<i class='fa fa-lock' aria-hidden='true'></i> L’Arménie est trop dépendante de la Russie. Entretien avec Gevorg Melikyan

20 mai 2024

Temps de lecture : 6 minutes
Photo : Le président russe Vladimir Poutine rencontre le premier ministre arménien Nikol Pashinyan à Moscou. (C) Sipa
Abonnement Conflits
Abonnement Conflits

L’Arménie est trop dépendante de la Russie. Entretien avec Gevorg Melikyan

par

Enclavée, faible sur le plan économique et militaire, l’Arménie est confrontée à une situation existentielle inédite. Conseiller de l’ancien président d’Arménie, Gevorg Melikyan expose ici le projet géopolitique que peut développer le pays. 

Gevorg Melikyan a été conseiller en politique étrangère de l’ancien président arménien Armen Sarkissian de 2018 à 2022. Il est également le fondateur du Armenian Institute for Resilience & Statecraft. Propos recueillis par Henrik Werenskiold. 

Article original paru dans le journal norvégien Geopolitika. Traduction de Conflits.  

Comment voyez-vous l’avenir entre la Russie et l’Arménie, et la position de l’Arménie dans l’orbite géopolitique russe ?

La situation est assez complexe. Depuis son indépendance, l’Arménie est impliquée dans plusieurs structures dirigées par la Russie, en raison d’un comportement spécifique de formation d’alliances, lorsqu’un État s’allie avec (et non contre) une source de menace plus puissante pour survivre. À cet égard, l’Arménie fait partie de quatre projets, quatre processus d’intégration dirigés par la Russie. L’un de ces processus d’intégration est l’Union économique eurasienne (EAEU), dont l’Arménie est membre. L’Arménie bénéficie financièrement de ce partenariat, notamment en aidant la Russie à contourner les sanctions occidentales. 

Deuxièmement, l’Arménie fait partie de l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), la dimension militaire. La troisième est plus politique : il s’agit de la Communauté des États indépendants (CEI). Et la quatrième, la dimension financière, est la Banque eurasienne de développement. L’Arménie maintient toujours un petit contingent militaire en Syrie sous le drapeau russe.

Malgré des déclarations publiques et privées et quelques changements dans la rhétorique officielle, le gouvernement arménien ne montre aucune urgence à se retirer de ces projets dans un avenir proche. Si, comme le prétendent un certain nombre d’experts pro-gouvernementaux et quelques hommes d’État, l’Arménie veut les quitter, alors pourquoi y est-elle encore ? Si l’Arménie, comme certains l’affirment, est préoccupée par les répercussions potentielles de la Russie, comment peut-on prétendre qu’elle ne craint pas la Russie ? Inversement, si l’Arménie ne craint pas de telles répercussions, pourquoi maintient-elle sa participation très active à la CEE, par exemple ? En outre, pourquoi le Premier ministre Pashinyan continue-t-il à se rendre en Russie et à rencontrer Vladimir Poutine ?

En fait, il ne s’agit pas pour l’Arménie de se réorienter stratégiquement en s’éloignant de la Russie. Il s’agit plutôt pour la Russie de modifier stratégiquement ses politiques et ses tactiques à l’égard de l’Arménie et de rendre l’Arménie moins importante pour la Russie, et donc beaucoup plus vulnérable face à la Russie et à l’Azerbaïdjan. Appelons cette nouvelle stratégie « couper les ailes de l’oiseau » pour ne pas permettre à l’Arménie de s’envoler. La Russie maintient son contrôle stratégique et systémique sur un certain nombre d’infrastructures critiques, y compris la base militaire et les troupes du FSB aux frontières avec la Turquie et l’Iran.

Si l’on examine le contexte historique des mouvements d’indépendance dans des pays comme l’Ukraine, la Géorgie, la Moldavie et les États baltes, une distinction significative apparaît dans leur approche des initiatives menées par la Russie. Ces pays ont clairement exprimé leur intention de se retirer de ces projets, sans ambiguïté ni engagement partiel. Cela contraste avec les scénarios où les déclarations de changement du gouvernement arménien s’accompagnent d’une participation continue à ces initiatives. De telles divergences soulèvent des questions sur la cohérence et la sincérité des objectifs déclarés.

Depuis 2018, ce gouvernement, qui se présente désormais comme anti-russe et pro-occidental, a maintenu des liens étroits avec la Russie.

Dans ce contexte, la prise de conscience soudaine par ce gouvernement que les Russes ne sont plus des partenaires viables et doivent être abandonnés soulève des questions. Les actions du gouvernement dans le passé ont activement facilité et même renforcé la présence de la Russie, tant sur le plan militaire que sur d’autres plans, en Arménie. Cette incohérence amène à se demander comment et pourquoi un tel changement de perspective ne s’est produit que récemment. Et s’est-il effectivement produit ?

Le 8 mai 2024, le premier ministre Pashinyan s’est rendu à Moscou pour présider le sommet de l’EAEU et a également eu une conversation privée de plusieurs heures avec Poutine. Avant cette visite, le premier ministre Pashinyan avait félicité Poutine pour sa réélection. Prétendre s’éloigner de la Russie, en s’alignant ostensiblement sur l’Occident, sert deux objectifs principaux : accéder aux fonds de l’UE et des États-Unis et assurer sa survie politique intérieure.

Dans le contexte de l’agression de la Russie contre l’Ukraine, les structures euro-atlantiques adoptent volontiers toute rhétorique ou position anti-russe. Le revirement potentiel de l’Arménie peut être considéré comme un exemple remarquable dans le contexte des revers stratégiques enregistrés en Géorgie, en Ukraine, en Azerbaïdjan, en Moldavie et en Arménie en 2013. En outre, ces structures manifestent un soutien enthousiaste, comparable à un « orgasme » géostratégique, lorsque les dirigeants arméniens dénoncent en privé la Russie comme un ennemi. Elles sont prêtes à payer pour ce spectacle et, ainsi, protègent prétendument le gouvernement de M. Pashinyan contre les pressions russes. En d’autres termes, M. Pashinyan parvient à se présenter comme une victime qui a besoin de l’aide des Européens ou des Américains.

Certains décideurs politiques occidentaux pensent que si l’Arménie et l’Azerbaïdjan parviennent à un accord de paix, la Russie pourrait réduire sa présence dans le Caucase du Sud. Bien que les décisions de l’Arménie ne soient jamais en contradiction avec les intérêts stratégiques de la Russie – qui coïncident souvent avec ceux de l’Azerbaïdjan – les Occidentaux partagent l’idée qu’ils sont sur la bonne voie et que l’Arménie, tout comme l’Azerbaïdjan, s’oppose à la Russie.

Cette fausse réalité ne fait qu’accroître les difficultés des décideurs européens et américains à comprendre la situation sur le terrain en Arménie et à élaborer des politiques adéquates.

En géopolitique, la géographie est le destin et l’Arménie est prise en sandwich entre deux puissances antagonistes. Il semble qu’il n’y ait pas d’autre option que de s’appuyer sur la Russie. Pensez-vous que la Russie viendra en aide à l’Arménie si elle est attaquée ?

La dépendance de l’Arménie à l’égard de la Russie pour les questions de sécurité après son indépendance est l’une des décisions les plus erronées d’un point de vue stratégique. Ce n’est pas une question de géographie, mais de décisions stratégiques et de choix de politique étrangère qu’un pays fait. En ce qui concerne votre question sur l’assistance à l’Arménie en cas d’attaque, pourquoi le ferait-elle ? La Russie n’a jamais été l’amie de l’Arménie. Les Russes n’ont aucun intérêt à s’embourber dans une guerre contre nos ennemis, surtout avec tous les problèmes qu’ils rencontrent en Ukraine, et ils ont besoin de l’Azerbaïdjan. Ils ont béni l’agression militaire azerbaïdjanaise à grande échelle contre le Haut-Karabakh en 2020 et contre l’Arménie en 2022. L’Arménie est seule face à ces agressions.

Bien qu’elle soit un facteur très important, la géographie n’est pas un destin. C’est un défi à transformer en opportunité. Vous n’êtes pas condamné. Tout dépend de vos choix.

La clé du succès est l’existence d’une vision stratégique, d’efforts physiques et intellectuels, de cohérence, de bons amis et d’une société qui vous soutient.

En cas de contraintes géographiques, votre esprit et votre créativité doivent travailler plus dur et plus intelligemment pour trouver des solutions, comme l’ont fait de nombreux pays. Dans le cas de l’Arménie, si nous ne faisons pas d’efforts pour devenir une nation forte, l’existence de notre État sera compromise et nous resterons une périphérie ou deviendrons une région de la Russie, de la Turquie ou d’autres pays.

La sécurité et la prospérité sont des constructions sociales, et vous devez devenir l’architecte de vos propres structures. Aujourd’hui, la Turquie et l’Azerbaïdjan, aidés par la Russie, veulent évincer l’Arménie et les Arméniens, ou les réduire, afin d’altérer ou de déformer notre identité ancestrale, notre immense patrimoine culturel et notre avenir. Si nous obéissons ou abandonnons, nous ne survivrons pas, comme c’est le cas pour de nombreuses nations. 

Ce dont l’Arménie a besoin maintenant, c’est d’arrêter de blâmer les Russes, les Azéris, ou son « destin » comme vous le dites, et de commencer à agir en tant qu’acteur pour devenir un facteur. 

La Russie, l’Azerbaïdjan et la Turquie jouent un jeu diabolique contre la petite Arménie. Cela devrait pousser l’Arménie à identifier ses vulnérabilités et à améliorer le niveau de résilience des institutions étatiques et non étatiques. Nous n’avons pas d’autre choix que de devenir une nation économiquement forte, sûre et prospère, comme Israël. Si nous n’y parvenons pas, nos ennemis sont prêts à nous détruire et personne ne les arrêtera, que ce soit la Russie ou l’Occident.

Comment en arriver là ? Israël a beaucoup de partisans puissants aux États-Unis, ils reçoivent des milliards et des milliards de dollars chaque année en soutien militaire. Cela semble difficile à reproduire.

L’Arménie ne peut évidemment pas devenir un Israël caucasien du jour au lendemain, mais elle peut commencer à s’engager dans cette voie. En effet, Israël bénéficie du soutien des États-Unis, mais ce soutien n’est pas tombé du ciel. Les Juifs se sont battus pour l’obtenir, ils l’ont revendiqué, ils ont tout fait pour y parvenir, y compris en créant le lobby israélien. Mais ce qu’Israël a fait de plus important, c’est la mise en œuvre de politiques renforçant l’armée, le secteur agricole, l’économie en général, la lutte contre la corruption, les réformes et le fait de devenir une puissance petite mais intelligente. 

Beaucoup de choses dépendent de la manière dont un État se positionne sur la tapisserie des relations internationales. Cela concerne également la formation d’alliances, c’est-à-dire les personnes avec lesquelles on choisit de s’allier ou de s’associer. Après l’indépendance, le gouvernement arménien a décidé de s’allier à la Russie, et ce fut une très mauvaise décision. Le gouvernement de M. Pashinyan avait le soutien total de la société pour opérer un changement radical lors de la « révolution de velours » de 2018. Mais il a échoué. Et ils échouent encore aujourd’hui, ce qui pourrait leur coûter la perte du pouvoir.

Les réformes sont une autre clé du succès. Plus les réformes sont efficaces, plus la nation est résiliente et sûre. Malgré les 7 milliards de dollars US injectés dans le système étatique arménien par l’UE et l’USAID au cours des 30 dernières années, plus un grand nombre d’autres donations, et l’aide considérable de la diaspora, l’Arménie demande toujours de l’argent à l’UE et aux Etats-Unis, ou à d’autres pays, pour ses différents besoins. L’autonomie et l’autosuffisance sont donc d’autres mots clés. 

Ce que les décideurs arméniens devraient comprendre, c’est que l’Arménie doit trouver ses propres modèles d’économie, de défense et de sécurité.

Aucun autre pays ne mènera nos guerres, ne restaurera notre économie ou ne préservera notre identité et notre héritage culturel. Nous sommes nos soldats et l’Arménie doit construire son propre destin. 

A lire aussi,

L’Arménie à travers les âges ; Histoire d’une résilience

À propos de l’auteur
Geopolitika

Geopolitika

La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest