La débâcle économique du Sri Lanka : une leçon pour les pays en surendettement

3 août 2022

Temps de lecture : 7 minutes
Photo : An anti government protester shouts slogans against the recent military eviction of their protest camp outside president's office in Colombo, Sri Lanka, Wednesday, July 27, 2022. (AP Photo/Eranga Jayawardena)/EJX103/22208448246560//2207271434
Abonnement Conflits

La débâcle économique du Sri Lanka : une leçon pour les pays en surendettement

par

Le Sri Lanka s’est effondré devant les yeux médusés de la scène internationale. Après avoir opéré un défaut de paiement sur sa dette extérieure puis connu des émeutes sociales causées par la disette et le manque de nourriture, le pays est entré en pleine crise politique. Le Sri Lanka n’est pas un cas isolé : ce qui lui est arrivé menace tous les pays en situation de surendettement.  

Au cours des derniers mois, le monde a été témoin de la profonde crise financière dans laquelle est tombée la nation insulaire du Sri Lanka. Pour faire simple, la nation est en faillite. Le 12 avril 2022, elle a fait défaut sur le paiement des intérêts de sa dette extérieure pour la première fois de son histoire. Le pays de 22 millions d’habitants subit sa pire crise économique depuis son indépendance en 1948. La population est confrontée à des pénuries de carburant, de nourriture, de médicaments, d’électricité et même de papier, alors que les réserves de change se sont taries, bloquant les importations. Les turbulences économiques du pays ont entraîné un bouleversement politique et social qui a plongé le pays dans le chaos et le désordre. L’état d’urgence a été déclaré après que le président Gotabaya Rajapaksa a fui le pays et a finalement été contraint de démissionner à la suite de mois de manifestations de masse liées à la crise économique de l’île.

Un modèle de développement, un exemple d’effondrement

Ce pays, qui était autrefois un modèle de développement, doté d’un système d’éducation et de santé décent et d’un des indicateurs de développement humain (IDH) les plus élevés d’Asie du Sud, supérieur même à celui de l’Inde, a sombré dans un effondrement économique pour plusieurs raisons. Les principales sont l’augmentation de la dette, la mauvaise gestion de l’économie, l’impact de la pandémie et le capitalisme de copinage des formations politiques au pouvoir de la toute puissante famille Rajapaksa qui a dirigé le pays pendant des décennies. En juin, l’inflation a atteint un niveau record de 54,6 % en glissement annuel, et le gouverneur de la banque centrale, P. Nandalal Weerasinghe, a déclaré qu’elle pourrait atteindre 70 %, ce qui a incité la banque centrale à relever ses taux pour faire face à la hausse des prix. Cette situation s’ajoute à la chute de la monnaie locale par rapport au dollar américain de près de 82 % en un an (au 28 juillet 2022), ce qui en fait la monnaie la moins performante du monde.

A lire aussi : Le retour des talibans : répercussions pour l’Asie du Sud

La cause profonde de la crise économique actuelle réside dans des décennies d’endettement et de déréliction fiscale, ainsi que dans le gonflement du déficit des comptes courants. Le gouvernement a enregistré d’importants déficits budgétaires de l’ordre de 8 à 9 % pendant de longues périodes, ce qui a entraîné un niveau très élevé de dette publique, devenu insoutenable. Le ratio dette extérieure/PIB (comprenant principalement des emprunts commerciaux) a bondi de 30 % en 2014 à 42,6 % en 2019.  Ce dernier a principalement contribué à la hausse du ratio dette totale/PIB du Sri Lanka (dette intérieure et extérieure), qui a atteint un niveau record d’environ 101 % du PIB en 2020. Une étude de la Banque mondiale montre que le seuil idéal pour le ratio dette totale/PIB est de 64 % pour les économies de marché émergentes comme le Sri Lanka.

Le pays doit plus de 51 milliards de dollars à des prêteurs étrangers. L’augmentation constante de la dette extérieure du Sri Lanka a largement contribué aux difficultés économiques actuelles du pays. De 2004 à 2019, les prêts commerciaux du pays sont passés de 2,5 % à 56 % du total de ses prêts étrangers, respectivement, ce qui a accru l’instabilité macroéconomique. Fin 2019, le Sri Lanka disposait de 7,6 milliards de dollars de réserves en devises étrangères, qui ont chuté à seulement 50 millions de dollars en avril 2022.

Absence de contrôle de la dépense publique

Selon le FMI, la Chine représente 6,5 milliards de dollars, soit 13 % des réserves extérieures du Sri Lanka. L’afflux de capitaux de la Chine au Sri Lanka appelle une introspection plus détaillée. La Chine a financé le développement de grandes infrastructures au Sri Lanka, en accordant des prêts au cours de la dernière décennie à des conditions souvent décrites comme opaques par certains observateurs, notamment dans le contexte de la participation du Sri Lanka à l’initiative Belt and Road. Dans un exemple souvent cité, le Sri Lanka a été contraint de louer le port de Hambantota en 2017 à une entreprise chinoise pour 99 ans, après avoir échoué à effectuer les remboursements, ce qui témoigne de la façon dont le Sri Lanka est victime de la désormais tristement célèbre « diplomatie du piège de la dette » de la Chine.

À la fin de sa guerre civile en 2009, le Sri Lanka a choisi de se concentrer sur son marché intérieur, au lieu de stimuler son commerce extérieur. Ainsi, les revenus tirés des exportations vers d’autres pays sont restés faibles, tandis que la facture des importations n’a cessé de croître. Le Sri Lanka importe désormais 3 milliards de dollars de plus qu’il n’exporte chaque année, ce qui explique le déficit de la balance courante auquel le pays est confronté et la raison pour laquelle il est à court de devises étrangères.

Passage forcé à l’agriculture biologique

Lorsque la pénurie de devises étrangères du Sri Lanka est devenue un grave problème au début de 2021, le gouvernement a tenté de la limiter en interdisant les importations d’engrais chimiques. Il y a eu un passage soudain aux engrais organiques dans le but de rendre l’agriculture sri-lankaise 100% biologique, ce qui a conduit à de mauvaises récoltes généralisées. Résultat : les prix des denrées alimentaires quotidiennes comme le sucre, le riz et les oignons ont été multipliés par deux. Le Sri Lanka a dû compléter ses stocks alimentaires à l’étranger, ce qui a considérablement aggravé sa pénurie de devises étrangères. Les initiés du secteur soulignent qu’avant la crise économique du pays, la production de thé, qui est le principal produit d’exportation de la nation insulaire, représentant 1,3 milliard de dollars par an et 5 % de la production mondiale de thé, a chuté de 18 % pour atteindre son niveau le plus bas en plus de vingt ans. Cette baisse est due en grande partie à la pénurie d’engrais et de carburant.

A lire aussi : Inde : large victoire du BJP aux élections locales

En outre, la pandémie a pratiquement anéanti le commerce touristique du Sri Lanka, l’une de ses principales sources de devises étrangères. Le tourisme, qui a rapporté 4,4 milliards de dollars à l’économie sri-lankaise et contribué à 5,6 % du PIB du pays en 2018, ne représenta plus qu’un maigre 0,8 % en 2020. Avant même cela, les touristes ont été effrayés par une série d’attentats à la bombe meurtriers dans le pays en 2019. Tout cela a contribué à une forte baisse du niveau des échanges commerciaux en pourcentage du PIB, qui est passé de 33 % en 2000 à 13 % en 2019.

La mainmise d’une famille

Un autre facteur majeur de la catastrophe économique actuelle est le capitalisme de copinage et le népotisme de la famille Rajapaksa au pouvoir. Il s’agit de l’une des familles politiques les plus influentes du pays. Mahinda Rapaksa a été président de 2005 à 2015. Sous son régime, la famille des frères Rajapaksa a dominé pendant des années, tandis que des dizaines de leurs proches occupent des postes élevés au sein du gouvernement. Les frères cadets du président, Gotabaya et Basil Rajapaksa, ont été nommés respectivement secrétaire à la défense et conseiller présidentiel principal. La famille aurait à un moment donné contrôlé jusqu’à 70 % du budget national et a été accusée d’autoritarisme, de corruption et de mauvaise gouvernance. Parmi les accusations auxquelles le président doit faire face, il y a le blanchiment d’argent de 5,3 milliards de dollars hors du pays de manière illégale grâce à son association étroite avec l’ancien gouverneur de la Banque centrale du Sri Lanka.

En 2019, Gotabaya Rajapaksa, le frère cadet de Mahinda Rajapaksa, est devenu président. Il a nommé son frère aîné et ex-président au poste de Premier ministre du pays, tandis que son frère cadet Basil Rajapaksa a été nommé ministre des Finances. Il a été accusé d’extrême négligence et de mauvaise gestion, ce qui a entraîné une aggravation de la crise économique sri-lankaise. Le gouvernement Rajapaksa a également été critiqué pour les importantes réductions d’impôts introduites en 2019, qui ont fait perdre au gouvernement des revenus de plus de 1,4 milliard de dollars par an, aggravant ainsi le manque à gagner de la nation insulaire. En raison de ces réductions d’impôts et de la pandémie, les recettes totales perçues par le gouvernement ont diminué de 48,9 % en 2020 par rapport à 2019, selon le rapport de performance 2020 de l’Inland Revenue Department.

Basil et Mahinda Rajapaksa ont tous deux été victimes de la colère du public, les manifestations se généralisant pour demander la démission du président Gotabaya Rajapaksa en raison des difficultés économiques. Les trois frères et sœurs Rajapaksa sont des acteurs clés de la politique sri-lankaise depuis des décennies, mais ils sont accusés par les manifestants qui sont descendus dans la rue par milliers ces derniers mois de mal gérer l’économie. En outre, le président et son gouvernement ont fait l’objet de critiques dans le pays et à l’étranger pour avoir violé les droits de l’homme, écrasé la dissidence et muselé les médias. Les allégations de corruption ont alimenté les protestations actuelles. Nombreux sont ceux qui pensent que Mahinda Rajapaksa a permis à sa famille de piller les richesses du pays pour son propre profit.

A lire aussi : L’Inde renonce à sa réforme agraire

Le nouveau président sri-lankais, Ranil Wickremesinghe, est à la tête des efforts déployés pour trouver une issue à la crise. Des négociations sont en cours avec le Fonds monétaire international (FMI) en vue d’un programme de prêts, et des pays, dont l’Inde et la Chine apportent leur soutien. Le Sri Lanka fait pression pour obtenir du FMI un éventuel programme de financement élargi de 3 milliards de dollars qui l’aiderait à débloquer d’autres options de financement relais pour payer les importations essentielles. La Banque mondiale a accepté de prêter 700 millions de dollars au Sri Lanka, tandis que l’Inde a apporté un soutien de plus de 3,8 milliards de dollars pour améliorer la grave situation économique du Sri Lanka.

La crise sri-lankaise est symptomatique de problèmes économiques similaires pour d’autres économies émergentes qui pourraient être sur la voie d’une implosion économique similaire, si elles ne font pas preuve d’une prudence fiscale et économique stricte. La pandémie de Covid, le conflit en Ukraine, l’inflation élevée des denrées alimentaires et des carburants, et la hausse des taux d’intérêt américains ont aggravé la situation des pays fortement endettés comme la Zambie, le Liban, le Pakistan, l’Afghanistan, l’Égypte, la Turquie, le Laos, le Népal, la Birmanie, etc. Les leçons douloureuses de la débâcle du Sri Lanka suggèrent la recette de politiques économiques désastreuses et de mauvaise gestion que d’autres pays doivent éviter.

Mots-clefs :

À propos de l’auteur
Mohit Anand

Mohit Anand

Associate Professor EM Lyon : International Business and Strategy
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest