Livre –  Les plus grandes batailles en montagne

25 janvier 2021

Temps de lecture : 3 minutes
Photo : La montagne, élément aussi grandiose que dangereux. (c) Unsplash Mat Reding
Abonnement Conflits

Livre – Les plus grandes batailles en montagne

par

L’importance des montagnes sur le plan militaire a été maintes fois démontrée par les différentes batailles qui y ont eu lieu. De la traversée des Alpes par Hannibal et ses éléphants aux combats acharnés pour les massifs vosgiens lors de la Première Guerre mondiale, Les plus grandes batailles en montagne, de l’Antiquité à nos jours retrace les faits d’armes qui se sont tenus dans les hauteurs de notre monde.

 

 

Le colonel Cyrille Becker, fort de son expérience de commandement et de tacticien dans l’armée française, nous donne l’occasion de redécouvrir trente batailles qui s’inscrivent dans l’histoire des montagnes. L’auteur ne nous livre pas une simple description des faits, mais s’applique à planter le cadre historique autant que naturel, pour proposer une réelle analyse des mouvements de troupes et des idées de ceux qui les commandent. Cela permet de comprendre l’état d’esprit des belligérants ainsi que le rapport entre les armées qui s’opposent. Cet ouvrage permet aussi de démystifier certaines batailles, restées au panthéon des combats grâce à l’héroïsme de certains des acteurs en présence. On glorifie par exemple les 300 spartiates qui, sous les ordres de Léonidas, ont résisté à l’envahisseur perse : le fait qu’ils étaient appuyés d’une coalition d’environ 7 000 hommes venus de tout le monde grec est moins connu. Cette bataille dite des Thermopyles est cependant la démonstration parfaite de l’utilisation des montagnes en guise d’élément tactique afin de triompher. Les Grecs faisaient en effet face à une armée estimée à plus de 200 000 soldats, et ont su user des alentours afin de renverser la situation à leur avantage. La trahison de l’un des leurs, Ephialtès, a néanmoins provoqué leur défaite, mais le courage des Lacédémoniens et de leurs alliés permit au reste du monde grec de s’organiser pour tenter de résister. Autre exemple de ce rétablissement de la vérité historique, l’explication de l’embuscade de Roncevaux permet d’avoir une approche bien plus réaliste de cette histoire souvent exagérée et magnifiée par le poème épique La chanson de Roland.

 

A lire aussi :  Histoire : la bataille de Lépante (1571)

 

Cyrille Becker nous fait voyager à travers les époques et les pays. Entre guerres médiques et puniques, croisades et conflits du XVIIe siècle, campagnes napoléoniennes, et jusqu’à la traque des terroristes d’Al-Qaïda dans les montagnes du Pakistan, Les plus grandes batailles en montagne couvre un large panel de lieux et d’histoire. On y découvre des aspects tactiques propres au combat en altitude. Des croquis et des schémas viennent accompagner la lecture afin que l’on se rende mieux compte de la complexité de ces batailles, ainsi que du génie déployé afin de renverser l’ennemi. L’auteur explique bien la difficulté technique que représentent les chaînes montagneuses. La plupart des belligérants ont cherché à les contourner, en ne s’y aventurant que par obligation ou dans le cadre d’une tactique bien définie, pour surprendre l’adversaire. Le premier problème vient sur le plan logistique : le ravitaillement est plus compliqué qu’en plaine. Ensuite, les armées s’exposent à des embuscades dès qu’elles empruntent des chemins qui peuvent être surplombés. Cette technique de harcèlement est utilisée notamment pour défaire un ennemi plus nombreux, car elle permet de le fatiguer autant moralement que physiquement. Les conditions climatiques ainsi que la rudesse de cet environnement facilitent grandement les pertes humaines et matérielles à cause de catastrophes naturelles (chutes de pierres, avalanches, glace…). L’art de la guerre en montagne nécessite donc une grande expérience, à tel point que les batailles dans ce milieu sont considérées par cet ouvrage comme les plus difficiles de toutes.

De surcroît, l’importance stratégique des montagnes est primordiale pour un état. Elles servent de barrières naturelles, difficilement franchissables, qui ralentissent l’envahisseur. Les traverser est un tour de force, d’où le fait que le passage des Alpes par Hannibal soit encore populaire aujourd’hui. Connaître leur géographie est parfois salvateur et permet de résister face à un ennemi plus puissant. On se souvient notamment du mal qu’on eut les États-Unis à débusquer Ben-Laden, car lui et ses sbires étaient réfugiés dans les montagnes pakistanaises : malgré leur infériorité numérique et technologique conséquente, ils ont réussi à lutter en utilisant leur connaissance du terrain montagneux. Les montagnes ont donc une grande importance géostratégique, développée tout au long de l’ouvrage.

 

Ce livre nous permet donc de mieux appréhender le domaine militaire en altitude, par l’exemple des batailles qui s’y sont déroulées. La richesse et la pluralité des informations que nous donne Cyrille Becker posent son œuvre en un incontournable de la stratégie du combat en montagne. Il permet aussi de découvrir certains aspects méconnus des faits d’armes restés populaires dans la mémoire collective. Un ouvrage, en somme, qui allie culture historique et plaisir de lecture.

 

A découvrir aussi : Podcast. Faire la guerre en montagne. Col. Cyrille Becker

 

À propos de l’auteur
Auguste Lesage

Auguste Lesage

Etudiant en Licence Humanité-Science Politique à l'institut Albert Le Grand, à l'IRCOM, Angers.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest