Hong-Kong : la célèbre marche du 1er juillet interdite

26 juin 2020

Temps de lecture : 3 minutes
Photo : Manifestation à Hong Kong le 1er juillet 2019.
Abonnement Conflits

Hong-Kong : la célèbre marche du 1er juillet interdite

par


Manifestations à Hong Kong : les organisateurs s’attendent à ce que la police interdise la marche traditionnelle du 1er juillet, malgré sept propositions pour la faire approuver. Jimmy Sham, responsable du Front civil pour les droits de l’homme, décrit une réunion « sans éclat » avec la police. Le groupe devrait faire appel après avoir déclaré que la force utilise la pandémie de coronavirus comme excuse pour arrêter le rassemblement.


 

Article traduit par Conflits

Texte d’origine : SCMP

Auteur : Sum Lok-Kei

Quand le coronavirus devient un prétexte

L’organisateur de marche le plus connu de Hong Kong a fait sept propositions pour que la police approuve sa marche annuelle du 1er juillet en faveur de la démocratie, malgré les règles de distance sociale imposées en raison du coronavirus. Mais le Front civil des droits de l’homme a déclaré qu’il s’attendait « à 100 % » à ce que la marche soit interdite après sa rencontre avec la police mardi. Le groupe s’est engagé à faire appel.

« C’est la rencontre avec la police la plus terne que j’ai eue en 10 ans », a déclaré Jimmy Sham Tsz-kit, le responsable du front et conseiller du district. « La police utilise la pandémie [comme excuse] pour supprimer le droit du public de marcher et de se rassembler. Au cours de la réunion, le front a proposé sept alternatives pour la marche de Causeway Bay à l’extérieur du siège du gouvernement à l’Amirauté. Au milieu des manifestations anti-gouvernementales de l’année dernière contre le projet de loi sur l’extradition maintenant retiré, la marche du 1er juillet a attiré environ 550 000 personnes.

Bien qu’elle ait débuté pacifiquement, des manifestants radicaux ont fait irruption dans le Conseil législatif et ont causé des dommages estimés à 40 millions de dollars HK, lors d’une journée de violence sans précédent.

A lire aussi : La mort de l’ancien Hong Kong

Une décision qui fait polémique

Cette année, les plans du front comprennent l’imposition de mesures de distanciation sociale, la mise en place d’un contrôle des foules dans un parc public ou au coin des rues, la division du cortège en phases par groupe d’âge ou par adresse de résidence, et la marche sur des voies alternatives.

Sham a déclaré que les organisateurs étaient prêts à suivre des instructions raisonnables de la police pour assurer le bon déroulement de la marche. « Par exemple, si la police pense que nous devons distribuer des masques chirurgicaux [aux manifestants], je pense que nous pouvons le faire », a-t-il déclaré. « Mais ils ont refusé de dire sous quelles conditions ils approuveraient la marche.

Les forces de l’ordre ont ensuite déclaré qu’elles traitaient la demande et qu’elles respectaient le droit des gens à exprimer leurs opinions de manière pacifique. « En traitant chaque avis d’événement public, [nous] procéderons à des évaluations indépendantes des risques », a-t-il ajouté.

La police avait précédemment interdit une demande de manifestation pour la fête du travail par les syndicats, ainsi que la veillée annuelle du 4 juin sur la place Tienanmen, en invoquant des problèmes de santé publique.

Le 19 juin, le gouvernement a assoupli les mesures de distanciation sociale, faisant passer de huit à cinquante le nombre de personnes pouvant participer à un rassemblement public en plein air. L’interdiction ne s’applique pas aux rassemblements en salle.

 

Une tradition bafouée par la politique

Alors que les scientifiques ont déclaré qu’il y avait peu de preuves pour soutenir l’interdiction des rassemblements de plus de 50 personnes, les responsables de la santé ont déclaré que la politique n’avait pas joué un rôle dans cette décision.

Sham a déclaré que le front était prêt à faire appel de l’interdiction de la police, mais n’a pas précisé de plans d’urgence. Le Post a contacté la police pour obtenir des commentaires.

Le 1er juillet a été le jour où Hong Kong est revenue sous domination chinoise en 1997. La marche est une tradition dans le mouvement pro-démocratie de la ville, et est considérée comme un baromètre des griefs du public avec le gouvernement de l’époque.

En 2003, la marche a attiré une foule de taille similaire à celle de 2019, alors que les gens protestaient contre le projet du gouvernement de promulguer des lois de sécurité nationale en vertu de l’article 23 de la Loi fondamentale.

À propos de l’auteur
South China Morning Post

South China Morning Post

Le South China Morning Post est l'un des plus anciens journal d'Asie. Il a été fondé en 1903 à Hong Kong. La marque possède aujourd'hui de nombreux titres de presse et diffuse en Chine continentale, à Hong Kong et dans le reste de l'Asie. C'est l'un des principaux journaux de langue anglaise de la région.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest