<i class='fa fa-lock' aria-hidden='true'></i> Covid : quel effet pour le tourisme ?

25 juillet 2020

Temps de lecture : 3 minutes
Photo : Agence de tourisme à Bangkok (c) Adisorn Chabsungnoen / SOPA Images/Sipa USA)/29369661//2003051541
Abonnement Conflits

Covid : quel effet pour le tourisme ?

par

Malgré l’aggravation de la situation de Covid-19 dans de nombreuses économies en développement et les inquiétudes concernant les réponses des banques centrales en matière de monétisation, les investisseurs des marchés émergents continuent de gravir le mur des préoccupations. Le pari est qu’une supposée « deuxième vague » ne contrecarre pas la reprise des économies développées et de la Chine. Les investisseurs ont peut-être raison, mais au-delà de la question du commerce, un autre défi pour les économies des marchés émergents est l’effondrement du tourisme étranger qui entraîne une détérioration structurelle de leur position extérieure.

 

Article de Vincent Tsui initialement paru sur Gavekal.

Outre les voyages d’été intra-européens en Grèce et en Espagne, le tourisme étranger reste moribond. Les pays qui, comme la Chine et l’Australie, s’efforcent d’éradiquer la maladie de la Covid, empêchent leurs populations de sortir  et les étrangers d’entrer. Personne ne veut partir en vacances dans les points chauds de la maladie de Covid, ni recevoir des touristes de ces endroits, notamment des États-Unis. Même la Thaïlande, qui dépend du tourisme, reporte son ouverture aux voyages non professionnels. La nécessité d’obtenir des certificats sans Covid dans de nombreux pays, en plus des exigences de quarantaine à domicile, persuade les gens de rester sur place. Une association de voyage estime que 37 % des travailleurs des secteurs du voyage et du tourisme dans le monde perdront leur emploi.

À lire aussi : Tourisme : un modèle de société

Certains marchés émergents seront particulièrement touchés par l’arrêt des voyages de longue durée, car l’industrie est un moteur de la consommation et de l’emploi. La baisse des recettes en devises étrangères aggravera la situation de la balance des paiements de ces pays, les rendant vulnérables aux sorties de capitaux. Comme certains marchés émergents adoptent des politiques monétaires non conventionnelles pour financer les chocs budgétaires, ils sont exposés à la perte de confiance des investisseurs.

Importance du secteur du tourisme pour l’économie, par Etats.

La Thaïlande, la Malaisie, Hong Kong et Singapour sont confrontés à des vents contraires, car ils dépendent du tourisme pour une grande part de l’activité et de l’emploi. Ces quatre pays ont adopté des mesures d’expansion budgétaire assez agressives, de sorte qu’un arrêt prolongé des voyages fera augmenter le chômage structurel et renforcera la pression en faveur d’une aide accrue de la part du gouvernement (Hong Kong a réintroduit cette semaine des règles de distanciation sociale en réponse à une nouvelle épidémie de Covid-19).

Les économies des centres financiers d’Asie peuvent résister à ce choc, mais la Thaïlande est plus vulnérable, car les services touristiques ont représenté 19 % de ses recettes d’exportation en 2019, ce qui a permis de dégager un excédent des comptes courants de 7 % du PIB (voir le graphique ci-dessous). La Malaisie, la Turquie, la Hongrie, le Mexique et l’Afrique du Sud sont également tributaires des services touristiques étrangers, mais ces économies dépendent également des flux de portefeuille, ce qui les rend vulnérables aux risques de paiement extérieur et à la volatilité des devises.

 À lire aussi : Livre – Hérodote, numéro 176, L’Asie du Sud-Est

Il existe une autre catégorie d’économie émergente – le Mexique, le Brésil, l’Inde et, dans une certaine mesure, la Chine – qui ne dépend pas des touristes étrangers, mais pour qui les voyages intérieurs sont importants. Dans ces pays, le verrouillage et les restrictions des voyages intérieurs ont frappé de plein fouet l’activité touristique. Pourtant, l’ouverture éventuelle de ces économies devrait libérer une importante « demande refoulée » de voyages locaux, d’autant plus que les vacances à l’étranger resteront probablement interdites.

Du point de vue de la monnaie de l’Union européenne, le baht thaïlandais semble le plus exposé, car sa hausse de 2,4 % par rapport au dollar américain depuis le 1er mai est injustifiée compte tenu de l’assombrissement des perspectives d’une reprise rapide des voyages à l’étranger. Le baht a cédé 2,1 % depuis le 1er juillet, mais son potentiel de baisse est plus important. La livre turque est exposée de la même manière, car les revenus du tourisme représentent 12 % des recettes d’exportation du pays et elle est vulnérable à toute modification de la situation mondiale des liquidités. Malgré la détérioration des relations entre les États-Unis et la Chine, le renminbi se distingue comme la monnaie régionale qui tirera sa force de la mort du séjour à l’étranger.

 

 

À propos de l’auteur
Revue Conflits

Revue Conflits

Fondée en 2014, Conflits est devenue la principale revue francophone de géopolitique. Elle publie sur tous les supports (magazine, web, podcast, vidéos) et regroupe les auteurs de l'école de géopolitique réaliste et pragmatique.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest