<i class='fa fa-lock' aria-hidden='true'></i> Matteo Salvini. Le bulldozer italien

5 janvier 2020

Temps de lecture : 5 minutes
Photo : Rencontre entre Matteo Salvini et ses sympathisants au marché Via Fauchè, Auteurs : Stefano De Grandis/AGF/SIPA, Numéro de reportage : 00924549_000027.
Abonnement Conflits

Matteo Salvini. Le bulldozer italien

par

Souverainiste et libéral en économie, défenseur du peuple et des familles, pourfendeur de l’immigration, le patron de la Ligue domine la coalition de droite qui enchaîne les victoires aux régionales, en attendant la chute de l’improbable duo au pouvoir à Rome.

 

« Vinci Salvini » ! Le jeu-concours de la Ligue sur les réseaux sociaux cartonne. Les gagnants ont droit à une rencontre avec son chef, le « produit d’appel » de la nouvelle droite nationaliste et populaire de la Péninsule : Matteo Salvini. Star sur Twitter, Facebook et Instagram, la tablette toujours à portée de ses doigts, celui que ses compatriotes appellent « Matteo », « Teo » ou « Il Capitano » est aussi présent et percutant dans les nouveaux forums numériques de la politique italienne qu’à la radio et la télévision ou sur le terrain ; pas un jour sans que le charismatique politicien n’enchaîne les interventions et les déplacements à un rythme infernal. Redevenu sénateur en septembre, après sa démission de ses fonctions de ministre de l’Intérieur et vice-président du Conseil, Salvini, 46 ans, impose son tempo stratégique à ses adversaires. Et engrange les victoires tactiques. En cinq ans, le Milanais a transformé le petit parti régionaliste d’Umberto Bossi en une machine de guerre taillée pour la prise de Rome. Entre décembre 2013, au moment où il hérite du pouvoir, et aujourd’hui, le visage de l’Italie est en passe de changer. 16 régions sur 20 étaient à gauche, 12 sont désormais à droite ; depuis les législatives de mars 2018, ses scores ont progressé de 20 points. De partenaire d’appoint de Forza Italia, le parti usé du milliardaire Sivio Berluconi, la Ligue s’est muée en leader des droites italiennes et en catalyseur de la victoire. Ses supporters l’attendent. Les sondeurs la prédisent.

1. Il Capitano pêche à la ligne

 

Dans son bureau, Salvini expose un petit bulldozer, son objet fétiche. On dit aussi de lui qu’il a la patience du pêcheur à la ligne. Cet été, il a bien cru que son heure était venue. Il a tenté une manœuvre osée pour rafler la mise. Arguant de leurs désaccords croissants, il met fin brutalement à l’alliance de gouvernement baroque qu’il avait formé en juin 2018 avec Luigi di Maio, le patron du très démagogique Mouvement 5 Étoiles (le « M5S »). Son but est de provoquer des élections législatives anticipées pour remporter la majorité absolue. Contre toute attente, le M5S lui coupe l’herbe sous le pied en s’acoquinant avec le Parti démocrate, la formation de centre gauche dont il n’avait cessé de vilipender son leader, Matteo Renzi, le « Macron Italien », lorsqu’il gouverna l’Italie entre 2014 et 2016. Mais cela ne semble que partie remise : tous les sondages placent la Ligue en tête. Le 27 octobre, les régionales en Ombrie l’ont confirmé. Ce bastion de la gauche depuis cinquante ans a basculé à droite. Ce 26 janvier, Matteo Salvini et ses alliés rejoueront le match en Calabre et en Émilie-Romagne. Puis viendront la Campanie, la Ligurie, la Toscane, la Vénétie, les Marches et les Pouilles… Et peut-être, d’ici là, se présentera-t-il une nouvelle chance de revenir au pouvoir à Rome ; chacun y guette le grain de sable qui fera déraper l’attelage M5S-PD.

A lire aussi: Les trois moments du populisme

Plus à l’aise en jean-baskets qu’en costume-cravate, la barbe noire fournie et la bedaine proéminente – il assume un goût immodéré pour les spaghettis aux palourdes –, ce père divorcé de deux enfants, qui revendique avoir eu seulement quatre femmes dans sa vie, vient du peuple et est toujours connecté à lui, notent les observateurs. Il « est resté le même jeune homme qu’il était, aussi empathique sur les réseaux sociaux qu’il est toujours dans la vraie vie » relate la journaliste Marie d’Armagnac, auteur de Matteo Salvini, l’indiscipliné (L’Artilleur). Cette posture explique le parcours et les options de ce pragmatique assumé, quitte à être parfois un peu difficile à suivre. Né en 1973 à Milan, d’un père cadre dans la chimie et d’une mère interprète, le jeune Matteo a été élevé au lait de l’école catholique, des scouts et de l’AC Milan, le club de foot rouge et noir que posséda longtemps Berlusconi. À 17 ans, ce fan du Brassens italien Fabrizio De André s’engage comme militant à la Ligue lombarde. Étudiant médiocre en sciences politiques et en histoire, il quitte bientôt l’université pour se vouer corps et âme à sa « petite patrie » : Milan. En 1993, le parti conquiert la capitale économique, financière et universitaire du pays. À 20 ans, Matteo devient conseiller municipal. Ses premiers combats lui sont dictés par le « réel ». Il soutient les associations qui s’occupent des femmes enceintes dans le besoin pour leur éviter un recours à l’avortement. Il ferraille contre la redevance télé payée par les ménages pauvres. Il inaugure un numéro vert pour signaler les étrangers délinquants. C’est l’époque où il arbore à l’oreille un brillant vert – la couleur historique de la Ligue (aujourd’hui, c’est le bleu). Il y gagne la réputation de gauche qui lui colle encore à la peau.

Matteo Salvini, ancien Ministre de l’Intérieur du Gouvernement italien et maintenant sénateur.

2. Du vert au bleu

 

Puis vient la période de la professionnalisation à Radio Padania. En 1999, il entre au média de la Ligue comme apprenti journaliste. Il en gravit tous les échelons jusqu’à diriger l’antenne, de 2003 à 2013. Cette « incroyable école de formation », comme il la présente, lui enseigne l’importance de prendre le pouls de la population, et « que la communication est un instrument fondamental, surtout quand elle est libre et sans compromis ». En parallèle, il poursuit son ascension politique. En 2004, à 31 ans, il est élu député européen. Mais il doit s’effacer au profit d’un proche de Bossi. En 2008, il devient député de Lombardie. Un an plus tard, il démissionne pour siéger à Strasbourg. En 2013, enfin, il ravit le parti au nez et à la barbe d’un clan Bossi empêtré dans des histoires de corruption. Les coudées franches pour relancer la formation au bord du naufrage, il abandonne le logiciel régionaliste pour le souverainisme, cesse ses attaques contre le sud pour cibler Bruxelles, adopte une stratégie nationale en reprenant à Forza Italia le flambeau du rassemblement des droites. En 2018, il savoure ses premières victoires. La droite remporte les législatives avec 37 % des voix. La ligue passe en tête de la coalition et accède à la troisième place toutes formations confondues. Les européennes de 2019 confirment la percée du « petit César », comme le surnomme un politologue français : la ligue réalise 34 %.

A lire aussi: La mafia, histoire d’une organisation criminelle

Salvini a le « côté viril de Sarko, mais sans les mocassins », décrivent les journalistes parisiens qui l’ont rencontré. Si ce lecteur de Gramsci, Einaudi ou d’Annunzio a effectué un virage à droite, son programme reflète son pragmatisme et la diversité des influences qui s’exercent sur lui. Il ne prône plus, comme au début, la sortie de la monnaie unique. Il se contente de prédire son implosion, tout en préconisant le bras de fer avec Bruxelles. Sur la scène internationale, il vote pour Netanyahou, Shinzo Abe, Trump et surtout Poutine, « l’une des personnes les plus intelligentes qui soient actuellement ». Libéral en économie, il est partisan du choc fiscal ; seule la croissance, pense-t-il, permettra de résorber la dette publique (132 % du PIB). Au gouvernement, il a été bloqué par le M5S pour mettre en œuvre ce programme. En matière sociale, sa majorité a détricoté la réforme des retraites de la gauche, car elle aurait conduit les plus pauvres à travailler plus longtemps. S’il s’est opposé au RSA italien que voulait le M5S, il confie maintenant être convaincu de sa nécessité. Sous la houlette de son proche, Lorenzo Fontana, son gouvernement a renoué avec une véritable politique profamille.

 

Au ministère de l’Intérieur, le Milanais soigne sa popularité en luttant contre l’immigration. Grâce à ses deux lois Sécurité qui permettent d’interdire les eaux territoriales aux bateaux-taxis, il a littéralement asséché les entrées des clandestins par la mer. Entre 2017 et 2018, elles sont passées de 120 000 à 18 000. Ce succès lui a attiré l’opprobre des cardinaux progressistes et du pape. « Vade Retro Salvini », titre un périodique proche du Vatican. L’accusé rétorque : « Pour un cardinal contre moi, j’ai dix curés ! » À Milan, le 18 mai 2019, lors du meeting de clôture des européennes, Salvini déclare à ses supporters : « je suis le dernier des catholiques », puis il implore le ciel de lui donner la victoire. Aujourd’hui, 33 % des catholiques votent pour le charismatique menhir milanais. Ce « jeune » politique qui confesse aussi volontiers un faible pour le Moyen Âge : « Ce sont les racines de l’Europe chrétiennes. »

À propos de l’auteur
Mériadec Raffray

Mériadec Raffray

La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest