Entre traditions et modernité : le Salon de l’agriculture 2020

10 mars 2020

Temps de lecture : 5 minutes
Photo : Le Salon de l'agriculture 2020, Auteurs : NICOLAS MESSYASZ/SIPA, Numéro de reportage : 00946795_000009.
Abonnement Conflits

Entre traditions et modernité : le Salon de l’agriculture 2020

par

Première puissance agricole européenne, la France est dotée d’un terroir sans égal. Durant une semaine, la capitale française a accueilli nombre d’agriculteurs qui, à leur manière et selon leur spécialité, nous dévoilent le dessous de leurs professions.

Artisanat, savoir-faire, élevage traditionnel, spécialités alimentaires mais aussi nouvelles technologies et agriculture 4.0 : voilà ce que vous trouverez en ouvrant les portes du Salon de l’agriculture, édition 2020. Une semaine pour exposer, au cœur de la capitale, les produits, les nouveautés et les projets de l’agriculture française, tel est le défi que se sont donné des centaines d’agriculteurs, dans le but de faire rayonner leur passion.

La 57e édition du Salon de l’agriculture est placée sous l’égide de cette formule : « L’agriculture : une passion, des ambitions. » Deux termes aux consonances engagées mais qui forment aussi la devise de l’agriculture contemporaine : l’amour de la terre et l’envie de faire demain, mieux qu’aujourd’hui. C’est en ce sens que près de 1 000 éleveurs et 4 000 animaux étaient présents Porte de Versailles.

Le visiteur, par ses rencontres et autres découvertes, peut désormais voir d’un autre œil le monde agricole. Mais quels points communs relient ces stands ? Comment le secteur agricole français allie-t-il, dans le but d’accroître son caractère compétitif, le savoir-faire de nos campagnes et la high-tech, nécessaire au renforcement de son potentiel ?

A lire aussi: La géopolitique mondiale et l’agriculture française dans tout ça ?

L’agriculture traditionnelle, un savoir-faire proprement français

Depuis des siècles, le travail agricole se transmet de génération en génération. C’est cette manière d’être, de faire et de travailler qui a façonné le visage de nos territoires, la physionomie de nos campagnes et la saveur de nos assiettes. Le Salon de l’agriculture nous offre cette vision large et exhaustive de ce savoir-faire, indéfinissable au fond, et que seul le paysan, l’homme du pays et de la terre, peut mettre en pratique.

Des ovins aux bovins, en passant pas les caprins, il n’y a qu’un pas. Mêlés à l’odeur des bêtes qui dorment paisiblement et au bruit des visiteurs en quête de photo-souvenirs impérissables, les animaux des différents pavillons composant le Salon sont, à eux-seuls, le symbole de ce savoir-faire. En effet, pères et fils, jeunes et plus âgés travaillent, dans l’ombre et le silence, au bon soin de leur bétail et présentent avec fierté ce qu’ils aiment à appeler leurs « plus belles têtes ».

Chaque stand est l’occasion, pour son propriétaire, de dévoiler sa passion et son goût de l’excellence pour son métier. Passionnés, chaque agriculteur l’est assurément. En attestent les regards paisibles de ces animaux qui dorment étendus sur leurs couches de paille mais surtout le soin avec lequel ces hommes et ces femmes du terroir s’adonnent à leur profession.

Le Salon détient également un espace dédié au recrutement et à la formation. De nombreux jeunes se lancent donc sur le chemin de l’agriculture, ce qui témoigne de la vitalité du métier. Bien qu’elles demandent des efforts et de la rigueur, ces professions continuent d’attirer, ce qui laisse présager un avenir durable pour l’agriculture française.

 

Différents concours mettent aussi les agriculteurs en concurrence afin de déterminer la meilleure bête de l’année. Dans la bonne entente, les exposants viennent mettre en exergue leurs animaux et montrent aux yeux du public l’excellence de l’élevage français.

Mille et une saveur de nos campagnes

Convivialité et esprit de partage : tels sont les mots qui caractérisent les espaces de dégustations de produits alimentaires. Saucisson, fromages, pâté, sucreries, bières artisanales : de quoi garnir un festin digne de ce nom ! En parcourant les allées, vous poursuivez une promenade à travers les différentes régions de notre territoire. Des plaines du Pas-de-Calais aux sables de la Côte d’Azur, et des côtes normandes au monts jurassiens, chacun est prêt à faire goûter ses produits. On trouve ainsi du biskotx basque, du foie gras périgourdin, du saucisson fumé lorrain ou du pavé picard. Le Salon regorge de variétés gastronomiques et permet de prendre la mesure de la richesse du patrimoine alimentaire français.

En marge des stands il est possible de trouver plusieurs restaurants qui accueillent le visiteur gourmand. Mais ce sont aussi les rires, les chants et les musiques folkloriques qui guident les pas des curieux.

A lire aussi: Vinexpo 2020 : un monde en vin

L’agriculture 4.0 : quand la technologie rencontre le terroir

L’agriculture française, c’est une production estimée à près de 73 milliards d’euros, qui s’étale sur pas moins de 30 millions d’hectares mais aussi une profession qui regroupe plus de 450 000 personnes.

Un des plus grands défis qui attend l’agriculture de demain reste celui de la technologie. Le Salon, comme pour s’essayer à un alliage entre tradition et modernité, présente, avec faste et dorure, l’agriculture 4.0, celle de demain si elle n’est pas encore celle d’aujourd’hui.

Pour continuer à être compétitive sur le marché international et pour renforcer le poids qu’elle détient au sein de la mondialisation, l’agriculture française accueille, dans sa majorité, les bienfaits de la high-tech. Si certains la préfèrent produite en France et non importée de l’étranger, la plupart la regardent comme un partenaire fiable et un auxiliaire efficace.

L’agriculture et la nouveauté, un couple qui semble faire bon ménage. Les stands dédiés à l’agriculture urbaine, à titre d’exemple, démontrent combien le développement et la modernisation de ce secteur est d’actualité. Un jour, qui sait, la ville disposera de son exploitation agricole et ce, grâce à la technicité de notre secteur primaire !

Il est intéressant de noter que ces agriculteurs sont aussi partisans de la Politique agricole commune qui permet de les subventionner à hauteur de 9,1 milliards d’euros au total. Mais entre l’Union européenne, la mondialisation et les échanges à échelle nationale, l’agriculteur souffre, il faut le rappeler, de la concurrence de ses voisins. Dans bien des secteurs, il se voit dépassé si ce n’est devancer par ses rivaux. C’est en cela qu’il accepte volontiers l’idée d’accéder à l’agriculture 4.0, une agriculture efficace, moderne et, même avant-gardiste. En témoignent les nombreux salons d’innovations qui sont autant de projets capables d’adapter l’exploitant français aux défis du commerce agricole contemporain. Tracteurs climatisés ou robots : chacun y trouve son compte. La Ferme digitale, Agriconomie, Baqio, Connecting Food : des start-ups qui, par l’alliance du numérique à l’agriculture durable, visent à permettre au secteur primaire français de se maintenir comme une référence mondiale.

 

Voir le reportage vidéo sur le Salon de l’Agriculture:

Mots-clefs :

À propos de l’auteur
Revue Conflits

Revue Conflits

Fondée en 2014, Conflits est devenue la principale revue francophone de géopolitique. Elle publie sur tous les supports (magazine, web, podcast, vidéos) et regroupe les auteurs de l'école de géopolitique réaliste et pragmatique.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

La France du non

Il existe une France du non, une France « tentée par la rébellion », observe Laurent Greilsamer dans le 1 hebdo (no 376, ...

Pin It on Pinterest