<i class='fa fa-lock' aria-hidden='true'></i> La mort du roi Harold et l’importance de la technologie

18 juillet 2022

Temps de lecture : 5 minutes
Photo : La Tapisserie de Bayeux C: Kamil Zihnioglu/AP/SIPA
Abonnement Conflits

La mort du roi Harold et l’importance de la technologie

par

Comme l’arbalète qui a changé la donne, les Bayraktars, Javelins et Stingers en Ukraine perdent de leur importance.

Par Stephen Bryen. Paru dans Asia Times. Traduction de Conflits

Personne n’est tout à fait sûr que la bataille d’Hastings d’octobre 1066 a bien eu lieu à Hastings, mais nous savons deux choses avec certitude : le roi anglo-saxon d’Angleterre Harold II (Harold Godwinson) a été vaincu par Guillaume, duc de Normandie, et Harold a été tué par une flèche qui l’a atteint au-dessus de l’œil droit.

Harold n’est pas mort sur le coup, mais il souffrait beaucoup et ne pouvait pas bouger. Alors que la force de l’attaque normande s’intensifiait au cours d’une journée de combat exceptionnellement longue selon les normes médiévales, Harold a été tailladé à mort, d’abord par un chevalier normand anonyme qui lui a brisé la jambe au niveau de l’os de la cuisse, puis par d’autres. Cet événement capital de l’histoire normande est également le récit de la réapparition d’une technologie avancée qui a permis de neutraliser Harold à un moment crucial de la bataille.

Les chevaliers médiévaux portaient des armures en cotte de mailles, représentées avec précision sur la Tapisserie de Bayeux, et des casques « nasaux » en fer. Ces casques de forme conique, plus épais à l’avant qu’à l’arrière, étaient fabriqués à partir d’une seule pièce de fer avec un cache-nez. Lorsqu’il est placé sur la tête, comme le montre la tapisserie, il n’y a presque pas d’espace entre le casque et les yeux du chevalier.

La tapisserie montre Harold frappé par une courte flèche à un angle ascendant. Il y a trois autres flèches encastrées dans son bouclier qui n’ont pas pénétré. Le bouclier lui-même est connu sous le nom de bouclier cerf-volant en raison de sa forme – il était fait de bois laminé et de peau d’animal tendue. Les boucles des bras étaient peut-être en fer. Le bouclier était suffisamment efficace pour arrêter les flèches tirées par les arcs typiques de l’époque. En 1066, le célèbre arc long anglais n’était pas encore apparu. Bien que nécessitant une grande habileté, l’arc long avait une portée considérable et une bonne vitesse. Sur la Tapisserie de Bayeux, la flèche courte qui a blessé Harold a pénétré à un angle ascendant. Aucune sortie n’est visible car le casque aurait arrêté la flèche après qu’elle ait traversé le crâne d’Harold. Il est presque certain que la flèche qui a frappé Harold était en fait un carreau de 35 à 40 centimètres tiré par une arbalète, et que l’arbalète était dans les mains d’un mercenaire turc qui avait été engagé par Guillaume pour la bataille.

À lire également

Les fantassins arbalétriers étaient bien payés et convoités. (On peut voir certains de ces mercenaires sur la Tapisserie ; ce sont des fantassins qui portent la barbe). Au siècle suivant, l’Église catholique a interdit l’utilisation des arbalètes en Europe, principalement parce qu’elles pouvaient tuer des chevaliers en armure et nuire à l’ordre social. En raison de cette décision, des modifications ont été apportées au siècle suivant à la Tapisserie de Bayeux, supprimant les images d’arbalètes qui y étaient représentées. Ces modifications sont visibles car le type de fil utilisé est différent de celui utilisé pour la tapisserie originale. L’utilisation de l’arbalète ne nécessite pas un entraînement poussé et l’arme est d’une précision étonnante.

Les arbalètes remontent à plusieurs siècles et sont peut-être apparues pour la première fois en Chine et en Asie de l’Est. La Bible nous apprend dans 2 Chroniques 26:15 que le roi Ozias « fit faire à Jérusalem des engins inventés par des hommes habiles, pour être placés sur les tours et sur les pavois, afin d’y lancer des flèches et de grosses pierres ». Les Chroniques poursuivent en disant que la « renommée d’Ozias se répandit au loin, car il fut grandement aidé jusqu’à ce qu’il devienne puissant. »

De très grands mécanismes de type arbalète peuvent être utilisés pour lancer de lourdes flèches ou des boulons, ou encore de grosses pierres. Les arbalètes de taille humaine tiraient généralement un seul boulon ou une seule quille, généralement en bois comme le frêne et munie d’une pointe de fer conçue pour pénétrer les armures de mailles. Le cordon de l’arbalète, qui nécessitait une force considérable pour être tiré vers l’arrière (les arbalètes ultérieures étaient équipées d’une manivelle pour y parvenir), était fabriqué en lin, en chanvre et en tendon d’animal. Une arbalète médiévale avait une portée de 180 mètres et une vitesse de flèche d’environ 40 mètres par seconde, soit 145 km/h.

Le véritable génie de l’arbalète réside dans sa fabrication

Une arbalète médiévale se compose d’une section d’arc, appelée prod, et d’un cadre, appelé tiller. C’est dans la flèche que se trouve la plus grande partie de la tension et elle doit être capable de résister à une force considérable. On y parvenait en laminant ensemble différents bois, puis en enveloppant la flèche de tendon. La technologie critique était la colle pour le stratifié. La colle devait être super solide, mais aussi capable de se plier et de s’étirer.

L’arc composite semble être né dans l’ancien Moyen-Orient. Son origine fait l’objet d’un débat : Certains attribuent la technologie aux Sumériens, d’autres aux Cananéens. Les Égyptiens ont été envahis par les Hyksos, qui utilisaient des arcs composites et des chars de « fer » à déplacement rapide.

Les vessies de poisson sont nettoyées et cuites pour former la colle (isinglass) de ces arcs et de l’arbalète. La colle de vessie de poisson est de loin supérieure à la colle fabriquée à partir de tendon d’animal. Elle peut supporter des forces de torsion, est pratiquement insensible à l’humidité, à la chaleur et au froid, et est très stable.

Changeur de jeu

William et Harold étaient tous deux des combattants très expérimentés. Tous deux avaient déjà été engagés dans des batailles majeures et avaient gagné. Guillaume, bien sûr, devait traverser la Normandie. Il disposait d’une force plus réduite d’environ 5 000 hommes, plus les chevaux, le matériel et les provisions. Il a utilisé environ 700 petits bateaux pour la traversée. Si l’arbalète n’avait pas été utilisée lors de la bataille d’Hastings, il est incertain, voire improbable, qu’ Harold aurait été tué. Certains experts pensent qu’ Harold avait piégé les Normands, et que sa force de combat était supérieure et tenait le haut du pavé sur le champ de bataille.

Il semble également que les Normands, en raison de l’état et de l’élévation du terrain sur lequel ils se battaient, aient eu du mal à utiliser leurs chevaliers à cheval pour écraser l’armée d’Harold. Mais lorsque celui-ci a été frappé par un carreau d’arbalète, la donne a changé et, pendant quelques heures, alors qu’ il souffrait, la détermination de son armée a vacillé et s’est finalement brisée.

La leçon à tirer pour les temps modernes est que, de temps à autre, une arme peut, même pour une courte période, changer la donne. Nous avons pu le constater en Ukraine avec des armes telles que le drone Bayraktar, le Javelin et le Stinger. Elles ont permis à une petite force d’Ukrainiens de causer de lourds dommages à la grande force russe. Mais tout comme l’arbalète a perdu de son influence avec l’apparition de l’arc long, puis des armes à poudre, l’arbalète a perdu de son influence avec l’apparition des armes à poudre.

Volodymyr Zelensky devrait penser au sort d’Harold.

À lire également

À propos de l’auteur
Asia Times

Asia Times

La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest