Livre – Zone de libre-échange continentale et intégration régionale en Afrique

11 octobre 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Photo : 10e session extraordinaire de la Conférence de l'Union africaine (UA) sur la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEA) au Rwanda, le 21 mars 2018 (c) Sipra 00850839_000007
Abonnement Conflits

Livre – Zone de libre-échange continentale et intégration régionale en Afrique

par

Voilà que le continent africain, après tant d’années d’études, de plans, de conférences à haut niveau, s’est lancé dans la vaste entreprise de création d’une zone de libre-échange continentale (ZLECAf), entrée en vigueur à partir du 30 mai 2019, menée parallèlement à l’élargissement de la COMESA et de la CEDEAO à de nouveaux partenaires, alors que l’on assiste toujours au blocage de l’UMA. Cette vision d’ampleur s’inscrit dans le cadre des aspirations panafricaines de l’Agenda 2063 pour un continent prospère, solidaire et intégré.

 

L’idée d’instauration d’une zone de libre-échange continentale conçue comme étape vers l’approfondissement de la coopération et de l’intégration de l’Afrique pourrait se révéler salvatrice dans un contexte de résurgence des tendances nationalistes, de regain des hostilités protectionnistes et de désenchantement vis-à-vis du système commercial multilatéral. Tous ces chantiers imposent de dresser un bilan et d’étudier les perspectives des processus d’intégration en Afrique dans différents domaines : économique, monétaire, mais également politique, culturel et sécuritaire.

Quels sont les facteurs clés d’une intégration réussie ? Quels sont les enseignements tirés des expériences de différentes formes d’intégration en Afrique ? Telles sont les questions auxquelles répondent, parmi bien d’autres, les auteurs. Edifier une zone de libre échange n’est pas chose aisée étant donné que les 54 pays africains ne sont pas au même niveau de développement. Leurs fondamentaux macro-économiques ainsi que leurs structures productives, leurs dynamiques démographiques et leurs mutations territoriales sont tout aussi disparates. En outre les asymétries caractérisant les régimes fiscaux et financiers, conjuguées aux divergences des cadres juridiques et institutionnels des différents pays, sont autant de défis à relever en vue de libérer le potentiel de synergie et de complémentarité des économies africaines.

Les auteurs innovent en évaluant simultanément le rôle principal des accords commerciaux, de l’investissement et de la démocratie dans la rationalisation des différents régimes de taux de change sans laquelle aucune zone de libre échange ne saurait être viable à long terme. En attendant la mise en œuvre de la monnaie unique africaine prescrite par le traité d’Abuja, les démocraties fortes peuvent toujours adopter des régimes intermédiaires sans répercussions négatives en termes de désalignement des taux de change.

Compte tenu de cela, une autre leçon clé est à tirer pour les pays africains appartenant à la Zone Franc qui sont préoccupés par la pertinence d’une sortie de l’union monétaire pour stimuler leur développement économique. Pour atteindre leur objectif, les pays africains disposent d’un vaste corpus théorique et de multiples expériences de zones de libre-échange. Il leur appartient d’en tirer le meilleur et de l’adapter à leurs spécificités.

 

À propos de l’auteur
Eugène Berg

Eugène Berg

Eugène Berg est diplomate et essayiste. Il a été ambassadeur de France aux îles Fidji et dans le Pacifique et il a occupé de nombreuses représentations diplomatiques.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest