Livre – Pratiques de développement durable en Afrique Politiques, processus et innovations

13 avril 2021

Temps de lecture : 2 minutes
Photo :
Abonnement Conflits

Livre – Pratiques de développement durable en Afrique Politiques, processus et innovations

par

              L’Afrique a déjoué les prévisions majoritairement pessimistes sur sa capacité à faire face à la Covid – 19. Cependant le PIB réel a reculé pour la première fois en plus de trente ans (- 2,6% en 2020, soit plus de 6 points en dessous des prévisions d’avant crise, et la contraction par tête a été plus marquée – 4, 7%). Ces résultats qui peuvent apparaître dans la norme mondiale, sont décevants pour l’Afrique, qui doit combler bien des retards et faire face à sa forte expansion démographique.  

 

Car c’est l’intégration de la jeunesse sur le marché du travail qui est l’un de  ses principaux défis : il faudrait que les marchés du travail puissent créer entre 2018 et 2035 environ 20 millions d’emplois par an, le double de ceux qui ont été créés en moyenne entre 2012 et 2017. L’entreprenariat à long terme donc, une reprise durable nécessitera des transformations structurelles. Or seule la moitié des économies disposerait d’un plan national visant à accéder à « l’émergence » à court, moyen ou long terme. Dans cette optique, le secteur agricole mérite une attention particulière car il serait trois fois plus efficace pour réduire la pauvreté que la croissance dans d’autres secteurs. Le choix du régime de change est essentiel pour favoriser les échanges commerciaux et la stabilité monétaire sur le continent.  C’est dans cette optique que s’inscrit la réflexion du Laboratoire Genre et Développement de l’Université Joseph KI ZERBO dans « Pratiques de développement durable en Afrique : politiques, processus et innovations ». Ouvrage qui questionne d ‘abord la pertinence et la durabilité des interventions de développement initiées par les Etats, leurs partenaires et les communautés locales. Ainsi en est-il des cultures d’exportation telle que la culture du coton au Burkina qui, pour les auteurs, loin de jouer son rôle de développement des campagnes génère plutôt la malnutrition dans les ménages. Il en est de même des activités génératrices de revenus des femmes et de l’usage des ressources naturelles qui génère des conflits. Conflits entre les interventions étatiques, orientées vers la protection de l’environnement, voir la protection de la biodiversité et d’autre part la nécessité de l’exploitation des ressources forestières par les communautés riveraines appuyées également dans le cadre d’interventions de développement. Comment alors concilier projet d’élevage et autres activités génératrices de revenus basés sur l’exploitation de ressources naturelles avec la volonté de l’Etat de protéger ses forêts ?  En outre les changements climatiques tendent à remettre en cause les pratiques culturales familiales, qui doivent s’adapter aux contextes nouveaux, auxquels elles ne sont pas habituées. Pour répondre à la vulnérabilité de l’agriculture et aux aléas climatiques, les Etats entreprennent des aménagements hydro-agricoles. Or ces aménagements déstructurent les communautés dont ils sont appelés à favoriser le développement en imposant dans certains cas leur réinstallation et leur relocalisation sur de nouveaux sites. C’est dire que tout en s’efforçant de « verdir » leurs économies, les pays africains devront accomplir un immense effort d’innovation, d’adaptation et d’éducation. En ont-ils les moyens humains, financiers et techniques ?

A lire aussi : Mozambique : risque de contagion terroriste en Afrique centrale et australe

À propos de l’auteur
Eugène Berg

Eugène Berg

Eugène Berg est diplomate et essayiste. Il a été ambassadeur de France aux îles Fidji et dans le Pacifique et il a occupé de nombreuses représentations diplomatiques.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest