grands groupes du secteur

LEONARDO
C’est l’une des dix premières entreprises de haute technologie au monde opérant dans les secteurs de l’aérospatiale, de la défense et de la sécurité. 85 % de son chiffre d’affaires, qui avoisine les 13 milliards d’euros, est réalisé à l’international. Les premières activités de Leonardo remontent au milieu des années 1960, avec sa participation aux premiers programmes spatiaux européens. Depuis lors, Leonardo a conçu et produit des instruments de haute technologie pour les activités spatiales, tels que des systèmes optiques, des panneaux photovoltaïques, des systèmes de contrôle et des dispositifs robotiques. Ces dernières années, il a collaboré aux plus importantes missions spatiales européennes telles que Rosetta, ExoMars, Galileo, Copernicus, Cosmo-SkyMed, MeteoSat.

À lire également

Le renseignement aérien : un enjeu crucial

TELESPAZIO
Il s’agit d’une joint-venture entre Leonardo (67%) et Thales (33%), et figure parmi les premières entreprises mondiales pour la conception et le développement de systèmes dans le secteur des satellites, la gestion de systèmes de lancement et le contrôle de satellites en orbite. Il a collaboré à des programmes spatiaux tels que Galileo, EGNOS, COSMO-SkyMed et gère également le Centre Spatiale du Fucino.

CESI
Entreprise leader dans le domaine de l’innovation technologique et de la recherche dans le secteur de l’énergie, elle investit depuis 30 ans dans la recherche et le développement de cellules solaires spatiales : cette expérience a conduit à une collaboration avec l’ASI et l’ESA. À ce jour, plus de 150 000 cellules solaires ont été produites et plus de 70 satellites sont équipés de leurs produits.

AVIO AERO
Avio Aero opère dans le domaine de la conception, de la construction et de la maintenance de systèmes aéronautiques civils et militaires. En plus d’être spécialisée dans des technologies spécifiques pour la production de turbines, de chambres de combustion et de systèmes de propulsion, grâce à des collaborations avec des universités et des centres de recherche, elle propose des solutions innovantes pour réduire la consommation de carburant et les émissions de CO2 dans le secteur aéronautique.

THALES ALENIA SPACE
Joint-venture franco-italienne entre Thales (67 %) et Leonardo (33 %), considérée comme l’un des principaux acteurs européens du secteur aérospatial. Depuis 1982, elle collabore avec des gouvernements et des agences spatiales (par exemple l’ESA, la NASA) offrant une grande variété de solutions pour l’espace, de la surveillance terrestre pour la recherche scientifique à la conception et à la construction de satellites. Il est actuellement l’un des principaux fournisseurs de l’ISS et du projet européen de modules réutilisables SpaceRider. Thales Alenia Space participe également au programme ExoMars avec deux contrats importants : la conception du module de rentrée et du module en orbite et le développement du système de navigation pour les modules orbitaux et d’amarrage, la conception également du rover martien et du laboratoire scientifique sur embarquer dessus.

À lire également

Les OVNI existent-ils ? Entretien avec Luc Dini

À propos de l’auteur
Edoardo Secchi

Edoardo Secchi

Entrepreneur, investisseur, conseilleur économique. Président fondateur d’Italy-France Group et fondateur du club Italie-France.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest