Les cyberattaques sur les entreprises et collectivités territoriales françaises : un état des lieux pour de nouvelles réponses ?

8 octobre 2020

Temps de lecture : 3 minutes
Photo : Les attaques cybers, des dangers de tous les instants, (c) Pixabay.
Abonnement Conflits

Les cyberattaques sur les entreprises et collectivités territoriales françaises : un état des lieux pour de nouvelles réponses ?

par

Les attaques cyber ne cessent de croître. Celles-ci visent les particuliers mais aussi de plus en plus les entreprises et les collectivités locales. Comme pour les cambriolages, mieux vaut se préparer avant plutôt que de réparer après. Grâce à des formations adaptées et sur-mesure il est possible de disposer des gestes qui sauvent de base pour se prémunir au maximum de ces attaques.

90 000 : c’est le nombre de victimes impactées par des cyberattaques en France au cours de l’année 2019, contre 28 855 en 2018, soit une augmentation de plus de 210 % selon les chiffres du Forum International de la Cybersécurité. Parmi ces cibles, 90 % sont des particuliers. Avec l’accroissement et l’interdépendance du nombre d’objets numériques connectés, les cyberattaques sont devenues aussi fréquentes que variées. Bien des dispositifs informatiques sont aujourd’hui menacés par des actions malveillantes ayant pour buts l’espionnage, le harcèlement, l’arnaque, la fraude ou encore le cambriolage. Si l’attaque demeure une cause importante des problématiques liées au monde du cyber, l’erreur humaine l’est également. Mais avec la pandémie du Coronavirus, de nombreuses entreprises ayant dû accéder au mode du télétravail, une nouvelle prise en compte des dangers du cyberespace et des défaillances de la cybersécurité est aujourd’hui à l’œuvre.

Au cours de l’année 2019, il a été observé que les principaux types d’attaques cyber demeurent : l’hameçonnage, qui permet d’obtenir des renseignements personnels dans le but de perpétrer une usurpation d’identité, les arnaques au faux support technique, qui consistent à effrayer la victime afin de la pousser à entrer en contact avec un tiers qui profèrera ensuite une attaque à son encontre, les rançongiciels, qui sont des programmes malveillants envoyés à une victime dans le but de la rançonner et le chantage à la webcam, qui s’exerce principalement via les réseaux sociaux, et qui vise à l’escroquerie.

Cabinets d’avocat, cliniques, PME, tous concernés

Selon Orange Cyberdéfense, le nombre de cyberattaques s’est accru de 25 % depuis l’apparition du Covid-19 en France. Parmi les faits d’actualité les plus marquants, relatifs au monde complexe du cyber, le groupe marseillais CMA CGM a annoncé, le 30 septembre dernier, avoir été victime de plusieurs attaques informatiques impactant ses serveurs et l’obligeant ainsi au paiement d’une rançon.
Dans un tout autre contexte, le procureur de Paris, Rémy Heitz, ainsi que différents magistrats du pôle financier ont été victimes de cyberattaques, le 6 septembre 2020. En l’espèce, une abondance de faux courriels qui a perturbé le système informatique sur une durée de près de 36 heures.

Le monde médical n’échappe pas à ces attaques. Le groupe ORPEA, chargé de la gestion de maisons de retraite et de cliniques de soins, a dû faire face, le 17 septembre, à une attaque par le biais de l’intrusion d’un logiciel malveillant sur plusieurs de ses serveurs. Cela a poussé les équipes de maintenance à fermer le réseau, ce qui a durablement impacté la trésorerie du groupe en question. À la fin du moins de juin, le monde du télévisuel a également été frappé. France Télévisions a essuyé une cyberattaque visant un de ses sites de diffusions. L’année précédente, le groupe M6 été victime d’un logiciel rançonneur et en avril 2015, TV5Monde était la cible d’une attaque qui perturba fortement ses émissions dans pas moins de 200 pays et s’attaqua également à ses comptes sur les réseaux sociaux. Si les entreprises sont violemment impactées par ce type d’agressions, les collectivités territoriales le sont également. En témoigne le fait que les services informatiques de la ville et de l’agglomération de Besançon ont eux subit, le 4 septembre, une attaque de ce type. Ici encore, des e-mails piégés visant à usurper des identités de tiers ont fortement dégradé le système informatique local. Mais c’est aussi Airbus ou la société de conseil en technologie Altran en janvier 2019, l’agglomération du Grand Cognac en octobre de la même année ou le CHU de Rouen un mois plus tard qui ont dû pâtir des aléas du monde du cyber. Autant d’exemples qui illustrent et confirment le fait que personne n’est véritablement à l’abri des aléas du cyberespace.

Parmi les victimes : Airbus, Cognac, Besançon… et vous ?

Ces différents exemples permettent de prendre la mesure de l’importance des cyberattaques, de la vulnérabilité quasi extrême de l’être humain face à ce type d’agressions, de la nécessité vitale de s’en prémunir et de renforcer notre connaissance de ce monde complexe qu’est le cyberespace. Si les causes sont aussi diverses que variées, l’agression à caractère géopolitique en fait bien entendu partie.

Lire la suite sur le site d’Orbis Géopolitique

À propos de l’auteur
Orbis Géopolitique

Orbis Géopolitique

Orbis Géopolitique propose aux PME des analyses d'intelligence économique et financière pour leur permettre de mieux connaître leurs marchés et les opportunités d'investissement. Orbis propose aussi des services de communication d'influence et des formations géopolitiques.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest