Les ingénieurs de l’âme : l’idéologie communiste dans la Chine de Xi Jinping

9 juillet 2021

Temps de lecture : 21 minutes
Photo : Mandatory Credit: Photo by Stephen Shaver/UPI/Shutterstock (12171626f) Chinese attend a free concert celebrating the 100th anniversary of the founding of China's Communist Party being held in Beijing on Sunday, June 27, 2021. 2021/shutterstock_editorial_Chinese_Attend_a_Concert_Celeb_12171626f//2106271806
Abonnement Conflits

Les ingénieurs de l’âme : l’idéologie communiste dans la Chine de Xi Jinping

par

L’Australien John Garnaut est l’un des meilleurs connaisseurs du fonctionnement du PCC et de son idéologie. Il a rendu public le discours qu’il a prononcé en 2017 lors d’un séminaire interne du gouvernement australien. Initialement paru sur le site Sinocism, cette analyse est aujourd’hui proposée aux lecteurs français. Il démontre que l’idéologie communiste est toujours présente et que Xi Jinping se place dans les pas de Staline et de Mao.

Le site Sinocism est dirigé par Bill Bishop. Traduction du texte par Conflits.

Présentation du texte par Bill Bishop

Les lecteurs réguliers de Sinocism connaissent sans doute John Garnaut, qui fut l’un des meilleurs journalistes couvrant la Chine avant de rejoindre le gouvernement australien, d’abord comme rédacteur de discours pour le Premier ministre Malcolm Turnbull, puis comme conseiller en politique chinoise. Il a dirigé l’analyse et la réponse du gouvernement australien aux efforts d’ingérence et d’influence de la RPC/CCP dans le pays, et son travail a eu depuis une influence significative dans d’autres capitales occidentales.

John Garnaut est maintenant hors du gouvernement et m’a permis de partager avec vous un discours qu’il a prononcé lors d’un séminaire interne du gouvernement australien en août 2017.

J’ai rencontré John Garnaut à Pékin et, en plus d’avoir un immense respect pour son travail – en particulier du fait de son accès aux princes rouges à un niveau tel, je pense, qu’aucun autre correspondant étranger n’ait jamais eu, j’ai toujours trouvé qu’il était un chroniqueur raisonné et réfléchi de la RPC. Certains disent aujourd’hui qu’il est devenu un prédateur de la Chine, mais j’y vois plutôt l’évolution d’un observateur sophistiqué de la Chine qui croit en la recherche de la vérité à partir des faits, même s’il est difficile d’accepter la réalité de la direction que Xi et le PCC semblent prendre pour la Chine. C’est une trajectoire sur laquelle je me suis retrouvé, tout comme bon nombre des observateurs étrangers les plus expérimentés de la Chine que je connais. J’aimerais pouvoir dire que je trouve les arguments de John peu convaincants, mais en fait, ils semblent d’autant plus justes maintenant, plus d’un an après le 19e Congrès du Parti, qu’ils ne l’étaient lorsqu’il a donné cette conférence en 2017.

Ingénieurs de l’âme : ce que l’Australie doit savoir sur l’idéologie dans la Chine de Xi Jinping

Comme certains d’entre vous le savent, je viens de passer les huit derniers mois en tant que fonctionnaire modèle, à me comporter de la meilleure façon qui soit : attendre le bon moment, dissimuler ses opinions et respecter strictement l’ordre bureaucratique. Maintenant, je vais pouvoir me débrancher. Mais avant de le faire, je tiens à vous remercier d’être venus aujourd’hui, et en particulier Paul et Sam de m’avoir donné cette occasion. C’est un honneur d’être ici à la création de ce qui promet d’être une importante série de séminaires. Cette série de séminaires est en soi un acte audacieux d’ingénierie sociale. L’idée est qu’en plaçant des économistes et des stratèges en matière de sécurité dans la même pièce, nous pourrions promouvoir le dialogue et peut-être même la paix entre les tribus de Canberra – avec pour objectif à long terme l’élaboration de politiques intégrées. Nous verrons ce qu’il en est. Mais en attendant, je suis ici en tant que personne née dans la tribu de l’économie et qui a été contrainte de céder progressivement du terrain au camp de la sécurité. Ce recul s’est effectué au cours d’une décennie, car j’ai dû accepter que l’ouverture économique ne mène pas inévitablement à l’ouverture politique. Du moins lorsque vous avez un régime politique qui est à la fois capable et déterminé à faire en sorte que cela ne se produise pas.  La politique n’est pas tout, mais il n’y a aucun pays au monde où elle est plus omniprésente, à l’exception de la Corée du Nord. Or il n’existe pas de système politique aussi étroitement lié à l’idéologie. Dans le travail que je faisais à l’étage de ce bâtiment, j’ai fait tout mon possible pour éliminer l’idéologie de mon analyse de l’impact de la Chine sur l’Australie et notre région. Elle était tout simplement trop étrangère et trop difficile à digérer.

A lire également : Chine : la grande peur des hérétiques

La Chine est vraiment communiste

Pour donner du sens aux dirigeants en manque de temps, il était plus facile de « normaliser » les événements, les actions et les concepts en les formulant en termes qui nous soient plus familiers. Cette approche de « normalisation » de la Chine a également permis d’éviter de douloureux débats normatifs sur ce qu’est la Chine, où elle va et ce qu’elle veut. C’était une façon d’éviter une bataille de chiffonnier pour savoir qui est pour ou contre la Chine. En retirant le « parti communiste » de « Chine », on a pu désactiver la réaction auto-immunitaire qui peut autrement tuer toute conversation productive. Ce pragmatisme a plutôt bien fonctionné. Nous avons porté la conversation sur la Chine à un nouveau niveau de sophistication au cours de l’année écoulée. Mais en éliminant l’idéologie, nous renonçons à construire un cadre qui a une valeur explicative et prédictive. À un moment donné, étant donné l’influence de la Chine sur l’Australie, nous devrons sérieusement tenter de lire la feuille de route idéologique qui encadre le langage, les perceptions et les décisions des dirigeants chinois. Si nous voulons un jour cartographier le génome du parti communiste, nous devons lire son ADN idéologique.

Je veux faire ces remarques générales sur les fondements historiques de l’idéologie du PCC, c’est révélateur au-delà du fait que c’est important :

  1. Le communisme n’a pas bénéficié d’une conception immaculée en Chine. Il a plutôt été greffé sur un système idéologique existant – le système dynastique chinois classique.
  2. La Chine avait une vénération inhabituelle pour le mot écrit et l’acceptation de sa valeur didactique.
  3. Le marxisme-léninisme a été interprété par Mao et ses compagnons révolutionnaires par un intermédiaire crucial : Joseph Staline.
  4. Le communisme – tel qu’interprété par Lénine, Staline et Mao – est une idéologie totale. Au risque d’être politiquement insensible, elle est totalitaire.
  5. Xi Jinping a revigoré l’idéologie à un point que nous n’avions pas vu depuis la Révolution culturelle.

Je m’abstiendrai de parler des implications pratiques contemporaines de tout cela jusqu’à ce que nous abordions la discussion suivante.

Une cosmologie dynastique

Mon travail de journaliste et d’écrivain dans la Nouvelle Chine – pour utiliser le langage du parti – m’a permis de constater que l’idéologie officielle du communisme coexiste avec une idéologie officieuse de la vieille Chine. Les pères fondateurs de la RPC sont arrivés au pouvoir en promettant de répudier et de détruire tout ce qui concernait le sombre passé impérial, mais ils n’ont jamais vraiment changé le papier peint mental.

Mao et ses camarades ont grandi avec les récits de la Chine impériale. Ils n’ont jamais cessé de les lire. Le Rêve des manoirs rouges, Les Trois Royaumes – les classiques chinois racontent tous l’ascension et la décadence des dynasties. C’est le métarécit de la littérature et de l’historiographie chinoises, aujourd’hui encore.

Mao en particulier était obsédé, comme me l’a expliqué Li Rui, ancien secrétaire de Mao. Il m’a dit : « Il ne dormait que sur un tiers du lit et les deux autres tiers de son lit étaient couverts de livres, tous des livres chinois reliés par des fils, des livres anciens chinois. Ses recherches portaient sur les stratégies des empereurs. C’était comment gouverner ce pays. C’était ce qui l’intéressait le plus. »

Et les révolutionnaires fondateurs ont transmis ces mêmes récits à leurs enfants. La fille du principal propagandiste de Mao, Hu Qiaomu, m’a raconté que son père n’avait élevé la voix sur elle qu’une seule fois : lorsqu’elle lui a avoué qu’elle n’avait pas terminé le Rêve des demeures rouges (qui compte d’ailleurs un million de caractères). Hu Qiaomu était furieux. Il lui a dit que le président Mao avait lu le livre 25 fois.

Voici donc ma première observation sur l’idéologie – l’idéologie au sens large, en tant que système cohérent d’idées et d’idéaux : les familles fondatrices de la RPC sont imprégnées du système dynastique.

Certes, le communisme et l’impérialisme féodal ne font pas bon ménage. Mais ils ne sont pas irréconciliables. La formule du communisme dynastique a été perfectionnée par Chen Yun : leurs enfants devaient hériter du pouvoir non pas en raison de leurs privilèges, mais parce qu’on pouvait compter sur leur loyauté envers la cause révolutionnaire. Ou, comme il l’a dit : « au moins, nos enfants ne creuseront pas nos tombes ».

Xi Jinping a exercé une prétention aristocratique non écrite avec le pouvoir qui découle de la proximité de son père avec le fondateur de la dynastie rouge : le Président Mao. Il est le représentant compromis de toutes les grandes familles fondatrices. C’est le point de départ pour comprendre la vision du monde de Xi Jinping et de sa cohorte de princes. Aux yeux des princes rouges chinois – ou « successeurs révolutionnaires », comme ils préfèrent être appelés – la Chine est toujours prisonnière du cycle qui a créé et détruit toutes les dynasties précédentes. Dans cette tradition, lorsque vous perdez le pouvoir politique, vous ne perdez pas seulement votre emploi (tout en conservant de votre superbe) comme vous pourriez le faire dans notre société aux arrangements embourgeoisés. Vous perdez votre richesse, vous perdez votre liberté, vous perdez probablement votre vie et peut-être même toute votre famille élargie. Vous êtes littéralement effacé de l’histoire. Les gagnants prennent tout et les perdants perdent tout. Avec de tels enjeux, l’idiome anglais « life-and-death-struggle » est beaucoup trop passif. Dans la formulation chinoise, c’est « Tu meurs, je vis ». Je dois tuer de manière préventive pour pouvoir vivre. Xi et ses camarades de la dynastie rouge pensent qu’ils prendront le même chemin que les Mandchous et les Mings dès qu’ils l’oublieront.

A lire également : Livre : Le jour où la Chine va gagner

La vénération de l’écrit en Chine

Un deuxième point, lié au premier, est que la Chine a une extraordinaire vénération de l’écrit. Les récits, les histoires et les enseignants ont une grande autorité morale. Plus que partout ailleurs, à l’exception de la Russie tsariste. Cela peut avoir rendu la Russie et la Chine culturellement réceptives à la propagande et à l’idéologie transmise par la propagande. Ce qui est certain, c’est que la Chine a été particulièrement réceptive à l’idéologie soviétique parce que les intellectuels chinois ont trouvé un sens à la littérature et aux textes russes plus tôt et plus facilement qu’ils ne l’ont fait avec d’autres sources occidentales. « La littérature russe était notre guide (daoshi) et notre ami », disait Lu Xun.  Dans la politique chinoise classique, deux outils permettent d’obtenir et de maintenir le contrôle sur « les montagnes et les rivières » : Le premier est le wu (armes, violence – 武) et le second le wen (langue, culture – 文). Les dirigeants chinois ont toujours pensé que le pouvoir découlait du contrôle du champ de bataille physique et du domaine culturel. Vous ne pouvez pas soutenir le pouvoir physique sans le pouvoir discursif. Wu et wen vont de pair. Pour comprendre l’attrait du Commintern soviétique à Shanghai et Guangzhou dans les années 1920, il faut savoir que ses agents (certes brillants) racontaient une histoire convaincante. Ils sont arrivés avec de l’argent, des armes et des techniques d’organisation, mais leur meilleur argument de vente était un récit qui promettait une évasion linéaire du cycle dynastique. (En fait, selon l’interprétation soviétique du marxisme, le cours de l’histoire n’était pas exactement linéaire. On disait plutôt que l’histoire se déplaçait le long de la trajectoire d’un tire-bouchon – façonnée par des cycles « dialectiques » de lutte, de destruction et de renouvellement). L’avantage discursif de Mao était l’idéologie marxiste-léniniste. Le langage n’était pas seulement un outil de jugement moral. C’était un instrument pour façonner un comportement acceptable et une arme pour distinguer les ennemis des amis. C’est le sous-texte du poème le plus célèbre de Mao, Neige. L’idéologie communiste lui a permis de « militariser » la culture d’une manière que ses prédécesseurs impériaux n’avaient jamais réussi. Et il est important de se rappeler qui était le leader du monde communiste pendant le quart de siècle au cours duquel Mao a accédé au pouvoir absolu.

Le « Grand Génie » : le Camarade Staline.

Mao savait que le dogme marxiste-léniniste était absolument crucial pour son entreprise, mais il n’avait personnellement pas la patience de s’y perdre. Il a trouvé un raccourci vers la compétence idéologique avec le Petit cours sur l’histoire des bolcheviks de Joseph Staline, publié à la fin de la Grande Terreur de Staline, en 1938.  Selon Li Rui, lors d’un entretien avec l’historien Li Huayu, Mao pensait avoir trouvé une « encyclopédie du marxisme » et « agissait comme s’il avait découvert un trésor ». Au moment de la mort de Staline, en mars 1953, Le Cours abrégé sur l’histoire des bolcheviks était devenu le troisième livre le plus imprimé de l’histoire de l’humanité. Après la mort de Staline – lorsque celui-ci a été qualifié de « Grand Génie » à la une du Quotidien du Peuple – les imprimeurs chinois ont redoublé d’efforts. Il est devenu ce qui se rapproche le plus d’un texte religieux en Chine. Le Cours abrégé est une lecture difficile, mais il nous offre le même raccourci pour comprendre l’idéologie communiste qu’il l’a fait pour Mao.

Le problème de Staline était différent de celui de Lénine. Lénine devait gagner une révolution, mais Staline devait la maintenir. Le grand défi idéologique de Staline était d’expliquer qu’ils avaient gagné la révolution mais que l’utopie de l’égalité parfaite promise depuis longtemps devait être reportée. Il a dû rationaliser le fait de repousser la destination utopique à l’horizon et de subordonner cet objectif toujours plus lointain à l’impératif de la guerre interne du parti. Le Cours abrégé de Staline est un manuel de lutte perpétuelle contre une liste d’ignobles ennemis imaginaires qui collaborent avec des agents occidentaux imaginaires pour restaurer le capitalisme bourgeois et le libéralisme. Il est écrit comme une chronique des victoires de Lénine puis de la « ligne correcte » de Staline sur une succession sans fin de méchants idéologiques. Il peut être instructif de constater que bon nombre des ennemis intérieurs les plus « vils » ont dissimulé leurs intentions subversives sous le couvert de la « réforme ». L’utilité pratique de ce livre est qu’il prescrit un antidote à la calcification et à la putréfaction qui corrodent et dégradent inévitablement toute dictature. L’idée la plus originale du Petit Cours sur l’histoire des bolcheviks de Staline est que le chemin vers l’utopie socialiste sera toujours obstrué par des ennemis qui veulent restaurer le capitalisme bourgeois de l’intérieur du parti. Ces ennemis internes deviennent plus désespérés et plus dangereux à mesure qu’ils sont mis en danger – et qu’ils collaborent avec les espions et les agents du libéralisme occidental.

Les lignes les plus importantes du livre :

  • « Au fur et à mesure que la révolution s’approfondit, la lutte des classes s’intensifie. »
  • « Le Parti devient fort en se purgeant lui-même. »

Vous pouvez imaginer à quel point cette formulation était révélatrice pour un dirigeant chinois impitoyable comme Mao qui avait maîtrisé le monde du « Tu meurs, je vis » dans lequel il était né – un monde dans lequel vous choisissez de tuer ou d’être tué – et qui était obsédé par la façon d’empêcher la décadence qui avait détruit toutes les dynasties impériales auparavant.

A lire également : La Chine face au monde anglo-saxon

De l’importance de purger le Parti

Ce que Staline a offert à Mao n’était pas seulement un manuel pour purger ses pairs, mais aussi une explication de la raison pour laquelle cela était nécessaire. Purger ses rivaux était le seul moyen pour un parti d’avant-garde de se « purifier », de rester fidèle à sa nature révolutionnaire et d’empêcher une restauration capitaliste. La purge était le mécanisme permettant au Parti communiste chinois d’atteindre une « unité » toujours plus grande avec la « vérité » révolutionnaire telle qu’interprétée par Mao. C’est le mécanisme permettant de prévenir le processus de corruption et de putréfaction qui s’installe inévitablement après le départ des dirigeants fondateurs de chaque dynastie. Mao s’est séparé de Khrouchtchev parce que Khrouchtchev s’est séparé de Staline et de tout ce qu’il représentait. La scission sino-soviétique était idéologique – c’était la revendication de Mao d’un leadership idéologique sur le monde communiste. Marx, Lénine, Staline, Mao. C’était la prétention de Mao d’être le véritable successeur de Staline. On entend beaucoup dire que Xi et ses pairs reprochent à Gorbatchev l’effondrement de l’État soviétique, mais leurs griefs remontent en fait bien plus loin. Ils en veulent à  Khrouchtchev. Ils lui reprochent d’avoir rompu avec Staline. Et ils jurent qu’ils ne feront jamais à Mao ce que Khrouchtchev a fait à Staline.

Aujourd’hui, soixante ans plus tard, nous voyons Xi revendiquer son statut de véritable successeur révolutionnaire de Mao. Le langage de Xi sur la « pureté du parti », la « critique et l’autocritique », la « ligne de masse », son obsession de « l’unité », ses attaques contre les éléments du « libéralisme occidental hostile », le « constitutionnalisme » et d’autres variantes de la « subversion » idéologique – tout cela, c’est du marxisme-léninisme tel qu’interprété par Staline et par Mao. C’est le langage que les princes rouges profonds parlaient lorsqu’ils se réunissaient et, à l’occasion, lorsque je les interviewais et que je m’incrustais dans leurs réunions à l’approche du XVIIIe Congrès du Parti. Et c’est ainsi que Xi a parlé après le XVIIIe Congrès du Parti : « Rejeter l’histoire de l’Union soviétique et du Parti communiste soviétique, rejeter Lénine et Staline, et rejeter tout le reste, c’est s’engager dans le nihilisme historique, et cela brouille nos pensées et sape les organisations du parti à tous les niveaux. »

Aujourd’hui, la destination utopique doit être maintenue, même si elle semble absurde, afin de justifier les moyens brutaux pour y parvenir. Xi a inséré quelques objectifs intermédiaires – pour ceux qui manquent de patience révolutionnaire – mais la logique marxiste-léniniste-staliniste-maoïste sous-jacente reste la même. C’est la logique de sa purge toujours plus profonde des pairs qui se mettent en travers du chemin. La purge du challenger princier Bo Xilai ; du chef de la sécurité Zhou Yongkang ; des deux vice-présidents de la Commission militaire centrale de l’APL Xu Caihou et Guo Boxiong ; de l’arrangeur de la Ligue de la jeunesse Ling Jihua ; du successeur potentiel Sun Zhengcai il y a tout juste quinze jours. Rien de tout cela n’est personnel. C’est dialectique et inévitable. Cela pousse et accélère le voyage de la Chine le long de l’inexorable cours de l’histoire en forme de tire-bouchon. « L’histoire doit être poussée le long de son cours dialectique », a déclaré Xi, dans son discours à l’occasion du 95e anniversaire du parti en 2015. « L’histoire va toujours de l’avant et elle n’attend jamais ceux qui hésitent. » La même logique s’applique à l’extérieur du parti comme à l’intérieur. « Il faut s’opposer à la culture décadente de la classe capitaliste et de la société féodale », a déclaré le Guangming Daily, qui fait autorité, en développant un autre discours de Xi. L’essence du maoïsme et du stalinisme est la lutte perpétuelle. C’est l’antidote à la calcification et à la putréfaction qui ont détruit toutes les dynasties, dictatures et empires précédents. C’est pourquoi Xi et ses pairs de la Succession rouge croient que le maoïsme et le stalinisme sont encore très pertinents aujourd’hui. Non seulement pertinents, mais existentiels. Xi a mis en branle un projet de purification – une guerre contre les forces de la contre-révolution – qui n’a pas de point final, car la destination utopique théorique du communisme parfait sera toujours repoussée un peu plus loin sur la route. Il n’y a pas d’objectif politique au sens où un banquier de Wall Street ou un fonctionnaire de Canberra pourrait le comprendre – comme un peu plus d’efficacité du marché de l’énergie ici, ou une compression du coefficient de Gini là. Il s’agit plutôt de restaurer la vigueur et la vitalité dynastique. La politique est la finalité. C’est ce que Mao et Staline ont compris mieux que n’importe lequel de leurs pairs. C’est la raison d’être de la « restauration rouge profonde » de Xi Jinping. Et pourquoi le processus de politique extrême ne s’arrêtera pas au XIXe Congrès du Parti. Ce qui nous amène au titre de ce séminaire.

Ingénieurs de l’âme humaine

Lors de ma première séance de cohésion d’équipe dans ce bâtiment, j’ai demandé qui était le leader mondial qui décrivait les artistes et les auteurs comme des « ingénieurs de l’âme humaine ». Ce mot-image était-il une création de Staline, Mao ou quelqu’un d’autre ?

Si vous pensez à Joseph Staline, vous avez raison : « La production d’âmes est plus importante que la production de chars … ». C’est pourquoi je lève mon verre à vous, écrivains, les « ingénieurs de l’âme humaine ». Pour moi, c’est l’une des grandes métaphores totalitaires : une machine conçue pour forger une unité complète entre l’État, la société et l’individu. La machine totalitaire fonctionne selon une trajectoire prédéterminée. Elle nie l’existence du libre arbitre et rejette les valeurs abstraites comme la vérité, l’amour et l’empathie. Elle répudie Dieu, ne se soumet à aucune loi et ne cherche rien de moins qu’à remodeler l’âme humaine. Cette citation est tirée du célèbre discours prononcé par Staline chez l’écrivain Maxime Gorki en préparation du premier congrès de l’Union des écrivains soviétiques en octobre 1932. Ce discours a marqué la fin de la Grande famine et de la Révolution culturelle de Staline – le prototype de la Grande famine et de la Révolution culturelle de Mao – qui a précédé la Grande Terreur de Staline. Pour Staline, Lénine et les proto-léninistes de la Russie du XIXe siècle, la valeur de la littérature et de l’art était purement instrumentale. L’art pour l’art n’existait pas. Dans leur idéologie, la poésie n’a pas de valeur intrinsèque. Ou, pour utiliser le langage technique de l’originale « Homme de fer » – Joseph Staline – la littérature et l’art ne sont ni plus ni moins que des rouages de la machine révolutionnaire.

A lire également : Jeu de go et géopolitique de la Chine : intérêts et limites d’une lecture « ludique » des conflits

Mao successeur de Staline

Mais si vous pensez que la réponse est le président Mao, vous avez également raison. Mao a prolongé la métaphore de Staline une décennie plus tard, lors de son célèbre Forum de Yan’an sur la littérature et l’art, prononcé en deux parties en octobre 1942, et publié (sous une forme fortement trafiquée) un an plus tard : « [Notre objectif est] de faire en sorte que la littérature et l’art s’intègrent bien dans l’ensemble de la machine révolutionnaire en tant qu’éléments constitutifs, qu’ils fonctionnent comme des armes puissantes pour unir et éduquer le peuple et pour attaquer et détruire l’ennemi, et qu’ils aident le peuple à combattre l’ennemi avec un seul cœur et un seul esprit. » C’est à ce moment-là que Mao a clairement indiqué que la vérité, l’amour ou le mérite artistique n’existaient que dans la mesure où ces concepts abstraits pouvaient être mis au service de la politique. Il est important de noter que les discours de Mao sur la littérature et l’art étaient sa façon d’introduire la campagne de rectification de Yan’an – la première grande purge systématique du parti communiste chinois. Il s’agissait d’un projet de pression par les pairs et de torture orchestré, conçu d’abord pour purger les pairs de Mao, puis pour instiller l’idéologie communiste dans l’esprit des centaines de milliers d’étudiants et d’intellectuels idéalistes qui avaient afflué à Yan’an pendant la guerre antijaponaise. Il est important de noter que le parti communiste n’a jamais cherché à « persuader » autant qu’à « conditionner ». En créant un système entièrement clos, en contrôlant toutes les mesures incitatives et dissuasives et en brisant les individus physiquement, socialement et psychologiquement, ils ont découvert qu’ils pouvaient conditionner l’esprit humain de la même manière que Pavlov avait appris à conditionner les chiens dans un laboratoire de Moscou quelques années auparavant.

« Cerveau trempé »

C’est à ce moment-là que les hommes de Mao ont inventé le terme « lavage de cerveau », traduction littérale du terme maoïste xinao, mot pour mot « laver le cerveau ». Mao lui-même préférait la métaphore métallurgique de Staline. Il l’appelait « trempe » : « Si vous voulez ne faire qu’un avec les masses, vous devez vous décider à subir un processus de trempe long et même douloureux. » Les Entretiens de Yan’an sur la littérature et l’art de Mao ont disparu, puis ont été ressuscités et republiés partout au début de la Révolution culturelle – l’acte d’ingénierie sociale le plus audacieux et le plus réussi que le monde ait jamais vu. Et, ce qui est le plus pertinent pour nous tous aujourd’hui, si vous pensez au président Xi Jinping, vous avez également raison. Le président Xi, ou le président de séance Xi pour utiliser une traduction plus directe, s’exprimait lors du Forum de Pékin sur la littérature et l’art, en octobre 2014. Le Forum de Xi sur la littérature et l’art a été convoqué à l’occasion du 72e anniversaire du Forum de Yan’an sur la littérature et l’art du jeune président Mao. Xi plaidait pour un retour au principe stalinien-maoïste selon lequel l’art et la littérature ne devaient exister que pour servir la politique. Non pas la politique telle que nous la connaissons – l’exercice pur et simple du pouvoir d’organisation et de décision – mais le projet totalitaire de créer une unité de langage, de connaissance, de pensée et de comportement dans la poursuite d’une destination utopique. « L’art et la littérature sont l’ingénierie qui façonne l’âme humaine ; les travailleurs artistiques et littéraires sont les ingénieurs de l’âme humaine. » Comme la version de Mao, le discours du forum sur l’art et la littérature de Xi n’a été publié qu’un an plus tard. Comme le discours de Mao, la version publiée ne reconnaît pas que de grandes parties ont été ajoutées, supprimées et révisées – pour refléter les impératifs politiques de l’époque. À l’instar de Staline et de Mao, le discours de Xi a marqué une campagne de rectification du Parti communiste, qui a notamment consisté à faire tout son possible pour élever les dirigeants respectifs au rang de culte. Dans la chorégraphie du Parti communiste, rien n’arrive par hasard. Il convient de noter ici que lorsque Mao a rallié le pays en 1942, il l’a fait sous la bannière du patriotisme, car l’idée du communisme n’avait absolument aucun pouvoir d’attraction.

A lire également : Histoire de la puissance chinoise. Entretien avec Claude Chancel (1/2)

Xi successeur de Mao

Ce n’est pas différent aujourd’hui. Xi : « Parmi les valeurs fondamentales du socialisme aux caractéristiques chinoises, la plus profonde, la plus fondamentale et la plus durable est le patriotisme. Notre art et notre littérature modernes doivent prendre le patriotisme comme muse, en guidant le peuple à établir et à adhérer à des vues correctes de l’histoire, de la nation, du pays et de la culture. » Les anciennes mises en garde contre le libéralisme occidental subversif n’ont pas changé non plus. Pour Lénine, Staline, Mao et Xi, les mots ne sont pas des véhicules de la raison et de la persuasion. Ce sont des balles. Les mots sont des armes pour définir, isoler et détruire les adversaires. Et la tâche de détruire les ennemis ne peut jamais prendre fin. Pour Xi, comme pour Staline et Mao, il n’y a pas de point final dans la quête perpétuelle d’unité et de préservation du régime. Xi utilise le même modèle idéologique pour décrire le rôle des « travailleurs des médias ». Et des professeurs d’école. Et des universitaires. Ils sont tous des ingénieurs de la conformité idéologique et des rouages de la machine révolutionnaire. Parmi les nombreuses choses que les dirigeants modernes de la Chine ont faites – y compris superviser la plus grande poussée de libéralisation du marché et de réduction de la pauvreté que le monde ait jamais connue – ceux qui ont remporté les batailles politiques internes ont conservé l’aspiration totalitaire d’ingénierie de l’âme humaine afin de la conduire vers une destination utopique toujours plus lointaine et changeante.

Cela ne veut pas dire que la Chine n’aurait pas pu tourner autrement. La politique des élites, de la mort de Mao aux massacres de Tiananmen, a été un véritable concours d’idées. Mais l’idéologie a gagné ce concours. Aujourd’hui, la RPC est le seul parti communiste au pouvoir qui ne s’est jamais séparé de Staline, à l’exception partielle de la Corée du Nord. Le portrait de Staline se trouvait aux côtés de Marx, Engels et Lénine sur la place Tiananmen – six mètres de haut – jusqu’au début des années 1980, date à laquelle les portraits ont été déplacés à l’intérieur. Pendant longtemps, nous avons tous été rassurés en pensant que cette aspiration idéologique n’existait que sur le papier, un objet de pure forme, tandis que les 1,4 milliard de citoyens chinois se consacraient à la construction de familles et de communautés, à la recherche de connaissances et de prospérité. Mais c’est bien plus qu’un simple discours. Depuis 1989, le parti s’est reconstruit autour de ce que le projet de loi sur la sécurité nationale appelle la « sécurité idéologique », notamment en se défendant contre « l’infiltration culturelle négative ».  Propagande et sécurité – wen et wu, le livre et l’épée, la plume et le fusil – sont à nouveau inséparables. Les dirigeants du Parti doivent « oser montrer leurs épées » pour s’assurer que « les politiciens dirigent les journaux », a déclaré Xi, lors de sa première conférence nationale sur le travail de propagande, le 9 août 2013. Xi a maintenant poussé l’idéologie au premier plan parce qu’elle fournit un cadre pour purifier et reprendre le contrôle du parti d’avant-garde et, par conséquent, du pays. Dans l’esprit de Xi, partagé par de nombreux membres de sa cohorte de princes rouges, le coût d’un écart trop important par rapport à la voie maoïste et stalinienne est la décadence dynastique et finalement l’effondrement. Tout ce que Xi Jinping dit en tant que dirigeant, et tout ce que je peux reconstituer de son parcours, me fait dire qu’il prend ce projet totalisant très au sérieux.

A lire également : L’idéologie nord-coréenne Juche, au-delà du communisme

La pensée de Xi et la Chine communiste

Rétrospectivement, nous aurions pu l’anticiper à partir des références maoïstes et staliniennes que Xi a saupoudrées dans ses premières remarques en tant que président, en novembre 2012. Cela est apparu plus clairement lors de la première tournée dans le Sud de Xi Jinping en tant que secrétaire général, en décembre 2012, lorsqu’il a déposé une gerbe au sanctuaire de Deng à Shenzhen mais a inversé le message de Deng. Il a imputé l’effondrement de l’Union soviétique au fait que personne n’était « assez viril » pour tenir tête à Gorbatchev, ce qui, à son tour, était dû au fait que les membres du parti avaient négligé l’idéologie. C’est alors qu’il a lancé son avertissement selon lequel il ne fallait pas oublier Mao, Lénine ou Staline. En avril 2013, le Bureau général du Comité central, dirigé par le bras droit princier de Xi, Li Zhanshu, a envoyé cette désormais tristement célèbre instruction politique à toutes les organisations de haut niveau du parti.

Ce document n° 9, intitulé « Communiqué sur l’état actuel de la sphère idéologique », faisait de « la diffusion de la pensée sur le front culturel la tâche politique la plus importante. » Il demandait aux cadres de susciter la « ferveur des masses » et de mener une « lutte intense » contre les « fausses tendances » suivantes :

  1. La démocratie constitutionnelle occidentale : une tentative de saper le leadership actuel.
  2. Les valeurs universelles des droits de l’homme : une tentative d’affaiblir les fondements théoriques de la direction du parti.
  3. La société civile : un outil politique des forces occidentales anti-chinoises qui démantèle les fondements sociaux du parti au pouvoir.
  4. Le libéralisme : des efforts dirigés par les États-Unis pour « changer le système économique de base de la Chine ».
  5. L’idée occidentale du journalisme : attaquer la vision marxiste de l’information, tenter de « creuser une ouverture par laquelle infiltrer notre idéologie ».
  6. Nihilisme historique : tenter de saper l’histoire du parti, nier l’inévitabilité du socialisme chinois.
  7. Remise en question de la réforme et de l’ouverture : on ne discute plus pour savoir si la réforme doit aller plus loin.

La clarté idéologique

Il n’y a aucune ambiguïté dans ce document. La conspiration occidentale visant à infiltrer, subvertir et renverser le Parti populaire ne dépend pas de ce que tel ou tel pays occidental pense ou fait. Il s’agit d’une équation, d’une identité mathématique : le PCC existe et il est donc attaqué. Aucun accommodement et aucune réassurance ne seront jamais suffisants – ce ne sera jamais qu’une tactique, une ruse. Sans la conspiration du libéralisme occidental, le PCC perd sa raison d’être. Il n’y aurait plus besoin de maintenir un parti d’avant-garde. Xi pourrait aussi bien laisser son parti évoluer pacifiquement. Nous savons que ce document est authentique car la journaliste chinoise qui l’a rendu public sur Internet, Gao Yu, a été arrêtée et son enfant a été menacé de choses inimaginables. Les menaces qui pesaient sur son fils l’ont amenée à faire la première confession de type Révolution culturelle de l’ère télévisuelle. En novembre 2013, Xi s’est nommé à la tête d’une nouvelle Commission centrale de sécurité d’État, en partie pour contrer « les forces extrémistes et les défis idéologiques à la culture posés par les nations occidentales ». Aujourd’hui, cependant, Internet est le principal champ de bataille. Tout est question de cybersouveraineté.

A lire également : Géopolitique du cyberespace

Conclusion

Le point essentiel de l’idéologie du parti communiste – le fil ininterrompu qui va de Lénine à Xi en passant par Staline et Mao – est que le parti se définit et s’est toujours défini comme étant en lutte perpétuelle avec les forces hostiles du libéralisme occidental.

Xi parle sérieusement et agit de manière décisive pour faire avancer un projet de contrôle idéologique total partout où il lui est possible de le faire. Sa vision « exige que tout le peuple chinois soit unifié avec une seule volonté comme une solide muraille de ville », comme il l’a dit aux « larges masses de la jeunesse » dans son discours de la Fête du travail de mai 2015. Ils doivent « tempérer leur caractère », a déclaré Xi, en utilisant une métaphore privilégiée par Staline et Mao. Il n’y a aucune ambiguïté dans le projet de Xi. Nous le voyons dans tout ce qu’il fait et – même dans un système conçu pour être opaque et trompeur – nous pouvons le voir dans ses paroles.

Xi n’a pas inventé ce projet idéologique, mais il l’a considérablement revigoré. Pour la première fois depuis Mao, nous avons un dirigeant qui parle et agit comme s’il était sincère. Il pousse l’idéologie communiste à un moment où l’idée du communisme est aussi peu attrayante qu’elle ne l’a jamais été au cours des 100 dernières années.

Contrôler par internet

Tout ce qui reste est une idéologie du pouvoir, déguisée en patriotisme, mais cela ne signifie pas qu’elle ne peut pas fonctionner. Xi a déjà montré que la promesse subversive d’Internet peut être inversée. En l’espace de cinq ans, avec l’aide de la science du Big Data et de l’intelligence artificielle, il a fait passer Internet d’un instrument de démocratisation à un outil de contrôle omniscient. Le voyage vers l’utopie est toujours en cours, mais nous devons d’abord passer par une dystopie cybernétique afin de vaincre les forces de la contre-révolution. L’audace de ce projet est à couper le souffle. Et ses implications le sont tout autant. Le défi pour nous est que le projet de contrôle idéologique total de Xi ne s’arrête pas aux frontières de la Chine. Il est emballé pour voyager avec les étudiants, les touristes, les migrants et surtout l’argent chinois.  Il circule par les canaux de l’internet en langue chinoise, s’insinue dans tous les grands médias et espaces culturels du monde et, d’une manière générale, suit le rythme des intérêts de plus en plus mondiaux de la Chine, voire les anticipe. À mon avis, si vous travaillez dans le domaine du renseignement, de la défense ou des relations internationales ; ou du commerce, de la politique économique ou de la régulation des marchés ; ou des arts, de l’enseignement supérieur ou de la préservation de l’intégrité de notre système démocratique – en d’autres termes, de toute question politique importante quelle qu’elle soit -, vous aurez besoin d’une connaissance pratique du marxisme-léninisme et de la pensée de Mao Zedong. Et peut-être qu’après le 19e congrès du parti, vous aurez également besoin de la « pensée Xi Jinping ».

Mots-clefs : ,

À propos de l’auteur
Sinocism

Sinocism

Site créé par Bill Bishop, journaliste américain, sinologue, ayant longtemps vécu et travaillé en Chine.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest