<i class='fa fa-lock' aria-hidden='true'></i> Bangladesh : violence communautaire entre musulmans et hindous

28 octobre 2021

Temps de lecture : 4 minutes
Photo : Photo by Md Saiful Amin/Pacific Press/Shutterstock (12552962j)
Abonnement Conflits

Bangladesh : violence communautaire entre musulmans et hindous

par

Des affrontements de grande violence ont opposé musulmans et hindous au Bangladesh. Tout part d’une publication sur les réseaux sociaux, qui a embrasé une grande partie du pays.

Un article de Subir Bhaumik paru dans Le South China Morning Post. Traduction de Conflits.

En octobre, le Bangladesh, à majorité musulmane, a connu l’une des pires flambées de violence communautaire de ces vingt dernières années, faisant six morts – musulmans et hindous – et détruisant des centaines de maisons et de temples appartenant à la minorité hindoue.

Le gouvernement de la Ligue Awami du Premier ministre Sheikh Hasina a dû déployer des gardes-frontières et des unités du Bataillon d’action rapide dans 22 des 40 districts du pays pour maîtriser la situation. Voici un aperçu de ce qui s’est passé.

Déroulé des faits

Le 12 octobre, premier jour de Durga Puja, la plus grande fête des hindous bengalis, une étrange photo a commencé à circuler sur les réseaux sociaux.

Elle montrait le Coran aux pieds d’un dieu hindou dans la ville de Comilla (est). Des dizaines de musulmans, dont certains seraient proches de groupes islamistes, ont commencé à protester contre cette « insulte à l’islam » diffusée sur Facebook.

La police affirme avoir arrêté deux musulmans pour méfait avec l’intention avouée de provoquer des troubles communautaires.

Aysha Zaman, leader de la Ligue Awami de Comilla, reproche à la police la lenteur de sa réaction, affirmant que les sites religieux hindous ont été immédiatement attaqués le lendemain matin.

« Aucun hindou dans mon pays n’est assez stupide pour faire quelque chose comme ça », a-t-elle déclaré. « La photo et sa diffusion sur Facebook faisaient partie d’un plan visant à fomenter des troubles, à terroriser les hindous et à discréditer le gouvernement. »

Le parti d’Hasina est considéré comme le plus laïc des deux groupes politiques qui ont alternativement dirigé le Bangladesh depuis son indépendance il y a cinq décennies.

Ce n’est pas la première fois que les médias sociaux sont utilisés pour provoquer des violences communautaires dans ce pays de 164 millions d’habitants, où neuf personnes sur dix sont musulmanes. Il y a cinq ans, à Nasirnagar, près de Comilla, un faux compte Facebook montrant un homme hindou insultant le prophète Mahomet a provoqué des émeutes dans les districts voisins et des attaques contre des temples hindous.

À lire également

Nouveau Numéro spécial : Regards sur la guerre

Qu’a fait le gouvernement pour soutenir la minorité hindoue ?

Le gouvernement de la Ligue Awami, qui en est à son troisième mandat depuis 2009, s’est engagé à punir sévèrement les fauteurs de troubles. Le Premier ministre Hasina a assuré aux dirigeants de la communauté hindoue que les vies et les biens seraient protégés.

Mais les efforts déployés pour maintenir l’harmonie communautaire suscitent également la controverse.

En début de semaine, le jeune ministre de l’Information, Murad Hassan, a partagé une vidéo sur YouTube promettant un « retour rapide » à la Constitution laïque de 1972, dans laquelle l’islam ne serait plus la religion d’État.

Cette clause avait été promulguée par le père fondateur Sheikh Mujibur Rahman – le père de Hasina – après la guerre de libération de 1971 qui a conduit à l’indépendance du Bangladesh vis-à-vis du Pakistan, mais elle a été annulée par un amendement promulgué par le général H.M Ershad, chef militaire décédé, en 1988.

Si Hasina a promis de revenir à la Constitution de 1972 lorsqu’elle est revenue au pouvoir en 2009, elle ne l’a pas fait car le parti était divisé et son parti ne disposait pas de la majorité claire dont il jouit aujourd’hui.

Il existe toujours une opposition au sein de la Ligue Awami. L’ancien maire de la ville de Dhaka, Sayeed Khokon, a déclaré qu’une discussion approfondie était nécessaire. D’autres ont dit que cela pourrait « jeter de l’huile sur un feu qui fait rage » et donner aux partis d’opposition islamistes un sujet puissant pour agiter et coincer le parti à l’approche des prochaines élections parlementaires prévues dans deux ans.

Mais les groupes laïques et de nombreux dirigeants de la Ligue Awami affirment qu’il est impossible d’écarter le défi des islamistes radicaux en leur faisant des faveurs à un moment où leur moral est stimulé par la prise de pouvoir des talibans en Afghanistan.

Quelles sont les conséquences d’un retour à la Constitution laïque de 1972 ?

Une telle décision serait certainement un signal d’alarme pour l’opposition islamiste, ce qui pourrait provoquer des manifestations de rue, obligeant la Ligue Awami à mobiliser ses propres cadres contre les islamistes. D’autres craignent des attaques plus virulentes contre les hindous et les autres minorités religieuses, qui sont des cibles faciles.

Les attaques contre les hindous auront des répercussions sur l’Inde voisine, qui est dirigée par un gouvernement nationaliste hindou dirigé par le Premier ministre Narendra Modi.

Les liens bilatéraux entre les deux pays, actuellement au mieux de leur forme, pourraient en pâtir, surtout s’il y a un exode des hindous. Le gouvernement Modi est déterminé à défendre les hindous, mais il ne peut pas se permettre de perdre le Bangladesh, un partenaire stratégique et un ami de confiance.

Hasina a demandé à l’Inde de coopérer dans la lutte contre le communautarisme, suggérant non seulement des renseignements opportuns contre les groupes terroristes islamistes opérant dans son pays, mais aussi le contrôle d’une éventuelle flambée d’attaques hindoues de représailles contre les musulmans, qui, si elle se produit, peut lui rendre les choses difficiles.

L’Inde a félicité le gouvernement de Hasina pour avoir « contrôlé efficacement la situation », et le gouvernement de l’État frontalier du Bengale occidental a déjà pris des mesures contre les éléments qui tentent d’utiliser des images d’attaques de temples hindous au Bangladesh pour attiser les passions religieuses en Inde.

À lire également

Le nationalisme hindou : histoire et fonctionnement

À propos de l’auteur
South China Morning Post

South China Morning Post

Le South China Morning Post est l'un des plus anciens journal d'Asie. Il a été fondé en 1903 à Hong Kong. La marque possède aujourd'hui de nombreux titres de presse et diffuse en Chine continentale, à Hong Kong et dans le reste de l'Asie. C'est l'un des principaux journaux de langue anglaise de la région.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest