<i class='fa fa-lock' aria-hidden='true'></i> Boris Johnson : le grand survivant ?

27 juin 2022

Temps de lecture : 6 minutes
Photo : (C) UK Parliament/Jessica Taylor
Abonnement Conflits

Boris Johnson : le grand survivant ?

par

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a survécu à un vote de confiance au Parlement après avoir affronté des mois de mauvaise presse. Il est peut-être encore debout, mais est-il pour autant handicapé ?

Par le révérend Richard Turnbull. Article original paru sur le site d’Acton Institute. Traduction de Conflits.

Les 359 membres du Parti conservateur parlementaire ont voté par 211 voix contre 148 qu’ils avaient confiance en Boris Johnson en tant que chef du parti et premier ministre du Royaume-Uni. Ce fut une surprise. On s’attendait à une marge de victoire beaucoup plus importante. Une proportion plus élevée a voté contre le premier ministre que celle qui avait voté contre Margaret Thatcher en 1990 (dans une course à la direction formelle) et contre Theresa May en 2018 (dans un vote de confiance similaire). Mme Thatcher est partie en l’espace d’une journée ; Mme May a lutté pendant six mois.

David Cameron, l’ancien Premier ministre conservateur, a décrit Boris Johnson en octobre 2019 en ces termes : « Le truc avec le porcelet graissé, c’est qu’il parvient à passer entre les mains des autres là où les simples mortels échouent ». Le « porcelet graissé », étant dans ce cas Johnson, s’est-il encore glissé entre les mains ?

Dans un sens, bien sûr, un seul vote est suffisant. Mais d’un autre point de vue, ce vote n’est ni décisif ni convaincant. Qu’est-ce qui a conduit à un retournement de situation aussi extraordinaire pour l’homme qui a remporté une victoire électorale aussi convaincante en 2019, en prenant 60 circonscriptions aux travaillistes, dont beaucoup pour la première fois, pour lui donner une majorité de 80 voix sur tous les autres partis réunis ? Le Brexit a certainement été un facteur, tout comme l’inadaptation du leader travailliste. Pourtant, Boris Johnson a également réussi à toucher et à se rapprocher de nombreux électeurs votant conservateur pour la première fois.

Le problème des fêtes clandestines

Qu’est-ce qui a mal tourné ?

Tout d’abord, il y a la question de l’intégrité. Nous n’avons pas besoin de répéter tous les détails exhaustifs et microscopiques des « fêtes » organisées à Downing Street pendant le verrouillage du COVID – qui y a participé, ce qu’il a bu ou mangé, et qui les a organisées. Il a toujours été clair que Boris Johnson lui-même est largement incapable d’organiser quoi que ce soit. Les fêtes ne sont, en fait, pas du tout le problème. La plupart des attaques provenaient de milieux prédits et prévisibles, notamment les médias et ceux qui ne lui pardonneront jamais le Brexit. Les photos des événements auxquels Boris lui-même a participé sont pour la plupart décevantes : un verre, un pichet de jus de fruit et des sandwichs de supermarché à l’aspect franchement dégoûtant.

Les vrais problèmes sont la culture et le chaos auxquels Boris Johnson a largement contribué, l’absence de leadership cohérent, le manque d’intégrité et de conscience de soi, et l’absence apparente de boussole morale. Ces problèmes sont connus depuis un certain temps déjà de Boris Johnson. Sa relation avec son propre parti a toujours été essentiellement transactionnelle – va-t-il l’aider à gagner ou non ?

Max Hastings, l’ancien rédacteur en chef du Daily Telegraph, un journal de droite, a écrit dans un article en juin 2019 qu’il avait été l’employeur de Boris Johnson au Telegraph lorsque celui-ci était le correspondant à Bruxelles. Hastings a décrit Johnson comme « un brillant amuseur » mais « inapte à occuper un poste national parce qu’il semble qu’il ne se soucie d’aucun intérêt, sauf de sa propre gloire et de sa propre gratification. »

À lire également

La grande stratégie de l’Angleterre

Boris Johnson a agi comme si les règles établies pour les autres ne s’appliquaient pas à lui. C’était vrai en ce qui concerne les rassemblements de Downing Street, mais aussi lors d’une tentative ratée de changer les règles de la Chambre des communes pour protéger un ami qui avait transgressé ces règles. Ses remords ont été éphémères. Et pour ajouter de l’huile sur le feu, il y a une allégation selon laquelle il a trompé le Parlement en niant les diverses rencontres, qui fait actuellement l’objet d’une enquête de la commission parlementaire des privilèges. Son propre conseiller en éthique, Lord Geidt, a déclaré que Johnson devait expliquer en détail pourquoi il pense ne pas avoir enfreint le code ministériel (ce qui, bien sûr, signifie que le conseiller pense le contraire). Pour aggraver les choses, le jour du vote de confiance, son champion de la lutte contre la corruption, le député John Penrose, a démissionné, évoquant des défaillances de leadership et de jugement.

Max Hastings, dans son article de 2019, semble avoir le don de prophétie lorsqu’il écrit : « Son premier ministre révélera presque certainement un mépris pour les règles, les précédents, l’ordre et la stabilité. »

La froide réalité est une perte de confiance, un leadership chaotique et une culture fondée sur le droit plutôt que sur l’intégrité. Il ne s’agissait pas tant d’un putsch organisé que d’une perte de confiance généralisée au sein d’un éventail large et disparate de groupes.

Il y a aussi la question de la vision. Nous pourrions peut-être passer outre un caractère imparfait s’il y avait une vision conservatrice claire. Malheureusement, Boris Johnson est dépourvu d’une telle vision et s’est mis à céder aux habitudes contre lesquelles les Britanniques ont voté, à savoir la présomption selon laquelle le fait d’injecter des dépenses publiques dans n’importe quel problème le résoudra et, si nécessaire, augmentera la dette (faire payer les générations suivantes) et/ou les impôts (faire payer les travailleurs). L’accusation contre le parti travailliste lors de l’élection générale de 2019 était qu’il faisait des promesses de dépenses comme s’il existait un « arbre à argent magique. » Boris a fait du jardinage et a trouvé cet arbre.

Problèmes économiques

Les dépenses publiques en pourcentage du PIB seront bientôt les plus élevées depuis 50 ans, la proportion représentée par la fiscalité la plus élevée depuis 70 ans. Ni les conservateurs modérés de la classe moyenne du sud de l’Angleterre ni les électeurs culturellement conservateurs à l’esprit plus dur du nord de l’Angleterre n’ont voté pour cela. Voici deux exemples précis de cette perte de vision, notamment dans le domaine économique :

D’abord, des augmentations d’impôts pour financer des réformes non spécifiées de la santé et des services sociaux. Boris Johnson croit comme personne à la divinité du National Health Service. Le NHS est en difficulté, entre autres raisons, parce que trop de personnes se présentent aux urgences alors qu’elles n’ont pas besoin d’y être. Cela engorge le système et provoque des répercussions importantes sur la capacité. La fréquentation des urgences est gratuite. Beaucoup le traitent comme le cabinet du médecin de famille. À l’autre bout, il y a le problème des soins aux personnes âgées et les questions connexes de capacité, de bas salaires dans le secteur, etc.

Pourquoi ne pas introduire une redevance pour la fréquentation des urgences ? Une vision conservatrice préconiserait la responsabilité personnelle et familiale comme point de départ de la prise en charge de nos aînés. Une telle vision envisagerait, au moins, les moyens par lesquels l’assurance pourrait aider à couvrir les coûts, et d’éventuelles incitations fiscales pour les familles et les individus qui prennent leurs responsabilités et réduisent la charge de l’État. Le gouvernement de Boris Johnson a simplement augmenté de 1,25% une taxe sur tous les travailleurs et tous les employeurs et a déclaré que cela réglerait le problème. Attendez-vous à ce que le problème ne soit pas résolu.

À lire également

Charles, Prince de Galles et roi d’Angleterre – Michel Faure

Ensuite, des aides financières pour faire face aux crises de l’énergie et du coût de la vie. Sans aucun doute, l’augmentation du coût de la vie et des prix de l’énergie est un problème mondial qui pose des défis à tous les gouvernements. Les conservateurs n’ont curieusement pas reconnu que l’inflation est également un problème moral qui redistribue arbitrairement les richesses et affecte les pauvres de manière disproportionnée. La sortie de l’UE donne au gouvernement le pouvoir de varier les niveaux d’imposition. Par exemple, le gouvernement pourrait supprimer la TVA de 5 % sur les factures de carburant. Boris Johnson pourrait alors se vanter que le Brexit a rendu cela possible.

Au lieu de cela, le gouvernement de Boris Johnson a annoncé un versement en espèces de 400 livres à tous les ménages pour compenser la hausse des factures d’énergie. Gardez les yeux ouverts sur l’arbre magique de l’argent. Plus d’inflation à venir, plus de dépendance.

La question du big government

Il y a pire. Le jour où les députés conservateurs votaient pour savoir s’ils avaient confiance en leur propre premier ministre, les syndicats ont mis à genoux le système de transport londonien. Ajoutez à cela le fait que l’immigration illégale progresse à un rythme plus rapide que le temps nécessaire aux citoyens légaux pour traverser un aéroport. (N’oubliez pas que l’immigration illégale est très injuste pour les immigrants légaux). Et enfin, la stratégie Net Zero visant à réduire les émissions de carbone est devenue une obsession coûteuse.

L’hypothèse, même chez les conservateurs, est que l’État est la réponse à tous les problèmes. L’absence d’une vision conservatrice cohérente de la liberté, de la réduction des impôts, de la déréglementation et de la réforme de la santé et des bureaucraties d’État est paralysante pour Boris Johnson et son gouvernement. Que se passera-t-il ensuite ? L’histoire montre que le Premier ministre est actuellement mortellement blessé. Plus il reste à au No. 10 de la Downing Street, plus la douleur nous est infligée à tous, en particulier à son propre parti, affaiblissant ses perspectives d’avenir. La perte de confiance et de foi est profonde.

Boris était un homme qui a su saisir un moment. Malheureusement, son caractère défectueux et son abandon d’une vision véritablement conservatrice signifient qu’il n’est plus l’homme du moment et qu’il n’est pas la personne qui peut mener le Parti conservateur à une nouvelle victoire fondée sur l’intégrité, la compétence économique et un programme de construction d’un État plus petit.

À lire également

Elizabeth II La muette

À propos de l’auteur
Acton

Acton

L'Institut Acton est un centre de recherche américain qui étudie les liens entre religion, développement économique et humain et sciences politiques. Il est nommé ainsi en hommage à Lord Acton.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest