Livre – Histoire des cinq grandes puissances mondiales

27 décembre 2019

Temps de lecture : 3 minutes
Photo : Réunion au Conseil de sécurité des Nations unies le 20 septembre 2017, Auteurs : Stephane Lemouton-POOL/SIPA, Numéro de reportage : 00823693_000022.
Abonnement Conflits

Livre – Histoire des cinq grandes puissances mondiales

par

France, Grande-Bretagne, Russie, Chine, Etat-Unis : cinq puissances nucléaires, cinq puissances historiques. La puissance culturelle française, les ambitions maritimes britanniques, la constance de la rigueur politique russe, la force innovante chinoise et l’ampleur de la volonté américaine constituent, depuis des siècles, les caractéristiques de ces Etats. Leurs oppositions civilisationnelles et géopolitiques ont jalonné l’Histoire et continuent, encore aujourd’hui, d’interroger sur la réalité et le devenir de leur existence. 

 

 « Depuis le XVe siècle, cinq puissances, aujourd’hui dotées de l’arme nucléaire, ont tour à tour dominé le monde » écrit Philippe Valode, diplômé en Sciences politiques, auteur de plus de soixante livres. Parmi ses ouvrages récents : La Ve République, une histoire et Louis XIV et le siècle d’or de la monarchie (L’Archipel, 2014 et 2015), Éloge des pharaons et reines d’Égypte (Philippe Rey, 2019).

A lire aussi: Entretien avec Olivier Zajec : le bel avenir de la géopolitique

Raccourci bien réducteur, car seuls la France et le Royaume-Uni, sortis à peine de la guerre de Trente Ans, pesaient sur la scène européenne donc mondiale aux côtés du futur empire des Habsbourg et de l’Empire ottoman. Mais il est vrai, ce qu’il ne mentionne qu’à peine, que ces cinq puissances sont membres permanents du Conseil de Sécurité, formant le P5 et qu’à ce titre, disposent du droit du veto et ont, conformément à l’article 24 de la Charte de l’ONU, une responsabilité particulière dans la préservation de la paix et de la sécurité internationale. Leur succès ne doit rien aux hasards de l’Histoire. Certes, mais bien d’autres puissances ont occupé les devants de la scène : Espagne, Autriche-Hongrie puis Allemagne, Japon, dont pour, ces-derniers, la puissance économique demeure. L’ évolution des Cinq est ici racontée à grands traits.

A lire aussi: Les langues : enjeux indirects de la puissance, entretien avec Jean-Yves Bouffet

La Grande-Bretagne, longtemps première puissance maritime mondiale, s’est voulue un empire colonial sur lequel le soleil ne se couchait pas, commercial, financier, la £ a été la monnaie internationale jusqu’aux années 1930. La France, point d’équilibre de l’Europe, orientée vers la mer du Nord, l’Atlantique et la Méditerranée, ancrée sur le continent, additionne les forces de la monarchie et celles de la République, régnant par sa culture et son modèle humanitaire. Elle est au carrefour de plusieurs influences qu’elle a su intégrer dans son destin qui fut le premier, jusqu’au traité de Paris de 1763 soldant la perte du Canada. La Russie, après s’être libérée du joug mongol qui a duré près de trois siècles, n’a cessé de se tourner vers l’Ouest, y trouvant un modèle qu’elle adapte à ses vastes dimensions par la rigueur constante de ses régimes qui n’a d’égale que celle de son climat. Quant aux États-Unis, la « nation sur la colline », la conquête de territoires dits « vierges » a donné à ses habitants un dynamisme et une volonté de réussir grâce auxquels ils font encore la course en tête. La Chine rêve de retrouver la précellence qui fut la sienne, en misant sur son sens de l’innovation et sa prospérité retrouvée, au prix d’une restriction des libertés. Un tour d’horizon aussi général ne peut guère éviter les généralisations. Pourquoi écrire de la Russie qu’en cette année 2019, elle se caractérise par son isolement géopolitique, conséquence de la remise en cause de son statut de grande puissance ? De même, faut-il réduire le destin de la Chine au fait qu’elle falsifierait les chiffres de sa croissance de celle-ci n’étant pas de 6 à 6,5% par an, mais seulement de 2%, voire 0% (ainsi, le pari chinois est loin d’être gagné) ? Pourquoi alors Donald Trump s’est engagé dans une guerre commerciale ? Quant à la Grande-Bretagne, l’auteur se prend à espérer que le Brexit n’aura pas lieu… ou qu’après une expérience cruelle, les Anglais frapperont de nouveau à la porte de l’ Europe d’ici quelques années. Retour de l’enfant prodige ? Philippe Valode n’est pas tendre pour Emmanuel Macron, concluant « la crise des gilets jaunes conduit le jeune président à une révision douloureuse de son comportement hautain ». Il ajoute cependant qu’il doit se réjouir du Brexit, ce qui lui permet de prétendre à un rôle clé en Europe. Il reste que cet ouvrage clair, riche et synthétique permet à son lecteur de suivre le parcours de ces cinq puissances, d’en mieux comprendre le cheminement et les contraintes et, en filigrane, d’en prévoir l’avenir.

Philippe Valode, Histoire des cinq grandes puissances, Archipoche, 2019, 620 pages.

À propos de l’auteur
Eugène Berg

Eugène Berg

Eugène Berg est diplomate et essayiste. Il a été ambassadeur de France aux îles Fidji et dans le Pacifique et il a occupé de nombreuses représentations diplomatiques.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest