Livres de la semaine – 18 février

18 février 2022

Temps de lecture : 5 minutes
Photo : Livres de la semaine Bibliothèque de Sorbonne (c) Wikicommons
Abonnement Conflits

Livres de la semaine – 18 février

par

 La sélection des livres de la semaine vous conduit au voyage. Sur les océans ou au cœur du bloc populaire, en Russie ou dans les Balkans, pour comprendre un monde émietté. Bonne lecture.

  

Jérôme Sainte-Marie, Bloc populaire, Une subversion électorale inachevée, Le Cerf, 2021,20€.

Si Emmanuel Macron en 2017 fédère autour de lui la bourgeoisie libérale de droite et de gauche en un bloc, sa volonté de transformation radicale du pays a conduit à faire renaitre un bloc populaire.

L’auteur s’appuie sur les écrits d’Antonio Gramsci, fondateur du Parti communiste italien et prisonnier du régime mussolinien, pour définir le bloc populaire. La force de ce bloc est sa composition, faite d’une large base sociale. Celle-ci prend de plus en plus son autonomie au fil des crises et des déceptions. Pourtant, son idéologie demeure plus claire dans ses oppositions que dans ses vœux.

En France, la rencontre de la souffrance sociale et de la douleur patriotique ont souvent conduit à des épisodes révolutionnaires. Le consentement à l’État et la confiance dans les élites ne sont plus suffisants pour faire abstraction d’un sentiment de péril extérieur. Ce qu’on nomme aujourd’hui populisme se nourrit des conséquences de la mondialisation qui se ressent davantage chez les populations populaires : immigration et désindustrialisation.

L’auteur démontre que le bloc populaire possède bien un fort potentiel mais qu’il n’est pas encore solidement constitué. Son expression politique se limite aujourd’hui aux manifestations et au vote. Cette situation le place en déséquilibre face au bloc élitiste qui s’accommode du capitalisme et se rassemble autour d’institutions qui en découle. Le bloc populaire lui ne possède pas des organes d’expression politique autonome, il est contraint de déléguer la défense de ses intérêts.

Dans son précédent essai de 2019 Bloc contre bloc, l’auteur démontrait l’état de la polarisation dans lequel se trouve la France à l’issue de la précédente élection présidentielle. Jérôme Sainte-Marie nous fait ici une autopsie du bloc populaire, et émet la possibilité d’une future alternance pour 2022 entre groupes élitistes et populaires.

À lire également

Nouveau Numéro : Nucléaire l’atome, futur des armées et de l’énergie ?

David Teurtrie, Russie, Le retour de la puissance, Armand Colin, 2021, 22.90€

David Teurtrie, chercheur résidant en Géorgie mène ici une enquête minutieuse sur la puissance de ce pays-continent qu’est la Russie.

L’auteur s’intéresse aux politiques de souveraineté économique, établie en réponse aux sanctions économiques occidentales. Il montre comment le pays est sorti au début des années 2000 de la crise économique dans lequel il était plongé. En 2020 pour la première fois depuis des dizaines d’années la Russie est devenue exportatrice nette de produits agricoles.

Le pays obsédé par son indépendance, travaille aujourd’hui à la création d’un internet russe, un réseau de satellite propre et un vaccin contre le covid. Cette obsession favorise les réserves de change et les dépenses militaires au détriment de la protection sociale. L’État ne consacre que 3,5 % du produit intérieur brut à la santé (contre 10,9 % en France). L’auteur pose alors la question de l’avenir de la Russie, le pays est-il vraiment devenu une grande puissance ? Des écarts de niveau de vie restent importants selon les territoires, le pays est resté très dépendant de l’évolution des prix des énergies fossiles, son isolement sur la scène internationale est l’une de ses faiblesses.  David Teurtie analyse la classe dirigeante russe et répond aux interrogations que pose l’après-Poutine.

Alexis Troude, Les Balkans, une zone grise au cœur de l’Europe, Libres, 2022, 23€

Les pays des Balkans sont le parfait exemple de ce que peut être un État failli en Europe. Anciennement sous le giron du Kremlin, certains sont aujourd’hui membres de l’Union européenne ou de l’OTAN. La faiblesse des Etats et l’influence de pays comme la Chine et la Russie, mais aussi des acteurs de l’économie parallèle et la pression des islamistes, rendent cette région de l’Europe orientale particulièrement instable. Ces Etats sont marqués par une gouvernance déficiente, un chômage de masse, le népotisme ou les thématiques nationalistes ont du mal à rejoindre les standards européens.

L’auteur se fait le relais du diplomate Michel Foucher ancien conseiller d’Hubert Védrine, en appelant à repenser les frontières du sud-est de l’Europe. Les résurgences des actions des séparatistes ont montré l’échec de la délimitation des frontières à l’issue de la guerre yougoslave, dans la réponse à la question nationale.

Pour l’auteur, cette zone grise en Europe doit pousser l’Union européenne à agir en urgence pour redéfinir une politique de prise en compte des aspirations des peuples balkaniques à plus de démocratie et de prospérité. Pour cela, elle doit engager un dialogue plus direct avec les puissances russes et chinoises.  Dans ce contexte, la France doit avoir son rôle à jouer, elle possède un réseau francophile solide en Serbie ou en Roumanie et des intérêts propres dans cette région. Alexis Troude croit en la constitution d’une zone d’influence française s’étalant de Brest à la Bulgarie.

Jean-Louis Étienne, Explorateur d’océans, Paulsen, 2021, 21€

Jean-Louis Étienne raconte l’histoire d’un homme qui a choisi de tracer sa propre route. Cette histoire commence par un jeune garçon, dont les rêves pointaient vers les plus hautes montagnes enneigées. Pourtant, il fera le choix de la Marine nationale lors de son service militaire. Matelot du Père Jouan, ensemble, ils rendent espoir a des jeunes en rupture avec la société. Ils leur apprennent à se débrouiller seuls pour devenir heureux. Puis compagnon d’équipage du grand Éric Tabarly, à bord du Pen Duick VI, il découvre au fil d’un tour du monde les hémisphères de glace.

L’aventurier nous fait vivre dans cette autobiographie le quotidien de ses expéditions polaires en reprenant son journal de bord. Il nous raconte comment dans les années 1980 et 1990, en étudiant les carottes glaciaires, il prend conscience de l’accélération des évolutions climatiques depuis la révolution industrielle. Infatigable défenseur de la planète, il continue son combat dans ses livres et conférences.

Jean-Marie Guéhenno, Le premier XXIe siècle, de la globalisation à l’émiettement du monde, Flammarion, 2021, 21.90€

Après la chute du mur de Berlin, les individus pensaient pouvoir changer le monde. La confiance dans la démocratie s’effrite en Occident et le renouveau d’anciennes puissances qui tentent de reprendre place dans le collège des nations rendent le monde aujourd’hui plus conflictuel. Ce malaise apparaît alors que l’humanité connaît une révolution semblable à l’invention de l’imprimerie : la révolution technologique d’Internet et de l’intelligence artificielle. Ces technologies pourraient faire émerger une seconde renaissance, mais elles restent pour l’instant un nouveau terrain de conflits entre certains pays et grandes entreprises.

Pour compléter la présentation de l’ouvrage, retrouvez l’entretien que Jean-Marie Guéhenno a accordé à Conflits.

À lire également

Hors-série : Armée de terre, le saut vers la haute intensité

Mots-clefs :

À propos de l’auteur
Revue Conflits

Revue Conflits

Fondée en 2014, Conflits est devenue la principale revue francophone de géopolitique. Elle publie sur tous les supports (magazine, web, podcast, vidéos) et regroupe les auteurs de l'école de géopolitique réaliste et pragmatique.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest