Les États-Unis devraient-ils abolir le Collège électoral ?

22 décembre 2020

Temps de lecture : 5 minutes
Photo : Le Congrès américain (c) Unsplash
Abonnement Conflits

Les États-Unis devraient-ils abolir le Collège électoral ?

par

Le système électoral américain est-il encore justifié ? Avec son système de grands électeurs et d’élection indirecte il permet à un candidat ayant obtenu moins de voix d’être néanmoins élu. Ne faudrait-il pas revoir ce système pour mettre en place un vote au niveau national ? La question touche le cœur même de la démocratie américaine.

 

Article de Acton Institute. Traductions de Conflits.

Le Collège électoral s’est réuni lundi pour procéder aux votes décisifs de l’élection présidentielle de 2020. Le vote de cette année n’était pas sans controverse, une réalité qui a englouti le système électoral prévu par la Constitution depuis sa création. Pour miner davantage l’institution, le Colorado a voté cette année pour rejoindre le National Popular Vote Interstate Compact, un contournement du Collège électoral qui comprend un total de 15 États et le District de Columbia.

Le rite quadriennal des électeurs qui choisissent notre président devrait-il se poursuivre pour une autre saison électorale, ou les citoyens américains devraient-ils choisir le président par le biais du vote populaire ? Cette question est au cœur de Safeguard : An Electoral College Story, un documentaire réalisé par M.A. Taylor et actuellement diffusé gratuitement sur Amazon Prime. Le film couvre 231 ans d’histoire américaine en 86 minutes, en abordant subtilités de l’instruction civique, de l’histoire sociale et de la logique en cours de route.

Le Collège électoral reflète la méfiance innée des Pères fondateurs à l’égard des gouvernements lointains et impérieux, dans leur pays ou à l’étranger. Plutôt que de confier le pouvoir à une masse indifférenciée d’électeurs nationaux, le peuple américain s’est jalousement réservé le pouvoir au niveau des États et des districts. « Pourquoi lutteriez-vous contre une autorité lointaine et irresponsable pour ensuite essayer de créer une nouvelle autorité lointaine et irresponsable », demande Kevin Gutzman, professeur d’histoire à l’université d’État du Connecticut occidental.

L’un des experts juridiques du documentaire souligne la nouveauté d’un tel système en citant Lord Acton. « La séparation des pouvoirs n’a pas été la norme de l’histoire », déclare Bradley A. Smith, professeur à la faculté de droit de l’université de la capitale. Les idées de Montesquieu incarnent « la reconnaissance du fait que si vous voulez contrôler le pouvoir, vous ne pouvez pas laisser une personne siéger à tous les postes ». Les encadreurs disent toujours, « Le pouvoir absolu corrompt absolument », donc vous divisez le pouvoir.

L’organisation de 50 élections nationales distinctes permet d’éviter aux électeurs les horribles problèmes logistiques qu’exige pratiquement un vote populaire national. Le recomptage de 2000 en Floride, « aussi mauvais qu’il ait été … ne concernait en fait qu’un Etat important », déclare Robert Alt, président et directeur général du Buckeye Institute. Un recomptage national « créerait tout simplement le chaos ».

Safeguard souligne ce qu’il considère comme un avantage important du Collège électoral : Il oblige les candidats à modérer leurs positions afin de plaire à un large éventail d’électeurs. Il cite la stratégie des 50 États d’Howard Dean qui, en tant que président du Comité national démocrate, a fait du parti une tente suffisamment large pour inclure des modérés et même des conservateurs de bonne foi comme Bob Conley, un démocrate de Caroline du Sud qui a soutenu Ron Paul. (Une fois bien installés au pouvoir, les Blue Dogs ont tendance à s’enchaîner à un programme de libre dépense et d’expansion du gouvernement). Cependant, comme les efforts de Dean se sont concentrés sur le pouvoir législatif, ces exemples ne sont pas immédiatement applicables.

Steve Forbes, deux fois candidat républicain à la présidence, s’est montré plus persuasif. Forbes a indiqué que l’espoir de gagner « le Collège électoral vous obligerait, en tant que candidat à la présidence, à mettre en place une coalition nationale. Vous ne pourriez pas le faire en gagnant un seul Etat populaire, ou [comme] un candidat transversal, ou un candidat d’intérêt particulier. Vous deviez réunir des groupes divers ». Le système unificateur du Collège électoral récompense généralement les candidats qui « essaient de rassembler les gens plutôt que de trouver des moyens de les diviser et d’attiser les passions ». En ce sens, il accomplit les paroles du Psalmiste : « Voici, comme il est bon et agréable pour des frères d’habiter ensemble dans l’unité ! » (Psaume 133 [132]:1).

A lire aussi : États-Unis : 1968, l’autre élection pas comme les autres

Ironiquement, un vote populaire national reflète moins bien le consensus national que le système des Fondateurs. Comme je l’ai écrit en 2016 :

Si une majorité de vote populaire peut sembler représenter la vox populi, une telle victoire peut être décisive de façon trompeuse. Il est possible pour un candidat de remporter l’ensemble des 501 515 électeurs inscrits de l’Alaska, de perdre tous les autres Etats de 10 000 voix et de remporter quand même l’élection. Peut-on dire qu’un tel mandat représente « la volonté nationale » ? Un vote populaire serait le seul cas où le tout est bien inférieur à la somme de ses parties.

Prévoyant un tel démagogue, Alexander Hamilton écrit dans le numéro 68 de Federalist : « Les talents pour la basse intrigue … peuvent suffire à eux seuls à élever un homme aux premiers honneurs dans un seul État ; mais il faudra … un autre type de mérite pour l’établir dans l’estime et la confiance de toute l’Union ».

Le documentaire fait son travail le plus important en démontrant que le Collège électoral protège les droits des minorités. Après avoir dissipé le mythe du compromis des trois cinquièmes, il souligne la valeur du fédéralisme au sens large, en illustrant comment les mouvements abolitionnistes et ceux pour le droit de vote des femmes ont essaimé vers le haut à partir des États, les 50 laboratoires d’innovation de la nation. Safeguard souligne la différence essentielle entre une démocratie et une république constitutionnelle : comme le dit l’historien de Princeton Allen Guelzo avec sa voix sonore de baryton, dans une république constitutionnelle, « la majorité obtient généralement ce qu’elle veut – mais pas toujours ».

La Constitution érige un rempart autour des droits des minorités qu’aucune majorité ne peut franchir. De même, le Collège électoral exige des candidats qu’ils se confrontent à la diversité de l’électorat national, y compris aux différences entre les États. La Constitution « a décentralisé ces votes pour reconnaître que les États sont différents », explique Michael Maibach, membre éminent de Save Our States et auteur de l’Acton Institute. M. Maibach a illustré de manière très pertinente le fonctionnement du système électoral constitutionnel. « Vous pouvez penser aux World Series de la même manière », a-t-il déclaré. Le gagnant n’est pas « celui qui a le plus de points en sept jeux, mais celui qui gagne le plus de jeux ». Les constitutionnalistes devraient se souvenir de cette importante réplique lorsque les révolutionnaires civiques citent des éléments aussi peu pertinents que le « vote populaire au Sénat » pour saper la confiance dans le système des Pères fondateurs.

Le système électoral constitutionnel oblige les futurs titulaires de postes à veiller aux intérêts d’une minorité négligée, incomprise et méprisée : les électeurs ruraux. « Sans le Collège électoral », dit J. Christian Adams, président de la Fondation juridique d’intérêt public, « la présidence serait décidée » dans des « axes urbains » comme « Boston, New York, Chicago, Seattle, San Francisco et Los Angeles ». Le résultat final ferait écho à l’accusation de « taxation sans représentation » soulevée par les 13 colonies d’origine.

Cette formule laisse présager une désintégration sociale. « Si vous changez le fonctionnement des élections présidentielles, vous annulez l’essentiel du processus constitutionnel, vous déchirez les lignes des États aux élections présidentielles et vous créez cet environnement où d’énormes pans d’Américains « pourraient être laissés pour compte », déclare Trent England, directeur exécutif de Save Our States et auteur de Why We Must Defend the Electoral College. « Si nous commençons à ignorer et à négliger de grandes parties du pays, nous détruisons notre pays ».

Le pape François met en garde contre le même phénomène dans sa dernière encyclique, Fratelli Tutti. « Les gens sont pris dans un univers abstrait et mondialisé », écrit-il. « Le local doit être accueilli avec enthousiasme, car il possède quelque chose que le global ne possède pas : il est capable d’être un levain, d’apporter de l’enrichissement, de déclencher des mécanismes de subsidiarité ». Il précise que cela doit s’appliquer aux « différentes régions de chaque pays », où « l’incapacité à reconnaître une égale dignité humaine conduit les régions les plus développées de certains pays à penser qu’elles peuvent se débarrasser du poids mort des régions plus pauvres ».

Considérez cela comme un imprimatur non intentionnel pour notre Collège électoral fédéraliste, un système que Safeguard défend avec compétence.

 

À propos de l’auteur
Ben Johnson

Ben Johnson

La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest