Pourquoi l’euro et la BCE ruinent l’Europe

19 octobre 2019

Temps de lecture : 7 minutes
Photo : Siège de la Banque Centrale Européenne à Francfort-sur-le-Main (Allemagne). Auteurs : Caro / Ruffer /SIPA Numéro de reportage : 55008612_000002
Abonnement Conflits

Pourquoi l’euro et la BCE ruinent l’Europe

par

L’intervention répétée de la BCE dans l’économie européenne a fragilisé celle-ci. La politique monétaire de l’euro nuit au développement des entreprises

En visitant la ville portuaire bretonne de Saint-Malo dans les années 1680, Louis XIV apprit que les armateurs locaux luttaient pour rivaliser avec leurs rivaux britanniques et leur demanda s’ils avaient besoin de son aide. Pour un Français, le responsable de l’association locale a répondu avec un esprit de laisser-faire atypique : « S’il vous plaît, Votre Majesté, ne faites rien. » Je raconte cette histoire comme une mise en garde préalable à une histoire épique d’abus impérial un peu plus de 300 ans plus tard.

L’effondrement de l’Union soviétique en 1991 a envoyé le message que la technocratie ne fonctionnait pas et qu’un système économique qui supprimait les prix du marché devait échouer. Dans ce moment étourdi, Francis Fukuyama a soutenu que l’histoire hégélienne avait pris fin car il n’y avait aucune contradiction inhérente dans un système économique capitaliste dirigé en alliance avec la démocratie représentative.

Les technocrates prennent le pouvoir

Fukuyama avait tort dans son pronostic de « fin de l’histoire », mais la question clé est : Pourquoi ? À mon avis, les difficultés récentes du capitalisme de marché découlent des conclusions auxquelles sont parvenus les gouvernements occidentaux et les banques centrales au sommet de leur pouvoir au début des années 1990. Cette foule aurait méprisé les armateurs de Saint-Malo et leur refus de l’aide d’une puissance supérieure. Selon eux, l’Union soviétique a échoué parce que ses technocrates n’étaient pas assez bons pour gérer l’incertitude. Et comme ils étaient eux-mêmes compétents – diplômés des meilleures universités – ils ont commencé à prendre le contrôle des systèmes économiques occidentaux pour prouver leur intelligence sur les marchés.

Les outils utilisés par ce groupe technocratique pour mettre en valeur leurs talents étaient (i) les taux de change, (ii) les taux d’intérêt et (iii) les dépenses publiques.

Le taux de change comme outil de construction de l’empire

Les visionnaires bruxellois considéraient le taux de change comme un outil clé dans leur mission de construction d’un super État européen. Leur grande idée était de remplacer les monnaies nationales « sous-optimales » par une monnaie unique brillante à l’échelle du continent. Dans Des lions menés par des ânes, j’ai soutenu que ce concept était erroné car l’Europe était une civilisation et non une nation. Le thème de mon livre était que l’euro conduirait à trop de maisons en Espagne, trop de fonctionnaires en France et trop d’usines en Allemagne. Le paragraphe de conclusion était le suivant : « Le pilote est fou. Il croit qu’il conduit une machine à vapeur, alors que c’est un Boeing 747. »

Dans la pratique, l’euro a simplement été un taux de change fixe entre des pays ayant des niveaux de productivité différents. Une telle chose n’a jamais fonctionné sans d’énormes transferts fiscaux des régions à forte productivité vers les régions à faible productivité. C’est normal au sein d’une nation, mais impraticable entre les nations.

A lire aussi : L’impôt, arme de guerre économique

Pour les biens échangeables, un taux de change fixe impliquait que les usines ferment dans le sud de l’Europe et se déplacent (avec les emplois) vers l’Europe du Nord. En effet, le taux de change est le prix du marché qui permet aux entrepreneurs d’exprimer leur préférence quant au lieu de production et à l’origine des matières premières. Elle permet de maintenir un équilibre entre les entrepreneurs et les consommateurs, tant à l’intérieur d’un pays qu’entre eux.

Par exemple, la France compte depuis longtemps 70 % de fonctionnaires de plus par habitant que l’Allemagne. Cela me convient et peut expliquer pourquoi la France est un beau pays. Pourtant, aucun de ces fonctionnaires qui travaillent dur ne fait quoi que ce soit pour le marché de l’exportation, alors qu’ils achètent tous beaucoup d’importations. Il est vrai que le travailleur privé français est plus productif que son homologue allemand (vraiment), mais il y a des limites à ce qu’il peut faire pour compenser l’incompétence au sommet. C’est pourquoi, de temps à autre, il est devenu nécessaire de dévaluer le vieux franc français pour empêcher les entrepreneurs de faire faillite – au bout du compte, ils payaient pour les fonctionnaires. Cependant, une fois le taux de change fixé via l’euro, les entrepreneurs ont fait faillite par hordes.

Hausse des impôts et faillite des entreprises

Dans le précédent mécanisme de change dirty float, les entrepreneurs français étaient effectivement payés en deutschemarks, tandis que les fonctionnaires recevaient des francs français. Lorsque l’euro fixe a été lancé, l’inverse s’est produit, ce qui n’est pas surprenant à mesure que les fonctionnaires l’ont construit. La variable d’ajustement était les bénéfices des entreprises et les déficits budgétaires (qui, dans le sud de l’Europe, ont atteint des sommets). Et comme les règles de l’Union européenne militent contre les déficits, il faut augmenter les impôts dans le Sud et les maintenir dans le Nord. Cette situation a ralenti la croissance mondiale, l’Europe du Sud étant entrée dans une dépression structurelle.

Bientôt, ces économies du sud de l’Europe seront rejointes par leurs voisins du nord, qui ont continué à investir dans des industries à faible valeur ajoutée en raison d’un euro sous-évalué. S’en tenir à de telles industries en déclin est rarement une recette de succès quand on a des salaires élevés. L’Allemagne n’est qu’à présent en train de se tourner vers cette vérité économique assez intemporelle.

Ainsi, le premier grand résultat des technocrates intelligents de l’Europe a été de couper la croissance aux genoux. Elle est née des efforts visant à créer un super-État géré par des gens que personne n’avait élus et que personne ne pouvait congédier. En plus de détruire les économies européennes, ce groupe a tenté de contrecarrer les démocraties locales, ce qui était justifié comme étant dans l’intérêt supérieur si le spectacle devait être maintenu sur la route.

Le sophisme des faibles taux d’intérêt

En ce qui concerne les taux d’intérêt, les coupables d’avoir enfoncé un deuxième clou dans le cercueil de l’économie se trouvent aux États-Unis, mais aussi au Royaume-Uni. C’est là qu’une école de pensée s’est développée, selon laquelle de faibles taux d’intérêt doivent être bons pour la croissance économique. Comme je l’ai soutenu ad nauseum au cours des huit dernières années, rien n’est plus faux (voir The High Cost Of Free Money). Cela se résume à trois maladies clés qui découlent de la suppression du véritable prix de l’argent.

1. L’argent bon marché est considéré à tort comme une source d’épargne excédentaire. En fait, des taux d’intérêt excessivement bas entraîneront toujours moins d’épargne. Et comme l’épargne à long terme doit être égale à l’investissement, des taux bas entraîneront une réduction de l’investissement et, par conséquent, un effondrement de la productivité.

A lire aussi : Ralentissement économique de l’Espagne – Entre facteurs internes et tensions géopolitiques

2. Les faibles taux d’intérêt représentent un impôt sur les pauvres (dont l’épargne est en espèces ou quasi-espèces) qui est transféré aux riches (qui possèdent des actifs). La faiblesse des taux d’intérêt provoque des bulles à mesure que le prix des actifs « existants » est augmenté par ceux qui ont contracté beaucoup de dettes. Il en résulte moins d’investissements dans de « nouveaux » actifs (il est moins cher d’acheter des actifs existants). Il en résulte une productivité réduite et une stagnation séculaire, qui n’est pas vraiment de nature structurelle, mais simplement le fait d’un travail manuel de banquiers centraux incompétents.

3. Pour que le système capitaliste fonctionne, les taux du marché doivent être maintenus à un niveau égal ou supérieur au taux de croissance structurel des bénéfices des entreprises. Cela aura pour effet de rationner le capital pour ceux qui ont un rendement marginal supérieur au coût de l’argent. Cela garantit que le financement ne va qu’à ceux qui peuvent augmenter le stock de capital, et non à ceux qui, grâce à l’ingénierie financière et au levier financier, peuvent emprunter pour acheter des actifs existants simplement parce que les taux sont bas. La destruction créative schumpétérienne exige cette discipline, alors que des taux excessivement bas l’empêchent, et encouragent au contraire les entreprises zombies à s’échelonner dans le temps.

Cette mauvaise idée, qui a vu le jour aux États-Unis sous Ben Bernanke, a été copiée avec enthousiasme par la Banque centrale européenne à tel point que la zone euro se retrouve coincée dans la position logiquement absurde des taux d’intérêt négatifs. Après tout, le paiement d’intérêts compense l’incertitude future du fournisseur de capital ; des taux négatifs signifient que l’avenir est plus certain que le présent. Une telle idiotie n’incite pas à épargner et détruira les institutions d’épargne à long terme comme les banques, les fonds de pension et les compagnies d’assurance.

Pourtant, notre élite technocratique ne semble pas découragée par les résultats de ses manipulations des taux de change et des taux d’intérêt. Ils suivent simplement la règle préférée de tous les mauvais traders : Quand on a des ennuis, on double la mise. »

L’éclatement budgétaire à venir

Les technocrates, qui manquent eux-mêmes de peau dans le jeu, ont décidé que les gouvernements doivent eux-mêmes stimuler directement la croissance en dépensant davantage. Comme l’a noté l’économiste français Jacques Rueff, il s’agit de financer des dépenses qui n’offrent aucun rendement avec de l’argent qui n’existe pas.

Malgré de nombreuses affirmations contraires, payer les gens pour creuser des trous le matin pour les remplir l’après-midi n’a jamais fonctionné. En fait, lorsque les dépenses publiques en pourcentage du PIB augmentent, le taux de croissance structurel d’une économie diminue habituellement. La croissance ne résulte pas d’une augmentation des dépenses publiques, sinon l’Union soviétique aurait été l’économie la plus prospère du monde. La croissance provient du capital qui va à ceux qui sont en mesure d’augmenter le stock global de la substance et de l’application de nouvelles inventions.

Néanmoins, j’ai le sentiment qu’en dépit des récents échecs de nos génies technocrates, nous assisterons bientôt à de nouveaux efforts pour stimuler la demande privée. Ce qui me préoccupe, c’est que nous nous retrouvons avec une explosion du marché obligataire à la manière des années 1970.

À l’époque, la Grande-Bretagne a été forcée d’aller de pair avec le Fonds monétaire international après avoir mené pendant des années des politiques keynésiennes inutiles. La même chose s’est produite pendant le mandat de Paul Volcker à la Réserve fédérale, lorsqu’il a cédé grossièrement le financement des déficits budgétaires au marché. Au moins, ce qui a suivi cette grande remise à zéro a été une « grande modération » de 15 ans qui a laissé les États-Unis avec un excédent budgétaire, bien que maintenant je m’avance un peu.

Conclusion philosophique

L’action des gouvernements et des banques centrales a convaincu les acteurs du marché que les technocrates peuvent contrôler indéfiniment les marchés financiers. En fait, nous sommes passés d’un système de découverte des prix fondé sur l’expérimentation à un monde imaginaire. Cette méthode s’applique à des domaines aussi divers que la science et la politique. « Ce qui est vrai est ce que je crois » est le nouveau cri de guerre des justes et « ma sincérité montre que j’ai raison ». Les efforts pour prouver que quelqu’un a tort conduisent maintenant à des accusations d’agression et à la nécessité pour la victime d’entrer dans un espace sûr. C’est un signe que nous passons d’une société fondée sur la science expérimentale à une société définie par la pensée magique. Il nous ramène des siècles en arrière et suggère que le retour à la réalité dans le domaine économique sera douloureux.

Traduction : Conflits

Traduction de « Please, Your Majesty, Do Nothing » par Charles Gave, Gavekal

Source : Gavekal 

À propos de l’auteur
Charles Gave

Charles Gave

Économiste et financier, Charles Gave s’est fait connaitre du grand public en publiant un essai pamphlétaire en 2001 “ Des Lions menés par des ânes “(Éditions Robert Laffont) où il dénonçait l’Euro et ses fonctionnements monétaires. Son dernier ouvrage “Sire, surtout ne faites rien” aux Editions Jean-Cyrille Godefroy (2016) rassemble les meilleurs chroniques de l'IDL écrites ces dernières années. Il est fondateur et président de Gavekal Research (www.gavekal.com).
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest