<i class='fa fa-lock' aria-hidden='true'></i> Le dilemme afghan de la Chine

17 août 2021

Temps de lecture : 7 minutes
Photo : Taliban leader Mullah Baradar Akhund (front, center) in Kabul on Sunday Aug 15, 2021. (Taliban Handout) Photo via Newscom/eyepress105902/EPN/Newscom/SIPA/2108152355
Abonnement Conflits

Le dilemme afghan de la Chine

par

La prise de pouvoir par les talibans place la Chine aux premières loges d’un Afghanistan désormais confiné à l’incertitude. Si Pékin est théoriquement prêt à s’engager financièrement, les enjeux pour la Chine sont surtout de préserver sa frontière et sa relation avec le Pakistan.

Article de Tom Miller publié sur Gavekal, traduction de Conflits.

L’article original est paru le 21 juillet 2021.

Pour la Chine, la seule chose pire que d’avoir l’armée américaine à sa frontière est de ne pas l’avoir du tout. Lorsque les États-Unis achèveront leur retrait d’Afghanistan cet été, la Chine devra combler le vide de pouvoir qui en résultera. Ses dirigeants ne peuvent pas se permettre l’instabilité à leur frontière occidentale, dont ils craignent qu’elle n’alimente le terrorisme et l’extrémisme islamique dans leur pays. Ils doivent également protéger les investissements au Pakistan voisin, le site le plus important de l’initiative de la Route de la soie. Bien qu’ils ne se risquent pas à une intervention militaire dans le cimetière des empires, ils offriront des incitations économiques à celui qui émergera au sommet à Kaboul. Pour Pékin, la non-intervention en Afghanistan n’est pas une option.

A lire aussi : L’alliance Chine-Pakistan en Afghanistan inquiète l’Inde

Les États-Unis ont gaspillé 2,3 billions de dollars dans leur guerre de 20 ans en Afghanistan. On estime que 240 000 personnes sont mortes, dont 71 000 civils. Pourtant, loin d’être écrasés, les talibans ressurgissent. Ils ont rapidement gagné des territoires dans les campagnes et leurs combattants enturbannés encerclent plusieurs villes, dont Kandahar. Il est peu probable que les forces de sécurité afghanes, toujours très dépendantes de l’armée américaine, puissent les contenir longtemps. La CIA donnerait six mois au gouvernement de Kaboul. Les pourparlers de paix étant dans l’impasse et les seigneurs de la guerre se préparant également à rejoindre la mêlée, une véritable guerre civile est l’issue la plus probable[1].

L’Afghanistan vu de Chine

En 2001, Pékin s’est opposé à l’arrivée des troupes américaines en Afghanistan, qui partage une frontière de 90 km avec la Chine. En théorie, elle devrait se réjouir du retrait des troupes américaines de son arrière-cour, une force d’occupation qu’elle a toujours considérée comme faisant partie de la politique plus large d’endiguement de la Chine menée par Washington. En réalité, Pékin a vivement critiqué ce retrait, le qualifiant « d’irresponsable », craignant que le chaos qui s’ensuivra en Afghanistan ne déborde de la frontière vers la région rétive du Xinjiang. Pékin n’est que trop conscient du fait qu’il a bénéficié de la sécurité assurée par les forces américaines, notamment en réduisant les opérations des groupes terroristes. Elle a également exploité la « fenêtre d’opportunité stratégique » ouverte par la guerre contre le terrorisme, faisant jouer les muscles géopolitiques de la Chine alors qu’une Amérique distraite se concentrait sur la suppression des extrémistes islamiques.

Le piège de Biden

La décision du président Joe Biden de tirer un trait sur la « guerre éternelle » change radicalement la donne, laissant Pékin désamorcer une bombe complexe sur le pas de sa porte. Une guerre civile déstabiliserait la région, menaçant de faire sauter le cordon de sécurité construit autour du Xinjiang. Au minimum, Pékin devra consacrer plus d’énergie à la lutte contre le trafic de drogue et le trafic d’armes. Pire, une victoire des talibans pourrait encourager les jihadistes à se venger de la destruction de la culture musulmane ouïgoure au Xinjiang. Pékin considère les militants islamiques comme une préoccupation centrale en matière de sécurité intérieure, estimant qu’un groupe appelé le Mouvement islamique du Turkestan oriental a lancé des attaques sous le précédent régime taliban depuis sa base en Afghanistan. La Chine n’a signalé aucun incident terroriste lié à l’Afghanistan depuis une série d’attentats à Kashgar en 2011 – et elle veut que cela reste ainsi.

Menace sur le Pakistan

Ensuite, il y a la menace qui pèse sur le Corridor économique Chine-Pakistan – un projet phare de la BRI, dont la valeur serait de 62 milliards de dollars – qui est déjà aux prises avec des attaques terroristes. Le 14 juillet, l’explosion d’une navette chinoise dans le nord du Pakistan a tué 13 personnes, dont neuf ingénieurs chinois travaillant sur le barrage hydroélectrique de Dasu. En avril, les talibans pakistanais ont perpétré un attentat suicide meurtrier dans un hôtel de Quetta où se trouvait l’ambassadeur de Chine. En 2019, des séparatistes de la province méridionale du Baloutchistan ont abattu huit Chinois dans un hôtel de la ville portuaire de Gwadar, après avoir précédemment visé le consulat chinois de Karachi. Les rebelles baloutches auraient formé une alliance tactique avec les talibans pakistanais, qui ont des liens avec leur organisation sœur plus célèbre en Afghanistan.

Les militants des deux tendances utilisent les zones tribales frontalières sans loi entre le Pakistan et l’Afghanistan comme un sanctuaire et lancent des attaques depuis le sol afghan. Alors que la situation politique en Afghanistan se dégrade, la sécurité au Pakistan se détériore encore davantage. Les attaques transfrontalières contre les forces de sécurité et les installations publiques se sont intensifiées depuis que les États-Unis ont annoncé leur retrait : 80 ont été enregistrées au cours du premier semestre de cette année, soit quatre fois plus qu’à la même période en 2020. Si l’Afghanistan sombre dans le chaos, le CPEC en ressentira les retombées.

Travailler avec les talibans

Jusqu’à présent, les dirigeants chinois ont réagi de manière pragmatique. Ils ont adopté une position neutre en Afghanistan, en cultivant des relations à la fois avec le gouvernement du président Ashraf Ghani et avec les talibans. Ils ont coopéré avec Kaboul en matière de lutte contre le terrorisme et de sécurité bilatérale, notamment en mettant sur pied une brigade militaire pour empêcher les militants d’ISIS de traverser la frontière chinoise. Mais ils ont également invité les dirigeants talibans à des pourparlers à Pékin en 2019, et auraient offert des incitations économiques et politiques en échange du refus de donner un refuge aux militants ouïgours. Ils savent qu’ils doivent travailler avec les talibans pour maintenir la sécurité de la frontière, même si l’on ne peut pas faire confiance aux mollahs pour tenir leur parole.

A lire aussi : Gandamak, grande bataille. Afghanistan : le « tombeau des empires »

Pékin est susceptible d’accroître l’aide au développement, le renforcement des capacités et l’assistance en matière de sécurité après le retrait des États-Unis. Mais le niveau d’engagement dépendra de l’évolution de la situation politique. Si le processus de paix échoue, comme on peut s’y attendre, Pékin fera pression pour une solution multilatérale. Elle n’est pas prête à prendre le risque d’une intervention unilatérale, qui pourrait la faire tomber dans un bourbier afghan comme les Britanniques, les Soviétiques et les Américains avant elle. Elle a mis en place un « mécanisme de dialogue » trilatéral avec les ministres des Affaires étrangères de l’Afghanistan et du Pakistan, tandis que ses forces frontalières apportent leur soutien à leurs homologues afghans, pakistanais et tadjiks.

Si la guerre civile fait rage, la prochaine étape consistera à faire appel à une mission de maintien de la paix des Nations unies. L’avantage d’une force de l’ONU est qu’elle sera politiquement neutre, nécessitant le consentement des deux parties. La Chine est susceptible de proposer ses propres troupes, dont 2 200 servent actuellement en tant que Casques bleus en Afrique et au Liban. Mais les talibans ont déjà proposé de remplacer les soldats américains par des soldats de la paix musulmans et pourraient préférer des troupes provenant de pays tiers neutres comme l’Indonésie, l’Égypte ou le Bangladesh.

Lutte contre les trois maux

Si l’ONU n’intervient pas, Pékin se tournera vers l’Organisation de coopération de Shanghai. Dirigée par la Chine et la Russie, l’OCS comprend quatre des cinq républiques d’Asie centrale, ainsi que l’Inde et le Pakistan. L’Afghanistan et l’Iran ont un statut d’observateur. En englobant tous les gouvernements régionaux, l’OCS offre une légitimité politique pour une intervention régionale. Bien que sa charte exige spécifiquement de ses membres qu’ils combattent ce que Pékin appelle les « trois maux » que sont le terrorisme, le séparatisme et l’extrémisme religieux, elle n’a pas accordé une attention suffisante à l’Afghanistan. En mai, le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, a appelé l’organisation à en faire plus.

Des châteaux afghans faits de sable

Lors d’une réunion avec ses homologues d’Asie centrale, Wang a également demandé une plus grande coopération pour garantir la « sécurité de la route de la soie ». La protection des projets de la BRI est au cœur des préoccupations de la Chine. Ses investissements et ses projets de construction dans les cinq républiques ex-soviétiques du Kazakhstan, du Kirghizstan, du Tadjikistan, de l’Ouzbékistan et du Turkménistan se sont élevés à 56 milliards de dollars entre 2005 et 2021, selon le Chinese Global Investment Tracker. Le Pakistan est un bénéficiaire encore plus important, avec des projets d’une valeur de 65 milliards de dollars. La Banque mondiale estime que 32 milliards de dollars ont été versés dans le CPEC pour la seule période 2014-2019.

En coulisses, Pékin parle de « reconstruire l’Afghanistan » – en faisant des investissements dans les infrastructures une carotte en échange de la garantie de la stabilité. Lors d’une réunion vidéo en juin, la Chine et le Pakistan se sont engagés à développer les liens économiques et commerciaux avec l’Afghanistan, ce qui, selon les diplomates, pourrait impliquer l’extension du CPEC en Afghanistan. Parmi les projets possibles figurent une voie ferrée reliant Quetta à Kandahar et un câble de fibre optique traversant le corridor de Wakhan, la langue de terre qui relie l’Afghanistan à la Chine.

Pour l’instant, ces projets ne sont que des châteaux de sable. Les craintes en matière de sécurité ont mis en attente les deux principaux investissements de la Chine en Afghanistan – la mine de cuivre d’Aynak et le champ pétrolifère d’Amu Darya – pendant une décennie ou plus. Si le Pakistan ne peut pas protéger les projets du CPEC et leurs travailleurs chinois avec une force de sécurité de 60 000 soldats, les chances de l’Afghanistan semblent encore plus minces. Mais Pékin épuisera ses options économiques et diplomatiques avant de recourir à l’envoi de troupes militaires sur le terrain.

[1] Les événements d’août ont montré que les talibans ont pu très facilement prendre le pouvoir à Kaboul.

En photo de couverture : Né en 1968, le mollah Abdul Ghani Baradar, également appelé mollah Baradar Akhund, est le cofondateur des Talibans en Afghanistan, il était l’adjoint du mollah Mohammed Omar, décédé en 2013 lors d’une frappe américaine au Pakistan.

À propos de l’auteur
Tom Miller

Tom Miller

La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest