<i class='fa fa-lock' aria-hidden='true'></i> Sanctions contre la Russie : l’aide de la Chine est limitée

9 mars 2022

Temps de lecture : 6 minutes
Photo : IRussian Defence Minister Sergei Shoigu speaks during a video conference meeting at the Russian National Defence Management Centre, in Moscow, Russia. /Credit:Vadim Savitskii/SPUTNIK/SIPA/2203011243
Abonnement Conflits

Sanctions contre la Russie : l’aide de la Chine est limitée

par

Face aux sanctions européennes la Chine peut-elle être une compensation pour la Russie ? Pas complètement étant donné que l’essentiel des transactions économiques se font entre la Chine et l’Occident. L’aide chinoise est donc limitée dans ses possibilités.

Un article de Yianmei Xie et Dan Wang pour Gavekal. Traduction de Conflits.

Peu de temps avant que la Russie n’envahisse l’Ukraine, Xi Jinping et Vladimir Poutine se sont rencontrés à Pékin et ont déclaré que l’amitié entre leurs pays n’avait « aucune limite. La Russie est en train de découvrir que ce « partenariat stratégique orienté vers l’avenir » est en fait limité. Si la Chine partage le dédain de la Russie pour le système international dirigé par les États-Unis, son aide matérielle à la Russie dans le cadre des sanctions occidentales sera maigre. Ces derniers jours, les responsables de Pékin se sont éloignés de leurs déclarations pro-russes antérieures et ont adopté un ton plus neutre. Alors que les sanctions menacent de réduire la Russie à un paria économiquement isolé, la Chine ne viendra pas à son secours.

Pour la Chine, le calcul est simple : ses liens commerciaux avec les États-Unis, l’Union européenne et leurs alliés en Asie sont bien plus importants que ceux avec la Russie. La Chine a exporté environ 68 milliards de dollars de marchandises vers la Russie en 2021, alors que ses exportations vers les États-Unis et l’Union européenne dépassent largement les 1 000 milliards de dollars. Même si le gouvernement chinois souhaite probablement aider la Russie, il ne peut pas mettre ses entreprises à l’abri des punitions potentiellement paralysantes en cas de violation des sanctions. Il est probable que les responsables suivront leur pratique passée consistant à conseiller implicitement aux entreprises de respecter les sanctions en les avertissant des risques. Pékin n’enfreindra pas les sanctions et risquera de perdre l’accès aux marchés du monde développé, qui est uni contre la Russie.

A lire aussi : Éclatement et reconstruction de la Russie depuis 1991. Jean-Robert Raviot

Les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Union européenne, ainsi que le Japon, la Corée du Sud, l’Australie, Singapour et d’autres pays, ont imposé conjointement une batterie de sanctions financières contre la Russie. Ces sanctions comprennent le gel des actifs de la banque centrale russe, l’interdiction des transactions avec les principales banques commerciales russes, la déconnexion de certaines banques russes du système de messagerie financière Swift et la restriction des transactions sur les titres de créance et les actions russes. L’effet combiné est de limiter considérablement la capacité de la Russie à effectuer des transactions internationales.

Les diplomates chinois ont critiqué ces sanctions, et le haut responsable de la réglementation bancaire, Guo Shuqing, a déclaré mercredi que la Chine ne s’associerait pas aux sanctions financières, mais qu’elle « continuerait à maintenir des échanges économiques, commerciaux et financiers normaux avec les parties concernées ». Une telle déclaration ne signifie toutefois pas que les banques chinoises défieront les sanctions. Au contraire, les grandes banques d’État chinoises auraient déjà commencé à limiter leurs transactions avec la Russie. Ces mesures s’inscrivent dans le droit fil de leur habitude de se conformer aux sanctions américaines contre la Corée du Nord, l’Iran et même Hong Kong, alors même que le gouvernement chinois les dénonçait avec véhémence.

La Chine attend

L’incitation fondamentale des institutions financières chinoises à se conformer est la même que celle de leurs homologues occidentales : l’auto-préservation. Le département du Trésor américain est habilité, en vertu de la loi sur la lutte contre les adversaires de l’Amérique par les sanctions à infliger des sanctions secondaires aux entreprises ou aux particuliers non américains qui « facilitent sciemment des transactions importantes » avec des entités russes figurant sur la liste noire. Les États-Unis ont à plusieurs reprises appliqué de telles sanctions secondaires en vertu d’autres lois pour faire respecter des sanctions antérieures contre la Corée du Nord, l’Iran, la Russie ou le Venezuela. Perdre l’accès au système financier américain et la possibilité d’effectuer des transactions avec des homologues américains est un risque trop important pour la plupart des banques chinoises. « Je ne pense pas que vous verrez beaucoup de grandes banques multinationales chinoises qui garderont une porte ouverte aux secteurs les plus lourdement sanctionnés de l’économie russe », a déclaré Nick Turner, spécialiste des sanctions au cabinet d’avocats Steptoe & Johnson basé à Washington.

Les sanctions financières sévères à l’encontre de la Russie ont conduit la Chine à appeler à une utilisation accrue du renminbi plutôt que du dollar américain dans les échanges commerciaux, et à un recours plus large à son propre système de paiement interbancaire transfrontalier (CIPS) plutôt qu’au réseau Swift. S’il est vrai qu’il serait techniquement facile pour les sociétés commerciales de changer la monnaie de facturation des marchandises, ou pour les banques d’installer de nouveaux logiciels, ces mesures ne réduiraient pas fondamentalement la vulnérabilité de la Chine aux sanctions américaines. Les entreprises chinoises qui effectuent des transactions avec des banques russes interdites risquent toujours des sanctions secondaires, quel que soit le système de règlement ou la monnaie qu’elles utilisent. Seules les institutions qui n’ont pas besoin d’effectuer des transactions avec les États-Unis peuvent réellement ignorer le risque de sanctions, et ces institutions sont peu nombreuses et insignifiantes (comme la Bank of Dandong qui traite avec la Corée du Nord, et la Bank of Kunlun qui traite avec l’Iran).

Découplage technologique

Outre les sanctions financières, les États-Unis ont imposé à la Russie des contrôles stricts des exportations, auxquels leurs alliés ont également répondu. À l’instar de l’embargo dévastateur sur les puces du géant technologique chinois Huawei, les États-Unis affirment leur compétence sur tous les produits fabriqués à l’aide de logiciels ou d’outils américains et exigent une licence d’exportation pour fournir ces produits aux industries stratégiques russes, notamment les secteurs de la défense, de l’aviation et de la marine. Ces sanctions priveront la Russie de l’accès à des produits technologiques essentiels tels que les semi-conducteurs, la sécurité du cryptage, les lasers, les capteurs et la navigation, dans le but de dégrader la base industrielle et militaire au fil du temps. Le résultat est que les entreprises, de Boeing à Apple, supposent qu’elles ne peuvent plus vendre à la Russie.

A lire aussi : Comparatif des cyberpuissances : États-Unis, Chine, Russie

Bien que la Chine souffre également de contrôles à l’exportation similaires mais plus ciblés, il est peu probable qu’elle offre une aide technologique substantielle à la Russie. Là encore, la raison est simple : Les entreprises chinoises ont beaucoup plus à perdre qu’à gagner en violant les sanctions. Pour la plupart des entreprises chinoises, la Russie est un marché trop petit pour que l’activité vaille la peine de prendre le risque d’être coupé des marchés développés ou d’être lui-même sanctionné. Depuis les États-Unis, l’Europe et le Japon, la Chine a besoin d’accéder en particulier aux matériaux et aux équipements pour semi-conducteurs, ainsi qu’à divers types de biens d’équipement haut de gamme tels que les moteurs d’avion.

Même les entreprises chinoises qui souffrent déjà des restrictions américaines auraient davantage à perdre. Bien que Huawei et SMIC figurent déjà toutes deux sur la liste des entités, elles peuvent encore recevoir certaines technologies américaines avec l’autorisation du ministère du commerce. S’ils enfreignent la loi américaine, ils risquent d’être ajoutés à la liste des personnes refusées (tenue par le département du Commerce) ou à la liste des ressortissants spécialement désignés (tenue par le Trésor), ce qui entraînerait des restrictions beaucoup plus sévères. Étant donné que les sanctions américaines existantes risquent de s’aggraver encore, les entreprises chinoises ont de bonnes raisons de rester sages.

L’équilibre énergétique

Jusqu’à présent, les transactions énergétiques ont été exemptées des sanctions, en raison de la forte dépendance de l’Europe à l’égard du gaz naturel et du pétrole russes. Si l’Occident décidait d’imposer un embargo sur l’énergie, la crainte de sanctions secondaires contraindrait à nouveau les grands groupes pétroliers et gaziers publics chinois, qui contrôlent la grande majorité de l’infrastructure d’importation d’énergie du pays, à s’y conformer. Les importateurs indépendants peuvent s’emparer de l’offre russe bon marché, mais leur volume sera limité par des contraintes de capacité et des quotas d’importation.

A lire aussi : Biélorussie : Loukachenko fait d’une pierre deux coups

De même, si la Russie réduit délibérément ses exportations de gaz naturel pour presser l’Europe, la Chine pourrait être en mesure d’absorber une partie de l’offre russe supplémentaire à la marge, mais pas suffisamment pour compenser les pertes financières. La Chine a reçu environ 10 milliards de mètres cubes de gaz naturel de la Russie l’année dernière via le gazoduc Power of Siberia, dont la livraison a commencé fin 2019 et qui est la seule voie d’acheminement du gaz naturel entre les deux pays. Ce gazoduc pourrait théoriquement transporter jusqu’à 38 milliards de mètres cubes par an – une fraction des ventes à l’Europe, estimées à environ 175 milliards de mètres cubes en 2021. En outre, le gazoduc n’est pas relié aux gisements qui approvisionnent l’Europe, ce qui rend difficile à court terme pour la Russie de réacheminer vers la Chine du gaz naturel précédemment destiné à l’Occident.

La structure actuelle du commerce mondial et la logique de l’auto-préservation signifient que, malgré l’alliance politique que Xi et Poutine ont célébrée il n’y a pas si longtemps, la Chine n’offrira en pratique à la Russie guère plus qu’une solidarité rhétorique avec ses malheurs de sanctions.

Mots-clefs : , ,

À propos de l’auteur
Dan Wang

Dan Wang

Dan Wang écrit sur la technologie. Il est né dans le Yunnan, a grandi au Canada (où il était cadet royal canadien), a fait ses études secondaires aux États-Unis et a travaillé dans la Silicon Valley. Ses travaux sur la Chine et la technologie ont été cités par le Financial Times, Bloomberg, le New York Times, le Wall Street Journal et The Economist. Il a obtenu une double majeure en philosophie et en économie à l'Université de Rochester.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest