Leipzig (16-19 octobre 1813), la naissance d’une nation

12 juin 2020

Temps de lecture : 4 minutes
Photo : Napoléon après la défaite subie à Leipzig © MARY EVANS/SIPA Numéro de reportage : 51039848_000001
Abonnement Conflits

Leipzig (16-19 octobre 1813), la naissance d’une nation

par

Si la bataille de Leipzig est surnommée « bataille des nations » en raison du grand nombre d’armées qui y participèrent, elle revêt une importance toute particulière, d’abord pour la nation allemande, alors au début de son accouchement. Au point que le Reich wilhelmien fera de son centenaire l’occasion d’une grande célébration avec inauguration d’un monument grandiose, sinon esthétique. Même l’Allemagne actuelle, qui paraît débarrassée de ses ambitions hégémoniques, célébra officiellement son bicentenaire.

À l’issue de la désastreuse campagne de Russie, la Grande Armée de 600 000 hommes (dont la plupart n’étaient pas français) qui avait franchi le Niémen est réduite à 10 % de cet effectif. La Prusse rejoint alors la Sixième Coalition, suivie de la Suède tandis que l’Autriche hésite. Échappé de Russie fin novembre 1812, Napoléon réussit à reconstituer une armée en Allemagne pour y défendre ses positions et rassurer ses alliés allemands (Bavière, Saxe, Bade). En mai 1813, il remporte à Lützen puis Bautzen deux nouvelles victoires, non décisives. Un armistice est conclu début juin, lui permettant de compléter ses forces ; mais la coalition, rejointe par l’Autriche, se renforce également. La guerre reprend en août et va se jouer en Saxe avec des effectifs jamais vus en Europe.

Haro sur l’« ogre corse »

L’équation stratégique pour Napoléon est complexe : il ne veut pas se retirer, pour ne pas perdre sa base opérationnelle installée à Dresde et ne pas encourager les révoltes, mais il est confronté à des ennemis supérieurs en nombre, le menaçant sur plusieurs fronts. Selon son habitude, il veut concentrer ses forces contre un seul ennemi à la fois et lui infliger une défaite décisive, pour refroidir les ardeurs des autres ou les battre chacun leur tour. Mais les Alliés ne se laissent pas faire : comme en mai, ils restent coordonnés quand l’Empereur fait mine d’attaquer Berlin pour inquiéter les Prussiens et ne répètent pas l’erreur de Wittgenstein qui avait accepté la bataille et était passé à deux doigts de l’anéantissement à Bautzen.

Napoléon souffre aussi de handicaps inhabituels : les effectifs colossaux (plus de 400 000 hommes en campagne, presque le double en comptant les garnisons), dispersés sur une grande étendue, atteignent la limite d’un système de commandement très personnalisé, sans que ses maréchaux, pour la plupart des « meneurs d’hommes » pas toujours stratèges (Murat, Ney…), puissent soulager ou épauler le commandant en chef par des initiatives judicieuses.

A lire aussi: Napoléon et l’Europe. Entretien avec Jacques-Olivier Boudon

Cette armée, bâtie à la hâte à partir de 1812, comprend beaucoup de troupes peu aguerries – les deux tiers des soldats ont moins de 20 ans, alors que les rangs des vétérans ont fondu en Espagne, en Russie et au printemps 1813. Enfin, la campagne de Russie a coûté à l’armée, plus que des hommes, énormément de chevaux. La cavalerie est moins mobile, moins efficace, ce qui prive Napoléon d’une capacité d’éclairage avant les batailles et de poursuite après (c’est une des causes de la demi-victoire de Bautzen).

 

À la reprise des hostilités en août, Napoléon se porte contre Blücher, qui esquive ; devant la menace d’une autre armée contre Dresde, l’empereur revient et remporte une ultime victoire devant la ville (26-27 août), mais échoue encore à anéantir l’ennemi vaincu car le corps de Vandamme, chargé de l’exploitation, est surpris et écrasé à Kulm (29-30). Le reste de la campagne se résume à une pression concentrique progressive des armées alliées, tandis que l’armée française résiste et cherche à frapper un seul ennemi, qui refuse à chaque fois le combat. Ayant vidé ses magasins à Dresde, Napoléon doit reculer vers l’ouest pour ne pas risquer de se couper de ses lignes de communication vers la France, et c’est ainsi que les armées ennemies se concentrent à la mi-octobre autour de la ville de Leipzig.

La « bataille des Nations »

Raconter un affrontement entre environ 500 000 hommes et plus de 2 000 canons (dont près des deux tiers pour les Alliés), dont les péripéties s’étendent sur près d’une semaine, est une gageure dans le faible espace de cet article. Disons seulement que le schéma reprend celui de la campagne engagée en août : Napoléon, en infériorité mais occupant une position centrale, guette l’armée ennemie la plus proche pour concentrer sur elle le maximum de forces tout en essayant de résister au boa humain qui s’efforce de l’étouffer.

Cette semaine de combats autour de la première ville de Saxe s’ouvre le 14 octobre 1813 avec la plus grande bataille de cavalerie de l’histoire, autour du village de Liebertwolkwitz, au sud de Leipzig. Le 16, commence la bataille de Leipzig proprement dite, par un effort massif au sud dirigé par l’empereur lui-même, mais faute de réserves, car l’armée de Silésie de Blücher les fixe en menaçant la ville par le nord, Napoléon échoue une nouvelle fois à détruire l’armée austro-russe de Bohême, commandée par Schwarzenberg. Il hésite alors à commencer sa retraite, sollicitant un armistice le 17, sans réponse.

 

Le 18, les Alliés, encore renforcés par les Suédois au nord-est, resserrent leur étreinte autour des Français définitivement écrasés sous le nombre et épuisés par les pertes et les combats des jours précédents. Napoléon n’a alors plus le choix : il faut maintenir ouverte la route vers l’ouest et couvrir la retraite qui passe par deux ponts successifs, sur la Pleisse et l’Elster, et une chaussée surplombant une zone de marais jusqu’à Lindenau.

A lire aussi: La campagne d’Espagne de Napoléon – Souvenir et conséquences de part et d’autre des Pyrénées

Le 19, les Alliés avancent sur Leipzig, que défend l’arrière-garde française, tandis que le gros de l’armée s’efforce d’évacuer en bon ordre, ce qui s’avère vite impossible avec l’accroissement du nombre de soldats dans la ville, et encore plus lorsque le pont sur l’Elster, miné pour ralentir la poursuite, saute prématurément, provoquant la panique. Nombre de soldats ou d’officiers s’enfuient à la nage, mais le commandant du corps d’armée polonais, le maréchal Poniatowski, se noie dans la rivière. 20 000 soldats français furent capturés, s’ajoutant aux près de 40 000 tués et blessés des jours précédents.

« Il n’y a plus que des Allemands… » (Guillaume II, 1914)

Les Alliés, tout à la joie de leur victoire – la première sur Napoléon lui-même – malgré des pertes similaires, voire supérieures, n’engagèrent pas la poursuite et il faudra une campagne supplémentaire en France en 1814 pour aboutir à l’abdication de Fontainebleau. Mais la bataille avait vu pour la première fois tous les royaumes allemands réunis dans le même camp : la Bavière avait en effet rejoint la coalition le 8 octobre, et les troupes de Saxe et du Bade-Wurtemberg firent de même au beau milieu de la bataille, le 18. Les effectifs concernés étaient cependant trop limités pour qu’on considère cette « trahison », du point de vue français, s’ajoutant à celle de l’ancien maréchal d’empire Bernadotte devenu roi de Suède – qui intervint d’ailleurs très peu dans les combats –, comme le facteur décisif de la défaite.

A lire aussi: L’Allemagne, un objet historique non identifié

En revanche, cette union des peuples germaniques contre l’oppresseur français semblait donner raison à Johann Gottlieb Fichte, auteur en 1807 de Discours à la Nation allemande où il appelait à la naissance d’un État national allemand après le désastre d’Iéna (1806) et le fiasco du Saint Empire romain germanique. Johann Gottlieb Fichte mourut quelques mois après Leipzig et il fallut encore un demi-siècle pour que ses vœux se réalisent.

À propos de l’auteur
Pierre Royer

Pierre Royer

Agrégé d’histoire et diplômé de Sciences-Po Paris, Pierre Royer, 53 ans, enseigne au lycée Claude Monet et en classes préparatoires privées dans le groupe Ipesup-Prepasup à Paris. Ses centres d’intérêt sont l’histoire des conflits, en particulier au xxe siècle, et la géopolitique des océans. Dernier ouvrage paru : Dicoatlas de la Grande Guerre, Belin, 2013.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest