Guerre commerciale entre Trump et la Chine

17 octobre 2019

Temps de lecture : 4 minutes
Photo : Face à la Chine, l'aigle américain n'a pas dit son dernier mot (c) Pixabay
Abonnement Conflits

Guerre commerciale entre Trump et la Chine

par

 

Vendredi, le président américain Donald Trump a annoncé la première phase d’un accord commercial tant attendu avec la Chine. Mais le principal négociateur chinois, le vice-premier ministre Liu He, n’est pas allé aussi loin, se contentant de dire que « nous avons fait des progrès considérables dans de nombreux domaines ». Essentiellement, ce qui s’est produit, c’est un cessez-le-feu, les États-Unis ayant accepté d’annuler leur hausse tarifaire prévue le 15 octobre en échange de la reprise par la Chine des achats de produits agricoles américains.

 

La principale conclusion de ce résultat est que, comme je l’ai déjà dit, Trump a atteint les limites de la diplomatie tarifaire. Devant les preuves croissantes de l’impact de sa guerre commerciale sur le secteur manufacturier américain, les revenus agricoles et la confiance des entreprises, il craint à présent que des droits de douane supplémentaires ne nuisent gravement à ses chances de réélection. Il cherchait une excuse pour reporter la prochaine hausse tarifaire et a donc présenté les progrès plutôt modestes comme une entente qui pourrait justifier une baisse.

Trouver un accord entre la Chine et les États-Unis

Les prochaines étapes les plus probables à partir d’ici sont que les deux parties trouveront un accord que Trump et Xi Jinping pourront entériner lors de leur rencontre au sommet des dirigeants de l’APEC à Santiago à la mi-novembre. À tout le moins, ils devraient être en mesure de signaler suffisamment de progrès pour que Trump ne donne pas suite à la menace d’imposition de droits de douane de 15% sur environ 150 milliards de dollars US de marchandises chinoises le 15 décembre. Trump a besoin d’un accord rapide pour reprendre la main face à une économie molle et à la procédure d’impeachment.

Les modalités de cet accord seront étroites et ne différeront pas beaucoup de ce qui a été en grande partie réglé en avril dernier. La Chine renforcera la protection de la propriété intellectuelle et améliorera l’accès au marché des services financiers et de quelques autres secteurs, et acceptera un accord de taux de change assez vide en vertu duquel elle prévoit une « dévaluation compétitive » (ce qu’elle n’a jamais fait de toute façon) sans renoncer au droit de permettre une dépréciation axée sur le marché. En échange de tout cela, les États-Unis pourraient réduire certains de leurs tarifs douaniers, mais probablement laisser la plupart en place. Les termes du pacte seront appliqués par un système élaboré de consultations conjointes à différents niveaux diplomatiques.

Ce mécanisme d’application sera loin d’être à la hauteur du rôle unilatéral de juge-juriste et de bourreau que les États-Unis réclamaient au départ, et sera donc probablement attaqué comme inoffensif par les critiques au Congrès.

 

Non seulement ces termes sont étroits, mais ils sont en grande partie, du côté de la Chine, un fait accompli. La protection de la PI a été renforcée par une loi adoptée par l’Assemblée nationale populaire en avril dernier. Les restrictions à l’investissement étranger ont été progressivement retirées au cours des deux dernières années, ce qui réduit la capacité de la Chine à faire pression sur les entreprises pour qu’elles transfèrent des technologies. En juillet, le gouvernement a annoncé un ensemble de mesures visant à élargir considérablement l’accès des étrangers à pratiquement tous les secteurs du secteur financier. Et depuis la fin de 2015, le taux de change de la Chine a été beaucoup plus axé sur le marché que par le passé. La dépréciation du renminbi par rapport au dollar américain, qui est passé de 6,1 à 7,1 au cours des 18 derniers mois, signifie que, tant qu’aucun droit de douane supplémentaire n’est imposé, il n’y a guère de raison qu’il s’affaiblisse davantage.

Des mesures qui permettent l’équilibre entre la Chine et les États-Unis

Ce qui ne figurera pas dans l’accord, ce sont des mesures substantielles pour amener la Chine à changer les pratiques économiques fondamentales que les États-Unis trouvent répréhensibles : une politique industrielle massivement subventionnée et une présence massive de l’État dans de nombreux secteurs. De même, aucun accord n’émoussera les efforts déployés actuellement par les États-Unis pour limiter les flux de technologie américaine vers la Chine par le biais de contrôles à l’exportation, de restrictions aux investissements et de limitations des visas d’étudiant et de travailleur.

Trois autres aspects de l’annonce de vendredi méritent d’être commentés. Premièrement, les limites de la diplomatie tarifaire ne s’appliquent probablement pas seulement à la Chine, mais à toute autre partie qui enregistre un excédent commercial avec les États-Unis. Il y a maintenant peu de chances que Trump impose des droits de douane sur les automobiles de l’UE. Bien que l’économie mondiale continuera de subir les dommages causés par les droits de douane déjà imposés et l’incertitude liée aux politiques commerciales de Trump, c’est une bonne nouvelle que les choses ne risquent pas de s’aggraver.

Deuxièmement, les objectifs annoncés pour les achats de produits agricoles chinois auprès des États-Unis – 40 à 50 milliards de dollars américains par an d’ici deux ou trois ans – devraient être pris avec précaution.

Lire aussi : L’impôt, arme de guerre économique

Les importations agricoles chinoises en provenance des États-Unis ont culminé à 29 milliards de dollars en 2013, dont plus de la moitié pour le soja, et ont diminué au cours des années suivantes avant de s’effondrer à un taux annualisé inférieur à 10 milliards en 2018-19 grâce aux restrictions commerciales de la guerre. Le simple fait de les ramener à leur niveau record d’il y a six ans serait une grande réussite.

Plusieurs milliards de dollars d’importations de porc sont probablement sur les cartes étant donné les ravages de la peste porcine africaine sur la population porcine chinoise. Mais l’objectif principal n’est probablement pas réalisable dans un court laps de temps et devrait être considéré comme de la propagande en faveur de la base rurale durement éprouvée de Trump.

Enfin, le représentant américain au commerce Robert Lighthizer a confirmé que les sanctions à l’encontre du fabricant chinois d’équipements de télécommunications Huawei ne font pas partie des négociations commerciales, mais font l’objet d’un « processus distinct ». Ce n’est pas nécessairement une bonne nouvelle pour Huawei, mais cela suggère que les questions commerciales et technologiques ont été officiellement mises dans des dossiers séparés. L’aspect positif est que la résolution du problème de Huawei n’est pas une condition préalable à la reprise de la guerre commerciale. Dans le même temps, cependant, la fin de la guerre tarifaire de Trump ne mettra pas fin aux efforts déterminés des tenants de la ligne dure de la sécurité nationale américaine pour faire tout ce qui est en leur pouvoir pour freiner l’essor technologique de la Chine.

Auteur : Arthur Kroeber

Traduction : Conflits

Source : Gavekal Research

À propos de l’auteur
Revue Conflits

Revue Conflits

Fondée en 2014, Conflits est devenue la principale revue francophone de géopolitique. Elle publie sur tous les supports (magazine, web, podcast, vidéos) et regroupe les auteurs de l'école de géopolitique réaliste et pragmatique.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest