Japon : épidémie sous-contrôle. Fin de l’état d’urgence et réouverture des écoles

20 mars 2020

Temps de lecture : 5 minutes
Photo : Mask-wearing people visit a shrine in Tokyo on March 19, 2020, amid an outbreak of the new coronavirus COVID-19. (c) Sipa AP22439852_000052
Abonnement Conflits

Japon : épidémie sous-contrôle. Fin de l’état d’urgence et réouverture des écoles

par

Hokkaido met fin à l’état d’urgence et les écoles rouvriront leurs portes alors que l’épidémie est « sous contrôle » au Japon. Un groupe d’experts conseille aux autorités de rouvrir les écoles et de permettre aux régions où il y a peu de cas de coronavirus d’organiser des événements sportifs. Entre-temps, un responsable des maladies infectieuses a attribué à la « mentalité de mouton » du Japon d’avoir contribué à maintenir le nombre de décès dans le pays à un faible niveau.

 

Un article de Julian Ryall, South China Morning Post.

La préfecture d’Hokkaido, la plus septentrionale du Japon, a levé l’état d’urgence vendredi matin, alors que le pays s’apprête à retrouver un semblant de normalité tout en maintenant les restrictions à l’arrivée des voyageurs dans le cadre de l’épidémie de coronavirus.

Un groupe d’experts qui conseille le Japon dans sa réponse au coronavirus a recommandé tard jeudi que les écoles de certaines régions puissent être rouvertes, mais qu’il faut tout de même éviter les grands rassemblements et les zones fermées qui pourraient relancer la contagion.

Les experts en maladies infectieuses n’ont fait aucune référence aux Jeux olympiques de Tokyo, qui devraient débuter le 24 juillet mais qui ont été remis en question par la pandémie de coronavirus et l’annulation d’événements sportifs et de qualifications dans le monde entier.

Le groupe d’experts a recommandé que les régions du Japon où le nombre de cas de coronavirus est faible puissent envisager de reprendre les cours et les événements sportifs, et a déclaré que l’augmentation des cas semblait légèrement diminuer. Les écoles sont fermées depuis le début du mois de mars.

Retour à la normale

Shigeru Omi, membre du panel et président de la Japan Community Healthcare Organisation, a déclaré que dans les régions où il y a peu de signes du virus, la réouverture des écoles et le retour progressif à des activités normales pouvaient être envisagés, bien qu’une vigilance stricte soit nécessaire.

« Nous insistons sur des critères très stricts si les organisateurs décident d’organiser des événements de grande envergure », a déclaré Omi lors d’une conférence de presse qui s’est tenue tard dans la nuit de vendredi. « Et si ces critères ne peuvent pas être respectés, l’événement devrait être reporté ou annulé dès que quelque chose ne semble pas correct ».

Interrogé spécifiquement sur les Jeux olympiques, un autre membre a déclaré que le panel n’en avait pas discuté. « Prévenir la propagation du virus – c’est ce dont nous avons discuté », a déclaré Takaji Wakita, directeur général de l’Institut national des maladies infectieuses.

Kazuhiro Tateda, président de l’Association japonaise des maladies infectieuses et membre du comité, a déclaré plus tôt dans la journée de jeudi que le panel estimait que le pays avait « bien réussi » au cours des deux à trois dernières semaines.

« Nous arrivons au point où nous pouvons dire que, généralement, la situation est sous contrôle », a-t-il déclaré au Post.

« Mais nous reconnaissons qu’il y a certaines zones – les préfectures d’Aichi et de Hyogo, ainsi que Tokyo – où il y a eu des groupes non liés, et c’est bien sûr une préoccupation », a-t-il déclaré. « Sinon, tout se passe bien – mais nous devons encore être prudents pendant deux semaines ou plus ».

900 cas et 32 morts pour le Japon

Le Japon compte plus de 900 patients confirmés, sans compter les quelque 700 cas du navire de croisière Diamond Princess qui a été mis en quarantaine à Yokohama le mois dernier. Au total, 32 personnes sont décédées au Japon, sur une population de 126 millions d’habitants. La préfecture de Hokkaido est celle qui compte le plus grand nombre de cas, suivie par Aichi, le centre industriel du Japon, où se trouve la ville de Nagoya.

Un groupe de cas à Nagoya a été lié à un centre de soins de jour pour personnes âgées, ce qui souligne la difficulté de protéger les personnes âgées contre l’épidémie dans un pays dont la population est la plus âgée du monde. Les établissements de soins pour personnes âgées ont été liés à des épidémies de coronavirus dans d’autres pays, dont l’Australie, l’Italie, la Corée du Sud et les États-Unis. Tateda a averti qu’il y aurait inévitablement plus de décès dus à la maladie, mais a déclaré qu’il pensait que les « caractéristiques nationales » du Japon avaient contribué à maintenir le nombre de décès à un niveau plus bas qu’ailleurs.

A lire aussi : Coronavirus : la Corée a endigué l’épidémie sans confiner les villes

« On ne sait pas exactement pourquoi cela se produit, mais lors de la pandémie de grippe de 2009, le Japon avait le taux de mortalité le plus bas du monde, donc nous avons déjà vu cela auparavant », a-t-il déclaré. « Je pense que l’état d’esprit des Japonais, en général, est de suivre les instructions du gouvernement en cas de crise », a-t-il déclaré.

Port de masque et lavage des mains

C’est une caractéristique des Japonais et on pourrait appeler cela une « mentalité de mouton », mais dans ce cas-ci, cela a été utile. Les citoyens étaient inquiets et ils ont fait ce qu’on leur a dit – ils ont porté des masques pour empêcher la maladie de se propager, ils se sont lavé les mains, ils se sont donné de l’espace dans les trains, ils ont travaillé à la maison et ils ont essayé de minimiser les contacts avec les autres personnes ».

Il y a cependant une autre explication possible, selon Tateda.

« Il est possible que la plupart des gens aient déjà été infectés par le virus et que la majorité de la population ait développé une immunité collective », dit-il. « Ces personnes peuvent avoir été infectées insidieusement et ne présenter aucun symptôme, ou peut-être seulement les symptômes d’un léger rhume », a-t-il déclaré. « C’est quelque chose que nous devrons examiner à l’avenir ».

À Hokkaido, de nombreux cas étaient liés au festival de la neige de Sapporo qui s’est tenu début février.

L’événement a attiré plus de 2 millions de personnes dans la ville, les autorités sanitaires locales devant traiter un touriste chinois de Wuhan dans la province de Hubei – où les premières infections ont été signalées – qui avait contracté la maladie avant d’arriver à Hokkaido.

A lire aussi : Les Abenomics. Une thérapie de choc pour le Japon ?

L’état d’urgence a été déclaré dans la province à la fin du mois de février et, bien qu’il ne soit pas juridiquement contraignant, les gens ont suivi les ordres du gouverneur de rester chez eux.

Jeudi, le gouverneur de la préfecture, Naomichi Suzuki, a déclaré que le pire des scénarios avait été évité et qu’il était temps de lever les restrictions.

Yoko Tsukamoto, professeur à l’Université des sciences de la santé d’Hokkaido, a déclaré que les gens étaient inquiets pour l’économie. Les restaurants, les bars, les magasins et les lieux de divertissement ont du mal à attirer les clients et les petites entreprises disent qu’elles pourraient faire faillite.

Hokkaido était populaire auprès des touristes, en particulier ceux venant de Chine, mais les derniers chiffres de l’Organisation nationale du tourisme japonais ont montré que, globalement, le nombre de touristes venant au Japon a diminué de 58 % en février. Les visiteurs de Chine et de Corée du Sud ont connu une forte baisse, respectivement de 88 % et de 80 %.

Le 1er février, le gouvernement japonais a introduit une interdiction pour les visiteurs étrangers de la province de Hubei et le nombre de touristes sud-coréens était déjà en forte baisse à partir de 2019, dans un contexte de tensions commerciales et politiques accrues. Depuis, les interdictions de voyager ont augmenté dans le monde entier, le Japon ayant étendu ses restrictions aux voyageurs jeudi. Ceux qui arrivent de 38 pays, dont les 27 pays membres de l’Union européenne, devront se mettre en quarantaine pendant deux semaines.

Tsukamato a déclaré que le nombre de nouvelles infections à Hokkaido était resté stable et que si tout le monde devait être prudent, il était important de « trouver un équilibre entre les préoccupations liées à la maladie et celles liées aux moyens de subsistance des gens ».

« Mon sentiment est que nous ne pouvons tout simplement pas vivre dans un état d’urgence indéfiniment, alors nous essayons de revenir un peu plus près de la normale et, si les taux d’infection augmentent à nouveau, alors nous devons y repenser », a déclaré l’expert en contrôle des infections pour les infirmières. « Ce sera un cas d’essai et d’erreur car il s’agit d’un nouveau virus et nous ne savons pas exactement à quoi nous sommes confrontés et ce qui va se passer à l’avenir ».

Traduction de Conflits.

Source : This week in Asia.

Auteur de l’article : Julian Ryall. Originaire de Londres, il vit et travaille au Japon depuis 24 ans. Il collabore pour plusieurs publications à travers le monde.

 

Mots-clefs : ,

À propos de l’auteur
South China Morning Post

South China Morning Post

Le South China Morning Post est l'un des plus anciens journal d'Asie. Il a été fondé en 1903 à Hong Kong. La marque possède aujourd'hui de nombreux titres de presse et diffuse en Chine continentale, à Hong Kong et dans le reste de l'Asie. C'est l'un des principaux journaux de langue anglaise de la région.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest