<i class='fa fa-lock' aria-hidden='true'></i> Berlin cherche à renforcer sa présence en Inde

5 mai 2022

Temps de lecture : 5 minutes
Photo : Ladakh, Inde
Abonnement Conflits

Berlin cherche à renforcer sa présence en Inde

par

L’Inde et l’Allemagne ont établi un partenariat stratégique en 2000 et ont consolidé leur relation notamment dans la zone Indopacifique. La visite du Premier ministre indien en Allemagne est l’occasion pour les deux pays de renforcer leurs coopérations.

Bhavdeep Modi. Article original paru sur TGP. Traduction de Conflits.

Bhavdeep Modi est associé de recherche auprès de Global Policy Insights, un groupe de réflexion politique ayant des bureaux à New Delhi, Londres et Washington. Il est également consultant invité auprès de l’Organisation for Research on China and Asia (ORCA India), un groupe de réflexion basé à New Delhi.

Lorsque le conseiller allemand à la sécurité nationale, Jens Glötner, s’est rendu en Inde le 30 mars 2022, il a déclaré qu’il n’était pas à New Delhi pour « faire la leçon ou exiger » de l’Inde qu’elle se prononce sur l’Ukraine et que l’Inde et l’Allemagne « peuvent avoir des approches différentes, mais nous espérons arriver aux mêmes conclusions ». Le Premier ministre indien Narendra Modi doit se rendre à Berlin le 2 mai 2022 pour rencontrer le chancelier allemand Olaf Scholz. Les deux dirigeants ont l’intention de faire progresser leur partenariat stratégique et d’explorer plus avant les domaines de coopération bilatérale entre les deux démocraties.

Refroidissement des relations

Cette visite intervient alors que l’Allemagne aurait refusé d’inviter l’Inde au sommet du G-7 de cette année, qui se tiendra au Schloss Elmau, dans les Alpes bavaroises, en raison de la position de New Delhi sur la Russie. Bien que l’Allemagne ait qualifié ce rapport de « faux », il révèle la réticence de Berlin à accepter la position de New Delhi sur des questions sensibles, alors que les deux pays entretiennent des relations dynamiques grâce à un « partenariat stratégique » depuis 2000.

À lire également

Le nationalisme hindou vu depuis l’Inde. Entretien avec Ram Madhav

À cet égard, l’Allemagne doit tenir compte des observations de M. Glötner lors de la visite du Premier ministre indien à Berlin le 2 mai 2022 si les deux pays veulent explorer et utiliser pleinement leur potentiel en tant que partenaires stratégiques dans un monde multilatéral bouleversé par la guerre en Ukraine et la concurrence géopolitique croissante, notamment dans la région indo-pacifique. Pour atteindre cet objectif, Berlin et New Delhi doivent être conscients des difficultés qui peuvent survenir dans leurs relations. Et l’initiative devra venir de l’Allemagne. En se débarrassant de sa réticence à s’engager avec l’Inde sur des questions sensibles, Berlin devrait plutôt poursuivre l’objectif commun plus large de maintenir un ordre mondial fondé sur des règles dans la région indo-pacifique avec New Delhi par le biais d’une approche centrée sur l’UE.

Explorer les domaines de coopération

L’Inde et l’Allemagne ont établi un « partenariat stratégique » en 2000 et ont consolidé cette relation avec le lancement des consultations intergouvernementales (CIG) en 2011. Perpétuant la tradition, le chancelier allemand Olaf Scholz et le Premier ministre indien participeront à la CIG avec leurs ministres respectifs et exploreront de nouveaux domaines d’engagement au cours de la visite.

Selon le ministre d’État allemand au ministère fédéral des affaires étrangères, Tobias Lindner, la visite sera principalement axée sur les énergies renouvelables. Cette décision semble motivée par le fait que l’Inde et l’Allemagne sont toutes deux fortement dépendantes de la Russie pour leurs besoins énergétiques et que toutes deux peuvent coopérer à l’élaboration d’un cadre commun pour réduire cette dépendance. En outre, cela aidera les deux nations à s’engager dans la voie d’une alimentation énergétique durable. À cet égard, le secrétaire d’État allemand au ministère de la coopération économique et du développement, Jochen Flasbarth, a récemment évoqué la possibilité pour les deux parties de signer un « partenariat plus large en matière de développement vert et durable » lors de la visite de M. Modi. Cela garantira également l’engagement de l’Inde et de l’Allemagne à atteindre respectivement leurs objectifs de développement durable (ODD) et à défendre la cause commune de la lutte contre le changement climatique.

Outre les énergies renouvelables, M. Lindner avait également évoqué la possibilité d’explorer la coopération bilatérale en matière de technologie, d’éducation, de sécurité et de changement climatique. À cet égard, les deux pays devraient s’inspirer des conseils de l’ancien ambassadeur indien en Allemagne, Gurjit Singh, qui préconisait de se concentrer sur l’avancement des lignes ferroviaires à grande vitesse, la relance du groupe de partenariat pour la haute technologie (HTPG) et l’engagement de l’Allemagne en tant que partenaire de défense. L’exploitation de ces trois domaines clés contribuera grandement à assurer le développement des infrastructures, les échanges et les progrès technologiques, le renforcement de la sécurité et la mise en œuvre d’initiatives écologiques efficaces au niveau bilatéral.

En outre, pour concrétiser les possibilités susmentionnées, New Delhi et Berlin devraient explorer davantage de possibilités de collaboration par le biais de projets « Make In India » qui apporteront des investissements directs étrangers (IDE) allemands en Inde et aideront à construire des chaînes d’approvisionnement durables par le biais de transferts de technologie. Il s’agira d’un arrangement mutuellement bénéfique, car il répondra aux besoins économiques et de défense des deux nations.

Éviter les réticences et poursuivre un objectif plus large : l’Indo-Pacifique vu par l’UE

La grande marge de manœuvre dont disposent les deux pays en termes d’engagement économique et de défense suffit à souligner la force de la relation bilatérale indo-allemande. Et la visite de Modi à Berlin ne manquera pas de la renforcer encore. Cependant, pour que cette relation se traduise réellement par une relation capable de résister aux nouveaux défis géopolitiques et géoéconomiques, l’Inde et l’Allemagne devront poursuivre ensemble un objectif plus large, un objectif qui combine les aspects économiques et de défense pour trouver un équilibre et dépasser la guerre Russie-Ukraine, le facteur chinois, diversifier les chaînes d’approvisionnement et établir un ordre mondial fondé sur des règles dans la région Indo-Pacifique.

Les récents développements géopolitiques dans la région indo-pacifique, en particulier l’affrontement Galwan, la question afghane et la guerre Russie-Ukraine, ont conduit l’Inde à réinventer sa position mondiale en s’affirmant comme une puissance responsable et indépendante. L’Inde est désormais de plus en plus considérée par les puissances comme un fournisseur net de sécurité dans la région indo-pacifique. Cela offre à l’Inde et à l’Allemagne une opportunité dont elles peuvent et doivent tirer parti.

À lire également

L’alliance Chine-Pakistan en Afghanistan inquiète l’Inde

Sur le plan géopolitique, l’Allemagne s’est jointe à la France pour publier une stratégie indo-pacifique en 2020, alors que l’UE a également publié sa stratégie sur l’Indo-Pacifique en 2021, avec des pivots importants vers l’Inde. De même, l’Allemagne, sous la houlette de son nouveau chancelier Olaf Scholz, a adopté une position plus dure à l’égard de la Chine, une déviation de l’approche non conflictuelle d’Angela Merkel à l’égard de Pékin, un sentiment qu’elle partage désormais aussi avec l’Union européenne (UE). Et l’Inde ne peut qu’apprécier ce changement de politique.

Ces deux évolutions indiquent clairement que Berlin est désormais prêt à jouer un rôle plus actif dans la région indo-pacifique. Dans le même temps, l’Inde considère de plus en plus l’UE comme un partenaire partageant des valeurs similaires, telles que l’établissement d’un ordre fondé sur des règles et le respect des lois internationales, un sentiment que l’Allemagne partage également. De même, la reprise des pourparlers sur l’accord de libre-échange (ALE) entre l’Inde et l’UE en juin 2022 offre à l’Inde et à l’Allemagne un large éventail de possibilités d’élargir leur engagement économique et leur connectivité tout en créant des chaînes d’approvisionnement résilientes à l’échelle mondiale.

Couple indo-allemand en Indopacifique

Pour faire simple, une relation indo-allemande plus forte peut devenir l’un des principaux moteurs de la sécurisation de l’Indo-Pacifique avec une approche centrée sur l’UE. Mais pour y parvenir, l’Allemagne devra se défaire de sa réticence à s’engager avec l’Inde et accepter l’identité indépendante de ce pays. Même si l’Allemagne a envoyé sa frégate Bayern à Mumbai lors d’une grande démonstration de force dans la région indo-pacifique en 2022, le récent rapport selon lequel l’Allemagne a mis en balance l’invitation de l’Inde au sommet du G-7 avec la position de New Delhi sur l’Ukraine est un exemple de la réticence de Berlin sur ce front.

L’Allemagne doit être claire sur les termes de son engagement avec l’Inde si elle veut devenir une puissance crédible dans l’Indo-Pacifique, tant en termes géopolitiques que géoéconomiques. Les deux pays devraient explorer davantage de domaines d’engagement maritime et diplomatique dans la région indo-pacifique, où l’Allemagne pourrait participer à des consultations dans le cadre de divers forums multilatéraux dans l’océan Indien également. Et cela ne peut se produire que si l’Allemagne adopte le pivot indo-pacifique et que l’Inde en tire parti. Apprendre et comprendre le voisinage complexe de l’Inde et ses intérêts nationaux, une raison avancée par l’ANS allemand Jens Glötner pour sa récente visite en Inde, est la bonne voie à suivre pour Berlin.

À lire également

Vârânasî : le cœur battant de l’Inde

Mots-clefs : , ,

À propos de l’auteur
Bhavdeep Modi

Bhavdeep Modi

La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest