<i class='fa fa-lock' aria-hidden='true'></i> La Grande-Bretagne après le Brexit

20 mai 2021

Temps de lecture : 4 minutes
Photo :
Abonnement Conflits

La Grande-Bretagne après le Brexit

par

Ce qui menace le Royaume-Uni, ce n’est ni le Brexit ni le covid mais les mouvements séparatistes écossais. Ceux-ci déstabilisent le pays et font peser une grande incertitude sur l’avenir. 

Traduction Conflits d’un article d’Anatole Kaletsky initialement publié sur Gavekal

 

Le Brexit, qu’on l’aime ou qu’on le déteste, continuera pendant des années à injecter un élément de folle imprévisibilité dans l’avenir de la Grande-Bretagne. En revanche, les perspectives post Covid, la politique fiscale et la politique intérieure, sont plus claires qu’elles ne le semblaient il y a quelques mois. C’est évidemment vrai pour le Covid, la quasi-totalité de la population britannique adulte étant désormais vaccinée. La menace d’une augmentation des impôts s’est également éloignée à l’horizon 2025 et au-delà, suite au budget de mars. Mais qu’en est-il des élections de la semaine dernière ? Elles se sont soldées, comme prévu, par une large victoire des nationalistes écossais. Les partis qui avaient promis aux électeurs un référendum sur l’indépendance du Royaume-Uni disposent désormais d’une nette majorité au sein du parlement régional écossais. En dépit d’un système de représentation proportionnelle conçu pour rendre presque impossible la majorité d’un seul parti, le parti séparatiste Scottish National Party a remporté à lui seul 64 des 129 sièges d’assemblée disponibles.

A lire également : L’Europe de la défiance

Les difficultés de l’Écosse 

 

Nicola Sturgeon, chef du SNP, a rapidement déclaré qu’un référendum sur l’indépendance de l’Écosse était « inévitable », tandis que Boris Johnson a qualifié cette idée « d’irresponsable et imprudente » et a invité Mme Sturgeon à un « sommet de crise ». Compte tenu des effets sismiques du dernier référendum britannique, on aurait pu s’attendre à ce que la perspective d’un autre soit alarmante pour les investisseurs. En fait, les marchés ont réagi avec indifférence – et à juste titre, pour au moins quatre raisons :

 

Premièrement, le résultat des élections écossaises a été très proche de celui des sondages et n’a donc apporté aucune information nouvelle. En fait, le triomphe du SNP a été légèrement décevant car Mme Sturgeon n’a pas réussi à tempérer les espoirs de majorité absolue, que le système électoral mettait hors de sa portée.

A lire également : Brexit : les îles sont de retour

Deuxièmement, le gouvernement écossais n’a pas le pouvoir d’organiser un référendum sur l’indépendance. Ce pouvoir est réservé au parlement britannique et le SNP l’a bien compris. Sturgeon pourrait organiser un vote indicatif qui ne serait pas juridiquement contraignant, mais ce serait un geste futile car les unionistes boycotteraient l’exercice pour le priver d’autorité morale. Sturgeon le sait mais espère faire honte à Johnson (si une telle chose est possible) pour qu’il autorise un référendum en réponse à un soutien populaire écrasant. Mais pour cela, il faudrait que l’opinion publique écossaise affiche des majorités décisives et stables en faveur de l’indépendance. Tant qu’il n’y a pas de preuve d’une telle vague de fond, Johnson peut gagner du temps et retarder toute confrontation avec Sturgeon, surtout s’il n’exclut pas la possibilité d’un référendum à l’avenir. Il semble privilégier ces tactiques dilatoires plutôt que l’obstruction pure et simple qui exacerberait la colère des Écossais et intensifierait le soutien à l’indépendance.

 

A lire également : Europe des régions ou Europe contre les régions

 

Troisièmement, si le Brexit a suscité un soutien émotionnel à l’indépendance en Écosse, qui a voté de manière décisive pour rester dans l’Union européenne, il a rendu la sécession plus complexe et imprévisible. Le Brexit a ébranlé les hypothèses précédentes concernant les relations commerciales et les contrôles frontaliers avec l’Angleterre, les accords monétaires et les conditions auxquelles l’Écosse pourrait réintégrer l’UE. Malgré ces inquiétudes, le soutien à l’indépendance de l’Écosse continuera probablement à croître, surtout si les dégâts du Brexit deviennent plus visibles. Mais jusqu’à ce que cela se produise, Mme Sturgeon pourrait être de connivence avec les tactiques dilatoires de M. Johnson, car elle ne veut pas de référendum tant qu’elle n’est pas très sûre de le gagner.

 

La fin du Labour dans un nouveau progressisme 

 

Quatrièmement, les élections locales et spéciales qui se sont tenues dans le reste de la Grande-Bretagne ont donné des résultats très favorables aux Tories de Johnson, et bien pires que prévu pour le parti travailliste d’opposition, qui a perdu sa base traditionnelle de la classe ouvrière et des personnes âgées dans les industries et les régions en déclin au profit des Tories et qui perd maintenant de jeunes électeurs instruits et aisés au profit des Verts. En conséquence, les Tories sont presque certains de remporter les prochaines élections générales en 2024 et la Grande-Bretagne peut s’attendre à une stabilité politique remarquable, avec des gouvernements Tories au moins jusqu’à la fin de la décennie, et probablement au-delà. En fait, les Tories vont probablement continuer à gouverner la Grande-Bretagne jusqu’à ce que les partis progressistes trouvent un moyen de s’unifier en un parti d’opposition moderne qui pourrait remplacer le Labour. Dans le cadre du système électoral britannique, ce processus d’unification est difficile et risque de prendre de nombreuses années, voire des décennies. Et si l’Écosse finit par devenir indépendante, ce qui me semble tout à fait probable, cela ancrera encore plus fermement les Tories comme le « parti naturel du gouvernement » dans ce qui reste du Royaume-Uni.

A lire également : La marche de Robert Bruce

En bref, le Royaume-Uni est déjà en passe de devenir un État à parti unique de type japonais, avec ou sans l’Écosse. À terme, une stabilité politique aussi extrême peut conduire à la stagnation économique, comme au Japon. Pour les prochaines années, cependant, les investisseurs peuvent ignorer la politique interne de la Grande-Bretagne et se concentrer sur l’équilibre entre la reprise post-Covid et les dégâts du Brexit. Pour le mois ou les deux mois à venir, cet équilibre devrait rester assez favorable. Mais lorsque l’Europe rattrapera les vaccins Covid et rouvrira ses portes pour l’été, le marché baissier de la livre sterling et des actifs britanniques reprendra probablement.

À propos de l’auteur
Gavekal

Gavekal

Gavekal est une entreprise qui propose des analyses économiques et financières sur l'Asie, la monnaie et les marchés financiers.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest