Livre – Dictionnaire encyclopédique des batailles : De l’antiquité à nos jours

26 juin 2020

Temps de lecture : 4 minutes
Photo : Reconstitution d'une bataille napoléonienne © Pixabay
Abonnement Conflits

Livre – Dictionnaire encyclopédique des batailles : De l’antiquité à nos jours

par

Au moment où la pandémie battait son plein, on se demandait si les divers conflits en cours dans le monde allaient cesser ou au moins se réduire en intensité. Le Secrétaire Général des Nations unies lança même un appel en ce sens en mars, sans être entendu. C’est dire que les combattants de toutes obédiences et servant toutes les causes ne sont guère sensibles aux appels à la trêve de Dieu. Il est donc des plus intéressants de se plonger, de se référer à ce copieux Dictionnaire des Batailles.

Un livre qui recense de nombreuse batailles

Batailles ne veut pas dire campagnes ou guerres, mais affrontement, souvent décisif entre des forces combattantes en un lieu précis et en un temps, souvent bref quelques jours, qui parfois s’étire sur des années, ainsi en fut-il du siège de Leningrad qui a duré huit cent soixante-douze jours, qui a causé entre huit cent mille et un million de victimes, dont six cent trente milles victimes de la famine. C’est la bataille décisive de Clausewitz. Si ce dictionnaire en décrit bon nombre, toutes n’ont pas été décisives, ou même importantes, mais chacune a joué un rôle important au sein d’une opération militaire.

A lire aussi: Poitiers (732) La bataille introuvable

Si on prend l’exemple de Waterloo (18 juin 1815), auquel l’auteur consacre près de deux pages, on y trouvera la description des différentes phases de la bataille, le nombre des victimes, ainsi que le rôle joué par les principaux généraux. Mais aussi, aspect original puisqu’il y a une mention de la musicographie, de la filmographie, de l’iconographie auxquelles cette bataille mythique a vu le jour. Il y a également une citation célèbre tirée des Châtiments de Victor Hugo. Il en est de même d’une autre bataille, celle de Malplaquet – du 11 septembre 1709 – date fatidique, qui a clôturé la guerre de Succession d’Espagne, laquelle a mis fin à une période d’hégémonie française d’un demi-siècle. Toutes les batailles recensées dans ce dictionnaire – un peu plus de trois mille, n’ont pas revêtu la même importance.

Une approche géographique

Certains lieux chargés d’histoire ont vu se dérouler quatre batailles répertoriées par l’auteur, ainsi en fut-il d’Alexandrie : guerre civile de César, deux durant la campagne d’Egypte de Bonaparte, la dernière en juillet 1882, lors de la guerre anglo-égyptienne. Alger en a vu cinq, la dernière la plus connue fut la bataille d’Alger, qui a donné lieu à un film italien, en 1966, un moment censuré en France. Qui sait qu’Anvers a donné lieu à cinq batailles ?

A lire aussi: « A toutes les Gloires de France » : Et s’il fallait écrire une suite à la Galerie des Batailles ?

Mais c’est bien sûr à tout seigneur tout honneur que revient la palme, Paris, avec neuf batailles. Du siège infligé par Clovis en 486 qui s’est heurté à l’opiniâtreté de Sainte Geneviève à la bataille de la libération de Paris du 19 au 25 août 1944. Une autre s’est déroulée sur un lieu nommé Dollar, en Ecosse, en 875.

Approche contemporaine, parfois poétique : un dictionnaire complet 

L’auteur a dû réfléchir longuement pour doser les périodes et accorder à chacune des batailles répertoriées, la longueur adéquate. La période la plus récente n’est nullement négligée, car la bataille de Grozny (décembre 1994 -mars 1995) est traitée en une page. Celle de Khorramchahr, ayant opposé Irak et Iran en 1980 – 1982 est également évoquée. Pour les amateurs de curiosité, certains noms de batailles revêtent des tonalités poétiques, comme celle des Hauteurs de l’ancre, qui eut lieu pendant la bataille de la Somme en octobre-novembre 1916. De même, Penon de Velez de la Gomera, ne manque pas de panache, en 1564.

Au-delà de l’énumération à la Prévert qu’offre ce dictionnaire écrit avec soin, rendant claire ce sujet aride, il convient d’entrer dans ce dictionnaire selon ses besoins, ses centres d’intérêt, au gré de ses recherches. Ayant visité à plusieurs reprises Vyborg, devenu terminal pétrolier, situé au sud de Saint- Petersbourg, j’ai été content de voir qu’une page a été consacrée au lieu où quatre batailles se sont déroulées de Pierre le Grand à Staline. La bataille navale de Tchesmé (5-7 juillet 1770) durant la sixième guerre russo-turque a donné lieu à la construction d’une église au style très original à Saint- Pétersbourg. Autre exemple, ayant vécu à Leipzig, où s’est déroulée une des batailles les plus importantes des Temps modernes, celle des Nations, du 16 au 19 octobre 1813, ayant provoqué quelque quatre-vingt-dix mille victimes, j’ai été heureux de voir mentionnée la bataille de Wachau qui l’a précédée, dans un lieu où j’ai séjourné, c’est dire la précision contenue dans ce dictionnaire. Bien entendu, faute de temps, et surtout de place, l’auteur n’a pas pu tout dire.

A lire aussi: Leipzig (16-19 octobre 1813), la naissance d’une nation

On peut reprendre pour qualifier ce dictionnaire cette phrase d’Eugène Delacroix :  « On le prend et on le quitte : on l’ouvre au hasard, et il n’est pas impossible d’y trouver, dans la lecture de quelques fragments, l’occasion d’une longue et fructueuse méditation » (Journal, 16 janvier 1860, Plon, 1982, p.756).

À propos de l’auteur
Eugène Berg

Eugène Berg

Eugène Berg est diplomate et essayiste. Il a été ambassadeur de France aux îles Fidji et dans le Pacifique et il a occupé de nombreuses représentations diplomatiques.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest