<i class='fa fa-lock' aria-hidden='true'></i> L’Afghanistan et l’avenir de la puissance américaine

2 février 2022

Temps de lecture : 10 minutes
Photo :
Abonnement Conflits

L’Afghanistan et l’avenir de la puissance américaine

par

Avec le départ de Donald Trump, l’OTAN et les relations transatlantiques devaient connaître une nouvelle naissance. En février, le président Biden a déclaré que « l’Amérique est de retour, l’alliance transatlantique est de retour » et le président du Conseil européen Charles Michel a roucoulé en réponse : Welcome back, America. »

En juin, M. Biden a participé au sommet du G7 à Cornwall, en Angleterre, suivi immédiatement du sommet de l’OTAN à Bruxelles pour discuter de l’avenir. Pourtant, l’homme qu’une grande partie de l’Europe occidentale a annoncé, dans sa hâte de montrer son dégoût pour le président Trump, comme un retour à un « leadership adulte » à la Maison-Blanche a, en quelques mois de mandat, présidé à ce qui n’a été rien de moins qu’un désastre pour l’alliance de l’OTAN, avec pratiquement aucune coordination avec les alliés européens, et un déclin précipité de la crédibilité et de la position de l’Amérique dans le monde qui a fait d’elle un objet de dérision. Le résultat s’avère être une crise majeure dans la relation transatlantique qui laisse sans réponse de nombreuses questions sur l’avenir de cette relation – ainsi que sur la manière dont la puissance américaine sera exercée dans le monde à l’avenir. Alors que l’on s’attendait à ce que Biden veille à ce qu’une attention accrue soit accordée aux intérêts et aux souhaits des partenaires internationaux de l’Amérique, l’administration Biden n’a même pas essayé de coordonner le retrait américain d’Afghanistan avec ses alliés européens, faisant courir de graves risques aux citoyens et au personnel diplomatique européens et portant atteinte à leurs intérêts. Au début du mois de juin, Jeremy Shapiro, directeur de recherche au Conseil européen des relations étrangères, a noté que « l’équipe Biden a établi un modèle de travail avec l’Europe dans lequel, sous la politesse de surface, elle accorde assez peu d’attention aux préoccupations européennes ». Cette opinion n’a pas eu beaucoup d’écho à l’époque. Aujourd’hui, après l’Afghanistan, même des médias qui avaient fortement soutenu Biden, comme le Guardian, ont décrié « le retrait chaotique et humiliant de l’Amérique » et admis qu’il avait « ébranlé la foi de vieux alliés ». La conférence de presse de Biden sur l’Afghanistan à la fin du mois d’août a été une démonstration complète du déni qui imprègne la Maison-Blanche, Biden affirmant que les alliés européens de l’Amérique soutenaient pleinement à la fois la décision américaine de se retirer et la manière dont Biden s’est retiré, et niant que les alliés américains remettent en question la crédibilité des États-Unis sur l’Afghanistan, ce qui n’est pas vrai. Comme l’a écrit l’auteur et journaliste britannique Douglas Murray : « L’image de Biden en tant que leader compétent, capable et sage n’a pas survécu à sa première rencontre avec la réalité. »

À lire également

Nouveau hors-série : Armée de terre, le saut vers la haute intensité

La rencontre avec la réalité

Un nouveau livre du journaliste américain Bob Woodward rapporte que les alliés de l’OTAN ont exercé de fortes pressions sur le secrétaire d’État américain Antony Blinken, lors d’une visite en mars au siège de l’OTAN à Bruxelles, pour qu’il ne se retire pas précipitamment, mais qu’il utilise le processus de retrait afin de conserver un certain poids pour faire pression en faveur d’un règlement politique. Lors de sa tournée triomphale en Europe en juin, Josep Borrell, le plus haut diplomate de l’UE, rappelant les énormes problèmes causés par l’afflux de réfugiés de Syrie au cours de la dernière décennie, a averti que le retrait américain d’Afghanistan et la remise du pays aux talibans mettraient la sécurité européenne en danger. M. Biden a assuré les alliés américains que les États-Unis maintiendraient une présence sécuritaire suffisante en Afghanistan pour permettre à nos alliés de continuer à opérer en toute sécurité à Kaboul et que les « facilitateurs américains essentiels » resteraient à Kaboul. Sur la base de ces assurances, nos alliés de l’OTAN ont estimé que leurs ambassades pourraient continuer à fonctionner et que leur personnel serait en sécurité. Il est difficile de surestimer le niveau de frustration suscité par les actions de l’administration Biden. Le point de vue d’un ambassadeur européen anonyme résume l’attitude à l’égard de la façon dont l’administration Biden a géré l’Afghanistan par rapport à ses alliés européens : « Nos alliés américains nous ont joué un très vilain tour. » Dans le cas du Royaume-Uni, la « relation spéciale » a de sérieux problèmes. À un moment donné, alors que les talibans s’emparaient de Kaboul, Biden a esquivé pendant trente-six heures les appels du Premier ministre britannique Boris Johnson, qui cherchait à se coordonner. Le Parlement britannique a réagi de manière unanime et sans équivoque aux actions de Biden et a publié ce que le Telegraph a qualifié de « réprimande sans précédent à un président américain » au fur et à mesure que la débâcle se déroulait. Le Telegraph a noté « la transformation complète de la perception de la présidence Biden par les élites », écrivant que : « Les scènes obsédantes de chaos à l’aéroport de Kaboul ont été dénoncées même par des admirateurs de gauche, par presque toutes les factions du débat sur la politique étrangère, en fait, de ceux qui pensent que nous devrions rester à Kaboul à ceux qui pensent que nous n’aurions jamais dû y aller. Le retrait sordide et désespérément mal géré des États-Unis est important pour l’ensemble de la communauté occidentale, car il a de sinistres conséquences humanitaires, les islamistes ont gagné une base d’opérations et nos concurrents mondiaux sont enhardis. »

Perte de crédibilité mondiale

La Chine a joyeusement présenté cette affaire comme un parfait exemple de ce que Pékin prédit depuis longtemps : le déclin inévitable et irréversible de l’Amérique. S’appuyant sur les doutes que cette débâcle a fait naître à Taipei quant à la fiabilité de l’Amérique en tant que partenaire face à un Pékin très déterminé, le Global Times, un organe de propagande du Parti communiste chinois, a tweeté : « D’après ce qui s’est passé en Afghanistan, les habitants de Taïwan devraient comprendre qu’une fois qu’une guerre éclatera dans le détroit [de Formose], la défense de l’île s’effondrera en quelques heures et l’armée américaine ne viendra pas à l’aide. En conséquence, il [le Parti démocratique progressiste de Taïwan] se rendra rapidement. » La cote de popularité de l’opinion publique britannique à l’égard des États-Unis et le soutien à la relation transatlantique, qui a des implications stratégiques très réelles, ont été durement touchés par la crise afghane. Un sondage réalisé au Royaume-Uni à la fin du mois d’août a révélé une baisse de 10 % des attitudes favorables à l’égard des États-Unis. Le manque de confiance de l’opinion publique parmi les amis et alliés les plus proches de l’Amérique n’est pas de bon augure pour la capacité des États-Unis à maintenir l’ordre mondial. Les Français, pour leur part, ont été exaspérés par les actions afghanes de Biden. Emmanuel Macron, qui prêche depuis longtemps la cause de l’autonomie stratégique de l’Europe (en février, il a déclaré au Financial Times que « l’Europe ne peut pas déléguer sa protection et la protection de son voisinage aux États-Unis »), a doublé ce message depuis. Avec un timing qui n’aurait pas pu être pire étant donné la nature ténue des relations transatlantiques, la situation a été exacerbée par l’intervention de Biden à la mi-septembre et l’annulation de l’accord français avec l’Australie. L’Allemagne, elle aussi, a été durement touchée par les actions de Biden, notant l’impact du retrait américain d’Afghanistan sur l’OTAN, qu’Armin Laschet a qualifiée de « plus grande débâcle que l’OTAN ait connue depuis sa fondation ». En effet, l’Allemagne est particulièrement frustrée par la débâcle de Biden en Afghanistan, étant donné que l’Afghanistan, en soutien à l’invasion américaine il y a vingt ans, était le premier endroit où des troupes allemandes avaient été déployées en dehors de l’Europe depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Les alliés et partenaires mondiaux de Washington expriment ouvertement leur consternation face à l’imprudence de M. Biden et remettent en question la compétence et la crédibilité fondamentales de son administration, tandis que les opposants de l’Occident sont enhardis pour les mêmes raisons. Jens Stoltenberg, secrétaire général de l’OTAN, a fermement défendu la valeur de l’OTAN pour l’Europe et a critiqué les discussions sur une force militaire européenne indépendante de « réaction rapide », affirmant qu’elle affaiblirait l’alliance et diviserait l’OTAN. Bien qu’il soit difficile d’imaginer qu’une force militaire européenne indépendante puisse voir le jour pour un certain nombre de raisons, dont la moindre n’est pas due à ce que Jeremy Shapiro appelle « l’aversion des Européens pour les dépenses de défense », la grave crise de confiance actuelle à l’égard de la compétence, de la capacité et de la volonté de diriger des Américains témoigne toutefois de la tectonique changeante d’un ordre international en mutation rapide dans lequel le rôle que doivent jouer les États-Unis n’est pas tout à fait clair.

L’attaque du progressisme

La doctrine du déploiement des forces militaires américaines semble changer après l’Irak et l’Afghanistan. Début septembre, Biden a annoncé la fin « d’une ère d’opérations militaires majeures visant à construire d’autres pays ». Pourtant, les responsables de l’administration Biden affirment qu’il « est à l’aise avec l’idée de soutenir la diplomatie américaine par une posture militaire musclée ». Cependant, si ni les alliés ni les ennemis ne croient plus que les États-Unis ont la volonté d’agir lorsque cela est nécessaire, le monde devient un endroit beaucoup plus dangereux, un fait qu’Armin Laschet, entre autres, reconnaît clairement. L’armée américaine, comme toutes les armées du monde, est un outil du pouvoir politique et dépend d’un leadership politique et diplomatique américain compétent pour être efficace dans son rôle de maintien de l’ordre mondial fondé sur des règles que les États-Unis ont tenté de cultiver depuis 1945. La nature et la qualité du leadership politique à un moment donné déterminent fortement le rôle que l’armée américaine peut jouer efficacement pour soutenir les valeurs et les alliances américaines à l’étranger. Cela n’a jamais été aussi vrai qu’aujourd’hui. Déjà présente de manière incontrôlée dans la vie universitaire, institutionnelle et culturelle, la théorie de la déconstruction a également infecté de plus en plus la politique de sécurité américaine. L’administration Biden a forcé l’armée à dépenser son énergie à contrôler la pensée des militaires et à poursuivre des expériences sociales et culturelles progressistes. L’administration actuelle et ses partisans radicaux ont décidé de faire de l’armée américaine le dernier front de la guerre culturelle du progressisme, que même les alliés européens de l’Amérique décrient, alarmés par ce qu’ils considèrent comme « une idéologie militante radicale » qui menace leurs propres sociétés en « recherchant et en dénonçant les oppressions comme un gage de leur vertu ». (Le Point, janvier 2021) L’armée est poussée par l’administration Biden (comme elle l’était auparavant sous l’ancien président Obama et avec la collaboration active de certains officiers supérieurs qui ont adhéré à la théorie de la déconstruction) à accepter cette théorie avec toutes ses implications pernicieuses et son caractère diviseur, et cette pensée gauchiste radicale infecte maintenant l’armée avec des implications destructrices non seulement pour la sécurité américaine, mais aussi pour celle de nos alliés. La poussée de ces perspectives radicales dans des domaines tels que la race et le sexe sape le sens du devoir, de la responsabilité et du respect mutuels, ainsi que l’unité d’identité et l’unité de but qui ont jusqu’à présent caractérisé la culture de l’armée américaine et dont dépend son succès. En ce qui concerne la race, elle enseigne que tous les Blancs sont des « oppresseurs » et que les non-Blancs doivent considérer leurs camarades blancs comme des ennemis plutôt que comme des Américains et des défenseurs de la Constitution américaine, à laquelle ils ont tous prêté serment. Plutôt que E Pluribus Unum, le résultat est E Unum Pluribus – qu’elle traite de la race, du sexe ou de quoi que ce soit d’autre, la théorie de la déconstruction est une idéologie qui divise par nature. Étant donné que l’Amérique a toujours été une idée (qu’une culture particulière devait soutenir) et que le credo national américain a toujours eu la capacité unique d’unifier les gens de toutes les races, couleurs et origines, les effets du wokisme ont été particulièrement horribles en raison de son impact sur l’expérience nationale américaine et le sentiment d’identité nationale. Plus les fondements moraux du sentiment historique d’identité nationale de l’Amérique sont attaqués et sapés, moins les États-Unis seront capables d’être une force positive et un facteur de stabilité dans le monde. C’est d’autant plus vrai que l’armée américaine, garant de l’ordre mondial, s’imprègne de ce mode de pensée. Les stratèges militaires américains et alliés ont longtemps reproché à des adversaires potentiels tels que la Chine d’avoir des armées extrêmement politisées. Dans le cas de la Chine, beaucoup de temps est consacré à la formation idéologique et à la garantie que l’engagement envers le Parti communiste chinois l’emporte sur tout autre engagement, ce qui a pour effet de miner l’efficacité militaire. Cependant, les États-Unis sont en train de suivre le même chemin. En dehors de cette question, et bien que les échecs politiques liés à l’armée en général et à l’Afghanistan en particulier soient flagrants, il y a lieu de s’inquiéter de l’existence de faiblesses dans la manière dont l’armée américaine opère lorsqu’elle est déployée, qui continueront à avoir un impact négatif sur son efficacité si elles ne sont pas corrigées. La doctrine du déploiement des forces peut changer après l’Afghanistan, mais ce changement n’aura aucune importance à long terme si la culture de l’armée elle-même ne change pas.

L’armée forme des conformistes

Andrew Milburn, marine et officier des opérations spéciales à la retraite, note que la défaite des États-Unis en Afghanistan ne peut être imputée entièrement aux politiciens, mais qu’elle est également due, dans une large mesure, à une culture institutionnelle de l’armée qui n’encourage pas la libre pensée et qui n’est pas à l’aise pour opérer en dehors de la structure préétablie. Il déclare que « la défaite américaine en Afghanistan devrait nous faire comprendre qu’il est temps de changer cette culture » et que les officiers militaires « sont le produit d’une institution qui n’encourage pas la pensée critique, et que tout sens de l’autonomie intellectuelle ou morale a simplement été matraqué par une vie passée à suivre les procédures, à s’accrocher à la lettre de la loi ». En d’autres termes, l’armée américaine a tendance à produire des conformistes. Plus généralement, la capacité de l’armée américaine et de la bureaucratie civile qui la dirige à tirer des leçons de leurs erreurs est, au mieux, discutable. Depuis plus de dix ans, les rapports SIGAR sur l’Afghanistan font état d’une corruption endémique (tant du côté américain que du côté afghan), de milliards de dollars américains manquants et gaspillés, du vol d’équipements militaires américains, etc. L’expression « gaspillage, fraude et abus importants »apparaît régulièrement dans ces rapports et le SIGAR a estimé qu’entre 2008 et le 31 décembre 2019, 19 milliards de dollars ont été perdus à cause du gaspillage, de la fraude et des abus, soit 30 % du montant examiné. En remontant plus loin dans le passé, Rufus Philips, qui a été actif au Sud-Vietnam pendant la majeure partie des années 1950 et 1960 en tant qu’officier militaire de la CIA et fonctionnaire civil et qui a contribué à diriger les efforts de l’USAID dans ce pays entre le début et le milieu des années 1960, a écrit en 2008 dans son livre Why Vietnam Matters : An Eyewitness Account of Lessons Not Learned, qu’un grand nombre des erreurs commises au Vietnam par les militaires et la bureaucratie civile se répétaient en Irak et en Afghanistan. Il est dans l’intérêt des alliés européens de l’Amérique, ainsi que du monde dans son ensemble, que les États-Unis mettent de l’ordre dans leurs affaires – politiquement, militairement, économiquement, etc. Les défis auxquels sont confrontés les États-Unis et l’Occident sont considérables, tant sur le plan extérieur que, surtout, sur le plan intérieur. Pourtant, les États-Unis ont fait preuve d’une remarquable capacité de renouvellement moral et politique au cours de leur histoire. Espérons que l’Amérique relèvera ce nouveau défi comme elle a relevé les graves défis du passé. La forme future du monde en dépend.

À lire également

L’espace-temps du terrorisme et de l’insurrection victorieuse en Afghanistan

À propos de l’auteur
Paul Coyer

Paul Coyer

Paul Coyer est docteur en relations internationales. Il est diplômé de Yale et de la London School of Economics. Il est Research Professor à The Institute of World Politics, et professeur associé à l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr. Il écrit dans plusieurs médias américains.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest