La réémergence économique de l’Inde – causes et conséquences

10 mars 2021

Temps de lecture : 10 minutes
Photo : Mandatory Credit: Photo by Amal KS/Hindustan Times/Shutterstock (11024438a) A view showing hazy skies above Humayun's Tomb, at Nizamuddin on November 19, 2020 in New Delhi, India. A layer of haze continued to engulf the national capital on Thursday as air pollution worsened here with several parts reporting an Air Quality Index (AQI) hovering between 'poor' and 'very poor' category. Air Quality Worsens From Moderate To Poor In Some Parts In Delhi, New Delhi, India - 19 Nov 2020/shutterstock_editorial_Air_Quality_Worsens_From_Moderat_11024438A//2011200102
Abonnement Conflits
Abonnement Conflits

La réémergence économique de l’Inde – causes et conséquences

par

La puissance indienne est en pleine émergence et croissance mais le pays demeure encore mal connu des Européens. Son organisation, son fonctionnement, les causes de sa puissance économique ne sont pas toujours perçus. Le professeur Mohit Anand explique ici les fondements de cette puissance.

 

On dit que le XXIe siècle appartient à l’Asie, où vivent 60 % de la population mondiale et où se trouvent 21 des 30 plus grandes villes du monde. Elle représentera 50% du PIB mondial (PPA) et sera à l’origine de 40% de la consommation mondiale d’ici 2040, ce qui représente un véritable déplacement du centre de gravité du monde. Au cours des deux dernières décennies, la Chine a fait l’objet d’une grande attention en raison de sa croissance économique et de son intégration dans les flux mondiaux de commerce, de capitaux, de talents et d’innovation. Alors qu’elle est le géant voisin, l’Inde – la deuxième économie d’Asie (après la Chine en termes de PIB en PPA) – a relativement peu retenu l’attention. Ironiquement, l’évolution la plus importante du XXIe siècle devrait être la montée de l’Asie – la Chine et l’Inde devant toutes deux jouer un rôle important. La Chine a déjà triplé sa part du PIB mondial depuis 1990, tandis que l’Inde l’a doublée au cours de la même période.

 

En tant qu’Indien ayant plus de 16 ans d’expérience de vie et de voyage en France (auparavant comme étudiant et maintenant comme enseignant), j’ai vu la perception de l’Inde évoluer au fil du temps. J’ai cessé d’être perçu comme venant d’un pays du tiers-monde pauvre, infesté de fléaux et de maladies, et j’ai été amené à réfléchir sur cette ancienne civilisation connue pour être une terre de charmeurs de serpents, d’anciens Etats princiers, de vache sacrée et de spiritualité. L’Inde est connue au-delà du yoga, du curry et de Bollywood pour être aujourd’hui une puissance économique et culturelle émergente, avec plusieurs industries de pointe telles que l’information et la technologie, le textile, l’agroalimentaire, les services informatiques et de télécommunications, l’industrie pharmaceutique, etc. qui lui confèrent une réputation et une influence considérable sur la scène mondiale.

 

L’Inde : du socialisme au secteur privé

 

L’Inde, l’une des plus anciennes civilisations, était la plus grande économie, représentant 33% de la production mondiale à son apogée, et même au XVIIe siècle, sa part était de 24%. Après la révolution industrielle et la colonisation, sa part dans l’économie mondiale s’est réduite à 4,2% seulement en 1950. Aujourd’hui, l’Inde se « redécouvre » et « réapparaît » comme l’une des économies à la croissance la plus rapide du monde et s’efforce d’occuper la place qui lui revient, et dont elle a longtemps bénéficié pendant une grande partie de l’histoire de l’humanité. Dans sa quête de ce voyage, au cours des dernières décennies, l’intégration du pays dans l’économie mondiale s’est accompagnée d’une croissance économique remarquable, d’une augmentation de la productivité industrielle et du bien-être humain.

 

Avant la libéralisation économique de l’Inde, l’économie était en grande partie une économie mixte (socialiste pour la plupart) à porte fermée, minée par un contrôle fort sur les industries par le biais de ses énormes entreprises du secteur public, et les secteurs ouverts aux acteurs privés étaient fortement contrôlés par l’appareil d’État et la bureaucratie par le biais d’une multitude de licences raj (règlements ou permis nécessaires pour créer et exploiter une entreprise en Inde) et de restrictions qui ont freiné l’esprit d’entreprise. Les principaux aspects de l’économie étaient contrôlés par l’État et des licences étaient accordées à un petit nombre de personnes. Ainsi, aucune entreprise privée ne pouvait se livrer à une activité économique ou entrepreneuriale significative sans l’approbation préalable du gouvernement, qui favorisait largement les entreprises publiques ou les grandes entreprises familiales qui avaient le pouvoir dans les cercles politiques d’obtenir des faveurs, favorisant ainsi la corruption et le favoritisme.

A lire aussi: Chine, Inde, Japon : géants de la production et de l’importation

Une telle politique est le résultat de la domination coloniale de l’Inde pendant près de 150 ans, ce qui explique qu’après l’indépendance (en 1947), l’idée que « la souveraineté économique est primordiale, associée à l’idéologie socialiste pour le bien-être de la population » s’est enracinée. Cette politique a été largement suivie par Nehru (premier Premier ministre de l’Inde) et plus tard par sa fille Indira Gandhi. Cette dernière a ensuite adopté une politique de nationalisation proactive lorsque de nombreux secteurs et industries ont été nationalisés. L’économie était fermée (tournée vers l’intérieur) et largement isolée du monde extérieur, les importations étaient fortement freinées par l’imposition de droits de douane élevés et les licences d’importation empêchaient les produits étrangers d’atteindre le marché. C’est pourquoi une planification quinquennale indépendante, non alignée et influencée par l’Union soviétique a été au centre du parcours économique de l’Inde jusqu’en 1991, date à laquelle elle a entamé son voyage de libéralisation.

 

C’est en 1991 (en raison des crises de la balance des paiements) que l’Inde s’est lancée dans les réformes économiques, en mettant l’accent sur la « libéralisation, la privatisation et la mondialisation » (GPL) pour libérer son potentiel économique. Ces leviers GPL ont mis l’accent sur trois aspects : premièrement, le recours aux forces du marché et à la concurrence comme principal moyen d’accroître l’efficacité, deuxièmement, l’importance du secteur privé comme principal moteur de croissance et, troisièmement, l’ouverture de l’économie au commerce international, aux investissements étrangers et à la technologie étrangère. Simultanément, plusieurs réformes réglementaires, fiscales, monétaires et industrielles ont été entreprises pour stimuler davantage la compétitivité de l’industrie nationale.

 

Réduction de la pauvreté, accroissement de la richesse

 

En l’espace de trois décennies – de 1,01 trillion de dollars (en 1991) à 9,7 trillions de dollars (en 2021) – l’Inde est devenue la troisième économie mondiale, après les États-Unis et la Chine (PIB en PPA). La transformation économique a amélioré la vie de millions d’Indiens, les niveaux de pauvreté extrême sont passés de 45,3% en 1993 à environ 7% en 2021 (au seuil de pauvreté international) et a permis à 271 millions de personnes de sortir de la pauvreté en une décennie entre 2006 et 2017. Elle devrait atteindre l’objectif de réduire sa pauvreté en dessous de 3% de sa population d’ici 2025. En outre, elle a créé une classe moyenne importante de plus de 600 millions de personnes, près de 78% des ménages (300 millions) en 2030 seront à revenu moyen, contre environ 54% (158 millions) en 2018. En conséquence, la croissance des revenus transforme l’Inde d’une économie du bas de la pyramide à une économie véritablement dirigée par la classe moyenne, les dépenses de consommation passant de 1 500 milliards de dollars aujourd’hui à près de 6 000 milliards de dollars d’ici la fin de la décennie.

 

Jusqu’en 1990, la croissance du PIB de l’Inde était toujours restée inférieure à 4% par an. Pendant la même période, d’autres pays asiatiques ont connu des taux de croissance beaucoup plus rapides, comme l’Indonésie (6%), la Thaïlande (7%), Taïwan (8%) et la Corée du Sud (9%). Depuis les réformes économiques de l’Inde en 1991, le taux de croissance annuel du PIB du pays s’est stabilisé à un niveau plus robuste de 6 à 7% par an . Elle est devenue l’une des économies émergentes les plus rapides au monde, représentant environ 15% de la croissance mondiale. Les principaux moteurs de sa croissance économique ont été l’augmentation de la consommation intérieure, les réformes politiques telles que l’augmentation des limites des investissements étrangers directs dans divers secteurs, qui ont favorisé la participation des investisseurs étrangers, l’amélioration des paramètres de facilité de faire des affaires (le pays est passé de la 130e place en 2016 à la 63e place en 2020) et l’augmentation de la participation des entreprises privées et des jeunes pousses. L’Inde compte environ 50 000 start-ups en 2018 et possède le troisième plus grand écosystème de start-ups au monde ; on s’attend à une croissance de 12 à 15% par an.

 

Transformation économique de l’Inde

 

Le gouvernement a mis en place plusieurs politiques publiques visant le marché rural, le secteur agricole et le segment des personnes à faible revenu, notamment par des programmes de garantie du chômage, des subventions pour le combustible de cuisine, des logements abordables, la construction de toilettes, l’inclusion financière (comptes bancaires sans superflu), des programmes de micro-assurance et de micro-pension. Selon la Banque mondiale, 70% de la population avait accès à l’électricité en 2007 et ce chiffre est passé à 93% d’ici 2017. Un peu moins de 40% de la population indienne avait accès à des toilettes domestiques en 2014. Aujourd’hui, cette couverture sanitaire de base dans tout le pays est passée à 99,5%. Des programmes de politique publique innovants ont été mis en œuvre, tels que Make in India – une initiative visant à promouvoir la capacité de production nationale, le programme Digital India qui vise à transformer le pays en une société numérique et une économie de la connaissance, les campagnes Skill India et Startup India qui visent à développer les compétences et à stimuler l’esprit d’entreprise et l’écosystème des start-ups, permettant ainsi la création d’emplois.

A lire aussi : Vârânasî : le cœur battant de l’Inde

Il a fallu 60 ans pour que l’Inde devienne une économie de mille milliards de dollars, tandis que les mille milliards de dollars suivants ont été ajoutés à son économie en seulement 8 ans (PIB en termes nominaux). Ce qui rend sa transformation économique admirable, c’est qu’elle s’est produite dans le cadre de la plus grande démocratie du monde, une civilisation présentant une immense diversité de races, d’ethnies, de religions, de langues, de cultures et de géographies, etc. dans la deuxième nation la plus peuplée, avec plus de 1,3 milliard d’habitants. Il est judicieusement cité qu’il y a « beaucoup d’Indiens en Inde ». En fait, la diversité et les différences mêmes, l’éthique de la tolérance, dans ce creuset d’idées, de contradictions et de paradoxes, restent la force principale de l’Inde, lui donnant la résilience nécessaire pour relever les défis, tant sur le plan intérieur que sur le plan mondial.

 

Bien que l’Inde soit une civilisation ancienne, c’est une jeune nation avec un âge médian de 28,7 ans (pour la France, 41,7 ans). Elle est sur le point de récolter le dividende démographique potentiel, puisque 65% de sa population (845 millions) a moins de 35 ans. Depuis 2018, la population indienne en âge de travailler (personnes entre 15 et 64 ans) a augmenté plus que la population dépendante. Ce gonflement de la population en âge de travailler va durer jusqu’en 2055. En outre, sa capacité en ressources humaines à produire un nombre important de médecins, de scientifiques, d’ingénieurs et de professionnels de l’informatique lui donne un avantage pour créer une industrie des TIC (technologies de l’information et de la communication) avancée, tirant parti de la révolution numérique en cours. Les décideurs politiques doivent également relever des défis majeurs pour tirer parti de cette évolution démographique favorable, car près de 10 à 12 millions de personnes en âge de travailler rejoignent chaque année la population active indienne. Même avant la pandémie de COVID, la création d’emplois a considérablement diminué, ce qui fait du chômage un problème grave, même chez les jeunes instruits.

 

La place de l’Inde en Asie

 

L’essor de l’Inde a des ramifications politiques en Asie et au-delà. On établit souvent un parallèle entre les réformes économiques de l’Inde et celles de la Chine. Dans le cas de cette dernière, les réformes ont commencé 13 ans avant celles de l’Inde et dans un régime qui ne respecte pas nécessairement les valeurs démocratiques. Pourtant, en tant que deux civilisations les plus anciennes et les plus peuplées, il existe une lutte géopolitique permanente entre ces deux archipels rivaux pour l’hégémonie en Asie et sur la scène mondiale. La question du Cachemire, vieille de plusieurs décennies, l’impasse militaire actuelle dans un conflit frontalier de longue date, l’énorme déséquilibre commercial en faveur de la Chine et les avancées stratégiques dans la région de l’Asie du Sud grâce à l’initiative chinoise des routes de la soie et à la politique du « collier de perles » aggravent encore les relations. En réaction, l’Inde noue des relations économiques, culturelles et diplomatiques plus importantes et plus profondes avec l’Asie du Sud-Est (dans le cadre de la politique Act East) et l’Afrique, tout en créant des partenariats de développement et des partenariats stratégiques avec le Japon, l’UE et les États-Unis, ainsi que l’idée de l’Indo-Pacifique pour contrebalancer la montée en puissance de la Chine. L’Inde n’a donc pas perdu de vue sa quête pour renforcer sa position sur la scène mondiale en tant que nation émergente et responsable, en tirant parti de sa puissance douce (culturelle) et de sa puissance économique.

 

Des faiblesses malgré tout

 

Malgré les progrès impressionnants de l’Inde en matière de développement socio-économique de sa population, la croissance économique n’a pas conduit à l’égalité économique de la majorité de sa population, ce qui a entraîné d’énormes disparités de revenus et de richesses. Par exemple, le 1% le plus riche de la population représente près de 52% de la richesse nationale, tandis que les 10% les plus riches de la population détiennent 77% de la richesse totale, en comparaison, les 60% les plus pauvres de la population détiennent 4,8% de la richesse totale, tandis que le nombre de milliardaires est passé de seulement 9 en 2000 à 119 milliardaires en 2018. Cette inégalité économique criante s’ajoute à une société déjà fracturée selon les régions, les castes, les religions et les sexes. Près de 42% de la main-d’œuvre est employée dans le secteur agricole, qui ne représente que 16% du PIB, tandis que l’économie informelle représente près de 90% de l’emploi. La pandémie a eu un impact énorme sur les travailleurs informels et les petites entreprises de l’Inde. Sur les 122 millions d’emplois perdus, 75% l’ont été dans le secteur informel, alors que la richesse des milliardaires indiens a augmenté de 35% pendant la COVID.

 

Un tel scénario conduit le gouvernement à dépenser des sommes considérables dans des programmes d’aide sociale et des subventions pour soutenir des millions de personnes défavorisées et s’attaquer au problème du « fossé entre les classes et les masses ». Cela ravive le discours actuel sur les dépenses en subventions et en programmes de protection sociale par rapport à la nécessité d’investir dans des projets à long terme (dépenses d’investissement) comme les autoroutes, les ports, les chemins de fer, les réseaux électriques, etc. L’Inde doit accélérer la transformation économique en renforçant la compétitivité industrielle, en créant des emplois, en accélérant la croissance des États à faible revenu et des zones rurales, et en s’attaquant simultanément aux difficultés liées au changement environnemental et climatique. Les principaux domaines auxquels il convient d’accorder une attention particulière sont : l’éducation, les soins de santé, les infrastructures et la création d’emplois. Cela permettra à terme d’améliorer ses paramètres de développement humain, où il se classe actuellement au 131e rang sur 189 pays (PNUD, 2019).

 

Alors que l’Inde célèbre les 75 ans de son indépendance en 2022, il y a beaucoup à réfléchir. D’une part, sur ses immenses réalisations socio-économiques, mais d’autre part, l’Inde doit s’attaquer aux différents écarts auxquels la nation est confrontée, notamment l’écart entre les sexes, les castes et les classes, les richesses et les revenus, les disparités communales et régionales, les infrastructures et l’industrialisation, etc. À cette fin, des réformes économiques et du travail soutenues, le développement de sa base manufacturière, l’exploitation de son potentiel d’innovation et de connaissance, la stimulation du commerce en remontant la chaîne de valeur mondiale et la rationalisation de la bureaucratie, etc. sont nécessaires pour faire de l’Inde une destination d’investissement attrayante.

 

Les deux dernières décennies ont vu l’émergence de l’Inde en tant qu’acteur mondial. Sa démographie massive, son essor économique rapide et son importance géographique l’ont rendue indispensable aux conversations mondiales, quelles qu’en soient les conséquences. La prochaine décennie mettra à l’épreuve la capacité de l’Inde à exercer son influence au-delà de son voisinage et de l’Asie, tout en faisant de nouveaux progrès dans l’amélioration de ses indicateurs de développement socio-économique, humain et environnemental. De par sa participation à l’économie mondiale, l’Inde fera partie des quelques pays qui seront au centre du moteur économique mondial. L’Inde est vouée à devenir une civilisation de premier plan et influente (sans utiliser le mot « puissante »), la question n’est pas de savoir si elle le sera, mais plutôt quand elle le sera.

À propos de l’auteur
Mohit Anand

Mohit Anand

Associate Professor EM Lyon : International Business and Strategy
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest