<i class='fa fa-lock' aria-hidden='true'></i> La Corée du Sud veut des sous-marins nucléaires

23 juin 2022

Temps de lecture : 6 minutes
Photo : Le sous-marin sud-coréen Shin Chae-ho, lancé en 2021 C: Yonhap News/NEWSCOM/SIPA
Abonnement Conflits

La Corée du Sud veut des sous-marins nucléaires

par

Le nouvel accord sur les réacteurs nucléaires conclu avec les États-Unis pourrait donner à Séoul les ressources dont a besoin le pays pour développer ses propres sous-marins nucléaires tant convoités.

Par Gabriel Honrada. Paru dans Asia Times. Traduction de Conflits.

Dans un développement stratégique potentiellement crucial, les États-Unis et la Corée du Sud ont convenu le mois dernier de partager la technologie des petits réacteurs nucléaires modulaires (SMR), un geste qui pourrait ouvrir la voie au développement indigène par Séoul de sous-marins à propulsion nucléaire. L’accord annoncé publiquement a marqué un changement dans la politique américaine de longue date à l’égard de la Corée du Sud, qui remonte à 1972 et qui restreint le partage de technologies nucléaires sensibles. Lors du récent sommet conjoint États-Unis-Corée du Sud qui s’est tenu à Séoul, la Corée du Sud a officiellement rejoint le programme FIRST (Foundational Infrastructure for Responsible Use of Small Modular Reactor Technology) dirigé par les États-Unis. Bien que les SMR soient utilisés dans les sous-marins nucléaires depuis des décennies, la plupart des études sur cette technologie se sont concentrées sur des objectifs civils en raison de leur capacité maximale de production d’énergie, inférieure à 300 mégawatts.

Les ambitions de longue date de la Corée du Sud en matière de sous-marins nucléaires dépassent le stade du battage médiatique, et certains signes indiquent que le pays est sur le point de prendre une décision définitive sur ses projets d’acquisition. Selon une source anonyme citée dans les médias, une réunion technique à laquelle ont participé des représentants de l’administration du programme d’acquisition de la Corée du Sud, de la marine de la République de Corée, de Daewoo Shipbuilding & Marine Engineering et d’une société étrangère non identifiée ayant une expertise dans la construction de sous-marins à propulsion nucléaire s’est récemment tenue.

Propulsion nucléaire

« L’armée prendra une décision après avoir pris en compte une multitude de facteurs, dont l’environnement sécuritaire de la Corée du Sud, la technologie et les contraintes budgétaires », a déclaré le ministère de la défense nationale du pays dans un communiqué publié la semaine dernière dans la revue Naval News.

La Corée du Sud a lancé un programme secret de développement de sous-marins nucléaires en 2003. Toutefois, le programme a été dissous l’année suivante après la découverte que les scientifiques impliqués dans le projet avaient secrètement enrichi de l’uranium en 2000, s’essayant à une capacité qui pourrait être utilisée pour fabriquer des armes nucléaires. Malgré cette controverse et ce revers, la Corée du Sud n’a jamais abandonné ses efforts pour acquérir des sous-marins à propulsion nucléaire. L’ancien président sud-coréen Moon Jae-in a déclaré « qu’il était temps d’acquérir des sous-marins à propulsion nucléaire » lorsqu’il s’est présenté à la présidence et l’a finalement remportée en 2017. Peu après son investiture la même année, il a demandé aux États-Unis de l’aider à construire l’industrie nucléaire sud-coréenne, ostensiblement pour négocier des restrictions sur la technologie d’enrichissement de l’uranium pour produire du combustible nucléaire pour les sous-marins.

Plus récemment, la volonté de la Corée du Sud de construire des sous-marins nucléaires a peut-être été relancée par les efforts de la Corée du Nord pour construire des bateaux similaires dans le cadre d’un arsenal nucléaire sous-marin. En janvier dernier, le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a annoncé l’achèvement des recherches sur le développement de sous-marins à propulsion nucléaire et que leur conception était entrée dans un processus d’examen final. La Corée du Nord a testé activement des missiles balistiques lancés par sous-marin (SLBM), y compris un lancement à l’explosif en mai, comme un possible avertissement au nouveau président sud-coréen Yoon Sok-yeol, qui a adopté une position belliciste contre Pyongyang.

Les sous-marins à propulsion nucléaire sont beaucoup plus performants que les sous-marins à propulsion conventionnelle, car ils peuvent accueillir des sous-systèmes plus avancés et plus gourmands en énergie et ont une autonomie et une endurance en immersion pratiquement illimitées, limitées uniquement par les limites humaines de leurs équipages. Les sous-marins à propulsion nucléaire réduiraient également la dépendance de la Corée du Sud à l’égard des garanties de sécurité américaines, Washington pouvant être réticent à adopter une position encore plus ferme à l’égard de la Corée du Nord, compte tenu de son arsenal nucléaire et de son comportement et de ses déclarations hostiles souvent imprévisibles. En effet, la volonté de la Corée du Sud d’acquérir des sous-marins à propulsion nucléaire peut être motivée en partie par le sentiment persistant que les États-Unis ne la soutiendraient pas totalement en cas de conflit. Certains Sud-Coréens se souviennent que les États-Unis n’ont pas riposté en leur nom après le bombardement nord-coréen de l’île de Yeonpyeong en 2010 et le naufrage du ROKNS Cheonan la même année.

À lire également

Corée du Nord: du nucléaire à la guerre cyber ?

Raisons militaires et politiques

Les raisons militaires et politiques qui poussent la Corée du Sud à acquérir des sous-marins à propulsion nucléaire ne sont donc pas tout à fait claires, compte tenu de ses capacités anti-sous-marines déjà considérables face à la Corée du Nord, de sa flotte de sous-marins conventionnels performante et de ses relations compliquées avec la Chine. Malgré les déclarations grandiloquentes de Pyongyang, il n’est toujours pas certain qu’elle puisse construire un sous-marin à propulsion nucléaire, en particulier dans sa situation économique actuelle. Si les affirmations de la Corée du Nord sont plus grandiloquentes que réelles, l’acquisition de sous-marins nucléaires par la Corée du Sud pourrait être superflue. S’ils étaient développés, les sous-marins à propulsion nucléaire de la Corée du Sud seraient probablement armés de missiles balistiques ou de croisière conventionnels pour frapper des cibles au cœur de la Corée du Nord. Mais l’utilisation de sous-marins à propulsion nucléaire pour une telle opération serait excessive étant donné que la Corée du Sud dispose déjà d’une énorme flotte de sous-marins conventionnels capables de mener la même mission à des coûts opérationnels moindres.

Dans le même temps, la portée quasi illimitée des sous-marins nucléaires n’ajouterait pas grand-chose aux capacités militaires de la Corée du Sud, étant donné qu’elle se concentre principalement sur la péninsule coréenne et ses eaux environnantes. La Corée du Sud pourrait utiliser des sous-marins à propulsion nucléaire pour aider les forces américaines dans tout conflit potentiel en mer de Chine orientale ou méridionale, bien que les intérêts stratégiques de Séoul ne soient pas totalement compatibles avec les tentatives des États-Unis de contenir la Chine, dont elle a besoin à la table des négociations avec la Corée du Nord. La Corée du Sud a donc adopté une position évasive sur les conflits qui font rage en mer de Chine méridionale, sur laquelle Séoul n’a pas de revendications concurrentes. La Corée du Sud a également adopté une approche discrète face aux incursions de la Chine dans ses propres eaux territoriales et son espace aérien. Outre les questions relatives à ses motivations militaires et politiques, la Corée du Sud sera également confrontée à divers défis pratiques, logistiques et techniques dans le cadre du développement de sous-marins nucléaires en interne.

Tout d’abord, la Corée du Sud ne dispose pas actuellement de la main-d’œuvre et des installations nécessaires pour concevoir et construire des sous-marins à propulsion nucléaire. En outre, un SMR sud-coréen devrait être suffisamment compact, puissant, fiable et sûr pour être utilisé à bord d’un sous-marin nucléaire répondant aux normes de conception de base en matière de fiabilité, de robustesse, de manœuvrabilité, d’endurance et de son. On ne sait pas non plus comment la Corée du Sud gérerait les matières radioactives, l’enrichissement du combustible nucléaire et la formation d’équipages et de techniciens hautement spécialisés. L’élimination des sous-marins nucléaires est une question importante qui nécessite des installations de mise au rebut désignées dont la Corée du Sud ne dispose pas actuellement.

Jusqu’à présent, les États-Unis se sont montrés réticents à fournir du combustible nucléaire à la Corée du Sud – ou à lui permettre d’enrichir son propre uranium – en raison de préoccupations liées à la prolifération nucléaire. Tous les autres fournisseurs alternatifs de services d’enrichissement de l’uranium, à savoir la Russie, la France, la Chine et la société anglo-néerlandaise URENCO, limitent tous l’uranium faiblement enrichi qu’ils fournissent à un usage pacifique.

Progrès technologiques

Cela signifie que la Corée du Sud devra enrichir son propre uranium si elle poursuit ses projets de sous-marins à propulsion nucléaire, ce qui irait nécessairement à l’encontre des efforts de dénucléarisation de la péninsule coréenne. Une telle décision pourrait encourager la Corée du Nord à accélérer son programme d’armement nucléaire et ses efforts pour construire des systèmes de lancement plus résistants.Étant donné que la Corée du Sud a peu de raisons militaires ou politiques d’acquérir des sous-marins à propulsion nucléaire, son désir d’acquérir de telles plates-formes sophistiquées pourrait être motivé par plus qu’autre chose.

Malgré les arguments contre l’acquisition d’un tel atout, le président Yoon Suk-yeol a clairement exprimé son ambition de renforcer l’alliance de la Corée du Sud avec les États-Unis et de rejoindre les groupes de travail de la Quadrilatérale, ce qui suggère un programme de politique étrangère plus ambitieux que sous les récentes administrations précédentes. Dans cette optique, il serait judicieux, d’un point de vue stratégique, de disposer d’une marine de guerre de plus grande envergure. Si la Corée du Sud acquiert des sous-marins à propulsion nucléaire, elle rejoindra le club d’élite des pays qui exploitent ces armes de haute technologie, comme les États-Unis, la France, le Royaume-Uni, la Russie, la Chine et l’Inde. Le facteur de prestige que représente l’exploitation de sous-marins à propulsion nucléaire pourrait donner à la Corée du Sud un avantage sur le Japon, son concurrent traditionnel et rival historique, dans un élan de techno-nationalisme.

À lire également

Sous-marins. Pourquoi l’Australie a rompu le contrat

À propos de l’auteur
Asia Times

Asia Times

La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest