Donald Trump en a-t-il fini avec les néoconservateurs ?

17 septembre 2019

Temps de lecture : 2 minutes
Photo : Le Président américain cherche à démontrer qu'il contrôle ses conseillers (c) Pixabay
Abonnement Conflits

Donald Trump en a-t-il fini avec les néoconservateurs ?

par

Hadrien Desuin, rédacteur à Conflits, analyse pour Le Figaro le renvoi de John Bolton par le Président Trump.

«J’ai informé John Bolton hier soir que ses services ne sont plus nécessaires à la Maison blanche. Je n’étais pas du tout d’accord avec bon nombre de ses suggestions, comme d’autres membres de l’administration, et c’est pourquoi j’ai demandé à John sa démission, qui m’a été remise ce matin.

Déjà désavoué publiquement à plusieurs reprises, John Bolton aurait présenté lui-même sa démission la veille du tweet présidentiel. Le fiasco des négociations avec les Talibans, qui devaient se tenir en grande pompe à Camp David à quelques jours de l’anniversaire du 11 septembre, a fait déborder le vase. Les «autres membres de l’administration» n’ont qu’à bien se tenir.

Fidèle à sa réputation d’inlassable faucon, Bolton était partisan d’une ligne extrêmement dure sur les sujets iranien, coréen, chinois et israélien. Ses positions étaient si prévisibles que son maître s’en moquait ouvertement. Il était finalement plus écouté lorsque Donald Trump regardait ses éditoriaux sur Fox news, à une époque où le président américain devait rassurer son camp, à quelques semaines des élections de mi-mandat au Congrès. Mais le président n’était pas le seul à se plaindre de Bolton. Mike Pompeo, secrétaire d’État, pourtant sur la même ligne, cherchait également à l’écarter. Un grand classique: les relations entre le ministre des Affaires étrangères et le conseiller à la sécurité ont toujours été difficiles dans l’histoire des États-Unis.

Bolton a compris qu’il était plus facile de conseiller le président depuis l’extérieur de la Maison-Blanche plutôt que de l’intérieur. N’est-ce pas Tucker Carlson, le journaliste-vedette de la chaîne Fox news qui dans un éditorial aurait décidé le président de ne pas bombarder l’Iran.

Trump aime s’entourer de faucons, on pense à la patronne de la CIA, Gina Haspel, ou encore au nouveau secrétaire à la Défense, Mark Esper. Mais, paradoxalement, il veut négocier la paix à peu près partout. Même sur l’Iran, Donald Trump ne semble pas complètement fermé. Quant à la Russie, il ne cache pas son attirance pour Vladimir Poutine. Il agit comme s’il aimait mettre en avant des collaborateurs agressifs pour mieux jouer le rôle de médiateur et de conciliateur. Il ne serait pas surprenant que le successeur de Bolton soit tout aussi partisan d’une politique étrangère agressive. Le poste n’est pas simple tant il est difficile de suivre la ligne présidentielle, tant le président aime secouer son entourage et lui prouver qu’il peut se forger son opinion tout seul.

Lire la suite dans Le Figaro

Mots-clefs :

À propos de l’auteur
Hadrien Desuin

Hadrien Desuin

Ancien élève de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr, Hadrien Desuin est membre du comité de rédaction de Conflits.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest