<i class='fa fa-lock' aria-hidden='true'></i> Chili : l’impulsion destructrice

8 mars 2020

Temps de lecture : 5 minutes
Photo :
Abonnement Conflits

Chili : l’impulsion destructrice

par

La crise politique vécue au Chili depuis octobre dernier a été qualifiée « d’explosion sociale » par les médias. Et la métaphore de l’explosion d’une bombe – avec son étincelle, sa mèche, ses explosifs et son matériau de fragmentation – est utile pour disséquer et essayer de comprendre ce qui s’est passé.

 

Deux événements ont mis le feu aux poudres : tout d’abord, le 4 octobre, une augmentation de 30 pences des tarifs du métro de Santiago a été annoncée (ainsi qu’une augmentation de 9,2 % du prix de l’électricité), suivie, le 7 du même mois, d’une manifestation d’étudiants qui réclamaient la gratuité de ce moyen de transport. Puis le 18 octobre, l’attaque terroriste du métro.

 

Le principal facteur qui a déclenché l’explosion sociale a été la réaction du gouvernement à ces événements. L’atmosphère politique s’est trouvée électrisée par les déclarations de certains ministres d’État après l’augmentation des tarifs. Le 7 octobre, le ministre de l’Économie, Juan Andrés Fontaine, a déclaré qu’il y aurait un « prix » dans le nouveau régime pour les travailleurs qui se lèvent plus tôt. Cela a été considéré comme une insulte, car la plupart des travailleurs les plus précaires se lèvent déjà très tôt. Le lendemain, le 8 octobre, le ministre des Finances, Felipe Larraín, a déclaré que le prix des fleurs avait chuté et que c’était donc le bon moment pour les offrir, ce qui a été interprété comme une moquerie à l’égard des protestations. À cela s’est ajoutée une stratégie totalement répressive lors des manifestations avec l’utilisation massive de forces spéciales de carabiniers dans les stations de métro. Cela a suscité un sentiment d’indignité, de mépris et de maltraitance de la part de la plupart des usagers des transports publics, qui ont blâmé le gouvernement plutôt que les étudiants. La répression et la violence des manifestations ont été particulièrement sévères les 17 et 18 octobre. Elles se sont soldées par la suspension du service, la fermeture de stations et l’application de la loi sur la sécurité de l’État, qui vise à poursuivre plus sévèrement ceux qui portent gravement atteinte à l’ordre public. La majorité des travailleurs qui ont dû rentrer chez eux à pied ce jour-là ont fait preuve de solidarité envers les étudiants en se joignant à la protestation. Le gouvernement a dès lors perdu la faveur des citoyens. Les affrontements se sont déplacés dans les rues et durant la nuit a eu lieu un énorme cacerolazo à Santiago (une manifestation qui consiste à frapper un pot avec une cuillère en bois).

Une série d’erreurs de communication

Le deuxième événement qui a déclenché l’explosion sociale a été l’attaque des stations de métro. Cette action a été enregistrée dans les dernières heures du 18 octobre. Sur 136 stations, 77 ont été endommagées, 20 brûlées (dont 9 complètement). En réponse à cela, le 19 octobre, le gouvernement a déclaré un état d’urgence pour la région métropolitaine de Santiago et ses environs, une forme d’exception constitutionnelle qui donne aux militaires le pouvoir d’assurer la sécurité publique. La deuxième nuit du couvre-feu, le dimanche 20 octobre, le président, entouré par les militaires, a déclaré sur la chaîne de télévision nationale que « nous sommes en guerre contre un ennemi puissant », sans expliquer à qui il se référait. Dans le contexte des protestations, cela a été interprété par la plupart des gens comme une menace pour les manifestants. La plupart des Chiliens ont ainsi compris que le président avait déclaré une guerre militaire contre la contestation sociale. Peu après, l’état d’urgence et le couvre-feu militaire ont été étendus à presque toutes les villes importantes, avec des émeutes, des incendies et des pillages.

 

Cette erreur de communication présidentielle a eu pour effet d’accélérer une explosion sociale d’une ampleur inconnue dans l’histoire du Chili. Le 25 octobre, la « plus grande marche du Chili » a rassemblé 1,2 million de personnes à Santiago. Des marches ont également eu lieu dans d’autres villes du pays. À partir de ce moment, aucune autorité n’a pu contenir l’explosion de rage et de frustration qui s’est déclenchée dans les rues de tout le Chili et qui a laissé tous les acteurs politiques sur le terrain.

 

Le contexte de la catharsis générale qui a débuté le 18 octobre – ce que l’on pourrait appeler le carburant de la manifestation – est une somme de frustrations et d’injustices de longue date qui n’avaient pas été prévues ou traitées de manière adéquate par le système politique. Cet aspect de l’éclatement est multidimensionnel.

Le cœur de ce conflit est sans aucun doute la nouvelle classe moyenne chilienne apparue grâce aux crédits à la consommation et aux possibilités d’éducation de ces trente dernières années. Ce groupe, qui correspond à 50 % de l’ensemble de la société, est extrêmement fragile. Il vit dans l’endettement, mois après mois, et toute dépense importante peut le faire retomber dans la pauvreté. En outre, la structure institutionnelle du Chili lui offre très peu de sécurité : il est trop riche pour les prestations de l’État, mais trop pauvre pour les prestations privées et se trouve au cœur de la protestation. L’effondrement des systèmes de sécurité sociale, associé à la crise de la dette et à la frustration face aux inégalités sociales, présente de fortes similitudes avec la situation actuelle aux États-Unis.

Les causes de l’explosion

Dans ce scénario, le facteur démographique ressort : les boomers chiliens ont commencé à prendre leur retraite depuis environ cinq ans. Dans les années 1950 et 1960, chaque femme en âge de procréer au Chili avait, en moyenne, cinq enfants. Ce nombre est tombé à deux dans les années 1970 et 1980. Le système de retraite actuel repose sur l’épargne individuelle. Les boomers chiliens ont été pauvres la majeure partie de leur vie. Par conséquent, leurs pensions sont faibles et doivent être complétées par un soutien familial. Les familles de la classe moyenne ne disposant pas de ressources suffisantes pour cela, le système s’est effondré et les pensions sont la demande sociale la plus récurrente.

Un deuxième facteur, mis en évidence par l’intellectuel Carlos Peña, est une crise générationnelle. Sept étudiants universitaires chiliens sur dix constituent la première génération à suivre des études supérieures. Cela génère un scénario similaire à celui de Mai 68 en France. La Peña a donc appliqué l’appareil conceptuel développé par Raymond Aron pour analyser cet événement, en appelant, par exemple, les manifestations « psychodrames ».

Un troisième facteur pertinent est proprement chilien et latino-américain : l’élément festif et rituel de la violence. C’est ce que José Donoso (L’Obscène Oiseau de la nuit) et Carlos Franz (Le Mur enterré) ont appelé imbunchismo. L’impulsion destructrice d’un peuple qui n’est pas sûr de sa propre identité, et qui est donc tenté de détruire ce qui l’entoure afin de tout recommencer. Ce thème est développé par Octavio Paz dans El laberinto de la soledad et est également abordé par Vicente Huidobro dans son Balance patriotico. La destruction des symboles patriotiques pendant la manifestation est traversée par cette motivation.

La tentation de la destruction

Un système politique pris au dépourvu, sans les outils politiques appropriés pour faire face à la situation, a fini par transformer les protestations contre la hausse des prix des transports en une révolte qui a forcé la convocation d’un plébiscite constitutionnel au milieu d’une violence de rue ritualisée, dans laquelle des jeunes de secteurs marginaux s’affrontent sans cesse avec la police, en supposant que cet affrontement soit une cause en soi. Le nombre de morts au cours de ces affrontements dépasse désormais la trentaine, et les plaintes pour violations graves des droits de l’homme par les forces publiques se multiplient. Les dommages économiques sont importants : des dizaines de supermarchés, de pharmacies et de magasins ont été pillés et brûlés, et des milliers d’emplois ont été perdus. Les licenciements de janvier étaient de 180 % supérieurs aux licenciements à la même date au cours des cinq dernières années.

Aujourd’hui, il n’est même pas évident qu’une nouvelle Constitution politique puisse arrêter ou canaliser cette crise. Le Chili, par moments, ressemble à un pays fini, prêt à être réinventé par quelques dirigeants populistes. Cependant, il reste encore plusieurs chapitres avant l’issue de ce drame. Nous les connaîtrons bientôt.

Mots-clefs : , , ,

À propos de l’auteur
Pablo Ortuzar

Pablo Ortuzar

La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest