Covid-19. Augmentation des cas en Inde

14 mai 2020

Temps de lecture : 4 minutes
Photo : Le Covid 19 en Inde
Abonnement Conflits

Covid-19. Augmentation des cas en Inde

par

Coronavirus : Le nombre de cas de coronavirus 19 augmente alors que l’Inde se prépare à sortir de la quarantaine. La propagation du virus ne montre aucun signe de ralentissement, bien que le pays soit verrouillé depuis le 25 mars. Au cours des trois derniers jours, elle a enregistré près de 11 000 cas et les experts craignent que d’autres cas ne surviennent à mesure que les services ferroviaires redémarrent et que les travailleurs migrants rentrent chez eux

 

Article traduit par Conflits.

Texte d’origine : SCMP.

Auteur : Kunal Purohit

L’Inde a enregistré une augmentation massive des infections au Covid-19 lundi, juste un jour avant la reprise des services ferroviaires longue distance, première étape vers la réouverture après un strict embargo national.

Le pays a enregistré 4 213 nouvelles infections de dimanche matin à lundi matin, portant son total à 67 152, selon le ministère de la santé et du bien-être familial. Cette augmentation signifie qu’au cours des trois derniers jours seulement, l’Inde a enregistré près de 11 000 nouvelles infections.

La propagation du virus ne montrant aucun signe de ralentissement, la sonnette d’alarme se fait maintenant entendre. Lorsque le confinement a été imposé le 25 mars, l’Inde n’avait enregistré que 657 infections.

Le confinement doit expirer dimanche et le gouvernement indien fait l’objet de pressions croissantes pour relancer l’économie. Le chômage a grimpé à 27,1 %, avec 114 millions d’emplois perdus au cours des deux derniers mois seulement, et de nombreux analystes prédisent maintenant que l’économie pourrait se contracter au cours de cet exercice financier.

Cependant, la recrudescence des cas pourrait obliger le gouvernement à reconsidérer l’opportunité d’assouplir les restrictions.

Les experts en santé publique affirment qu’avec le verrouillage devenant de plus en plus insoutenable économiquement, les Indiens devront se préparer à une nouvelle augmentation du nombre de cas.

Le Dr Randeep Guleria, directeur du principal institut médical public indien, le All India Institute of Medical Sciences, a averti la semaine dernière que les infections atteindraient un pic dans les deux prochains mois.

A lire aussi : Chine, Inde, Russie

Qu’est-ce qui se cache derrière cette hausse ? 

Il y a plusieurs raisons à la hausse des infections.

La première est qu’après un départ lent, les autorités ont intensifié les tests dans tout le pays. Avant la fermeture, selon Our World in Data, l’Inde effectuait 18 tests par million de personnes ; aujourd’hui, elle en effectue 1 166.

Un autre facteur est la densité des villes indiennes. Plus de 52 % des cas signalés lundi provenaient de six des villes les plus peuplées du pays : Mumbai, Delhi, Ahmedabad, Chennai, Pune et Thane.

À Mumbai, la ville la plus touchée du pays avec 13 379 cas, les ressources sont déjà très limitées. Des fuites de vidéos provenant d’hôpitaux publics ont montré un manque de lits obligeant les patients à dormir à même le sol alors que les corps s’entassent à côté d’eux, sans surveillance.

Un fonctionnaire du gouvernement local de Mumbai, la Brihanmumbai Municipal Corporation, a admis que la situation était sinistre. « La densité est si élevée ici, surtout dans les bidonvilles, qu’il nous est difficile de confiner les gens chez eux. Lorsque les gens n’ont pas de toilettes chez eux et qu’ils dépendent de toilettes communes, il est difficile de contrôler la propagation des infections ».

La société a déclaré qu’elle voulait augmenter les installations de quarantaine jusqu’à 75 000 lits.

Le problème est aggravé par le fait que dans l’État du Maharashtra, dont la capitale est Mumbai, 80 % des cas sont asymptomatiques, ce qui les rend plus difficiles à détecter.

Le Dr Oommen John, du George Institute For Global Health India, a déclaré que les autorités n’étaient pas assez agressives dans la recherche de contacts et la mise en quarantaine.

« Nous devons disposer d’un système de surveillance de base beaucoup plus rigoureux, qui nous permette d’identifier rapidement les groupes d’infections émergentes, avant qu’ils ne deviennent des points chauds. La maladie suscite également la peur et la stigmatisation et, par conséquent, lorsque les patients se présentent à l’hôpital, il est souvent trop tard ».

Les migrants de retour

Lorsque le Premier ministre Narendra Modi a imposé un verrouillage national, des millions de travailleurs migrants mal payés et employés occasionnellement ont été laissés en plan dans les zones urbaines où ils étaient employés, sans possibilité de retour dans leurs foyers ruraux. Peu d’entre eux ont reçu leur salaire et la plupart n’ont même pas eu accès aux denrées alimentaires de base pendant le confinement.

Aujourd’hui, beaucoup rentrent chez eux dans des trains spéciaux organisés par le gouvernement central, mais les administrations locales craignent qu’ils ne soient porteurs d’infections.

Les infections dans l’État d’Odisha ont presque doublé au cours de la semaine dernière, pour atteindre 391 cas lundi, la plupart étant des travailleurs migrants. Au Bihar, près de 100 migrants de retour ont été testés positifs au Covid-19.

De nombreux experts avertissent que le retour de ces travailleurs migrants contribue à la propagation de la maladie des zones urbaines de l’Inde vers son arrière-pays.

Le Dr T Sundararaman, ancien directeur du Centre national de ressources sur les systèmes de santé en Inde, a critiqué le gouvernement pour avoir agi trop tard.

« Si le gouvernement avait autorisé les travailleurs migrants à rentrer au début du confinement, alors que l’Inde ne comptait que quelques centaines de cas, les chances que ces travailleurs soient infectés auraient été beaucoup plus faibles ».

Cette question va éclipser les tentatives du gouvernement de rétablir un semblant de normalité en assouplissant les restrictions à partir de la semaine prochaine.

Les services de transport routier, ferroviaire et aérien ont été suspendus en mars afin d’enrayer la propagation de la maladie.

À propos de l’auteur
South China Morning Post

South China Morning Post

Le South China Morning Post est l'un des plus anciens journal d'Asie. Il a été fondé en 1903 à Hong Kong. La marque possède aujourd'hui de nombreux titres de presse et diffuse en Chine continentale, à Hong Kong et dans le reste de l'Asie. C'est l'un des principaux journaux de langue anglaise de la région.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest