<i class='fa fa-lock' aria-hidden='true'></i> Les États-Unis face au défi chinois

19 mai 2020

Temps de lecture : 8 minutes
Photo : Manifestation à Hong-Kong le 19 janvier 2020, Auteurs : Willie Siau / SOPA Images/Sipa U/SIPA, Numéro de reportage : SIPAUSA30198589_000007.
Abonnement Conflits

Les États-Unis face au défi chinois

par

L’ancien secrétaire américain à la défense, Robert Gates, a exprimé la position historique de l’Amérique dans la région lorsqu’il a défini les États-Unis comme « une nation du Pacifique ayant un rôle durable en Asie [simple_tooltip content=’Discours prononcé à Singapour le 31 mai 2008.’](1)[/simple_tooltip] » et une portée territoriale s’étendant des îles Aléoutiennes à Hawaï et à Guam. Les intérêts américains dans cette région sont d’une importance capitale. Les États-Unis ont cherché à empêcher la domination de la région par une puissance hostile et à défendre leurs intérêts par le déploiement avancé de moyens militaires, en se gardant de la montée de toute puissance régionale qui pourrait chercher à bloquer l’accès politique et économique sans entrave des États-Unis dans la région. Ils ont également cherché à garantir la gouvernance démocratique, des sociétés civiles fortes, les droits de l’homme, le commerce libre et équitable et des marchés libres efficaces et fonctionnant bien. Depuis près de deux cent cinquante ans, cette zone est donc d’une importance cruciale dans la stratégie américaine.

 

Le leadership américain dans la région s’est consolidé avec la victoire contre le Japon impérial. Les États-Unis ont réussi à transformer cet ennemi en une démocratie et en un de leur plus proche allié dans la région et ont fait de la relation bilatérale qui en a résulté le pivot d’un ordre régional fondé sur des règles, étayé par les forces économiques américaines et la force politique et militaire. Cela a permis la croissance exponentielle du commerce intrarégional et a assuré le développement économique constant de pays qui étaient pourtant détruits et ruinés (Japon, Corée du Sud, Taïwan). Cela a entraîné un déplacement historique du pouvoir économique et politique mondial de l’Occident vers l’Indopacifique, ce qui a d’ailleurs facilité l’essor de la Chine. La défense constante de ces normes par les États-Unis a entraîné la démocratisation progressive de puissances asiatiques autrefois autoritaires, de sorte que toutes les grandes puissances asiatiques, à l’exception de la Chine, sont désormais démocratiques. Le système a été marqué par la réciprocité, l’avantage mutuel et le fait que les parties prenantes ont eu leur mot à dire dans le développement et le maintien du système.

A lire aussi: Etats-Unis / Chine : dominer les océans

Une aide à la Chine qui s’est avérée naïve

La puissance et l’influence croissantes d’une Chine dirigée par le parti communiste chinois, qui se targue d’être la deuxième économie mondiale et qui marie un régime autoritaire à la technologie du xxie siècle permettant un contrôle social sans précédent, ont constitué le plus grand défi à ce jour de l’ordre régional dirigé par les États-Unis et ont jeté un doute important dans la région sur l’avenir de cet ordre. L’essor de la Chine a été intentionnellement permis par les États-Unis, qui lui ont ouvert leurs marchés dans les années 1970 et 1980, y ont investi massivement tout en y préconisant l’investissement de la part d’autres pays, et ont entrepris le plus grand transfert volontaire de technologie de l’histoire de l’humanité afin de l’aider à se développer et à se renforcer. Tout cela est dû au fait que la politique américaine envers la Chine a été fondée pendant des décennies sur la conviction que son développement économique et sa croissance des richesses, ainsi que l’intégration dans le système commercial mondial, conduiraient à la libéralisation politique et à l’intégration de la Chine en tant que « partie prenante responsable » dans le système. Cette croyance était clairement naïve. Des documents internes chinois indiquent que le gouvernement et l’armée chinois ont longtemps considéré les États-Unis comme un adversaire (le terme le plus couramment utilisé est « ennemi fort »), qu’ils forment chaque nouvelle génération de jeunes officiers militaires et de décideurs politiques à considérer les États-Unis comme un ennemi, et qu’ils ont entrepris une campagne de tromperie stratégique bien orchestrée destinée à bercer les responsables américains dans un faux sentiment de complaisance. Cette tromperie stratégique a bien fonctionné et pendant longtemps, en grande partie à cause du refus des décideurs américains de croire que la Chine n’avait rien d’autre que des intentions bienveillantes et une croyance aveugle dans le pouvoir de libéralisation du commerce et du développement économique. L’ensemble des valeurs et des normes que les États-Unis ont passé des décennies à défendre et à soutenir dans la région sont contestées par le Parti communiste chinois (PCC), qui les considère comme une menace existentielle. Le Parti est déterminé à remodeler les normes régionales (et mondiales) afin que celles-ci s’harmonisent avec le caractère autoritaire du régime et sa vision d’un ordre régional coercitif, hiérarchique et sinocentrique, plutôt que d’exister en se montrant hostile à ce dernier.

Bien plus que des intérêts commerciaux, politiques et stratégiques, la confrontation sino-américaine porte sur les normes et les valeurs. Le PCC, plutôt que de se libéraliser, est revenu sous Xi Jinping à ses racines maoïstes, combinant un penchant pour le contrôle social et politique avec la technologie du xxie siècle qui lui permet de supprimer la dissidence et de contrôler l’information plus efficacement que jamais auparavant, et d’exporter cette capacité dans le monde entier. Elle a poursuivi une stratégie à long terme qui comprend une politique industrielle bien pensée, des investissements dans des projets d’infrastructure dans le monde entier qui tirent parti du poids économique de la Chine pour accroître son influence politique et créer un système commercial néocolonial centré sur Pékin, des investissements dans les nouvelles technologies dont le contrôle permettra à la Chine de dominer l’économie numérique mondiale émergente ainsi que de contrôler les flux d’informations mondiaux, de façonner et de fixer des normes mondiales, enfin d’exercer une influence politique sans précédent dans le monde entier.

Guam, 1944. Un soldat américain inspecte un corps de Chamorro, tué par les Japonais.

Trump a modifié le rapport à la Chine

La montée en puissance de la Chine a suscité une réaction mitigée de la part des acteurs régionaux désireux de mettre à profit des opportunités économiques apparentes découlant des liens commerciaux croissants de la Chine avec chacun d’entre eux et des investissements dans les infrastructures, mais nerveux face à la nature unilatérale et néocoloniale de plus en plus évidente de l’engagement économique avec la Chine ainsi qu’à la manière musclée dont elle a exercé sa puissance croissante dans leur voisinage. La nature de sa montée en puissance a suscité beaucoup d’incertitudes, car ce pays a fait des progrès significatifs pour réduire l’influence américaine, a réussi à faire naître des doutes au cours de la dernière décennie ou plus dans l’esprit des partenaires et alliés de l’Amérique sur la pérennité et la fiabilité de l’Amérique en tant que partenaire, et a mis fin à l’ère de la domination militaire américaine incontestée dans la région.

L’approche de l’administration Trump vis-à-vis de la Chine a marqué un changement radical par rapport à celle des administrations précédentes, soutenue par une prise de conscience croissante de la nature de la menace du régime chinois lui-même. La stratégie « Indopacifique libre et ouvert », d’abord articulée dans un discours présidentiel de novembre 2017 et exposée dans la Stratégie de sécurité nationale (NSS) de décembre 2017 et la Stratégie de défense nationale qui a suivi, a fourni des repères tactiques clairs. Il a signalé à la région, ainsi qu’à l’Amérique, l’intention de continuer à jouer un rôle de leader dans la région et à défendre un ordre libéral fondé sur des règles juridiques communes.

La confiance de la Chine dans le succès à long terme de sa stratégie et dans sa force apparente dément la nature fragile de son système politique et les nombreux défis internes et externes auxquels elle est confrontée. La nature de plus en plus totalitaire du régime, depuis sa décision de consolider le pouvoir entre les mains de Xi Jinping et de supprimer la limitation des mandats présidentiels, faisant essentiellement de Xi un dictateur à vie, jusqu’à la répression de plus en plus sévère du Parti contre la dissidence de toutes les parties de la société chinoise, son emprisonnement d’au moins un million de Ouïgours musulmans dans des camps de « rééducation », sa campagne visant à démolir les églises chrétiennes et à « siniser » toutes les religions pour les rendre complètement soumises à l’État communiste, la suppression de toute dissidence et le déploiement de « scores de crédit social [simple_tooltip content=’Voir Emmanuel Dubois de Prisque, « Surveiller et punir. La Chine Big Brother », Conflits, juillet 2019.’](2)[/simple_tooltip] » sont autant de preuves non pas de force, mais de faiblesse et d’insécurité profonde.

A lire aussi: Vers un face-à-face États-Unis/Chine

Une Chine fragilisée, qui suscite la méfiance

Les analystes ont prédit pendant des années la montée en puissance de la Chine au niveau régional et mondial, mais l’histoire montre que les tendances peuvent changer soudainement et que la sagesse reçue s’est révélée fausse en raison de l’avènement d’événements imprévus. Malgré les progrès réalisés par la Chine dans l’Indopacifique au cours de la dernière décennie, ses perspectives ne semblent plus aussi sûres qu’auparavant. La pandémie de coronavirus n’aurait pas pu survenir à un pire moment pour Pékin, tant en ce qui concerne ses défis intérieurs qu’internationaux, et semble devoir être un point d’inflexion, avec des implications extrêmement négatives pour le PCC.

Une économie déjà aux prises avec des problèmes structurels et entravée par un système politique autoritaire a été durement touchée par une guerre commerciale avec Donald Trump à laquelle Pékin (en supposant à tort que Trump n’était qu’un président « transactionnel » qui pouvait être racheté en achetant davantage de produits agricoles ou autres aux États-Unis) ne s’attendait pas a été durement touchée aussi par l’impact du coronavirus. De nombreuses entreprises internationales reconsidèrent déjà leur dépendance excessive à l’égard des chaînes d’approvisionnement basées en Chine en raison de l’incertitude engendrée par les guerres commerciales en cours. Le coronavirus semble avoir accéléré ce processus, car peu d’entreprises veulent que leurs chaînes d’approvisionnement dépendent autant d’un pays, en particulier quand celui-ci est une dictature hostile.

Sur le plan politique, le PCC a vu son autorité remise en cause de manière inattendue à Hong Kong au cours de l’année dernière, où des manifestants pro-démocratie ont brandi des drapeaux américains et porté des images de Donald Trump pour apprécier sa volonté de changer des décennies de politique américaine à l’égard de Pékin et d’affronter le leadership autoritaire de la Chine. La machine de propagande du PCC, tant vantée, ne semble plus aussi efficace qu’elle l’était autrefois, la colère du public (qui se traduit par de violentes protestations) l’emportant sur toutes les tentatives de répression et le public chinois étant beaucoup moins enclin à croire le récit de son gouvernement concernant son rôle dans la lutte contre le coronavirus que ne le sont certains médias occidentaux.

 

Reconsidérer les chaînes de production et la place de la Chine dans l’économie mondiale

La crédibilité du PCC était déjà sérieusement remise en question, et cette dernière crise a porté cette crédibilité à un niveau très bas, tant au niveau national qu’international. Il est indiscutable à ce stade que les actions du régime ont permis au coronavirus de devenir la pandémie mondiale qu’il est devenu. Plutôt que de « gagner du temps pour le reste du monde », comme le PCC a tenté de réécrire le dossier, une étude de l’université de Southampton a estimé que l’impact du coronavirus aurait pu être réduit de 95 % si les autorités chinoises avaient fait preuve de transparence, si elles avaient répondu positivement aux médecins de Wuhan qui demandaient une action immédiate pour contenir le virus au lieu de les punir et de les réduire au silence, et si elles avaient agi immédiatement tout en informant le monde et en cherchant à coopérer pleinement avec les experts internationaux. Les informations filtrées par la Chine indiquent que son véritable niveau d’infections et de décès est d’un ordre de grandeur supérieur aux chiffres officiels, et que Pékin manœuvre même maintenant cyniquement pour tirer un avantage géopolitique de la crise mondiale qu’elle a contribué à créer.

La gestion du virus par le PCC, sur la base de sa domination déjà brutale et inhumaine sur le territoire national et de son comportement contraire au respect des droits humains, a souligné le fait que la Chine sous la domination du PCC ne sera jamais un membre responsable ou digne de confiance de la communauté internationale. L’ampleur des retombées du coronavirus dans le pays et l’impact international final de la pandémie restent à déterminer, mais il est évident que la colère générale de la population chinoise contre le régime ne sera pas facilement contenue. Il semble également probable que la Chine perde sa position de centre de production mondial, ce qui aura des conséquences négatives sur son économie et des répercussions importantes sur l’ensemble de la région indopacifique, car les chaînes d’approvisionnement qui la quittaient déjà en raison des guerres commerciales en cours accélèrent ce changement. Ce régime apparaissait en pleine ascension. Il était fort et devait devenir un leader régional et mondial. Il en sera peut-être autrement dans quelques années.

À propos de l’auteur
Paul Coyer

Paul Coyer

Paul Coyer est docteur en relations internationales. Il est diplômé de Yale et de la London School of Economics. Il est Research Professor à The Institute of World Politics, et professeur associé à l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr. Il écrit dans plusieurs médias américains.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest