<i class='fa fa-lock' aria-hidden='true'></i> Gagnants et perdants de la démocratie indienne mourante

1 décembre 2021

Temps de lecture : 7 minutes
Photo : Narendra Modi prête le serment de Premier ministre de l'Inde pour la deuxième fois, sous la direction du président Ram Nath Kovind. Crédits : Prime Minister's Office (GODL-India)
Abonnement Conflits

Gagnants et perdants de la démocratie indienne mourante

par

L’économie de l’Inde s’est affaiblie, tout comme ses fondements démocratiques. Depuis la victoire éclatante de Narendra Modi lors de sa réélection en 2019, « la plus grande démocratie du monde » flirte avec le despotisme.

Un article de Tom Miller pour Gavekal.

 

Les institutions étatiques ont été cooptées, les libertés réprimées et les minorités attaquées. Mais une poignée d’entreprises cotées en bourse – notamment celles dirigées par des magnats ayant des liens personnels avec Modi – ont prospéré. Leurs cours boursiers sont bien placés pour grimper encore plus haut sous la direction autocratique de Modi, que peu de dirigeants étrangers osent critiquer. Pour les États-Unis et leurs alliés, l’Inde est un ami trop précieux pour risquer de se mettre à dos.

L’Inde a glissé dans une « autocratie électorale », selon le dernier rapport mondial sur la démocratie publié par l’institut suédois V-Dem. Il cite les restrictions imposées à la société civile et à la liberté d’expression, notamment la censure et l’utilisation de « lois sur la sédition, la diffamation et la lutte contre le terrorisme pour faire taire les critiques. » L’Inde a enregistré l’une des plus fortes baisses de son score démocratique sur la période 2010-20, non loin derrière des baisses encore plus marquées en Pologne, en Hongrie, en Turquie et au Brésil. Les conclusions de V-Dem rejoignent celles de Freedom House, qui a rétrogradé l’Inde de Modi de « libre » à « partiellement libre ».

À lire également

Nouveau hors-série : Armée de terre, le saut vers la haute intensité

Modi I : La démocratie ethnique

Le glissement autoritaire de l’Inde a été progressif, suivant un chemin bien tracé décrit par les politologues de Harvard Steven Levitsky et Daniel Ziblatt. « Depuis la fin de la guerre froide, la plupart des effondrements démocratiques ont été causés non pas par des généraux et des soldats, mais par les gouvernements élus eux-mêmes », expliquent-ils dans leur livre How Democracies Die (2018).

Au cours de son premier mandat au pouvoir, de 2014 à 2019, Modi a fait passer l’Inde du « populisme national » au « majoritarisme hindou. » Christophe Jaffrelot, un éminent spécialiste du nationalisme hindou, affirme que l’Inde est devenue une « démocratie ethnique », à l’image de l’État juif d’Israël. Le Bharatiya Janata Party de Modi a promu les intérêts hindous, érodant la laïcité qui sous-tend la constitution indienne. Il s’en est pris verbalement aux libéraux – journalistes, intellectuels et membres d’ONG – et a autorisé tacitement les justiciers hindous à se livrer à une « police culturelle ». Les musulmans ont été pris pour cible par des militants du BJP, sans crainte de représailles. Mais le gouvernement de Modi a évité d’abuser directement du pouvoir de l’État, en apportant des modifications minimes à la loi elle-même.

Une enquête Pew de 2017 sur l’état de la démocratie indienne a toutefois indiqué que de nombreux Indiens ordinaires étaient prêts à adopter une approche plus musclée de la gouvernance. Une majorité a déclaré soutenir un système qui permettrait à un dirigeant fort de prendre des décisions sans interférence du parlement ou des tribunaux. « Le soutien à un régime autocratique est plus élevé en Inde que dans toute autre nation étudiée », conclut le rapport, qui note que l’enthousiasme pour une gouvernance plus dure est le plus fort parmi les électeurs du BJP.

Modi II : l’autocratie élue

Après sa réélection en mai 2019, qui a finalement donné au BJP une majorité de travail dans les deux chambres du parlement, Modi a rapidement agi pour cultiver ce sol autoritaire fertile. Son gouvernement a fait passer des lois à toute vapeur au Parlement sans débat, en présentant 28 projets de loi en seulement 37 jours. Il a ensuite révoqué le statut d’autonomie du Jammu-et-Cachemire, un État à majorité musulmane, le divisant en deux. Des centaines de dirigeants locaux ont été emprisonnés ; l’accès à l’internet et aux télécommunications a été bloqué pendant des mois. Il a également publié un registre des citoyens de l’État d’Assam, dans le nord-est du pays, où un tiers des résidents sont musulmans, qui a effectivement privé 1,9 million de personnes de leur citoyenneté.

Ensuite, le gouvernement a fait passer une loi controversée offrant la citoyenneté aux migrants non-musulmans du Pakistan, du Bangladesh et de l’Afghanistan. Largement considérée comme un pas supplémentaire vers la privation des droits des musulmans sans papiers, cette loi a suscité d’énormes protestations et des violences collectives. Lorsque le gouvernement a invoqué une loi interdisant les rassemblements publics, des milliers de manifestants ont été emprisonnés. Les autorités ont également coupé l’Internet dans l’État populeux d’Uttar Pradesh, dans le nord du pays, qui abrite le plus grand nombre de musulmans en Inde. Lors d’un meeting électoral, Modi a ridiculisé les manifestants. « Les mécréants peuvent être identifiés par leurs vêtements », a-t-il déclaré, attisant les tensions ethniques.

Comme le turc Recep Tayyip Erdoğan ou le hongrois Viktor Orbán, Modi est passé du statut de démagogue populiste à celui de despote élu. Son gouvernement a affaibli les institutions qui devraient constituer un frein à son pouvoir, du parlement à la Cour suprême. Il a rempli les médias, le système judiciaire et la police de loyalistes et a demandé l’arrestation de journalistes critiques. L’Inde occupe aujourd’hui un triste 142e rang dans le classement mondial de la liberté de la presse, derrière le Sud-Soudan. Modi a même traqué ses ennemis politiques à l’aide de logiciels de surveillance ; un millier de numéros de téléphone indiens figuraient dans une fuite de fichiers de clients du logiciel espion Pegasus, dont un appartenant au chef de l’opposition. « L’Inde a acquis certains attributs d’un État policier », conclut Jaffrelot.

À écouter également

Podcast – Le réveil de l’Inde. Gilles Boquérat

Investir dans un démagogue

Au cours de son premier mandat, Modi a reçu des éloges pour avoir nettoyé le gouvernement. Sous sa direction, il y a eu peu de scandales de corruption comme ceux qui ont éclaboussé les administrations précédentes. Mais une poignée d’entreprises ayant des liens étroits avec le Premier ministre ont très bien réussi, en utilisant leur proximité avec le pouvoir pour s’orienter dans le labyrinthe réglementaire de l’Inde. Ces entreprises bien connectées ont capturé une part lucrative des gains du marché boursier indien, en particulier pendant la douloureuse secousse provoquée par le lockdown (voir Effets distributifs d’une pandémie).

Les plus grands gagnants sont Mukesh Ambani et Gautam Adani, magnats milliardaires de l’État du Gujarat, d’où est originaire Modi. Ambani, le président de Reliance Industries et l’homme le plus riche de l’Inde, a vu sa richesse plus que doubler en 2020. Forbes estime qu’il vaut 94 milliards de dollars américains. Cette augmentation provient principalement de Jio, la branche numérique de Reliance, qui a lancé son réseau mobile commercial en 2016. Ambani a levé plus de 20 milliards de dollars US l’année dernière en vendant un tiers de Jio à des investisseurs tels que Facebook et Google. Depuis le lancement de Jio, la capitalisation boursière de Reliance Industries a grimpé de 350%. Pendant ce temps, la branche indienne de Vodaphone, le premier réseau mobile du pays avant que Jio ne balaie tout devant lui, est au bord de l’effondrement.

La richesse d’Adani est liée encore plus étroitement à Modi. Magnat des infrastructures et de l’énergie, Adani est un proche soutien depuis que Modi est gouverneur du Gujarat. En 2018, le gouvernement a vendu six aéroports privatisés à Adani après avoir assoupli ses exigences en matière d’appel d’offres, dans ce que le ministre des Finances du Kerala a appelé « un acte de copinage éhonté. » Adani a également acquis le droit d’exploiter l’aéroport de Mumbai, le deuxième plus fréquenté d’Inde. Pendant les campagnes électorales de 2014 et 2019, il a fourni à Modi un jet privé, lui permettant de rentrer chaque soir chez lui pour dormir dans son propre lit. « Un alignement avec le programme commercial du gouvernement est ce qui crée la plus grande valeur », a déclaré Adani l’année dernière. Forbes estime sa fortune actuelle à 71,5 milliards de dollars, contre 8,9 milliards en 2020. Cinq entreprises du groupe Adani figurent parmi les 30 premières entreprises indiennes en termes de capitalisation boursière.

Pour illustrer à quel point les liens entre Modi et ses acolytes sont devenus étroits, en février, le plus grand terrain de cricket du monde, situé à Ahmedabad, capitale du Gujarat, a été rebaptisé le Narendra Modi Stadium. Le terrain a deux extrémités, l’une nommée Adani, l’autre Reliance.

Mystiques et poligarques

Dans leur nouveau livre, To Kill a Democracy, le journaliste indien Debasish Roy Chowdhury et le politologue australien John Keane qualifient les grands acteurs du marché comme Adani et Ambani de « poligarques », non soumis aux règles démocratiques de responsabilité publique. S’ils ne sont guère les seuls magnats mondiaux à jouir d’une richesse fulgurante pendant la pandémie, leur succès s’est fait au prix d’erreurs de politique gouvernementale qui ont appauvri des dizaines de millions d’Indiens ordinaires. Ce n’est là qu’un exemple de ce que Chowdhury et Keane appellent « l’effritement lent des fondements sociaux de la démocratie indienne ».

Depuis le début de la pandémie, Modi a cultivé l’image d’un saint homme hindou, avec une longue barbe et des cheveux blancs flottants. Certains ont supposé qu’il s’agissait d’une tentative d’éviter les critiques sur ses fautes terrestres. Mais certains signes montrent que son aura mystique est ternie. Pour les familles qui ont perdu des êtres chers, incapables d’obtenir de l’oxygène ou un lit d’hôpital, ou pour les travailleurs migrants sans le sou, obligés de parcourir des centaines de kilomètres pour regagner leur village, les condoléances de Modi sur Twitter sonnent creux. Selon un récent sondage, seuls 24 % des citoyens de la nation pensent qu’il est le mieux placé pour être le prochain Premier ministre, contre 66 % il y a un an.

Pourtant, il est bien trop tôt pour faire une croix sur l’homme fort de l’Inde. Non seulement il est toujours aux commandes de la machine électorale du BJP, mais il n’y a pas de véritable prétendant à sa couronne. Son autorité à l’intérieur du pays est renforcée par le soutien des partenaires de l’Inde à l’étranger, qui considèrent « la plus grande démocratie du monde » comme un membre essentiel de la coalition émergente destinée à contrebalancer la Chine. Malgré tous ses défauts évidents, cette « alliance démocratique » est essentielle aux stratégies indo-pacifiques des États-Unis et de leurs alliés (voir Le pivot mondial vers l’Indo-Pacifique). Quel que soit le recul de l’Inde par rapport aux normes démocratiques, la Chine est bien pire.

Modi gagne en prestige au niveau national en apparaissant fort à l’étranger. En retour, cela contribue à soutenir son gouvernement autocratique et hindou-nationaliste. Sammy Smooha, professeur à l’université de Haïfa qui a défini l’idée de démocratie ethnique, affirme que le système ne peut survivre que s’il n’est pas soumis à des pressions extérieures. Les États-Unis et leurs partenaires continueront à prétendre que l’Inde est un allié démocratique, même si les preuves montrent le contraire. Et tant que Modi reste au pouvoir, ses pom-pom girls milliardaires sont bien placées pour s’enrichir toujours plus.

À lire également

L’alliance Chine-Pakistan en Afghanistan inquiète l’Inde

Mots-clefs : ,

À propos de l’auteur
Tom Miller

Tom Miller

La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest