Que veut le mouvement « Black Lives Matter »?

27 juin 2020

Temps de lecture : 8 minutes
Photo : Une manifestation du mouvement Black Lives Matter à New-York, le 21 juin 2020 © Mychal Watts/REX/SIPA Shutterstock40773017_000015
Abonnement Conflits

Que veut le mouvement « Black Lives Matter »?

par

Avec l’assassinat de George Floyd, la cote de popularité de Black Lives Matter a plus que doublé par rapport à il y a quatre ans, passant de 27 % en 2016 à 57 % aujourd’hui. Si le slogan gagne le soutien du public, le socialisme teinté de racisme prôné par l’organisation Black Lives Matter devrait interroger tous ceux qui chérissent la liberté.

Traduit de l’anglais par Conflits.

Le Black Lives Matter proclame fièrement sa conviction que tous les Noirs américains devraient recevoir un revenu minimum garanti et des soins de santé « gratuits », la scolarisation, la nourriture, l’immobilier, la chirurgie de changement de sexe et l’avortement ; mettre « fin à toutes les prisons » telles que nous les connaissons ; modifier la famille traditionnelle ; demander des réparations au nom des nations étrangères ; et former un « mouvement mondial de libération » qui « renversera l’impérialisme américain [et] le capitalisme ».

Derrière la maxime, un mouvement politique de l’antiracisme

Les Américains pourraient être excusés de ne pas savoir que le Black Lives Matter est une organisation politique dont le programme n’est pas moins complet que celui de la refonte du système mondial. Les médias n’ont pas fait état de ses objectifs – du moins, pas dans le contexte des récentes émeutes. Dans l’imagination du public, Black Lives Matter n’est rien d’autre qu’un carré noir omniprésent sur les plateformes des médias sociaux. Les Américains, indignés à juste titre par des événements tels que le meurtre indéfendable de George Floyd par un policier ayant une longue histoire de plaintes, ont adopté le slogan d’exiger un traitement approprié dans le cadre de la loi – l’une des pierres angulaires de la civilisation occidentale. Ils protestent souvent à cette fin et, tant que ces protestations sont pacifiques, ils exercent la première liberté inscrite dans la Déclaration des droits.

Cependant, ils ne se rendent pas compte que « Black Lives Matter » n’est pas seulement un slogan ou un graphique à mettre en ligne. Il s’agit d’un groupe de pression radical qui adopte une série de positions extrémistes et controversées. Ceux qui défilent sous sa bannière se mettent involontairement en position d’être identifiés par les militants du Black Lives Matter comme adhérant à ces croyances.

A lire aussi: Emmanuel Macron, le colonialisme et la République

Les militants du Black Lives Matter n’ont pas caché leurs opinions. « Quand nous avons lancé Black Lives Matter, il ne s’agissait pas seulement de brutalité policière et d’exécutions extrajudiciaires », a avoué au New Yorker l’une des trois cofondatrices du Black Lives Matter, Opal Tometi. La question n’était qu’un « point d’ignition » pour commencer à « demander le défraiement de la police, un moratoire sur les loyers, un moratoire sur les hypothèques et les services publics » et à émettre des « demandes » relatives « au logement et aux systèmes d’éducation et de soins de santé ».

Pour présenter leurs « demandes » de manière plus complète, le réseau du Black Lives Matter s’est joint à des dizaines de groupes partageant les mêmes idées pour fonder le Movement for Black Lives, s’asseoir sur son « front uni » et adopter sa plate-forme politique.

Un antiracisme à la sauce socialiste

« Les États-Unis sont un pays qui ne soutient pas, ne protège pas et ne préserve pas la vie », selon la déclaration originale du Movement for Black Lives. « Et donc nous ne cherchons pas la réforme mais la transformation. » La plateforme offre une demande claire de socialisme sous le couvert de la réconciliation raciale. Les mesures que les organisations proposent comprennent :

Des réparations par le biais du socialisme racial. La plateforme Movement for Black Lives, que le Black Lives Matter soutient, déclare : « Nous demandons des réparations pour les préjudices passés et futurs », y compris « des réparations pour les entreprises et le gouvernement » pour une litanie de maux qui incluent « l’apartheid alimentaire » et le « capitalisme racialisé ». Les réparations du gouvernement prendront la forme d’un « revenu minimum garanti pour tous les Noirs ». La politique de « soins de santé universels » de Movement for Black Lives/Black Lives Matter prévoit que « les résidents riches paient une partie de leurs services tandis que les personnes à faible revenu et les travailleurs reçoivent des services gratuits ». Le nouveau système sera modelé sur la France ou l’Allemagne. Les Noirs américains recevront également un « contrôle des sources de nourriture, du logement et des terres » financé par le gouvernement. Des programmes de réparation solides incluront « l’accès libre et complet pour tous les Noirs (y compris les sans-papiers et les personnes actuellement et précédemment incarcérées) à l’éducation à vie » dans toute université, tout collège communautaire ou établissement d’enseignement technique, ainsi que « la remise rétroactive des prêts étudiants ».

 

Remplacement de l’éducation par des services d’agitation et d’aide sociale. Selon le manifeste Movement for Black Lives/Black Lives Matter, les écoles publiques seraient transformées de centres d’éducation en points de prestation d’études intersectionnelles/multiculturelles et de programmes d’aide sociale complets, y compris l’avortement gratuit pour les mineurs (sans préciser d’âge minimum) :

« Un droit constitutionnel au niveau des États et au niveau fédéral à une éducation entièrement financée qui comprend une articulation claire du droit à : une éducation gratuite pour tous, des protections spéciales pour les étudiants queer et trans, des services enveloppants, des travailleurs sociaux, des services de santé gratuits (y compris l’autonomie du corps reproducteur), un programme d’études qui reconnaît et traite les besoins matériels et culturels des étudiants, l’activité physique et les loisirs, une nourriture de haute qualité, des garderies gratuites et l’absence de fouille, de saisie ou d’arrestation injustifiées. »

A lire aussi: De la multi-polarisation politique émotionnelle en Amérique

« Pour assurer une approche intersectionnelle », poursuit le groupe, le processus de budgétisation des écoles publiques doit inclure « la représentation de populations spécifiques de personnes », y compris les personnes « anciennement et actuellement incarcérées ».

Financer la police et mettre fin aux prisons. La demande la plus connue du Black Lives Matter est de « défrayer la police ». Movement for Black Lives propose également de « mettre fin » aux arrestations de tout étudiant noir, et de « mettre fin à toutes les prisons, centres de détention, établissements pour jeunes et prisons tels que nous les connaissons ». L’assignation à résidence serait promue au même titre que l’emprisonnement. Le gouvernement élargirait également le financement de la subvention Pell pour éduquer les détenus et « permettre l’accès à des chirurgies d’affirmation du genre » dans les pénitenciers, aux frais des contribuables.

 

Une politique de la famille absurde

Démantèlement de la famille. Black Lives Matter soutient deux politiques contradictoires : « Nous rendons nos espaces favorables à la famille », déclare-t-elle. Elle s’attelle ensuite à la destruction de la famille traditionnelle :

« Nous bouleversons l’exigence de structure familiale nucléaire prescrite par l’Occident en nous soutenant mutuellement en tant que familles élargies et « villages » qui s’occupent collectivement les uns des autres, en particulier de nos enfants, dans la mesure où les mères, les parents et les enfants sont à l’aise. »

Les enfants élevés dans des foyers sans père sont plus susceptibles d’abandonner l’école, de consommer de la drogue ou de l’alcool, d’être victimes ou auteurs d’abus physiques et sexuels, de vivre dans la pauvreté, de commettre d’autres crimes et d’aller en prison que ceux qui sont élevés dans des foyers biparentaux intacts – la « structure familiale nucléaire » contre laquelle le Black Lives Matter se bat. Deux enfants noirs sur trois vivent dans des familles monoparentales, ce qui représente une probabilité de 271% plus élevée que pour les enfants blancs non hispaniques. Il est imprudent de ne pas tenir compte de cette réalité dans les calculs de disparités raciales, comme l’a fait remarquer Thomas Sowell. « Sans familles aimantes, aucune société ne peut se gouverner longtemps », déclare Jennifer Roback Morse, fondatrice du Ruth Institute et collaboratrice fréquente de l’Acton Institute. Black Lives Matter est d’accord mais choisit de confier une grande partie des responsabilités parentales au gouvernement.

L’anti-impérialisme antiaméricain

Lancer un « mouvement mondial de libération » pour renverser le capitalisme. « Les systèmes interconnectés de la suprématie blanche, de l’impérialisme, du capitalisme et du patriarcat façonnent la violence à laquelle nous sommes confrontés », affirme la plateforme Movement for Black Lives/Black Lives Matter. « En tant que peuple opprimé vivant aux États-Unis, le ventre de l’empire mondial, nous sommes dans une position critique pour établir les connexions nécessaires à un mouvement de libération mondial. Tant que nous ne serons pas capables de renverser l’impérialisme américain, le capitalisme et la suprématie blanche, nos frères et sœurs du monde entier continueront à vivre enchaînés ».

Le document approuvé par le Black Lives Matter ajoute que sa « lutte est renforcée par nos liens avec la résistance des peuples du monde entier qui luttent pour leur libération. … Le mouvement pour la vie doit être lié aux mouvements de libération du monde entier ». Il n’énumère pas les « mouvements de libération » étrangers avec lesquels il souhaite s’aligner. Cependant, ils mépriseront les États-Unis et Israël.

A lire aussi: Livre: Le Conflit israélo-palestinien en 100 questions

« L’Amérique est un empire » et « les guerres américaines sont injustes », affirme le manifeste de Movement for Black Lives. Et « Israël est un État d’apartheid ». L’ « alliance de l’Amérique avec Israël » rend les États-Unis « complices du génocide qui a lieu contre le peuple palestinien… elle rend les citoyens américains complices des abus commis par le gouvernement israélien. » Le Black Lives Matter ne précise pas la peine qu’il infligerait aux civils complices de « génocide ». Cependant, il demande aux législateurs de réduire « le budget militaire américain de 50%, ce qui entraînera la fermeture de plus de 800 bases militaires américaines dans le monde » et le retour des troupes déployées à l’étranger une mesure que de nombreux Américains, en particulier les libertaires, soutiennent.

 

Des taxes plus élevées, avec une orientation spécifiquement raciale. Le groupe écrit de façon confuse que les gouvernements « ont de moins en moins recours à l’imposition progressive ». En conséquence, « les Américains les plus riches et les entreprises les plus puissantes continuent d’échapper à leur juste part d’impôts », dit-il. Le 1% des Américains les plus riches paient 37% des impôts fédéraux sur le revenu, et les 10% des Américains les plus riches paient 47% de tous les impôts, tandis que les 44% les plus pauvres ne paient rien. « Commencez par augmenter le taux marginal supérieur d’abord à 50 %, puis progressivement jusqu’à 80 % », suggère le Movement for Black Lives.

Le gouvernement fédéral devrait s’attacher à « taxer les « mauvais » et non les « biens » ». Black Lives Matter augmenterait l’impôt sur les décès, l’impôt sur les plus-values, imposerait de nouvelles taxes sur les transferts immobiliers et la « spéculation » financière, et créerait un impôt national sur la fortune. Chaque État suivrait cet exemple en imposant un impôt sur le revenu des particuliers et des sociétés très progressif et 50 impôts sur la fortune. Toute « législation de réforme fiscale » doit être élaborée « conformément aux objectifs d’équité raciale » pour « aider à construire la richesse des ménages de couleur ».

Une politique de l’insécurité

Réparations pour les trafiquants de drogue. Movement for Black Lives/Black Lives Matter légaliserait la prostitution et la « possession et la vente de toutes les drogues, quelle qu’en soit la quantité ». Les prisonniers condamnés pour ces crimes seraient libérés et leur dossier serait effacé rétroactivement. Mais ce n’est pas suffisant pour Black Lives Matter. Toutes les économies du gouvernement « doivent être investies dans des réparations pour toutes les personnes qui ont été affectées par la guerre contre la drogue et l’application des lois sur la prostitution ». Le gouvernement « doit également veiller à ce que les personnes criminalisées par la « guerre contre la drogue » puissent participer aux marchés légaux de la drogue où la décriminalisation a déjà eu lieu ». De nombreux libertaires sont favorables à la dépénalisation de tout ou partie des drogues (et de la prostitution), mais ils envisagent généralement des réglementations gouvernementales sur la fabrication et la vente de stupéfiants. L’un de leurs arguments de vente les plus convaincants est que « l’abrogation de la prohibition des drogues fera disparaître le commerce de la drogue des mains des cartels ». Black Lives Matter garantirait au cartel de Medellin une part de l’action.

A lire aussi: Faire face aux mutineries dans les prisons

Réparations pour les nations étrangères et les États terroristes. La soif de Movement for Black Lives/Black Lives Matter pour une redistribution racialisée des richesses ne s’arrête pas à mi-chemin. Leur manifeste demande également des réparations pour les nations étrangères. Le groupe insiste pour que les États-Unis « accordent des réparations aux pays et communautés dévastés par la guerre américaine, comme la Somalie, l’Irak, la Libye et le Honduras ».

Laissons les prisonniers, les immigrants illégaux et les criminels voter. Les réformes électorales de Movement for Black Lives/Black Lives Matter exigent l’inscription universelle des électeurs, ainsi que « la préinscription des jeunes de 16 ans, l’émancipation des personnes anciennement et actuellement incarcérées, le vote des résidents locaux et de l’État pour les personnes sans papiers, et l’interdiction de toute loi de privation de droits ». Les lois sur la privation du droit de vote pour les criminels remontent à la Grèce antique. La volonté de Movement for Black Lives « d’élargir l’éventail des électeurs éligibles » bafoue l’État de droit tout en favorisant les principales circonscriptions des Démocrates, qui privilégient des politiques sociales gouvernementales plus coûteuses.

 

Cette liste de propositions politiques est loin d’être exhaustive. Au contraire, les « demandes » du Black Lives Matter sont plus étendues et le gouvernement est en train de s’étendre. Cependant, cela donne une idée précise de la politique que Black Lives Matter mettrait en œuvre si on lui en donnait l’occasion. Elle ne devrait pas être partagée par des personnes croyantes ou des partisans d’un gouvernement limité, de droits inaliénables et d’une justice égale au regard de la loi.

>>> Retrouver le texte original ici. <<<

À propos de l’auteur
Ben Johnson

Ben Johnson

Le révérend Ben Johnson est le rédacteur en chef du journal phare de l'Institut Acton, Religion & Liberty, et dirige son site web transatlantique.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest