Chantilly – Il était une fois les Grandes Écuries…

26 septembre 2021

Temps de lecture : 2 minutes
Photo : Chantilly - Il était une fois les Grandes Écuries… (c) Chantilly
Abonnement Conflits

Chantilly – Il était une fois les Grandes Écuries…

par

Les Grandes Écuries du château de Chantilly accueillent du 12 septembre au 31 octobre 2021 le spectacle équestre et musical « Il était une fois les Grandes Écuries ». Créée en 2019, à l’occasion du tricentenaire de la construction du château, cette fresque historique rend hommage aux fondateurs et aux propriétaires de cet ouvrage emblématique du patrimoine français. Un spectacle qui mêle prouesses et rêveries à la gloire de l’histoire de France.

C’est sous le dôme du château, serti de magnifiques statues équestres, que sont installés les spectateurs. Un environnement d’exception pour mettre en lumière ses écuries, ouvrage d’art imaginé par Louis-Henri de Bourbon, VIIe prince de Condé, en 1719, et honoré par sa descendance. Préservées des guerres et des révolutions, ces écuries nous sont contées à travers les âges ; entre fêtes et chasses à courre, conflits et réquisitions, le flambeau est transmis depuis les Bourbons, en passant par le duc d’Aumale, et jusqu’à l’écuyer Yves Bienaimé.

Scène de spectacle (c) Chantilly

Les principaux comédiens de cette représentation sont bien sûr les chevaux de Chantilly : de toute race, de toute robe, minuscules poneys des îles Shetlands, grands étalons, trotteurs à la crinière tombant à terre, des montures qui effectuent pour nous les numéros les plus époustouflants. L’histoire du lieu est mise en rythme par leurs cabrioles, leur pas espagnol, les saluts qu’ils font au public. Des tableaux à la mesure du génie architectural qui nous est présenté.

À lire également

Nouveau Numéro spécial : Regards sur la guerre

Sur ces destriers, ce sont les écuyères des Grandes Écuries qui exécutent ces danses et ces tours de piste. Vêtues des costumes magnifiques et très recherchés de Monika Mucha, elles manient l’art équestre à la perfection, sur le fond musical du violoniste et compositeur Jean-Lou Descamps. C’est surtout la musique classique qui rythme les pas des comédiens, mais aussi le jazz des années 1940. Entre deux tableaux, un voltigeur saisit le public avec ses dangereuses postures. Les écuries sont représentées par deux narrateurs féminins revêtus de costumes XVIIIe, qui se relaient pour évoquer à la première personne trois siècles d’histoire.

Réservation et billetterie à cette adresse : Il était une fois les Grandes écuries

 

À propos de l’auteur
Pétronille de Lestrade

Pétronille de Lestrade

La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest