Le nouveau concept d’emploi des forces britanniques, une révolution stratégique

6 octobre 2020

Temps de lecture : 7 minutes
Photo : Garde au drapeau britannique (c) Pixabay
Abonnement Conflits

Le nouveau concept d’emploi des forces britanniques, une révolution stratégique

par

La Manche et la Royal Navy ont historiquement conféré au Royaume-Uni une profondeur stratégique unique en Europe de l’Ouest. Aussi a-t-il développé une culture du combat plus stratégique que tactique. S’il a perdu des batailles, il a en revanche souvent su gagner les guerres en mobilisant ses marchands et ses banquiers tout en maîtrisant information et communication. La présentation du nouveau concept d’emploi des forces armées britanniques présenté le 1er octobre 2020 par le général Carter, Chief of the Defence Staff du royaume, fait la part belle à cette histoire, tout en ouvrant de nouvelles voies stimulantes.

Les Britanniques privilégient traditionnellement la manœuvre à la frontalité. Plutôt que d’affronter directement des armées trop puissantes, ils les contournent et s’attaquent aux forces vives de leurs adversaires. Leur culture de l’efficacité est avant tout un art de l’étude des rapports de force et des conditions de leur inversion. Albion ne combat qu’avec de fortes probabilités de vaincre, ou se dérobe. Plus directe, la culture française, marquée par le code d’honneur des batailles, a longtemps appelé cela de la perfidie. On pourrait plus justement parler d’une vision stratégique globale dépassant les aspects strictement militaires. Les réseaux financiers de la City, les flux commerciaux et la gestion de l’information y ont sans doute plus d’impact que le sabre et le canon. Mais l’art de la stratégie n’est pas de se battre ; il est celui de la « capacité à surprendre l’adversaire, donc à le déséquilibrer, souvent de manière fatale[1] ».

L’art historique des approches indirectes

L’Angleterre évite donc l’incertitude de la bataille quand elle peut l’éviter. Durant les French wars[2], elle mène la guerre sur les périphéries maritimes tout d’abord, continentales ensuite dans la péninsule espagnole. Elle a simultanément attaqué sur le plan informationnel par une propagande axée sur la légende noire de « l’Ogre corse » tout en luttant sur le plan économique. Elle s’est bien gardée d’affronter les grognards de la Garde avant Waterloo. Si Wellington avait été défait ce jour-là, d’ailleurs, rien n’aurait été réglé et Londres aurait continué à exercer une pression indirecte jusqu’à ce que la puissance française finisse par céder sous la poussée. Pendant que Napoléon remportait des victoires brillantes, mais sans lendemain, l’Angleterre avait mis la main sur Le Cap, l’île Maurice et Ceylan, chevilles de l’axe stratégique qui lui assurerait pour un siècle la maîtrise maritime de la route des Indes et de l’Asie. Londres pouvait se permettre le risque d’une défaite ponctuelle. Les conditions structurelles d’une victoire à terme étaient remplies : des ressources et un crédit sécurisés, un réseau économique mondial, un système d’alliances européennes solide, la sanctuarisation du territoire depuis Trafalgar. Le génie tactique de l’empereur ne faisait que retarder l’inéluctable, la moindre défaite devant entraîner la ruine d’un édifice déséquilibré.

La petite Angleterre a longtemps manqué d’hommes. Elle ne pouvait assumer les pertes de ces grandes batailles dont l’histoire continentale regorge. Sa culture périphérique a donc consisté à toucher les centres nerveux ennemis et à tisser patiemment la toile où l’empêtrer. Stratégie des carrefours, elle se déploie en réseaux en s’appuyant sur la combinaison des ressources. Elle ne cherche pas à porter l’estocade de prime abord, mais agit à la manière du picador dont le coup n’est pas mortel, mais, en rompant ses ligaments, réduit la liberté de mouvement du taureau et l’affaiblit par perte de sang. Elle attache une importance majeure au renseignement et à l’information stratégique dont elle tire sa liberté de mouvement tout en entravant celle de ses adversaires.

A écouter aussi : Napoléon et l’Europe. Entretien avec Jacques-Olivier Boudon

Une adaptation contemporaine

Pendant la Grande Guerre, ses premiers succès ont été remportés en Égypte et dans la péninsule arabique. C’est encore elle qui a insisté pour ouvrir un front en Orient à Gallipoli. Lors de la Seconde Guerre mondiale enfin, elle s’est bien gardée de renouveler l’erreur de 1914 et d’envoyer la fleur de sa jeunesse en France, préférant s’en remettre à la Home Fleet et à la Royal Air Force. Alors que les Américains brûlaient d’en découdre au cœur de l’Europe dès 1943, Londres a imposé sa stratégie périphérique de petites bouchées (Afrique du Nord, îles méditerranéennes, Italie) avant d’avaler le morceau en Normandie après un intense travail d’intoxication destiné à tromper l’ennemi. Contre un ennemi plus puissant que le Kaiser, l’Empire britannique a ainsi perdu moitié moins d’hommes que dans les tranchées[3] !

Liddell Hart, le chantre britannique de l’approche indirecte[4], encore qu’il l’ait malheureusement abordée sur un plan plus tactique que stratégique, proposait ainsi de substituer le principe de dislocation au principe de destruction[5].

L’approche britannique porte sur la cohérence de l’ennemi plutôt que sur ses forces vives. Pour ce faire, elle a développé des modes d’action peu conventionnels qui ont glissé du monde militaire au monde économique et politique, dont « le principe est d’induire l’ennemi en erreur en manipulant ses perceptions afin qu’il juge vrai ce qui est faux et faux ce qui est vrai. La volonté des Britanniques est de remonter au niveau politique : façonner la psychologie des décideurs […] »[6].

Ainsi ont-ils développé l’art de modeler l’environnement en leur faveur. Sur le front d’Égypte, en 1917, le général Allenby avait trompé les Turcs en créant de toute pièce un faux camp dans le désert et un faux trafic radio. Avant d’attaquer, il avait de surcroît fait lâcher par les airs 120 000 paquets de cigarettes contenant de l’opium sur les lignes turques de Beersheba, en 1917. L’offensive surprit le commandement turc, qui l’attendait ailleurs, et ses soldats, trop drogués pour réagir…

Les opérations d’influence, de désinformation et d’intoxication montées par les services britanniques pendant la Deuxième Guerre mondiale sont des modèles du genre, atteignant un niveau de complexité encore jamais atteint dont l’archétype est l’opération Mincemeat[7]. Totalement surclassés en termes de guerre informationnelle, les nazis ne se doutèrent pas que non seulement leurs transmissions étaient décryptées et écoutées par les Anglais, mais encore que nombre de leurs décisions majeures leur étaient indirectement inspirées depuis Londres dont l’art de la manipulation épargna la vie de bien des soldats.

A lire aussi : Géopolitique de la ruse

Répondre à la compétition systémique

C’est à l’aune de cette histoire que s’éclaire le nouveau concept d’emploi des forces armées britanniques. S’il s’inscrit dans la longue tradition britannique de guerre hybride et indirecte, il n’en marque pas moins une véritable révolution en intégrant doctrinalement ce qui relevait jusqu’alors d’une approche culturelle et pragmatique et en annonçant le passage des conflictualités « de l’âge industriel à l’âge de l’information[8] ».

La cosmologie stratégique européenne se caractérise par la distinction entre les états de guerre et de paix correspondant à des ruptures claires et des états juridiques déterminés. Cette approche est caduque. Dès l’entre-deux-guerres, la Russie soviétique a récusé cette distinction. Dans les années 1990, deux officiers supérieurs chinois publiaient La guerre hors limites[9], qui actait l’extension du domaine de la guerre à l’ensemble des secteurs d’activité matériels ou immatériels dans une confrontation globale et permanente.

Engagés dans un conflit de nature politique plus que cinétique, les compétiteurs des nations démocratiques mènent dorénavant des opérations de guerre non militaires destinées à « saper leur cohésion, à éroder leurs capacités de résilience économique, politique et sociale » tout en cherchant à s’assurer « des avantages stratégiques dans les régions-clefs du monde[10] ». Ainsi cherchent-ils à « briser leur volonté[11] » tout en demeurant sous les lignes rouges susceptibles d’entraîner une riposte militaire.

Les démocraties sont mal à l’aise dans cette zone grise. Leurs adversaires ne se sentent pas tenus par les normes et les principes éthiques dont elles encadrent leur action et excellent à les retourner contre elles. Les valeurs d’ouverture sont autant de cibles et les règles d’un État de droit autant d’opportunités pour les régimes autoritaires. La société de l’information multiplie les risques de manipulations, peu détectables et difficilement traçables. Aussi « notre cadre légal, éthique et moral nécessite-t-il une mise à jour pour refuser à l’ennemi l’opportunité de saper nos valeurs.[12] » La difficulté consiste à apporter des réponses fortes sans se renier.

Le nouveau concept britannique répond à ce défi intégrant la notion de Compétition. « Plus de ce que nous avons ne serait pas suffisant[13] » affirme le général Carter, appelant à changer fondamentalement de manière de voir les choses. Appelant à une réversibilité accrue, il pointe la nécessité de combattre sous le spectre de l’engagement par le feu.

Cette approche signifie que la cible n’est plus simplement l’ennemi, mais l’environnement. Seule une vision à moyen et long terme permettra de le modeler favorablement en reprenant le contrôle du rythme stratégique. Les inhibitions connues et exploitées des puissances démocratiques face aux attaques portées dans la zone grise mettent désormais leur pérennité en cause. Aussi s’agit-il de réinvestir la bulle cognitive et de recréer un contexte d’imprévisibilité au détriment des États hostiles. L’infosphère doit faire l’objet de ripostes et d’attaques exerçant un rôle dissuasif, mais aussi une pression active en faveur des valeurs démocratiques et de la prospérité globale.

A lire aussi : Guerres de l’information et opérations militaires

Une guerre de l’information

Ce nouveau cadre replace en première ligne ce que l’amiral Castex nommait le moral stratégique de la nation. La profondeur stratégique n’est plus tant géographique que sociale, économique et immatérielle. Les normes, les images, les idées sont des armes portant sur le comportement des masses et des décideurs. Les combats ne se cantonnent plus à une ligne de front hypothétique, mais se livrent au sein de la société dont les éléments centrifuges sont exploités et accentués en sous-main. Des fake-news déstabilisatrices aux ingérences informationnelles couvertes en période électorale, les opérations de déstabilisation se sont multipliées.

À ces atteintes continuelles doit répondre une approche qui « amplifie l’emploi de l’outil militaire comme une part d’une entreprise nationale « totale » impliquant l’industrie, le monde académique et la société civile[14] ». Le but à atteindre sera dorénavant de « modeler le comportement d’un adversaire à travers des actions couvertes et ouvertes[15] ». L’ère des masses et de l’information est aussi celui des guerres comportementales dont la cible est l’esprit humain plus que son corps et ses extensions matérielles.

Les défis militaires ne sont pas négligés pour autant. Technologies russes ou effet de masse chinois actent la fin de la domination sans partage de l’OTAN depuis la fin de la Guerre froide. La faible résilience des opinions publiques aux pertes humaines dans les sociétés libres est un encouragement à les défier, puisque des pertes, même peu nombreuses, mais bien médiatisées, pourraient contraindre une démocratie à un retrait avant qu’elle n’ait pu faire entrer dans la balance ses atouts qualitatifs. Les nouveaux défis s’étendent également aux domaines technologique, spatial, cyber etc.

Le nouveau concept britannique, dont nous n’avons pas couvert ici tous les aspects, place sur un pied d’égalité capacités létales et non létales et appelle la nation à déployer en permanence « l’énergie délibérée précédemment réservée au « temps de guerre » »[16]. Plus qu’une simple péripétie doctrinale du monde militaire, il incarne la prise de conscience de l’entrée dans une ère conflictuelle systémique totale. La capacité de remise en cause stratégique dont le Royaume-Uni a fait preuve devrait rafraîchir et irriguer avantageusement les réflexions ou approches de ses alliés.

[1] BLIN Arnaud, Les grands capitaines d’Alexandre le Grand à Giap, Perrin, Paris, 2018, p. 27.

[2] Les guerres de la Révolution et de l’Empire selon la terminologie britannique.

[3] 1 000 000 d’hommes en 1914-1918 contre 500 000 en 1939-1945.

[4] Avec quelques exagérations, toute manœuvre étant forcément indirecte, ce qui fausse son approche conceptuelle.

[5] HOLEINDRE Jean-Vincent, La ruse et la force, Perrin, Paris, 2017, p. 316.

[6] HOLEINDRE Jean-Vincent, La ruse et la force, Perrin, Paris, 2017, p. 328.

[7] Un cadavre maquillé en officier anglais fut lâché au large des côtes espagnoles où il s’échoua avec une sacoche contenant de faux documents secrets. Le corps et la sacoche furent trouvés par les Espagnols que les Britanniques savaient infiltrés par des agents allemands qui sautèrent sur l’aubaine. Ainsi furent transmises à Berlin des informations selon lesquelles les Alliés s’apprêtaient à attaquer en Sardaigne ou dans les Balkans dont les garnisons furent renforcées au détriment que la Sicile qui fut prise presque sans coup férir. Voir CAVE BROWN Anthony, La guerre secrète, tome 1, Origines des moyens spéciaux et premières victoires alliées, Tempus, Paris, 2012.

[8] https://www.gov.uk/government/publications/the-integrated-operating-concept-2025

[9] LIANG Quia et XIANGSUI Wang, La guerre hors limites, Rivages poche, Paris, 2006.

[10] https://www.gov.uk/government/speeches/chief-of-the-defence-staff-general-sir-nick-carter-launches-the-integrated-operating-concept

[11] https://www.gov.uk/government/publications/the-integrated-operating-concept-2025

[12] https://www.gov.uk/government/publications/the-integrated-operating-concept-2025

[13] https://www.gov.uk/government/speeches/chief-of-the-defence-staff-general-sir-nick-carter-launches-the-integrated-operating-concept

[14] https://www.gov.uk/government/publications/the-integrated-operating-concept-2025

[15] https://www.gov.uk/government/publications/the-integrated-operating-concept-2025

[16] https://www.gov.uk/government/publications/the-integrated-operating-concept-2025

À propos de l’auteur
Raphaël Chauvancy

Raphaël Chauvancy

Officier supérieur des Troupes de marine, Raphaël Chauvancy est également chargé de cours à l’École de Guerre Économique, où il est responsable du module d’intelligence stratégique consacré aux politiques de puissance. Il est notamment l’auteur de Quand la France était la première puissance du monde et des Nouveaux visages de la guerre.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest