Livre – L’Europe et ses frontières : conceptions, représentations et mutations

6 août 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Photo :
Abonnement Conflits

Livre – L’Europe et ses frontières : conceptions, représentations et mutations

par

La pandémie du COVID–19 a illustré l’importance vitale des frontières comme marques de souveraineté et éléments de sécurité. Mais la frontière est plus que cela, elle a une histoire, un sens multiple, une valeur symbolique, tous aspects examinés en détail par ce numéro qui réunit des contributions présentées lors de la journée d’étude du 9 juin 2017 tenue à Sciences Po Strasbourg, portant sur la thématique des « frontières » de l’Europe.

La notion de frontière est inséparable de celle de l’État moderne, les frontières actuelles étant la conséquence de l’apparition et de la diffusion du modèle de l’État-Nation en Europe depuis la fin du Moyen Âge et surtout à l’époque moderne, jusqu’à l’époque contemporaine. La frontière, c’est d’abord le tracé du front des troupes.  Aucun autre continent n’a connu depuis le XXe siècle d’aussi nombreuses reconfigurations de ses démarcations. Existe-t-il seulement des frontières politiques de l’Europe ? Comment sont-elles perçues ? Comment se distinguent-elles des frontières des États-Nations ? Pourquoi et comment peuvent-elles être transgressées ?

À lire aussi : Frontières – Fixer les limites

Les diverses contributions se livrent à une analyse historique de la frontière en l’Europe, en partant du principe que les frontières peuvent être à la fois visibles et invisibles, c’est-à-dire en se fondant sur l’idée qu’une frontière n’est pas seulement matérielle. Les frontières forment des objets fondamentalement multi-scalaires, soumis à des stratégies et des politiques décidées à des échelles de pouvoirs différentes : organisations internationales ou régionales, États, régions, ou encore acteurs sociaux tels que les mouvements politiques, culturels, religieux et ethniques, bien que ce terme ne soit pas toujours accepté pour le vieux continent. Le processus d’intégration européen se révèle à cet égard singulier, tant son extension – territoriale, mais aussi dans son champ de compétences – semble continue. Une distinction théorique entre la borne et la limite fut introduite par Emmanuel Kant : « Les limites supposent toujours un espace qui se trouve à l’extérieur d’un endroit déterminé et qui enclot cet endroit ; les bornes n’exigent rien de tel : ce sont seulement des négations ».

À lire aussi : Des frontières artificielles ? Le cas de l’Afrique

Les auteurs de cet ouvrage s’interrogent sur les frontières de l’Europe conçues moins comme des bornes que comme des limites à partir desquelles il convient de gérer les interactions qui en découlent. Dès lors, se posent les questions des stratégies spécifiques déployées pour organiser la sécurité de frontières et du rapport à l’Autre Les limites peuvent être d’abord celles des idées. Deux contributions questionnent la notion de « marges » de l’Europe. Olga Shabelnikova et Elena Savicheva ont choisi de mettre en évidence l’importance pour une Union européenne élargie à l’Est, de définir une politique à l’égard d’un pays du Caucase du Sud tel que l’Azerbaïdjan. Celle-ci doit tenir compte de ses intérêts énergétiques tout en assurant la sécurité de ses frontières. Variant les échelles d’observation et les points de vue, les textes réunis dans ce volume invitent donc à relire, à travers le temps et l’espace, certains des grands enjeux des limites de l’Europe.

Mots-clefs : , ,

À propos de l’auteur
Eugène Berg

Eugène Berg

Eugène Berg est diplomate et essayiste. Il a été ambassadeur de France aux îles Fidji et dans le Pacifique et il a occupé de nombreuses représentations diplomatiques.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest