Le resserrement du dollar s’intensifie

21 mars 2020

Temps de lecture : 3 minutes
Photo : Le dollars : quelle réponse face à la crise du coronavirus ? Auteurs : CHINE NOUVELLE/SIPA, Numéro de reportage : 00950428_000002.
Abonnement Conflits

Le resserrement du dollar s’intensifie

par

Les décideurs politiques des plus grands blocs économiques du monde réagissent à la crise actuelle par un « choc et un émerveillement » budgétaire et monétaire. Pourtant, alors même que la Banque centrale européenne, tant décriée, s’est jointe à la partie d’achat d’actifs avec un nouveau programme de 750 milliards d’euros, les marchés ont continué à plonger. Malgré toutes les réponses économiques coordonnées à la pandémie de coronavirus, aucun effort sérieux n’a été fait pour libérer le marché offshore en dollars américains.

L’effet se fait sentir avec la chute des devises et la montée en flèche du coût du financement sur les marchés émergents. Tant que la Réserve fédérale n’agira pas dans l’intérêt du monde entier, il existe un risque matériel que cette panique prenne des proportions systémiques menaçantes.

Le dollar américain est la monnaie de réserve du système financier mondial et la Réserve fédérale sa banque centrale supranationale efficace. Les responsables américains ont généralement adopté le point de vue de John Connally sur cette responsabilité – « le dollar est notre monnaie, mais c’est votre problème », a déclaré le secrétaire au Trésor américain en 1971 – jusqu’à ce que les effets monétaires en dehors des États-Unis se répercutent sur le territoire national. C’est ce qui se produit alors que la ruée vers le dollar des entreprises et institutions étrangères qui doivent assurer le service de la dette en dollars ou effectuer des paiements commerciaux resserre les conditions financières des États-Unis.

 

Des mesures inefficaces en dehors des États-Unis

Jusqu’à présent, la Fed a répondu à la demande croissante de dollars américains en augmentant leur offre par une série d’opérations d’open market. Cela est logique pour les entités basées aux États-Unis, mais n’aide pas vraiment un fabricant asiatique de gadgets dans une chaîne d’approvisionnement transnationale, ou une banque australienne cherchant à refinancer des dettes libellées en dollars américains qui financent finalement des hypothèques nationales. Ces deux entités doivent s’appuyer sur la munificence des banques basées aux États-Unis ayant un accès direct à la Fed pour se séparer de leur stock de dollars américains.

Pour comprendre pourquoi les réponses mécaniques de la Fed à la hausse de la demande de dollars ne fonctionnent pas, il est utile de revoir un classique de la recherche, à savoir l’effet Cantillon.

Richard Cantillon, un Irlandais du XVIIIe siècle qui a fait le commerce et la chronique des bulles de la mer du Sud et du Mississippi, a noté que dans les phases d’expansion et de ralentissement des cycles, les acteurs les plus proches de la source ultime d’argent voient le prix de ce qu’ils vendent augmenter, tandis que ceux qui sont les plus éloignés de l’action voient le prix de leurs marchandises baisser. Dans le langage courant, les banques qui ont accès à la Fed voient le prix du dollar US s’envoler, mais celles qui se trouvent dans des juridictions dont les banques centrales n’ont pas de tels accords de swap voient leur monnaie s’effondrer.

Pour être juste, la Fed comprend de telles boucles de rétroaction et a réouvert cette semaine des lignes de swap avec la BCE et quatre autres grandes banques centrales à un coût moindre. En 2008, elle l’a également fait pour les marchés émergents comme la Corée du Sud, Singapour, le Mexique et le Brésil, mais une nouvelle offre n’a pas été faite. Cela peut être le résultat d’un environnement politique motivé par « l’Amérique d’abord ». Le problème pour tous les acteurs du système de financement américain est que la pénurie de liquidités ne diminuera que lorsque ceux qui sont loin de la source de dollars américains pourront y accéder de manière fiable, même à un coût légèrement plus élevé.

A lire aussi: La fin du dieu dollar ?

Éviter une crise de financement

Pour les responsables politiques américains, l’objectif à court terme doit être d’éviter une crise de financement en dollars qui se traduirait par des défauts de paiement et une chute de la demande. À plus long terme, une telle compression menace le « privilège » des États-Unis de gérer la monnaie la plus utilisée au monde. La Fed n’échappera pas à l’attention de la Banque populaire de Chine qui a des lignes de swap en renminbi avec la plupart des grands marchés émergents et développés (pas les États-Unis). La monnaie chinoise a encore des défauts en tant que réserve de valeur et moyen d’échange, mais ces dispositions renforcent son attrait, car les pays savent qu’ils peuvent emprunter du renminbi à un prix raisonnable.

Si la crise s’aggrave et que la Fed refuse d’offrir des lignes de swap en dollars (ou d’autres formes de liquidités en dollars) à un large éventail de banques centrales au moment où la Chine met sa monnaie en jeu, il y aura un prix à payer. Il faut donc supposer que de tels arrangements se concrétiseront dans un délai assez court. Il devrait en résulter un ralentissement de la hausse du dollar américain, comme ce fut le cas en 2008. Par la suite, une baisse du dollar est plus susceptible de se matérialiser, comme ce fut le cas en 2009. Le scénario alternatif est un affreux dénouement à cette crise.

 

Traduction de Conflits.

Source : https://research.gavekal.com/article/dollar-squeeze-intensifies

Mots-clefs : , ,

À propos de l’auteur
Will Denyer

Will Denyer

La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest