Huawei et les routes de l’avenir

23 août 2020

Temps de lecture : 5 minutes
Photo : (c) Wang Jianfeng / Costfoto/Sipa US/SIPA SIPAUSA30230981_000004
Abonnement Conflits

Huawei et les routes de l’avenir

par

Compte tenu de leurs difficultés intérieures, les prédécesseurs de Xi Jinping ne consacraient que peu de temps aux questions de politique étrangère. Reflétant cette réalité, les jeunes et ambitieux technocrates chinois ont rarement rejoint le ministère des Affaires étrangères, qui était un peu en retrait. Au lieu de cela, on trouvait des carrières prometteuses dans les ministères chargés de l’industrie intérieure et du développement national. Cette négligence bénigne du reste du monde a changé et peut être attribuée à deux facteurs clés.

 

Article publié sur Gavekal, traduction de Conflits

 

Premièrement, le leader de la Chine a une forte personnalité et, depuis son arrivée au pouvoir, il a évité le conseil de Deng Xiaoping de cacher les ambitions de la Chine en tant que puissance mondiale.  Au lieu de cela, Xi a déclaré haut et fort que la Chine avait pour objectif de devenir une superpuissance d’ici 2049 et a proposé le « rêve chinois » comme alternative au « rêve américain ».

Ensuite, jusqu’en 2008, la Chine semblait se contenter d’un modèle commercial axé sur le rôle d’atelier du monde. Mais cela la rendait dépendante à la fois des habitudes de consommation occidentales et de la volonté des banques occidentales de financer ce commerce. La crise financière mondiale de 2008 a montré les failles de cette approche, et depuis lors, la Chine a modifié sa trajectoire de développement pour créer sa propre zone d’influence.

 

Les routes de l’Empire

Cela nous a amenés, à Gavekal, à conclure que Xi était le premier président « impérialiste » de la Chine moderne. Nous ne voulions pas dire que la Chine allait envahir le Vietnam, le Kazakhstan ou les Philippines, mais que, comme de nombreux empires précédents, elle allait se concentrer sur la construction de routes : cela permet d’acheminer les marchandises au cœur de l’empire au moindre coût, tandis que les produits finis à plus forte valeur ajoutée sont repoussés vers ses sphères extérieures. Ce n’est pas une coïncidence si un dicton commun aux Européens est que « tous les chemins mènent à Rome ».

À lire aussi : La Chine, ennemie hier, partenaire aujourd’hui ?

La construction de routes est un thème clé du livre de Cyril Northcote Parkinson, East and West (1963). Il y décrit comment Darius le Grand a relié l’océan Indien à la Méditerranée pour l’empire perse :

Mais pourquoi a-t-il [Darius] soumis les Indiens ? Ne pouvait-il pas commercer avec eux de façon pacifique ? Dans l’histoire de l’expansion impériale, cette question revient et la réponse est souvent formulée en termes de mégalomanie. La véritable explication réside dans la nature même de la route commerciale. Ayant fait tous les efforts nécessaires on ne peut pas s’attendre à ce que le souverain laisse l’extrémité la plus éloignée entre les mains d’une autre puissance. Pourquoi certains étrangers devraient-ils bénéficier de tous les avantages d’un commerce qu’ils n’ont pas encouragé ?… Et, à part cela, les commerçants utiliseront-ils un jour une route sur laquelle aucune sécurité ne peut être garantie au-delà d’un certain point ?… Après avoir soumis les Indiens, Darius pouvait utiliser régulièrement une route commerciale qui était effectivement la sienne. Et ayant soumis les villes ioniennes, il pouvait se sentir aussi en sécurité dans la direction opposée. Comme le dit le proverbe persan, « Darius était un commerçant ».

Sous Xi Jinping, la Chine adopte l’approche de Darius en développant des routes commerciales à travers le continent asiatique, en Afrique et jusqu’en Europe. D’où l’initiative « Belt and Road », le Fonds pour la route de la soie et la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures. Déjà, la Chine est devenue un partenaire commercial clé pour des pays aussi disparates que l’Algérie, l’Allemagne, l’Iran et la Turquie.

Pour sa part, l’empire dominant actuel – les États-Unis – s’est éveillé aux ambitions impériales de la Chine et fait preuve d’une rare détermination bipartite pour enrayer son ascension. Cette rivalité géopolitique figure dans le livre Clash of Empires, publié en 2019, qui expose les effets possibles sur les investissements de la confrontation en cours entre les États-Unis, la Chine et l’Union européenne.

 

Freiner l’expansion

Les lecteurs de l’Est et de l’Ouest de Northcote-Parkinson ne seraient pas surpris de voir les tensions se jouer autour du contrôle des routes et des marchandises de valeur qui y circulent. Pourtant, les routes du XXIe siècle ne sont pas faites d’acier et d’asphalte, mais construites autour de commutateurs de télécommunications et de satellites ; les « marchandises » qui y transitent ne sont qu’une série de uns et de zéros qui passent par des commutateurs de télécommunications à des vitesses toujours plus élevées. Dans ce contexte, la destruction d’entreprises telles que Huawei et ZTE est une stratégie judicieuse si l’objectif final est de freiner l’expansion de l’Empire chinois. Mais cette lutte se joue sur bien d’autres fronts :

– Désintermédiation des banques en faveur de fintech : cette opération est plus facile à réaliser dans les économies en développement non bancarisées. La prochaine entrée en bourse de Ant Financial sera donc un marqueur intéressant, tout comme peut-être le lancement d’un « renminbi numérique » (même si celui-ci est davantage axé sur le contrôle des flux monétaires nationaux).

– Dédollarisation des échanges commerciaux de la Chine : l’effondrement récent des taux d’intérêt des économies de l’OCDE, combiné à l’énorme expansion des agrégats monétaires occidentaux, a suscité un nouvel intérêt des investisseurs occidentaux pour les instruments à revenu fixe chinois. Pour dire les choses simplement, ceux qui sont attachés à la notion pittoresque selon laquelle les obligations doivent offrir un rendement minimal ont, ces derniers mois, acheté des obligations d’État chinoises à la sauvette.

À lire aussi : Entretien avec François Godement ; La Chine dans nos murs

– Réduire la dépendance de la Chine à l’égard des importations de semi-conducteurs : La Chine dépense chaque année plus d’argent pour importer des puces que d’énergie. Ses principales entreprises technologiques, comme Huawei, sont désormais soumises à des contrôles stricts des exportations américaines visant à couper l’approvisionnement en puces. En conséquence, la Chine investit à la fois du capital humain et financier dans des projets visant à combler ce fossé technologique.

– Construction d’infrastructures physiques dans le monde en développement : La Chine est devenue l’acteur dominant dans ce domaine, comme l’a largement rapporté mon collègue Tom Miller. La question est de savoir si les États-Unis ou l’Europe peuvent rivaliser avec l’argument de la Chine aux pays en développement, à savoir « s’industrialiser à bon marché, voire à crédit », en construisant des routes, des chemins de fer, des systèmes de télécommunications, des ports et des centrales électriques, qui sont tous nécessaires pour entrer dans le XXIe siècle.

 

En bref, la lutte pour Huawei ne représente qu’une bataille dans le choc des empires qui se déroule. Il s’agit d’une bataille clé, car elle permettra de décider qui contrôlera les routes importantes au cours du siècle à venir. Mais derrière ce concours interne se cache une question clé pour les investisseurs : d’où viendra la croissance marginale dans le monde au cours des prochaines années ? Ceux qui pensent qu’elle proviendra plus probablement des marchés émergents que des marchés développés se sentiront probablement structurellement sous-exposés à la Chine et à son importance croissante pour les autres pays de l’EM.

Dans le passé, on pouvait être exposé à la croissance des marchés émergents en possédant des sociétés occidentales comme LVMH, Nestlé, BHP et HSBC. Mais comme le découplage et le choc des empires intensifient ce processus d’investissement en Occident pour jouer la carte de l’essor de l’Orient, il deviendra plus difficile de le faire.

Mots-clefs : , ,

À propos de l’auteur
Louis-Vincent Gave

Louis-Vincent Gave

Louis-Vincent Gave est cofondateur de Gavekal Resarch, il vit et travaille à Hong Kong depuis de nombreuses années. Il est l’auteur de six livres dont Clash of Empires : Currencies and Power in a Multipolar World (2019).
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest