<i class='fa fa-lock' aria-hidden='true'></i> La colonisation en Papouasie-Nouvelle-Guinée

15 février 2022

Temps de lecture : 30 minutes
Photo : Danse traditionnelle papoue. C : CC BY SA 3.0 http://veton.picq.fr
Abonnement Conflits

La colonisation en Papouasie-Nouvelle-Guinée

par

Conquise par les Australiens et les Hollandais, la Papouasie s’est ouverte au commerce mondial et aux cultures européennes. Les conditions de vie des colons et des  indigènes y étaient difficiles, avant de connaitre un premier développement.

Publié par Christopher Hallpike pour History reclaimed. Traduction de Conflits

La Papouasie-Nouvelle-Guinée est la moitié orientale d’une vaste île située au nord de l’Australie, de l’autre côté de la mer de Corail.  La moitié occidentale de l’île était une possession hollandaise depuis le XVIIIe siècle, puis a été saisie par les Indonésiens après avoir obtenu l’indépendance des Pays-Bas en 1949. Ce qui est connu sous le nom de Papouasie était initialement un protectorat britannique dans la moitié sud-est de l’île, établi à l’origine sur l’insistance des Australiens en 1884, qui étaient inquiets parce que l’Allemagne sécurisait sa propre colonie de Nouvelle-Guinée allemande au même moment sur la côte nord-est de l’île. En 1905, l’Australie a repris la responsabilité de la Papouasie et, au début de la guerre mondiale en 1914, elle a également occupé la Nouvelle-Guinée allemande. Après la guerre, celle-ci est devenue un territoire sous mandat de la Société des Nations. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, les administrations de la Papouasie et de la Nouvelle-Guinée ont été combinées, et ce jusqu’à l’indépendance en 1975. Cette moitié orientale de l’île s’étend sur près de 160 000 miles carrés, mais dans les premières années de la colonisation, la population était inférieure à un million et demi d’habitants. Néanmoins, le nombre de langues parlées en Papouasie-Nouvelle-Guinée est de près de 850. Une proportion relativement faible des langues côtières sont des langues austronésiennes apportées au cours des deux ou trois derniers millénaires par les marins, mais la grande majorité des langues sont des langues beaucoup plus anciennes parlées dans l’arrière-pays.

À lire également

Nouveau Numéro : Nucléaire l’atome, futur des armées et de l’énergie ?

Géographie des lieux

La Papouasie-Nouvelle-Guinée est essentiellement une masse de montagnes et de vallées fluviales couvertes d’une dense forêt tropicale humide, à travers laquelle sont dispersées un grand nombre de très petites sociétés tribales parlant des langues mutuellement inintelligibles. Les sociétés traditionnelles étaient très peu organisées, sans chefs héréditaires pour exercer l’autorité politique, ni même de conseils d’anciens pour le rétablissement de la paix et le règlement des différends. Les vieillards étaient plus souvent considérés comme des radoteurs méprisables que comme de sages conseillers que la communauté devait écouter avec respect. Des échanges élaborés et hautement compétitifs de porcs et de danses étaient organisés par les Grands Hommes, chefs de faction dans leurs communautés, qui pouvaient également être des chefs de combat, mais dont l’importance disparaissait avec l’âge.

La technologie était extrêmement primitive, et basée bien sûr sur des outils en pierre. Bien que l’agriculture en Papouasie-Nouvelle-Guinée ait une très longue histoire, commençant avant 5000 avant J.-C. dans les Hautes Terres centrales, pour une raison quelconque, elle est restée au stade de la culture sur brûlis, tandis que l’organisation sociale très faible ne permet pas de former des groupes autonomes de plus de 2-300 personnes, souvent dispersées en petits hameaux. Compte tenu du relief extrêmement montagneux et de la densité de la forêt pluviale, les communications se limitaient aux pistes indigènes et aux sentiers de cochons, surtout dans les forêts de montagne qui séparaient les vallées. Les canoës étaient utilisés sur les quelques rivières navigables comme le Sepik et la Fly, tandis que les lakatoi à voile faisaient du commerce le long de la côte sud.

Démographie

La population en général était également extrêmement violente, et dans les premières années de la colonisation, le niveau de conflit et d’homicide était extraordinaire. La métrique habituelle pour les taux de mort violente est calculée pour 100 000 personnes, et dans les nations occidentales modernes, ce chiffre est normalement à un seul chiffre. (Le chiffre pour le Royaume-Uni en 2018 était de 1,2, alors qu’à l’autre extrême, une ou deux villes du Mexique, l’un des pays les plus violents au monde, dépassent les 100/100 000. Chez les Tauade, cependant, avant 1946, le taux de meurtre était de 534/100 000, et chez leurs voisins les Kunimaipa, il était de 617/100 000. Les chiffres pour les autres peuples de Papouasie-Nouvelle-Guinée étaient comparables :

Hewa 731

Telefomin 740

Manga 460

Auyana 420

Mae Enga 320

Gebusi 200

Boko Dani 140

(Keeley, L.H. 1996. War Before Civilization. The myth of the peaceful savage. Oxford  University Press.)

Il s’agit toutefois de statistiques arides, et les lecteurs modernes (en particulier les anticolonialistes)  ont besoin d’une image plus réaliste de ce qu’était réellement la violence tribale. Nous pouvons commencer par ce récit de la guerre tribale de Sir Hubert Murray, lieutenant-gouverneur de 1909 à 1940 :

« C’est au cours de cette période (1888-1898) que la frontière néerlandaise a finalement été fixée et qu’un sérieux coup de frein a été donné aux envahisseurs Tugeri. Les Tugeri étaient une tribu vivant à quelque 40 milles de l’autre côté de la frontière néerlandaise, qui avait depuis des années l’habitude de faire des raids périodiques en Nouvelle-Guinée britannique (Papouasie), brûlant les villages, dévastant le pays et recueillant les têtes des habitants. Ils avaient également l’habitude, que l’on ne retrouve pas, je crois, en territoire britannique, d’emmener des captifs, surtout des femmes et des enfants, la coutume habituelle en Papouasie étant de massacrer tout ce qui peut être attrapé. Le résultat de ces raids constants était que le pays, sur une distance considérable du côté britannique de la frontière, était rempli de restes de tribus brisées, qui avaient été réduites à un état de désespoir qui les rendait dangereux d’accès même pour ceux qui cherchaient à être leurs amis.  »

Bien que les raids de Tugeri aient été réprimés, leurs conséquences ont perduré pendant de nombreuses années :

« Malheureusement, cependant, l’effet des anciennes hostilités se poursuit encore dans l’état de désolation qui règne à l’extrême ouest de la Papouasie, où des clans autrefois puissants sont dispersés en petites communautés où ils ont été poussés dans leur fuite devant leurs ennemis implacables. De la tribu Toga, sur la rivière Pahoturi, en face de l’île de Saibai, qui avait été brisée par les Tugeri, Sir William (MacGregor, un précédent Lieut. Gouverneur 1888-98) dit : « Il ne serait en effet pas facile de trouver des sauvages plus dangereux et féroces que ces tribus. Ils ont été chassés de leurs foyers et poussés à vivre dans ces morasses intérieures pour sauver leur vie ; et ils en sont venus à considérer chaque homme comme un ennemi mortel » (ibid., 195-6).

Un peu comme les Tugeri, une autre tribu, les Kukukuku, ont attiré l’attention du gouvernement papou à la fin du siècle dernier (dix-neuvième) en raison de leurs attaques contre les habitants de la côte de ce qui est devenu plus tard la Division du Golfe.

Pendant que nous étions à Kerema, des indigènes des villages de l’est nous ont rapporté qu’un groupe d’indigènes d’une tribu de l’intérieur des terres, généralement appelée les Kuku-Kuku  (apparemment d’habitudes nomades) avait attaqué et tué un groupe d’indigènes de Kerema alors qu’ils étaient dans leurs jardins. Ils ont également déclaré que les assaillants avaient coupé les victimes en morceaux, emportant avec eux des parties des corps à des fins gastronomiques ».

Le gouvernement prend tellement au sérieux l’effet des Kukukuku sur la paix de la région côtière qu’il crée une nouvelle division, la Division du Golfe, dont le quartier général est à Kerema, pour s’occuper d’eux.

Cette division a été établie en 1906 avec l’objectif particulier de pacifier les petits semi-nomades truculents auxquels les commerçants Motuan ont donné le nom quelque peu ridicule de Kukukuku, et d’étendre l’influence du gouvernement parmi la nombreuse population du delta du Purari  »

De nouveau, Sir William MacGregor, alors qu’il patrouillait sur la rivière Musa, a appréhendé un certain nombre de canoës revenant d’un raid, et son rapport (Annual Report 1895-96, pp.95, 96) est cité en détail par Sir Hubert Murray :

« Il semblerait que les maraudeurs avaient déjà capturé probablement quelque dix ou douze personnes. Il y avait, sur autant de canoës distincts, quatre cadavres d’adultes non séparés ; sur un autre, il y avait le corps d’une petite fille de sept ou huit ans, encore attaché par les mains et les pieds à la perche sur laquelle son tendre petit corps avait été transporté au camp. » Le village d’Endari, que le groupe du gouvernement avait visité seulement deux jours auparavant, avait été pillé, et les canoës étaient pleins de butin : des pots, des herminettes, des clubs, et une foule d’articles divers avaient été collectés, tout cela gisait dans les canoës, avec ici ou là une main ou un pied humain qui dépassait.

Variété ethnique

« Un examen plus attentif montrait alors que le membre était détaché, qu’il avait été maladroitement et malhabilement arraché du corps par une main inexpérimentée, et qu’il était déjà à moitié cuit, sans doute pour qu’il reste plus longtemps sucré. Sur les plates-formes des canots se trouvaient aussi de petits paquets et paquets de chair humaine confectionnés, habilement enveloppés dans des feuilles et attachés avec de l’écorce. Sur certaines des plates-formes se trouvaient de grands et petits morceaux découverts, certains cuits et prêts pour la table, d’autres apparemment les restes d’un repas interrompu. L’un d’eux était une grande portion du dos d’un enfant à moitié cuit, et correspondant exactement à ce que le cuisinier appelle une  » selle « . Dans les cales de certains canoës se trouvaient des serpentins d’intestins humains, triés comme on plie une ligne de pêche, avec un bâton traversant le serpentin et le soutenant en s’appuyant sur les bords du canoë, de manière à laisser le serpentin tomber dans la cale mais sans que l’extrémité inférieure n’atteigne l’eau de fond de cale du canoë.  »

Sir William MacGregor était médecin, et auparavant médecin en chef des Fidji avant de devenir lieutenant-gouverneur de Papouasie, donc au rythme du professeur William Arens1, nous pouvons considérer qu’il était un témoin expert et qu’il savait de quoi il parlait. Sir Hubert Murray poursuit :

« En 1905, j’ai visité le siège de la mission wesleyenne à Dobu, et j’ai vu deux petites filles appelées Minnie et Marie Corelli, qui avaient été sauvées par la mission du terrible destin d’être enterrées vivantes. Beaucoup d’autres enfants ont été sauvés par cette Mission d’un destin similaire, car c’était la coutume à Dobu, lorsqu’une mère mourait, de la placer sur une chaise, d’attacher son enfant sur ses genoux et de les enterrer ensemble. Il y a une autre petite fille à l’île Yule qui a été sauvée par la Mission catholique romaine de la tribu Kuni, où une pratique similaire prévalait, et il y a, ou il y avait, une fille à Kerema dans le Golfe qui a été sauvée du même sort par un enseignant de la London Missionary Society. Il semble que la pratique devait être très répandue, mais elle disparaîtrait rapidement avec l’expansion de la civilisation, et je ne connais pas de cas qui ait été soumis au tribunal. L’idée semble être que l’enfant doit aller avec sa mère pour la compagnie, ou peut-être pour la protection. De même, on dit qu’à l’île Rossel, il est, ou était, d’usage, à la mort d’un chef, de tuer soit l’une de ses femmes, soit un petit garçon ou une petite fille pour l’accompagner dans l’autre monde et y préparer sa nourriture »

Pour en revenir à mon propre travail de terrain chez les Tauade, voici un récit des événements préliminaires qui ont conduit à une guerre prolongée entre les Laitate et les Sene, que j’ai obtenu d’un informateur et qui donne une idée réelle de ce que pouvait être la vie quotidienne :

Les Laitate plantèrent leurs calebasses et leurs ignames près de la rivière Aibala et les donnèrent aux Séné en échange de noix de pandanus et d’animaux qu’ils chassaient dans la forêt. Au début, ils étaient amis avec le peuple Sene.

Un jour, des garçons séné se trouvaient sur une crête appelée Orotuiki, au-dessus des jardins d’ignames d’un Grand Séné nommé Papaitsi et de sa femme Kari. Les garçons étaient venus à Orotuiki avec leurs parents pour y travailler dans les jardins. Kari est arrivée après eux ; les garçons l’ont vue et ont ri, car du sang coulait le long de ses jambes et les garçons ont pensé qu’elle avait copulé avec quelqu’un. Un vieil homme a dit : « De qui les garçons se moquent-ils ? ». Puis il entendit que c’était Kari, la femme de Papaitsi, et il se mit en colère. Ils étaient assis un peu au-dessus du jardin où elle travaillait. Un petit oiseau appelé tsivutu s’est posé sur l’un des poteaux pour les vignes d’ignames. Il a un cou rouge et les ailes sont blanches. Il était assis au-dessus de la femme pendant qu’elle travaillait. Les garçons ont jeté une pierre sur l’oiseau, qui a manqué l’oiseau et a frappé la femme.  Elle était très en colère et s’est écriée : « Qui m’a frappée ? Je ne suis pas une veuve (c’est-à-dire une femme sans défense), pourquoi m’avez-vous frappée ?  » Son mari Papaitsi est arrivé et elle lui a raconté ce qui s’était passé.

Son mari s’est mis en colère et a maltraité les pères des garçons. Puis ils sont tous retournés à Séné ; le village de Papaitsi était Ovaritava, et les garçons et leurs parents vivaient à Séné. Ils (Papaitsi et les hommes) se disputaient sans cesse, et des coups étaient échangés. Plus tard (probablement le même jour), les hommes du village de Sene, dont Aia, son père Kamo et Laipo, sont venus et ont encerclé le hameau de Papaitsi. Papaitsi et son fils Avauta (qui étaient tous deux des Grands Hommes de la tribu Sene) étaient dans la maison de leurs hommes, et les hommes Sene y ont mis le feu. Au même moment, Kamo a mis sa tête à l’intérieur de la maison pour tuer Papaitsi et Avauta. Il y avait une planche au-dessus de l’entrée, attachée avec de la vigne, mais le feu a brûlé la vigne, et la planche est tombée et a frappé Kamo. Laipu était dehors dans la cour avec les autres hommes quand la planche a frappé Kamo. Kamo a crié à Laipu quand la planche l’a frappé, et Laipu a pensé qu’Avauta et Papaitsi l’avaient tué. Il a donc pris une lance et a tué Papaitsi. Il a pu le faire parce qu’à ce moment-là, les feuilles étaient tombées du côté de la maison des hommes (à cause du feu qui avait brûlé certains des chevrons) et il a pu les voir assis à l’intérieur. D’autres sont entrés et ont également tué Avauta.

Les parents d’Avauta et de Papaitsi vivaient à Maini, Laitate, Ita, Tumi, One, Iveyava, Gane, Karoava, Watagoipa et Gona à Fuyughe. Ils ont beaucoup pleuré en apprenant la mort de Papaitsi et d’Avauta. Les autres Séné ont eu très peur. Où allons-nous aller ? disaient-ils. Les Maini vont nous tuer. Le Laitate nous tuera, l’Un, l’Iveyava et le Sopu nous tueront aussi, ainsi que l’Ita, le Tumi et le Gona, pensèrent-ils. Les Séné se rendirent donc tous à Karoava, avec leur Grand Homme Kamo, dans le village de Karoav d’un Grand Homme Anamara, à Topom.

Il était en colère à cause de la mort d’Avauta et de Papaitsi. Mais alors que son intérieur était en colère, il n’exprimait pas sa colère, et ses lèvres ne prononçaient que des paroles aimables (et il accueillit le peuple séné). Plus tard, à la tombée de la nuit, il coupa l’elaivi et l’envoya aux Iveyava en disant : « Vous viendrez dans mon village, vous l’encerclerez et vous tuerez les Séné pour vous venger de la mort de Papaitsi et d’Avauta ». Les Iveyava ont accepté et ont apporté toutes leurs armes (vraisemblablement le lendemain matin). Avant l’arrivée des Iveyava, Anamara a dit à certains des hommes Séné qu’ils allaient monter sur l’éperon et chercher du bois de chauffage, mais qu’ils devaient d’abord améliorer le chemin car il était glissant, et que les mauvaises parties devaient être creusées.

Il pensait éloigner les hommes du village et le laisser sans défense contre l’Iveyava car il ne resterait que les femmes et les enfants. Ils ont donc tracé un bon chemin, puis sont montés chercher le bois et sont revenus avec. (Les hommes de Séné entendirent les cris de leurs femmes et de leurs enfants pendant que les Iveyava les massacraient, et ils se mirent en colère. Tous les hommes de Séné qui avaient été laissés derrière avaient été tués, sauf Kamo, car c’était un grand homme. Ils l’avaient transpercé d’un coup de lance dans le flanc et il s’était rétabli… Anamara et les autres hommes de Sène sont revenus au village, où ils ont trouvé leurs femmes et leurs enfants morts. Quand ils ont vu cela, ils étaient très en colère et ont chassé les hommes Iveyava. Un homme appelé Topo de Séné a tué quatre des Iveyava, les autres se sont enfuis dans leur pays. Dans le village d’Anamara, ils ont mis les corps sur des plates-formes. Les habitants de Loleava ont entendu l’histoire et ont invité Kamo et les Séné survivants à venir vivre avec eux. Les Séné se sont donc rendus sur place et ont vécu avec les Loleava (où ils sont restés peut-être deux ou trois ans).

À lire également

Peuls et groupes armés terroristes en Afrique de l’Ouest

Meurtres et massacres

Une série presque interminable de meurtres et de massacres s’ensuivit, et Murray donne une image saisissante d’un raid nocturne sur un village. Non loin de Port Moresby, il y avait deux villages Ekiri, à quelques kilomètres l’un de l’autre, et une nuit, il y a environ cinq ans, l’un d’eux fut attaqué et brûlé, et presque tous les habitants assassinés. Deux témoins ont échappé au massacre : un jeune qui avait entendu les pas des assaillants alors qu’il était éveillé et qui s’était sagement réfugié dans la brousse, et une femme. Cette dernière dormait dans sa maison, avec son mari et son bébé à ses côtés, lorsqu’elle a été réveillée par une lumière intense, et a trouvé le village en flammes et sa maison remplie d’hommes armés. Son mari a été tué sur place, le bébé a été projeté à travers le plancher par un coup de massue, et elle a traversé le mur de la maison en recevant une blessure dans le dos par un tomahawk. Dehors, la scène était aussi claire que le jour, et elle a vu le groupe de guerrier tuer tout ce qu’il pouvait trouver. Bien sûr, elle s’est enfuie dans la brousse aussi vite que ses jambes pouvaient la porter.

On peut se faire une idée des horreurs d’un raid papou en lisant la description suivante faite par M. Hennelly, Magistrat de la Division Nord, du village de Munuaga dans la Chaîne des Hydrographes, qui avait été attaqué peu de temps avant sa visite :

« C’était un grand village contenant quarante-quatre maisons construites sur les deux côtés d’une longue rue. Un certain nombre de ces maisons ont été brûlées, mais dans six d’entre elles, les morts étaient étendus. J’ai compté dix-sept corps, hommes, femmes et enfants, et dans la brousse environnante, il devait y en avoir deux fois plus. Ceux que nous avons vus présentaient un spectacle horrible, et étaient à un stade de décomposition très avancé. . . Des myriades de mouches tournaient autour des corps, et leur présence rendait mon devoir d’inspection loin d’être agréable. J’avais l’intention d’incinérer les corps, mais lorsque j’ai donné l’ordre de le faire, les parents sont devenus frénétiques de chagrin, alors j’ai cédé et je les ai laissés tels quels.

La Papouasie est presque deux fois plus grande que l’Angleterre (90 000 miles carrés contre 50 000), et son terrain boisé et montagneux signifie que même se rendre d’un endroit à un autre pour faire respecter la loi et l’ordre était un défi bien plus redoutable que celui auquel étaient confrontés les Romains en Grande-Bretagne, par exemple. L’assistant Resident Magistrate Humphries raconte comment il a essayé de mener une patrouille de six policiers et dix-huit porteurs depuis les champs aurifères de Nepa jusqu’au quartier général de la division à Kerema, une distance d’environ 50 miles à vol d’oiseau, mais beaucoup plus grande sur le terrain :

Le lendemain, nous sommes entrés dans une grande forêt de bambous, où la coupe est devenue plus fastidieuse que jamais, les couteaux scintillant sur les branches lisses et brillantes. Nous n’avons pas trouvé d’eau, aussi avons-nous continué sans faire de pause à midi. Il faisait terriblement chaud et j’avais hâte de camper, ne serait-ce qu’à cause des coupeurs de pistes, mais nous devions d’abord trouver de l’eau. Deux policiers, délestés par leurs camarades de tout sauf de leurs fusils, étaient avec moi en tête et se frayaient un chemin à travers la masse épineuse et enchevêtrée avec leurs couteaux à récurer. Derrière nous venaient les porteurs, et à l’arrière le reste de la police. Dans les endroits où la forêt était la plus dense, les coupeurs de pistes étaient changés toutes les heures, ce qui était nécessaire en raison de la tension et du choc du lourd couteau sur les poignets.

Ils étaient constamment tourmentés par des nuages de moustiques :

Pour un pays aussi sec, les moustiques étaient étonnants, et je me souviens que je n’arrivais pas à les expliquer. Ils s’installaient sur nous en nuages, même en plein soleil, mais j’ai remarqué qu’ils ne suscitaient que peu ou pas de récriminations de la part des hommes malades (de la grippe). Les parasites ne nous quittaient pas un instant, et lorsque, le soir, nous avons titubé sur une rivière boueuse mais au débit rapide, ils semblaient être renforcés par des millions d’autres. Mais nous avions trouvé de l’eau, et bien qu’elle fût boueuse, elle était douce et saine comparée à celle que nous avions laissée derrière nous » (44).

Mais le groupe est maintenant confronté à des marécages :

Les marécages étaient manifestement vastes, j’ai donc envoyé un homme en haut d’un arbre et, sur son rapport, nous avons filé vers le sud, contournant de près le mur de feuilles de sagoutier qui nous barrait la route. Par deux fois, nous avons essayé d’y pénétrer, mais la boue et la vase dans lesquelles elles poussaient étaient trop profondes, et à chaque fois, nous avons battu en retraite devant l’abomination, beaucoup plus mal en point à cause des épines et de la boue. Plus tard, ayant reçu un bon rapport du nord, je me suis tourné dans cette direction et j’ai voyagé presque jusqu’à la tombée de la nuit, mais les marécages étaient toujours devant nous, nous barrant la route vers notre but. Il n’était pas étonnant que les hommes commencent à perdre courage, car certains d’entre eux avaient une température de plus de 100 degrés, et ils avaient marché toute la journée dans ce pays désolé, avec un sac de 50 livres (45).

Ils ont finalement dû faire demi-tour et n’ont jamais atteint Kerema. La traversée des rivières présente également des difficultés. À certains endroits, les indigènes avaient construit des ponts suspendus à partir de lianes de la jungle, mais à d’autres occasions, les patrouilleurs ont dû improviser, comme lorsqu’ils ont essayé de traverser la rivière Waria :

J’ai finalement été contraint de remonter la rivière à la recherche d’un passage plus étroit. À environ un mille de là, nous avons trouvé un endroit prometteur, un endroit où les berges ont environ trente pieds de haut. Confinée par ces falaises miniatures, la rivière offrait un spectacle effrayant de vagues à crête et de tourbillons ; mais cela ne nous dérangeait pas, car il y avait à proximité plusieurs beaux pins, tous assez longs pour enjamber la gorge. L’arbre choisi à cet effet mesurait environ huit pieds à la base, et trois policiers ont pu commencer à l’abattre en même temps. Pas un instant n’a été perdu : lorsqu’un homme se fatiguait, un autre prenait sa place, jusqu’à ce que toutes les mains aient eu leur part du travail. Nous avons poussé un grand cri de joie quand nous l’avons vu se balancer, mais imaginez notre chagrin quand, s’écrasant avec une force terrible, il s’est brisé en deux ! La moitié supérieure fut emportée par le courant comme du bois d’allumette, mais l’autre moitié resta dans le lit de la rivière, donnant un passage jusqu’à quarante pieds de l’autre rive (152).

Difficultés des lieux

Ils ont fait un autre genre de pont branlant avec des poteaux de bambou attachés ensemble :

Nous avions certes construit un pont, mais la moitié de celui-ci était une structure périlleuse, c’est certain. Lorsque mon tour est venu de traverser, j’ai enlevé mes bottes et mes vêtements, et j’ai bien peur d’avoir fait une bien triste figure sur cette pente de bambou. Comme le lecteur peut le supposer, j’étais reconnaissant lorsque je suis revenu sur la terre ferme (152).

Je pense que le lecteur aura maintenant une idée générale de ce à quoi les officiers coloniaux ont été confrontés dans leurs efforts pour apporter la loi, l’ordre et la civilisation en général en Papouasie. Le code pénal du Queensland était utilisé comme base de la loi, avec des adaptations locales, et une structure administrative était également l’une des exigences de base du gouvernement qui a mis de nombreuses années à s’étendre à l’ensemble de la Papouasie. À sa tête se trouvait le lieutenant-gouverneur, sous lequel se trouvaient les commissaires de district, chacun responsable d’un des sept districts de Papouasie, et sous eux les commissaires de district adjoints, chacun responsable d’un des sous-districts. Ainsi, les Tauade, avec leurs voisins les Kunimaipa et les Fuyughe, constituaient le sous-district de Goilala, qui faisait partie du district central. Les ADC étaient chacun assistés par un certain nombre d’agents de patrouille, eux-mêmes soutenus par un corps de police armé recruté parmi les tribus côtières, le Papuan Armed Constabulary. Les patrouilleurs étaient censés régler les litiges, arrêter les meurtriers, et surtout recenser chaque année aussi précisément que possible chaque groupe local.

Au cours des premières années du régime colonial, la réponse fréquente du gouvernement aux raids et aux massacres tribaux consistait à envoyer une expédition punitive pour infliger un châtiment au village jugé responsable, mais MacGregor s’y opposait fermement.

Expéditions de MacGregor

Les expéditions de MacGregor sont essentiellement administratives et pacifiques, et il prend de grands risques personnels pour inspirer la confiance des indigènes envers le gouvernement. MacGregor évite expressément l’utilisation de la force lors d’une expédition, sauf en cas de légitime défense, comme le montrent ses remarques à Cameron :  » Au lieu d’organiser des partis hostiles, M. Cameron devrait visiter le pays des différentes tribus et laisser pour elles ou leur donner des présents ; les influencer pour qu’elles visitent les tribus de la station et de la côte. Cela demandera du tact et de la patience, mais c’est la seule politique qui rencontrera mon approbation. Le recours à la force n’est justifiable qu’en cas de légitime défense.

Murray était également fortement opposé aux expéditions punitives, qu’il décrivait comme une « injustice rapide ». Il était également l’officier judiciaire en chef de la colonie, et sa politique consistait à ce que les officiers de patrouille arrêtent les personnes considérées comme responsables des meurtres et les ramènent à Port Moresby pour qu’elles soient jugées et condamnées à quelques années d’emprisonnement, qui devaient être une expérience éducative autant qu’une punition.

Sir William MacGregor avait introduit l’institution très pratique de l’agent de police de village, qui avait pour uniforme un rami ou une ceinture rouge et une ceinture, ainsi qu’un maillot bleu et un laplap ou une sorte de kilt, ainsi qu’une paire de menottes.

Les vêtements sont recherchés avec empressement, mais ne sont pas distribués au hasard. Pour avoir l’honneur de porter l’uniforme, car pour eux c’est un honneur, les chefs sont informés qu’ils doivent faire un effort pour enterrer la hache de guerre en ce qui concerne les inimitiés inter-tribales. Dans la plupart des cas, l’homme recommandé pour la nomination est choisi par le peuple lui-même et est habituellement un chef, mais rarement le chef principal de la tribu.

Le capitaine C.A.W.Monckton, un magistrat résident très expérimenté, a expliqué les avantages du système des gendarmes de village :

Prenons un exemple : supposons qu’un meurtre, ou tout autre crime grave, ait eu lieu dans un village d’indigènes sans agent de police ni chef de gouvernement, et que j’en aie entendu parler ; alors, l’arrestation serait effectuée par des agents de police (des hommes étrangement armés)  et toute la communauté serait alarmée ; les femmes, les enfants et les témoins s’enfuiraient tous dans la brousse, et considéreraient toute l’affaire comme un raid hostile d’un ennemi étranger. Prenez le même village et le même délit avec un agent de police ou un chef de gouvernement fermement établi ; alors, lorsque le délit est signalé, il n’y a qu’un « vieux Untel » que les villageois connaissent bien, qui enfile son uniforme et, accompagné des anciens du village, saisit le délinquant et le traîne devant le tribunal ; et ce, sans perturber le moins du monde la vie du village ou alarmer les personnes non concernées…. . Dans les villages faibles, le constable donnait aux villageois un sentiment de protection, car il leur rappelait constamment qu’il existait une force capable de les protéger de leurs ennemis, avec lesquels il était intimement lié ; tandis que dans les villages forts et turbulents, sa présence était un rappel constant d’un gouvernement qui surveillait, et donc un moyen de dissuasion contre le crime.

Le kiap ou agent du gouvernement, tel que Monckton, était également un élément essentiel du gouvernement :

Le kiap, par exemple, est administrateur de district, policier breveté, magistrat, geôlier ; s’il se trouve dans une région éloignée, il peut aussi être ingénieur, géomètre, médecin, dentiste, avocat et conseiller agricole. Le système du kiap est né de la nécessité et des exigences liées aux mauvaises communications dans un pays impossible : l’homme sur place devait avoir le pouvoir de prendre la décision.

Bien que le kiap ait disposé d’un corps de police armé pour le soutenir, la police aurait été tout à fait insuffisante pour remplir les nombreux rôles différents et exigeants qu’il était appelé à jouer, notamment en tant que magistrat et administrateur général.

Dans certaines zones, comme la région de Fore, l’arrivée des patrouilles gouvernementales a donné des résultats rapides :

L’effet immédiat le plus évident de l’arrivée des patrouilles australiennes dans la région du Fore fut la pacification. Les combats ont cessé presque spontanément dans toute la région. La plupart des groupes de Fore n’ont pas attendu que la nouvelle administration leur dise de cesser le combat, mais ont arrêté d’eux-mêmes presque comme s’ils n’avaient attendu qu’une excuse pour abandonner… Les Fore se disaient entre eux que le kiap (officier du gouvernement) arrivait, et qu’il était temps d’arrêter le combat. Ils considéraient son arrivée comme le début d’une nouvelle ère plutôt que comme une invasion. Les différends qui ne pouvaient pas être réglés par les Fore eux-mêmes étaient volontiers remis entre les mains des patrouilleurs pour qu’ils les arbitrent, et une éthique anti-combat s’est rapidement répandue dans toute la région.

Guerres internes

De nombreux autres Papous, tels que les Tauade et d’autres groupes du sous-district de Goilala, ont réagi de manière beaucoup plus belliqueuse. Les premières patrouilles dans la région des Tauade datent de 1911, et les premières réactions de la population ont été plutôt timides et évasives : tant que les patrouilleurs et les autres Européens, tels que les missionnaires ou les explorateurs, ne faisaient que passer dans le pays, les Tauade semblent n’avoir manifesté aucune animosité, mais une fois que le gouvernement s’est impliqué dans la répression des raids et des meurtres, les relations ont radicalement changé. Divisés entre eux, les Tauades ont d’abord accueilli le gouvernement comme un allié potentiel dans leur guerre perpétuelle, mais comme la guerre est endémique, toute administration qui tente de pacifier une telle région est inévitablement entraînée dans des conflits tribaux, car les groupes avec lesquels les patrouilleurs entrent d’abord en contact se plaignent d’avoir des hommes tués par d’autres tribus, contre lesquelles le gouvernement est alors obligé de prendre des mesures hostiles. En effet, au grand désarroi de la population, le même agent de patrouille qui, une année, les avait « aidés » contre leurs ennemis détestés de l’autre côté de la rivière, se retournait, lors de sa visite suivante, contre ses anciens amis et arrêtait leurs chefs, simplement parce qu’ils avaient poursuivi le bon travail et tué quelques autres de leurs ennemis en son absence.

Ainsi, alors que la politique de Murray visait une « pénétration pacifique », il fallut de nombreuses années de confrontations parfois violentes entre les patrouilles et les Tauade avant que la paix ne soit finalement établie dans la région. Dans le cadre du processus de pacification, les patrouilleurs ont commencé dès le début à effectuer des recensements annuels et, comme indiqué, des gendarmes de village ont été installés et ont supervisé la construction de maisons de repos où les patrouilles pouvaient camper. Les habitants ont également été employés à la construction de pistes nivelées, d’abord supervisées par les patrouilleurs, mais le travail a été confié aux missionnaires lorsqu’ils se sont établis dans la région. La vallée d’Aibala, où vivent les Tauade, a finalement été encerclée par une piste nivelée pour chevaux et motos, construite sous la supervision des missionnaires catholiques de Kerau, qui ont également supervisé la construction d’une piste d’atterrissage en 1967. Dans le terrain forestier et montagneux de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, où la construction de routes est souvent si difficile, le transport aérien a été un facteur essentiel dans l’unification sociale et politique de la nouvelle nation, et dans la familiarisation des jeunes hommes en particulier avec la vie et le travail dans les centres urbains du pays. La Mission a également géré une école et une clinique, et il est maintenant temps de considérer le travail vital des missionnaires dans l’avancement de la Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Rôle des missions

Dans les années 1870, la London Missionary Society et la Mission du Sacré-Cœur d’Issoudun se sont établies parmi les sociétés relativement pacifiques de la côte sud, et ont ensuite joué un rôle très important dans la civilisation de la Papouasie. Il y a bien sûr des penseurs avancés qui s’opposent par principe à l’enseignement de la religion, mais il est tout à fait fantaisiste de supposer que les Papous auraient pu être transformés en humanistes athées modernes dans le style de Richard Dawkins ou Bertrand Russell. Le choix était soit de ne pas toucher à leur religion traditionnelle, soit de leur donner une forme de christianisme, qui avait aussi la fonction très importante de pouvoir transcender les identités et les animosités tribales locales. À ce stade, il convient de dire ce qu’était la religion traditionnelle, en prenant celle des Tauades comme assez typique.

Il n’y avait généralement aucune idée d’une quelconque divinité, et encore moins d’une divinité qui serait une sorte d’exécuteur de la moralité. Ce qui se rapproche le plus des êtres divins, c’est une variété d’esprits pour la plupart maléfiques, et les héros culturels surnaturels et surhumains qui étaient censés avoir parcouru la terre et sculpté les montagnes avant que leurs propres ancêtres n’apparaissent sur la scène à partir d’un arbre. Ces « Agoteve » étaient blancs, avaient de très longs cheveux et parfois des défenses, pouvaient voler dans les airs comme des oiseaux ou creuser dans le sol, avaient des pénis « comme des chevaux » ou des « fûts de quarante gallons », pouvaient se reconstituer s’ils étaient démembrés et avaient des tendances homicides marquées. Ils parcouraient le pays en violant et en pillant, en enduisant les gens d’excréments ou en leur enfonçant des morceaux de bois dans l’anus ou la gorge.

Kioitame était en quelque sorte le Zeus des Agoteve, avec Ovelove comme épouse. Ils avaient deux fils, Alili Kato l’aîné, et Alili Kori le cadet. Un jour, Kori revint avec de la nourriture du jardin et en donna à sa mère Ovelove, mais pas à son frère, qui était dans sa maison, la porte fermée. Ovelove dit alors à Kori d’aller lui en donner aussi. Il le fit, mais lorsqu’il entra dans la maison, Kato bondit et le mordit, car il était furieux que Kori ne lui ait pas apporté la nourriture tout de suite, mais qu’il ait fallu que leur mère le lui dise. Kato a ensuite mangé son frère et a mis ses os dans un coin. Leur mère est partie à la recherche de Kori, et a fini par sentir son sang sous les ongles de Kato, et lui a fait avouer ce qu’il avait fait. Kori était son fils préféré, alors elle se vengea en faisant chauffer un gros rocher dans un feu pendant que Kato était à la chasse, et en le mettant dans un trou dans le sol avec du bois dessus pour le dissimuler. Lorsqu’il rentra à la maison et s’assit sur le bois, elle le repoussa d’un coup de pied, si bien qu’il tomba dans le trou et fut rôti à mort. Ovelove a alors ramené Kori à la vie par magie, mais il était très contrarié d’apprendre qu’elle avait tué son frère, et a déclaré qu’il avait mérité d’être mangé. Kato, quant à lui, était le fils préféré de Kioitame, qui, lorsqu’il est rentré à la maison et a découvert que Kato avait été tué par Ovelove, l’a ramené à la vie par magie, et ils ont tous vécu heureux.

Alili Kato et Alili Kori étaient essentiellement une paire de délinquants juvéniles. Par exemple, ils sont arrivés un jour à Kiolivi alors que les gens étaient partis danser, et les frères ont jeté les maisons, les cochons et toutes les richesses (des choses comme des dents de chiens et des coquillages) dans la rivière. Puis ils ont rassemblé toute la terre des jardins en un tas, et Kori a déféqué dessus, et Kato a mis le tout dans un arbre et l’a attaché là. Les frères ont ensuite appelé les Kiolivi pour qu’ils rentrent chez eux. Quand ils ont vu la terre dans l’arbre, ils ont dit : « Qu’est-ce que c’est là-haut ? ». « C’est votre porc », répondirent Kato et Kori en mentant. Les gens leur dirent : « Descendez la viande pour que nous la mangions. Vous avez jeté nos maisons, nos jardins, nos cochons et nos richesses dans la rivière, alors en retour donnez-nous la viande. » Ils sont tous restés là, sous l’arbre, la bouche ouverte. Puis Kato et Kori abattirent la terre avec les excréments partout sur les gens, et il y en avait dans leurs cheveux et partout sur eux. Puis ils sont allés à Elava et ont commencé à violer tous les enfants, mais c’est une autre histoire. Même les non-croyants pourraient admettre que Jésus et les saints sont améliorés en tant que modèles sur les héros culturels homicides et les mauvais esprits des croyances traditionnelles du peuple.

Mais dans les conditions d’austérité financière dans lesquelles la colonie opérait, les missions ont également apporté une contribution essentielle à son développement purement séculier : ce sont elles qui ont fourni les premières écoles, les cliniques et les services médicaux, et qui ont également réalisé une grande partie de la construction de routes et, plus tard, de pistes d’atterrissage dans les montagnes, éléments essentiels du réseau de communications qui était une nécessité fondamentale pour le développement de toute vie nationale cohérente. Car c’était là l’essence même de l’entreprise coloniale : la transformation d’une masse totalement chaotique de petites tribus parlant toutes des langues différentes en un État moderne où tous les habitants pouvaient coopérer en tant que nation unique.

Unification linguistique

Une nation a besoin d’une langue, sans laquelle la pacification n’est qu’un premier pas. Au départ, une version simplifiée de la langue Motu, parlée autour de Port Moresby et connue sous le nom de « Police Motu » a été essayée, mais elle a été remplacée par le pidgin anglais, ou Tok Pisin, qui a été développé par les gens eux-mêmes dans les ports et les plantations où les hommes de différentes tribus devaient communiquer entre eux. (Le pidgin ou pisin n’a rien à voir avec les pigeons, mais est une contraction de « business »). Le vocabulaire est fondamentalement anglais, avec une grammaire mélanésienne, et est devenu une base essentielle pour la communication à travers la Papouasie-Nouvelle-Guinée, mais l’objectif du gouvernement est de faire en sorte que la population apprenne l’anglais, ce qui lui ouvre le monde entier.

L’alphabétisation était également essentielle pour profiter de cette opportunité, et la création d’écoles primaires et secondaires en plus de celles du gouvernement a été l’une des contributions les plus importantes des missions. Cela a fourni la base pour l’emploi de Papous et de Néo-Guinéens dans l’administration, et au moment de l’indépendance en 1975, il y avait plus de 13 000 personnes dans le service public. En 1965, l’Université de Papouasie-Nouvelle-Guinée a été créée et s’est développée depuis pour enseigner plus ou moins tous les sujets typiques de l’enseignement supérieur, et est capable de fournir le personnel de l’administration du pays, de ses représentants élus et des départements techniques du gouvernement.

Rôle des entreprises commerciales

Les entreprises commerciales, principalement dirigées par des Australiens, ont également exercé une influence civilisatrice très importante :

Il existe un autre aspect du contact des Européens avec les indigènes qui a un effet direct et important sur le mode de vie des indigènes, à savoir l’emploi d’un grand nombre d’hommes indigènes par l’Administration et les employeurs privés. Le détachement d’un grand nombre de jeunes hommes de leur communauté pour s’engager dans une période d’emploi régulier est probablement le facteur unique le plus important dans le Territoire qui contribue à l' »européanisation » des indigènes. Bien qu’une minorité d’entre eux, ayant quitté le village pour travailler contre rémunération, restent loin de chez eux, la grande majorité d’entre eux, en temps voulu, retournent dans leur propre communauté et, au fil des années, introduisent de nouvelles idées, méthodes et normes.

Ils s’habituent à travailler à des heures régulières et à chronométrer, sous la discipline d’un contremaître ou d’un surveillant, à manipuler de l’argent et à faire connaissance, même si c’est pour la première fois, avec l’écriture, et, en particulier, à travailler avec des personnes d’autres groupes tribaux, ce qui constitue l’une des modifications les plus profondes de la vie traditionnelle.

La monnaie australienne était nécessaire aux premiers officiers coloniaux, aux missionnaires, aux chercheurs d’or et aux propriétaires de plantations, et l’utilisation de pièces de faible valeur s’est progressivement répandue dans la population autochtone, en particulier les autochtones vivant dans les villes et ceux qui travaillaient pour des employeurs blancs. Dans les années 1930, des pièces de shillings, six pennies et trois pennies en argent avec des trous au milieu pour pouvoir les enfiler en collier ont été frappées pour la Nouvelle-Guinée. Plusieurs banques australiennes ont établi leurs premières succursales et, lors de l’indépendance en 1975, le kina a remplacé le dollar australien comme monnaie nationale soutenue par la Banque centrale de Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Pour donner une image de la Papouasie-Nouvelle-Guinée peu avant l’indépendance, je vais citer quelques passages du Handbook of Papua and New Guinea décrivant les installations dans les Western Highlands. Il s’agit d’une région montagneuse située au centre de la Papouasie-Nouvelle-Guinée dont la population importante (plus de 300 000 habitants) n’a été découverte qu’au début des années 1930, mais qui a connu depuis un développement économique rapide.

La plus grande partie des besoins du district et des marchandises qu’il exporte est maintenant transportée par la route via l’axe Mt. Hagen-Lae. (Le nombre moyen de camions de fret entrant et sortant de Mt. Hagen était de 47 par jour au milieu de l’année 1969. . . Il y avait, en 1969, un total de 713 milles de routes de toutes sortes dans le district, dont 154 milles ne convenaient qu’aux véhicules à quatre roues motrices.

Mt. Hagen, le quartier général du district et d’autres centres tels que Wapenamanda, Nondugl, Wabag, Minj, Banz, Baiyer River et de plus petits postes de patrouille sont bien desservis par des avions Fokker Friendship, DC3 et plus petits. Mt. Hagen a une liaison aérienne directe avec Port Moresby et des vols fréquents par Ansett et des avions charters vers Lae et d’autres centres. . .

Le district compte 49 plantations européennes de café établies et de grandes plantations indigènes. La production indigène représentait 50 pour cent des 7 000 tonnes du district en 1968. Dix scieries étaient en activité dans le district en 1969. Une douzaine de pépinières pour l’élevage et la distribution de semis d’arbres ont été établies, certaines par les conseils gouvernementaux locaux. Une usine de traitement du bois de sciage local doit être construite à Kagamuga.

En 1969, neuf plantations de thé européennes avaient été créées et comptaient chacune 8 500 acres de thé. Dans le même temps, environ 500 indigènes s’étaient installés sur de petites parcelles pour cultiver du thé, et ils avaient planté 500 acres de thé.

L’administration maintient des hôpitaux à Mt. Hagen, Wabag, Laiagam, Kompiam, Minj, Kandep, Lake Kopiago, Kol et Tabibuga. Il existe en outre 138 postes de secours. Les différentes missions disposent d’hôpitaux à Baiyer River, Kudjip, Mambisanda, Sopas et Kotna, et gèrent également 47 postes de secours … . L’administration gère 33 écoles primaires, 1 école secondaire et 2 écoles professionnelles. Les différentes missions gèrent 91 écoles primaires, 3 écoles secondaires et 4 écoles professionnelles. La mission catholique possède une école normale. La mission luthérienne possède deux écoles de formation agricole et la mission baptiste de Kompiam organise des cours d’éducation pour adultes.

La Papouasie-Nouvelle-Guinée est également membre de nombreux organismes internationaux, dont le Commonwealth, l’Organisation mondiale du commerce, les Nations unies, la Communauté économique Asie-Pacifique et le Forum de l’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique.

De grandes parties de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, notamment les Highlands, n’ont connu que quarante ans ou moins de régime colonial, et l’on peut admettre que l’Australie a accompli un travail remarquable en termes d’imposition de la loi et de l’ordre, d’éducation, d’installations médicales et de développement économique dans un laps de temps très court. Le développement politique, cependant, et la familiarisation avec les institutions de l’État avaient un long chemin à parcourir. De nombreuses régions commençaient tout juste à s’habituer aux conseils élus locaux et devaient soudainement élire les membres de la nouvelle Assemblée nationale au niveau de la région et du district par représentation proportionnelle, et n’avaient donc pas eu l’occasion d’apprendre quoi que ce soit sur le gouvernement démocratique moderne. Le passage de l’ère des gendarmes de village et de la règle des kiaps aux conseils de niveau local, aux assemblées provinciales et à un parlement national a été extrêmement exigeant et, de l’avis de nombreuses personnes connaissant bien le pays, l’indépendance était considérablement prématurée. Mais les Nations Unies, en particulier l’Union soviétique, et les États-Unis, avec leur habituelle rhétorique anti-impériale, ont néanmoins fait pression en faveur de l’indépendance. Il n’est donc pas surprenant que le pays ait depuis lors connu des difficultés, avec quelques crises constitutionnelles importantes, comme l’instabilité du système de partis, le conflit entre le Parlement et la Cour suprême, et les efforts continus de l’île de Bougainville pour faire sécession. « De l’indépendance à 2002, aucun premier ministre n’a été en mesure d’achever un mandat complet de cinq ans, tandis qu’entre 2002 et 2019, aucun premier ministre n’a été en mesure d’achever un second mandat ».

Selon l’indice de vivabilité de l’Economist Intelligence Unit, la Papouasie-Nouvelle-Guinée se classe 136e sur 140 pays en 2017, ce qui indique que de nombreux aspects de la vie dans le pays sont relativement peu sûrs. The Economist a classé Port Moresby comme la pire ville du monde, à la 130e place, avec un taux de meurtre 23 fois supérieur à celui de Londres et des taux tout aussi élevés de violence des gangs, de vols et de viols, tandis que dans l’ensemble du pays, les forces de police sont non seulement profondément corrompues mais ont des effectifs bien inférieurs à ceux dont le pays a besoin : « Alors que le rapport entre la police et la population au moment de l’indépendance était de 1/380, il est aujourd’hui d’environ 1/1404, ce qui est bien inférieur au rapport recommandé par les Nations Unies de 1/450 » . (Seuls quatre pays au monde ont moins de policiers par habitant que la Papouasie-Nouvelle-Guinée).  Les effets de cette baisse drastique du nombre de policiers, en particulier dans les zones rurales, ont bien sûr été aggravés par l’abolition du kiap, et la race moderne de politiciens locaux n’a aucun appétit pour les patrouilles éreintantes dans les zones reculées pour régler les différends locaux. On me dit que dans la région de Tauade, par exemple, la mission de Kerau a été abandonnée et que sa piste d’atterrissage a été envahie par la végétation, que la route reliant Kerau au centre local de Tapini s’est effondrée, que diverses tentatives de culture de légumes pour le marché ont échoué, et qu’il y a eu une reprise des guerres communautaires, avec des « meurtres irréfléchis et sans pitié ».

Développement économique

Il peut également y avoir des divergences extraordinaires entre le nombre de crimes officiellement rapportés par la police et ceux rapportés par les enquêtes auprès des victimes. Ainsi, à Lae, la police a signalé 746 crimes contre la propriété en 2005, alors qu’une enquête auprès des victimes en a enregistré 40 119, et alors que la police a enregistré 851 crimes de violence, l’enquête auprès des victimes en a signalé 28 730.

Une étude de la Banque mondiale a révélé qu’en général, la criminalité en PNG est caractérisée par des niveaux élevés de violence. Une enquête sur les jeunes et la criminalité indique que les crimes à Port Moresby impliquent un niveau élevé de violence (38%) par rapport à d’autres villes du monde, où un maximum de 25-30% des crimes impliquent la violence (UNHABITAT 2004). La même étude a révélé que les jeunes auteurs de crimes rapportaient souvent l’utilisation de la violence dans la conduite de crimes contre la propriété. Les études de victimisation urbaine illustrent également que la violence était couramment utilisée dans les crimes contre les biens.

Les violences sexuelles sont particulièrement fréquentes. Selon Wikipedia, « la Papouasie-Nouvelle-Guinée est souvent classée comme étant probablement le pire endroit au monde pour la violence contre les femmes ». Selon l’UNICEF, près de la moitié des victimes de viol déclarées ont moins de 15 ans, et 13 % ont moins de 7 ans.  Un rapport de Child Fund Australia, citant l’ancienne parlementaire Dame Carol Kidu, affirme que 50 % des personnes cherchant une aide médicale après un viol ont moins de 16 ans, 25 % ont moins de 12 ans et 10 % ont moins de 8 ans.

Au moment de l’indépendance, un anticolonialiste m’a dit que « le bon gouvernement n’est pas un substitut à l’autonomie », mais c’est un point de vue qui a plus de chances de plaire aux forts qu’aux faibles qui deviennent leurs victimes.

À lire également

L’Afrique, un continent toujours en guerre ?

Références

Allan, J. 1969. « The day of the kiap is over », Canberra Times, 26th novembre.

Bishan, N., & Gorea, E. 2021. « Is PNG a fragile state ? », Development Policy Centre, Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Hallpike, C.R. 1977. Hécatombe et vengeance dans les montagnes de Papouasie. The generation of conflict in Tauade society. Oxford : Clarendon Press.

Hallpike, C.R. 1978. Introduction à Beatrice Blackwood The Kukukuku of the Upper Watut, Oxford : Pitt Rivers Museum.

Hallpike, C.R. 2018. Ship of Fools. Une anthologie de bêtises savantes sur la société primitive. Castalia House.

Humphries, W.R. 1923. Patrouilles en Papouasie. New York : Henry Holt & Co.

Keeley, L.H. 1996. War Before Civilization. Le mythe du sauvage pacifique. Oxford University Press.

Lakhani, S., et Willman, A.M. 2014. Tendances de la criminalité et de la violence en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Banque mondiale

McArthur, M. 1961. Les Kunimaipa. La structure sociale d’un peuple papou. Thèse de doctorat non publiée, Australian National University.

Middleton, S.G. 1936. Rapport annuel du camp de police de Goilala.

Monckton, C.A.W. 1921. Quelques expériences d’un magistrat résident de Nouvelle-Guinée. Londres : John Lane.

Murray, J.H.P. 1912. Papouasie ou Nouvelle-Guinée britannique. Londres : Fisher Unwin.

Oke, C. 1975. « The native administrations of MacGregor, Murray and Hasluck in Papua/New Guinea : continuity and contrast », University of Wollongong Historical Journal, 1, 7-41.

Sorenson, E.R. 1972. « Socio-ecological change among the Fore of New Guinea », Current Anthropology, 13.

Tudor, J. (ed.) 1969. Handbook of Papua and New Guinea (6edth.) Sydney : Pacific Publications.

À propos de l’auteur
carinapenton

carinapenton

La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest