L’homme qui n’existait pas – Ewen Montagu

31 août 2021

Temps de lecture : 2 minutes
Photo :
Abonnement Conflits

L’homme qui n’existait pas – Ewen Montagu

par

Lorsqu’en mai 1943 les document que contenait le corp sans vie d’un officier britannique sont  découverts sur une plage espagnole puis remis aux services secrets allemands, ceux-ci sont loin de se douter que les missives confidentielles présentes dans ses poches sont en réalité le fruit de l’imagination débordante du Capitaine Charles Cholmondeley et du petit groupe, le service “Double Cross” chargé de veiller à la sécurité des opérations en cours dont il fait partie.

Ledit groupe est en effet une émanation des services secrets britanniques qui a pour rôle de s’assurer que l’Allemagne ne soit pas au courant des opérations en cours, ou du moins, qu’elle ne soit au courant de leurs objectifs réels et qu’elle ne puisse en conséquence les prendre de court.

Rédigé par Montagu, à l’époque capitaine de vaisseaux, qui comptait parmi les principaux protagonistes de cette opération, cet ouvrage constitue par la fiabilité de ses sources une référence historique intéressante qui trouve également son autorité dans les honneurs qui furent rendus à son auteur.

Plus particulièrement, Montagu nous livre ici avec de nombreux détails les multiples facettes de l’opération Mincemeat, en français “chair à pâté”. Celle-ci avait pour objectif de détourner l’attention des Allemands de la Sicile que les Alliés projettent d’envahir. Pour ce faire, Ewen Montagu, qui était alors capitaine de vaisseaux, et ses hommes imaginent un stratagème qui, quoique simple en apparence, ne manquait pas de culot. 

En effet, sur une idée du capitaine Cholmondeley, les alliés déposeront un cadavre qui quoique bien réel contiendra de faux documents faisant référence à un débarquement prochain dans les Balkans et la Sardaigne. Les documents, une fois récupérés par la police espagnole, bien qu’officiellement rendus directement à la Grande-Bretagne, furent également transmis aux services de renseignements allemands – qui  furent dupés par la supercherie – avant de remonter la chaîne de commandement jusqu’au Führer lui-même. La crédibilité d’un débarquement dans cette région, déjà étudié par les allemands, était telle que ceux-ci dégarnirent leur front méditerranéen en particulier en Sicile afin d’être en mesure de renforcer celui des Balkans et qu’Hitler convainquit Mussolini qu’un débarquement en Sicile ne saurait être chose qu’une manoeuvre de diversion. 

La plume claire et concise de Montagu nous introduit ainsi dans le monde très fermé des opérations secrètes et nous fait découvrir les détails d’une opération audacieuse que l’on pourrait croire être le fruit de l’imagination débordante d’un romancier. Or, il n’en est rien ici, et la reproduction de la correspondance liée à l’opération ainsi que la livraison de nombre de ses détails nous le confirme. Le lecteur trouvera également l’opportunité de prendre conscience de la minutie avec laquelle une opération de la sorte est préparée mais aussi de la part qui est nécessairement laissée à la Providence dans ces opérations où tout ne peut être prévu.

Cet ouvrage nous donne enfin un bref aperçu des relations diplomatiques en temps de guerre, en particulier de la position ambigüe de l’Espagne qui, bien qu’en théorie neutre, était en pratique plus proche des forces de l’Axe.

À propos de l’auteur
Martin Capistran

Martin Capistran

Avocat, docteur en droit.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest