Pourquoi c’est maintenant le tour de la Chine

15 juin 2024

Temps de lecture : 10 minutes
Photo : cérémonie au drapeau à Beijing, le 1er janvier 2024. (Xinhua/Ren Chao) - Ren Chao -//CHINENOUVELLE_XxjpbeE007222_20240101_PEPFN0A001/Credit:CHINE NOUVELLE/SIPA/2401011158
Abonnement Conflits
Abonnement Conflits

Pourquoi c’est maintenant le tour de la Chine

par

L’essor de la Chine et le déclin de l’Amérique sont moins surprenants lorsqu’ils sont replacés dans un large contexte historique.

Par Jan Krikke pour Asia Times.

Dans la seconde moitié du XXe siècle, des universitaires et des macrohistoriens comme Alvin Toffler, Francis Fukuyama et Paul Kennedy ont élaboré ce que l’on appelle des « grands récits » pour prédire les tendances futures. Ils couvrent différents aspects de la société, notamment l’idéologie, la technologie, la religion et la culture.

Les macrohistoriens ont utilisé ces modèles pour prédire les changements historiques majeurs dans l’économie, les relations de pouvoir et la géopolitique. Curieusement, aucun d’entre eux n’a prédit que la Chine émergerait en tant que challenger de la prééminence mondiale des États-Unis.

À la fin du XXe siècle, les grands récits sont tombés en disgrâce. Les postmodernistes ont fait valoir que les grandes théories ou métathéories négligeaient les différences entre les civilisations. En ne reconnaissant pas les différentes perspectives culturelles, les microhistoires ont eu tendance à articuler une vision eurocentrique du monde.

L’émergence de la Chine en tant que puissance mondiale est moins surprenante lorsqu’elle est replacée dans un contexte historique. Pendant la majeure partie de l’histoire, y compris la période coloniale, la Chine était la plus grande économie du monde, rivalisant seulement avec l’Inde. Ce n’est qu’à la fin du XIXe siècle que les États-Unis ont pris la première place.

En 2030, la Chine devrait être la première économie au monde (c) YouTube

Mais peu d’experts auraient pu prédire la vitesse à laquelle la Chine s’est modernisée. L’Occident a mis deux siècles à s’industrialiser, la Chine l’a fait en moins de 50 ans. Ce faisant, la Chine est devenue l’usine du monde et une araignée dans la toile de la chaîne d’approvisionnement mondiale. Si l’on arrêtait la Chine, une grande partie du monde s’arrêterait.

Ces dernières années, la Chine est passée du statut de fabricant d’articles ménagers bon marché à celui de producteur avancé de produits électroniques et de technologies vertes. La main-d’œuvre bon marché a été remplacée par des robots et l’IA. Une nouvelle usine de Xiaomi, à l’origine fabricant de smartphones, produit une nouvelle voiture électrique toutes les 76 secondes, soit 40 par heure, sans être touchée par la main de l’homme.

L’auteur britannique Martin Jacques a relaté la modernisation de la Chine dans son best-seller international « When China Rules the World : La fin du monde occidental et la naissance d’un nouvel ordre mondial ». Jacques a prédit que la puissance économique future de la Chine modifierait radicalement le paysage politique et culturel mondial, le premier changement de ce type depuis 500 ans.

Jacques soutient que la réémergence de la Chine en tant que puissance économique, politique et culturelle majeure est une fatalité historique, qui exige un réajustement de la vision occidentale du monde. Il écrit :

 « Le courant dominant occidental est parti du principe qu’il n’y a qu’une seule façon d’être moderne, à savoir en adoptant des institutions, des valeurs, des coutumes et des croyances de type occidental, telles que l’État de droit, le marché libre et les normes démocratiques.

On pourrait ajouter qu’il s’agit là d’une attitude typique des peuples et des cultures qui se considèrent comme plus développés et plus « civilisés » que les autres : le progrès pour ceux qui sont en bas de l’échelle du développement implique qu’ils deviennent plus semblables à ceux qui sont en haut de l’échelle ».

Jaques a mentionné Fukuyama, qui a prédit que le monde de l’après-guerre froide serait fondé sur un nouvel universalisme incarnant les principes occidentaux du marché libre et de la démocratie.

Dans son article de 1992 intitulé « La fin de l’histoire », Fukuyama a affirmé que la démocratie libérale occidentale avait gagné et que tous les pays du monde, y compris la Chine, finiraient par adopter la démocratie libérale occidentale.

En écrivant en 1992, Fukuyama n’avait pas prévu la crise naissante dans les démocraties occidentales, la désindustrialisation partielle de l’Occident, la concentration croissante des richesses ou l’élection de l’antilibéral Donald Trump et son programme « America First ».

Trump a lancé une guerre commerciale avec la Chine qui a été intensifiée par son successeur Joe Biden. Les produits chinois bon marché ont été une aubaine pour les consommateurs américains, mais ils ont eu un coût : la perte de millions d’emplois et la désindustrialisation des grandes villes du cœur de l’Amérique.

Le conflit commercial entre l’Occident et la Chine est une répétition à plus grande échelle du conflit commercial avec le Japon. Dans les années 1980, le Japon a décimé l’industrie occidentale de l’automobile et de l’électronique grand public. Lorsqu’il était trop tard, l’Occident s’est rendu compte que le Japon avait mangé son déjeuner. Les Chinois sont maintenant prêts à manger leur dîner.

Travailleurs et marchands

En 2001, le président américain Bill Clinton a donné le feu vert à l’adhésion de la Chine à l’Organisation mondiale du commerce (OMC), l’organisme dirigé par les États-Unis qui régit le commerce mondial.

En échange de son adhésion, la Chine a accepté de réduire les droits de douane sur les produits non agricoles et de prendre plusieurs mesures pour ouvrir le marché financier chinois, notamment dans les secteurs de l’assurance-vie et des valeurs mobilières.

Le gouvernement américain a estimé que la Chine deviendrait politiquement plus libérale si son économie était libéralisée. La « fin de l’histoire » de Fukuyama semblait accréditer cette théorie. Il s’est avéré que la Chine s’est libéralisée sur le plan économique, mais pas sur le plan politique. Le gouvernement chinois souhaitait maintenir un mur entre les entreprises et le gouvernement.

Le futurologue américain Larry Taub, auteur de « The Spiritual Imperative », a défini la lutte entre la Chine et l’Occident en termes de Travailleur et de Marchand, archétypes qu’il a empruntés à la philosophie indienne. Le travailleur et le marchand, ainsi que le savant et le protecteur, sont quatre catégories génériques qui forment la base des sociétés.

Les archétypes « socio-psychologiques » indiens sont apparus après que l’homme a abandonné la vie nomade de chasseur-cueilleur pour former des communautés et des villes. Chaque archétype couvre un rôle vital dans une communauté : enseigner, produire, échanger et protéger.

Les quatre archétypes ont des profils psychologiques et des visions du monde différents. Les travailleurs, dans le modèle de Taub, tous ceux qui travaillent pour un salaire, apprécient la sécurité, la stabilité et la solidarité. Ce sont des suiveurs, pas des leaders. Les commerçants valorisent les opportunités, l’innovation et la liberté. La création de richesses est leur principale préoccupation. 

Les quatre archétypes que Taub a empruntés à la philosophie indienne (c) Asia Times

Dans la philosophie indienne, les quatre archétypes sont en lutte cyclique, l’un essayant de vaincre l’autre. Les Indiens utilisaient des calendriers astronomiques s’étendant sur des millions d’années, mais Taub affirme que les quatre archétypes peuvent expliquer l’histoire actuelle ainsi que le présent et l’avenir.

Dans le modèle de Taub, le conflit actuel entre l’Occident et la Chine est une bataille entre la vision du monde des travailleurs et celle des marchands. Le profil psychologique de la Chine ressemble le plus à l’archétype du travailleur, tandis que l’Occident, en particulier les États-Unis, correspond le plus à l’archétype du marchand.

Le néolibéralisme

Selon Taub, la bataille entre le travailleur et le marchand a commencé au 19e siècle, en réponse à la révolution industrielle. Les travailleurs ont exigé de meilleures conditions de travail de la part des marchands. Le communisme et le socialisme sont apparus et ont uni les travailleurs dans la lutte pour leurs droits.

Dans les années 1960, les travailleurs avaient obtenu des avancées considérables, notamment la semaine de travail de cinq jours et un filet de sécurité sociale, comprenant des soins de santé et des pensions. Les syndicats de travailleurs étaient devenus des institutions puissantes, capables d’influencer la politique gouvernementale.

Un retour de bâton s’est produit dans les années 1970, avec l’émergence du néolibéralisme. Cette idéologie hybride et réactionnaire prônait des réformes orientées vers le marché, telles que la déréglementation des marchés de capitaux et la privatisation des industries d’État. Il s’agissait d’un appel anachronique à un retour partiel à la situation de libre concurrence qui prévalait au 19e siècle.

Avec le soutien des marchands, le programme néolibéral s’est progressivement étendu à la politique. Dans les années 1980, les néo-conservateurs Ronald Reagan et Margaret Thatcher ont adopté le programme néolibéral, suivis dans les années 1990 par les « gauchistes » Bill Clinton et Tony Blair. Ils ont vendu le néolibéralisme à leurs partisans mal informés comme étant « la troisième voie ».

Il est vite apparu que le néolibéralisme ne profitait pas aux États-Unis en tant que pays. La concentration des richesses est revenue aux niveaux du XIXe siècle et des millions d’Américains ont quitté la classe moyenne. En 1970, les États-Unis étaient le premier pays créancier du monde. Aujourd’hui, ils sont le premier pays débiteur, tandis que la Chine est devenue le premier pays créancier.

L’héritage du néolibéralisme (c) Asia Times

L’inversion des rôles entre les États-Unis et la Chine suggère que les idéologies occidentales conventionnelles ne sont plus un guide utile pour comprendre les changements mondiaux.

Les idéologies se sont développées en réponse aux changements sociaux et économiques. Le communisme (comme le fascisme) était une réponse des travailleurs à l’ère coloniale impérialiste dominée par les marchands. C’était l’équivalent séculier d’une théologie de la libération.

Ironiquement, le communisme orthodoxe est devenu intenable parce qu’il a mis les marchands sur la touche. Le néolibéralisme échoue parce qu’il met à l’écart le travailleur. Comme les sages indiens l’ont noté des millénaires plus tôt, les quatre archétypes sont nécessaires à une société pleinement fonctionnelle.

Réciprocité

Avec les réformes initiées par le dirigeant chinois Deng Xiaoping dans les années 1970, la Chine a réintégré les marchands dans la société, sans leur permettre d’accaparer le système politique. Lorsque le célèbre milliardaire Jack Ma, fondateur d’Alibaba, est devenu trop grand pour ses bottes, le gouvernement l’a remis à sa place.

Les dirigeants chinois continuent d’honorer du bout des lèvres l’idéologie communiste, mais le pays est entré dans l’ère post-idéologique. Le pragmatisme est redevenu un principe directeur. Comme l’a fait remarquer Deng, peu importe que le chat soit blanc ou noir, pourvu qu’il attrape la souris.

Aujourd’hui, la Chine se penche sur sa riche histoire culturelle et sociale pour trouver un moyen d’aller de l’avant au-delà de l’idéologie politique. 

Cela ne veut pas dire que la Chine a cessé d’être chinoise. Tout au long de la phase révolutionnaire du communisme et même pendant le vandalisme idéologique de la révolution culturelle, la Chine est restée un pays confucéen dans l’âme.

Le confucianisme est le fondement de la conscience chinoise. C’est ce qui distingue le pays de l’Inde. Le confucianisme, fondé sur la notion de Tao, a inspiré le développement d’une caractéristique essentielle de la société chinoise : la notion de réciprocité.

Confucius a fondé sa construction sociale sur le Yi King, la « bible » du système yin-yang. Le Yi King est basé sur les huit trigrammes, des symboles yin-yang composés qui désignent huit phénomènes naturels. Dans la cosmologie chinoise, l’interaction des huit trigrammes façonne le monde naturel.

Confucius s’est « approprié » les huit trigrammes pour sa construction sociale (c) Asia Times

Confucius a élargi les attributs des huit trigrammes en y ajoutant les huit membres d’une famille nucléaire. Il a ainsi relié la structure sociale de la Chine au principe yin-yang de la nature. Le père est yang, la mère est yin et les enfants sont une combinaison de yin et de yang.

Le système yin-yang a une dimension hiérarchique, mais dans le contexte social, cette hiérarchie est situationnelle. Un homme est yang pour sa femme, mais yin pour son patron, même si celui-ci est une femme. Une femme est yin pour son mari, mais yang pour ses enfants, garçons et filles. Dans un contexte social, et a fortiori dans un contexte international, déterminer ce qui est yin et yang dans une situation donnée est un art, pas une science.

La réciprocité est le principe de fonctionnement du système yin-yang. Elle implique l’adhésion mutuelle à un objectif et à des valeurs partagées. Contrairement à l’altruisme, qui repose sur des relations inégales, la réciprocité est fondée sur des dépendances mutuelles.

La réciprocité est ancrée dans le tissu social et les relations interpersonnelles de la Chine et joue un rôle dans la vie familiale et sociale. Elle maintient l’harmonie au sein des familles, des communautés et de la vie professionnelle et favorise le sens de la solidarité, de la coopération et du travail d’équipe.

La culture traditionnelle de la Chine, essentiellement collectiviste, explique en partie la rapidité de sa modernisation. Les ingénieurs civils chinois ont été les premiers à utiliser des méthodes industrielles telles que la préfabrication, la normalisation et la modularisation. La ville de Daxing, une métropole de 84 km2 construite au VIe siècle, a été achevée en un an.

Une nouvelle histoire

La Chine est devenue la première nation industrielle du monde en apprenant de l’Occident. Comme le Japon auparavant, elle a pris de l’Occident ce qu’elle y trouvait de précieux et a évité ce qui ne correspondait pas à sa vision du monde et à ses valeurs.

En l’espace d’à peine une génération, la Chine est devenue une superpuissance industrielle. Aujourd’hui, elle domine le monde dans 75 % des technologies considérées comme essentielles pour la quatrième révolution industrielle.

Les États-Unis n’ont pas réagi avec assurance au défi chinois. Pour surpasser la Chine sur le plan économique, il faudrait revoir en profondeur les priorités du gouvernement, une tâche difficile compte tenu de l’influence du néolibéralisme et de la polarisation de la politique américaine.

Bill Kelly, spécialiste des communications culturelles et auteur de « A New World Arising », souligne le dilemme auquel est confronté l’Occident. « Selon lui, le néolibéralisme a conduit à l’éclatement de la communauté, à l’aliénation de l’individu et à la perte d’une aspiration primordiale à laquelle une majorité peut adhérer. Cela place l’Occident dans une position considérablement désavantageuse en termes de mobilisation sociale de sa population derrière le leadership gouvernemental ».

Le néolibéralisme est l’expression hideuse de l’état d’esprit des marchands et un vestige de l’époque coloniale. Sachant qu’ils ne peuvent rivaliser avec les géants industriels chinois, ils tentent de prolonger à tout prix l’hégémonie militaire et financière de l’Occident. Il mène des guerres à l’étranger sous le prétexte de protéger la liberté et la démocratie dans son pays, une ruse destinée à distraire les travailleurs.

Au lieu de s’inspirer de Francis Fukuyama, les néolibéraux auraient dû tenir compte de l’avertissement de l’historien Paul Kennedy. Dans son livre « The Rise and Fall of the Great Powers », Kennedy explique que le déclin relatif des grandes puissances découle souvent d’une surcharge. Les puissances en déclin étendent leurs engagements militaires au-delà de ce que leurs ressources économiques peuvent supporter.

Les États-Unis ne sont pas seulement à bout de souffle, ils sont aussi très endettés, leur base industrielle est étroite et leur principal rival économique est aussi leur principal créancier et l’un de leurs principaux partenaires commerciaux. Il faudra bien que quelque chose cède, et lorsque ce sera le cas, les États-Unis et leurs alliés occidentaux auront besoin d’une nouvelle histoire en phase avec le XXIe siècle.

Mots-clefs : , ,

À propos de l’auteur
Revue Conflits

Revue Conflits

Fondée en 2014, Conflits est devenue la principale revue francophone de géopolitique. Elle publie sur tous les supports (magazine, web, podcast, vidéos) et regroupe les auteurs de l'école de géopolitique réaliste et pragmatique.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest