<i class='fa fa-lock' aria-hidden='true'></i> Poutine, le gaz et l’Europe

26 janvier 2022

Temps de lecture : 4 minutes
Photo : Poutine, le gaz et l’Europe. C : Gavekal
Abonnement Conflits

Poutine, le gaz et l’Europe

par

La fixation du prix des hydrocarbures est le premier levier diplomatique de Vladimir Poutine. Les incertitudes sur l’avenir de l’Ukraine, où passe le gazoduc en direction de l’Europe occidentale, inquiète les investisseurs.

Article de Tom Holland pour Gavekal, Traduction de Conflits

« Je ne peux pas vous prédire l’action de la Russie. C’est une devinette enveloppée dans un mystère à l’intérieur d’une énigme », déclarait Winston Churchill en 1939. Malheureusement pour les investisseurs, l’action de la Russie sera probablement le principal facteur déterminant des prix de l’énergie en 2022. À l’heure où les prix du gaz naturel augmentent de 320 % par an et où le pétrole atteint son plus haut niveau depuis sept ans (87 dollars le baril), les prix de l’énergie seront probablement le principal facteur déterminant des conditions macroéconomiques et des prix des actifs en 2022.

Par conséquent, les investisseurs qui prennent leurs dispositions pour l’année à venir sont obligés de se rabattre sur la deuxième partie de la remarque de Churchill, sur les actions de la Russie : « Il y a peut-être une clé. Cette clé est l’intérêt national russe. »

Dans le cas des tensions sur l’Ukraine, la clé est l’intérêt national russe tel qu’il est perçu par Vladimir Poutine. Il existe ici deux pôles de pensée, qui peuvent être caractérisés comme Poutine en tant qu’homme du destin, et Poutine en tant que grand maître.

À lire également

Nouveau Numéro : Nucléaire l’atome, futur des armées et de l’énergie ?

Préserver les intérêts de l’Ukraine et de la Russie

Selon le premier point de vue, Poutine est en mission sacrée pour préserver l' »unité spirituelle » de l’Ukraine et de la Russie des influences occidentales corrosives. Comme il l’a déclaré en juillet dernier, « la véritable souveraineté de l’Ukraine n’est possible qu’en partenariat avec la Russie ». Dans cette optique, une nouvelle incursion militaire russe en Ukraine est hautement probable, et une invasion à grande échelle est possible.

Selon le second point de vue, le renforcement militaire de Poutine aux frontières de l’Ukraine ne vise pas à envahir le pays, mais à arracher des concessions aux États-Unis et à l’UE afin d’empêcher toute nouvelle expansion de l’OTAN vers l’est, de consolider le statu quo de 2014 en Ukraine et de garantir l’exploitation du gazoduc russe Nord Stream 2 vers l’Allemagne.

Le point de vue de l’homme de la destinée n’est pas totalement convaincant. Une invasion aurait un coût élevé pour la Russie. Certes, il n’y a aucune perspective de sanctions générales sur les exportations énergétiques de la Russie, du type de celles que les États-Unis ont imposées à l’Iran. Le gaz russe représente 9% du mix énergétique primaire de l’Europe occidentale. Et la Russie représente près de 10 % de la production mondiale de pétrole. Il n’existe pas de substituts rapides à ces sources d’énergie. Mais les États-Unis et l’UE pourraient encore imposer des sanctions financières punitives, et une invasion retarderait indéfiniment la mise en service de Nord Stream 2 et accélérerait la recherche par l’UE de sources d’énergie alternatives.

Sans doute Poutine pense-t-il que les Russes ont une plus grande capacité à absorber les difficultés qui en résulteront que les électeurs occidentaux. Mais l’action militaire comporte ses propres risques. Et si les antécédents de Poutine montrent qu’il a une plus grande affinité pour le risque que la plupart des politiciens occidentaux, dans le passé, sa prise de risque a été calculée, et non téméraire.

La question de l’OTAN

Le point de vue du grand maître pose également des problèmes. Depuis 2014, il n’y a aucune chance que l’Ukraine rejoigne l’OTAN. L’étude de 1995 de l’organisation sur l’élargissement de l’OTAN stipule explicitement que les États doivent résoudre pacifiquement tous les différends territoriaux avant d’adhérer. Avec la Crimée annexée par la Russie et une grande partie de l’est du pays sous la tutelle de Moscou, cela exclut l’Ukraine. Dans ce contexte, la menace d’une invasion à grande échelle est un moyen coûteux et risqué de cimenter des faits déjà établis sur le terrain et de mettre Nord Steam 2 en service.

En réalité, les deux points de vue ne s’excluent pas mutuellement. En rassemblant ses forces, Poutine peut évaluer la réaction probable de l’Occident et décider de la marche à suivre. Le problème pour les investisseurs est que cette incertitude crée tout un éventail de risques non quantifiables. Une invasion n’est peut-être pas probable, mais si les chars de Poutine pénètrent en Ukraine, le choc des prix de l’énergie qui en résulterait pourrait facilement être assez grave pour faire basculer les fragiles économies du monde développé dans une nouvelle récession.

En revanche, si les États-Unis, l’UE et l’OTAN acceptent de rompre leur engagement politique et militaire avec Kiev, de reconnaître la « neutralité » de l’Ukraine et de mettre en service Nord Stream 2, les prix de l’énergie (ou du moins du gaz naturel) diminueront à court terme. Mais la leçon à tirer pour l’Europe devrait être de réduire sa dépendance à l’égard du gaz russe. À moyen terme, cela signifie qu’elle devra s’approvisionner davantage en combustibles fossiles ailleurs, ce qui aura tendance à soutenir les prix.

Il est clair que les investisseurs ont besoin d’une couverture. Et comme le montre le modèle de valorisation de Charles Gave pour l’indice énergétique S&P 500 basé sur le prix du pétrole et les taux d’intérêt à long terme, les actions énergétiques américaines répondent admirablement à ce besoin. Elles sont peut-être en hausse de 50 % par rapport à l’année précédente, mais elles sont toujours inférieures de 30 % à la valeur impliquée par son modèle. Face, je gagne, pile, je ne suis pas trop mal non plus.

Poutine, le gaz et l’Europe. C : Gavekal

À lire également

L’Ukraine survivra-t-elle au chaos ?

Mots-clefs : , , ,

À propos de l’auteur
Gavekal

Gavekal

Gavekal est une entreprise qui propose des analyses économiques et financières sur l'Asie, la monnaie et les marchés financiers.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest