La Corée du Sud et l’avenir de la péninsule coréenne

20 février 2021

Temps de lecture : 7 minutes
Photo : South Korean President Moon Jae-in speaks during his New Year's address at the presidential Blue House in Seoul, South Korea, Monday, Jan. 11, 2021. Moon said it’ll offer COVID-19 vaccinations to all its people free of charge in phased steps. (Choi Jae-gu/Yonhap via AP)/SEL802/21011213616773/KOREA OUT/2101110707 And FILE - This Aug. 29, 2017, file photo provided by the North Korean government shows what was said to be the test launch of a Hwasong-12 intermediate range missile in Pyongyang, North Korea. Last year was a disaster for North Korean leader Kim Jong Un, who helplessly watched his country's economy decay amid pandemic border closures while brooding over the collapse of made-for-TV summits with former President Donald Trump that failed to lift sanctions from his country. Now he must start over with President Joe Biden, who has previously called him a thug and accused Trump of chasing spectacles instead of meaningful reductions of Kim’s nuclear arsenal. (Korean Central News Agency/Korea News Service via AP, File)/SEL803/21019079860808/PHOTO RELEASED BY THE NORTH KOREAN GOVERNMENT VIA KCNA/KNS AP PROVIDES ACCESS TO THIS HANDOUT PHOTO TO BE USED SOLELY TO ILLUSTRATE NEWS REPORTING OR COMMENTARY ON THE EVENTS DEPICTED IN THIS IMAGE, KOREA OUT/2101220603
Abonnement Conflits

La Corée du Sud et l’avenir de la péninsule coréenne

par

En août 2020, le ministre de la défense sud-coréen a révélé que son pays avait « réussi à développer un missile balistique avec une portée suffisante et la plus grande charge militaire du monde pour protéger la paix dans la péninsule coréenne ». Le nouveau « Frankenmissile » fait partie de la stratégie de contre-force et de contre-valeur conventionnelle de Séoul, qui vise à mettre en danger l’infrastructure d’armes nucléaires de la Corée du Nord, ainsi que son leadership, indépendamment des États-Unis.

 

Article original paru sur War in the Rocks

Traduction de Conflits.

 

Cette stratégie est souvent négligée par les décideurs politiques et les analystes, qui s’attachent davantage à discuter des promesses de Kim Jong Un de développer de nouveaux missiles et de nouvelles capacités nucléaires et de la manière dont la nouvelle administration du président Joe Biden devrait aborder la question nucléaire. Cependant, comme nous le soulignons dans un nouvel article de la revue International Security, la stratégie de la Corée du Sud a un impact de plus en plus déterminant sur la stabilité stratégique de la péninsule coréenne et sur les perspectives de dénucléarisation.

 

Éléments de la stratégie de la Corée du Sud

 

L’approche de la Corée du Sud comporte trois éléments essentiels. Les deux premiers, la stratégie Kill Chain et le système coréen de défense aérienne et antimissile, ont été révélés en 2012 et le troisième, la stratégie coréenne de punition massive et de représailles, a été annoncé en 2016 à la suite du cinquième essai nucléaire de la Corée du Nord. La stratégie Kill Chain consiste à détecter les attaques de missiles nord-coréennes imminentes et à détruire de manière préventive les capacités de lancement de missiles du pays. La défense aérienne et antimissile coréenne est un système de défense antimissile en couches largement indigène, tandis que le dernier élément – la stratégie coréenne de punition massive et de représailles – implique l’utilisation de multiples capacités cinétiques et non cinétiques pour cibler les installations des dirigeants nord-coréens à la suite de toute attaque nord-coréenne.

 

En 2019, l’administration de Moon Jae-in a rebaptisé la chaîne de la mort et les stratégies de punition massive et de représailles coréennes afin de soutenir les initiatives de réconciliation dans la péninsule. Cependant, il n’y a eu aucune modification significative dans les plans d’acquisition ou apparemment dans l’intention opérationnelle des trois composantes au-delà d’une déclaration du gouvernement selon laquelle ces capacités seraient désormais axées sur les menaces omnidirectionnelles et pas seulement sur la Corée du Nord. Cependant, la menace du Nord domine toujours la pensée stratégique sud-coréenne, et alors que le gouvernement Moon insiste continuellement sur l’engagement avec Pyongyang, les investissements sud-coréens dans l’armement avancé n’ont fait que s’intensifier pendant sa présidence. La Corée du Sud a considérablement amélioré ses capacités de frappe de précision, en investissant dans une série de moyens avancés de renseignement, de surveillance et de reconnaissance ainsi que dans une force florissante de missiles balistiques et de croisière lancés par air, mer et terre.

 

Il est compréhensible que la Corée du Sud cherche à se doter d’une capacité de dissuasion indépendante compte tenu des avantages qu’elle offre. Bien qu’une stratégie de contre-force conventionnelle reste extrêmement difficile à mettre en œuvre, elle aura probablement un effet dissuasif, car la moindre chance qu’une attaque échoue ou que la Corée du Sud exerce des représailles catastrophiques peut rester entre les mains des dirigeants nord-coréens. Elle peut donc réduire le risque de tentatives nord-coréennes de « découplage » entre les États-Unis et la Corée du Sud et d’une attaque nucléaire nord-coréenne au cas où les États-Unis abandonneraient leurs engagements de sécurité dans la péninsule. Un autre avantage à long terme du développement d’une capacité de dissuasion à Séoul, est que les capacités de missiles avancés renforceront sa latence nucléaire et faciliteront l’obtention d’une dissuasion nucléaire crédible si jamais la Corée du Sud voulait construire la bombe.

 

La recherche par Séoul d’une capacité de contre-force conventionnelle est également, en partie, une couverture contre l’abandon des États-Unis. Pour être clair, cette couverture se fait avec un certain degré de consentement et de soutien des États-Unis et sous le couvert de la sécurité fournie par les forces conventionnelles et nucléaires américaines. La Corée du Sud coordonne à la fois sa stratégie et ses acquisitions avec les États-Unis et, pour l’instant, elle compte sur les États-Unis pour des données cruciales de renseignement, de surveillance et de reconnaissance. Les capacités de la Corée du Sud peuvent travailler de concert avec les forces américaines en cas d’urgence dans la péninsule. Par exemple, en juin 2020, le ministre coréen de la défense a révélé l’existence d’exercices militaires conjoints entre les États-Unis et la Corée du Sud visant à améliorer les réponses communes en matière de défense anti-missiles, même si les capacités sud-coréennes ne sont pas en réseau avec les systèmes américains. Mais, ce qui est vital pour Séoul, en cas d’abandon, est que la Corée du Sud disposerait d’une capacité de défense indépendante.

 

La course aux armements coréenne en plein essor

 

Dans le même temps, la stratégie de contre-force et de contre-valeur de la Corée du Sud peut également avoir un impact négatif sur la stabilité stratégique de la péninsule en entraînant l’émergence d’une course aux armes conventionnelles et nucléaires. Pyongyang ne laissera pas Séoul acquérir la capacité de neutraliser sa force de dissuasion durement gagnée et cherche à renforcer sa capacité de survie et de pénétration vis-à-vis du Sud. Ces dernières années, la Corée du Nord a fortement mis l’accent sur le développement de nouveaux missiles à courte portée et a testé le lancement simultané de plusieurs missiles afin de surmonter les systèmes régionaux de défense antimissile. En effet, les plans récemment annoncés par la Corée du Nord pour développer des armes nucléaires tactiques et sa poursuite continue des missiles balistiques lancés par des sous-marins doivent être compris comme faisant partie de cette course aux armements. Alors que les efforts nucléaires de la Corée du Nord ont été initialement menés par les États-Unis, la menace conventionnelle de la Corée du Sud a un effet croissant sur la trajectoire du programme d’armement du Nord.

Si elle est exploitée indépendamment des États-Unis, la stratégie de contre-force et de contre-valeur de la Corée du Sud peut également accroître les risques d’utilisation du nucléaire en cas de crise. Comme cette stratégie est censée être employée de manière préventive, elle peut exercer une forte pression sur les dirigeants de Séoul et de Pyongyang et augmenter les risques de malentendus et d’erreurs. La stratégie pourrait inciter davantage la Corée du Nord à adopter une doctrine et des dispositions de commandement et de contrôle qui améliorent la capacité de survie mais augmentent les risques d’utilisation du nucléaire, par exemple en déléguant l’autorité de lancement plus loin dans la chaîne de commandement. En cas de crise, les craintes de Pyongyang d’une frappe conventionnelle décapitante depuis Séoul pourraient créer un état d’esprit « on s’en sert ou on le perd ». Les menaces contre les dirigeants nord-coréens, y compris la famille Kim au pouvoir, pourraient exacerber certains de ces risques. Les dirigeants nord-coréens étant sceptiques quant à leurs perspectives de survie, ils peuvent être extrêmement prudents quant à l’établissement de la communication pendant une crise ou un conflit et ne voient guère de raisons de négocier la fin des hostilités.

A lire aussi : Géopolitique du Fantastique : la Corée du Sud

Les capacités conventionnelles de la Corée du Sud représentent également un défi rarement reconnu, mais potentiellement insurmontable, pour tout effort de dénucléarisation de la Corée du Nord. Même si l’administration Biden pouvait d’une manière ou d’une autre persuader la Corée du Nord que les États-Unis ne représentent pas une menace existentielle, les forces conventionnelles qualitativement supérieures de la Corée du Sud fournissent à Pyongyang une forte incitation à conserver sa dissuasion nucléaire. Traditionnellement, Pyongyang s’est appuyé sur son important arsenal d’artillerie dirigé vers Séoul comme moyen de dissuasion conventionnel contre les États-Unis et la Corée du Sud. Les capacités conventionnelles actuelles avancées et prévues de la Corée du Sud amélioreront considérablement sa capacité à atténuer cette menace, ce qui mettra encore plus l’accent sur les armes nucléaires pour la Corée du Nord.

 

Par conséquent, si les États-Unis veulent s’assurer du succès de toute initiative de dénucléarisation, ils devront peut-être persuader la Corée du Sud d’entreprendre une réduction des armes conventionnelles, notamment en ce qui concerne les capacités offensives. Même les objectifs qui ne vont pas dans le sens de la dénucléarisation, comme la limitation des ambitions nucléaires de la Corée du Nord, peuvent être difficiles à atteindre sans limiter l’augmentation des capacités de la Corée du Sud. C’est une tâche difficile. Premièrement, ce serait inacceptable pour les dirigeants sud-coréens. Même avec une nouvelle administration américaine en place qui sera moins dédaigneuse envers ses alliés, les craintes d’abandon demeurent, laissant à la Corée du Sud une forte et compréhensible envie de développer une dissuasion conventionnelle indépendante. En outre, de nombreuses capacités acquises par la Corée du Sud lui offrent des options de dissuasion qui peuvent également être utilisées contre une Chine de plus en plus affirmée. À l’heure où les tensions et la rivalité entre grandes puissances montent en Asie de l’Est, le choix rationnel pour la Corée du Sud est de renforcer ses capacités conventionnelles, et non de les affaiblir, même si les relations dans la péninsule changent. Deuxièmement, la réduction des armements de la Corée du Sud pourrait compromettre d’autres objectifs majeurs des États-Unis. Ceux-ci comprennent non seulement le renforcement de la dissuasion contre la Corée du Nord, mais aussi un meilleur partage des charges et le renforcement de la capacité de ses alliés à faire face à une Chine en pleine ascension. En fait, comme le souligne le cadre stratégique américain pour l’Indo-Pacifique récemment déclassifié, les États-Unis ont cherché à aider la Corée du Sud et le Japon à acquérir des capacités conventionnelles avancées.

 

Prendre en compte les développements conventionnels dans la péninsule coréenne

 

Pour bien comprendre la question nucléaire nord-coréenne, les analystes devraient élargir leur champ d’action au-delà des relations entre les Etats-Unis et la Corée du Nord. Alors que la Corée du Sud a eu du mal à se présenter comme un arbitre pacifique entre les États-Unis et la Corée du Nord ces dernières années, elle est maintenant un État puissant, technologiquement avancé, qui crée ses propres relations stratégiques, non seulement avec le Nord mais aussi avec d’autres acteurs régionaux. Les capacités conventionnelles de la Corée du Sud sont désormais de plus en plus étroitement liées au programme nucléaire de la Corée du Nord et à la mise en place massive de systèmes conventionnels dans la région.

 

Bien entendu, l’intégration des armes conventionnelles de la Corée du Sud dans les discussions sur la dénucléarisation complique encore plus ce qui est déjà un problème difficile et permanent. Cependant, les observateurs de la Corée devraient accepter le fait qu’il ne s’agit plus seulement des armes nucléaires. Les capacités avancées d’armement conventionnel dans la péninsule coréenne auront un impact de plus en plus puissant sur la façon dont tous les acteurs d’Asie de l’Est comprennent leur sécurité future.

À propos de l’auteur
TNSR

TNSR

La Texas National Security Review est éditée par l'université du Texas en partenariat avec le site War on the Rocks. Elle analyse les questions de sécurité et de politique étrangère.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest