Pékin déclare la guerre aux manifestations de Hong Kong

15 août 2019

Temps de lecture : 4 minutes
Photo : Manifestant à Hong Kong (c) Sipa AP22363899_000019
Abonnement Conflits

Pékin déclare la guerre aux manifestations de Hong Kong

par

Zhang Xiaoming, directeur du Bureau pour Hong Kong et Macao, a rencontré à Shenzhen 500 délégués, parlementaires et hommes d’affaires pro-Pékin. Les manifestations de Hong Kong sont devenues une « révolution colorée », semblable à celles de la chute de l’URSS. D’où la possibilité d’utiliser l’armée pour rétablir l’ordre et la loi et l’arrestation préventive des étudiants. La situation est extrêmement tendue, Pékin craignant une contagion au reste de la Chine.

Une guerre sur plusieurs fronts, politique, économique, social et informatique, a été lancée depuis Pékin contre les manifestations qui ont lieu à Hong Kong depuis neuf semaines. Commencés par la demande d’annulation de la loi sur l’extradition vers la Chine et soutenus par des jeunes, des militants, des avocats, des entrepreneurs, des gens ordinaires, ils sont devenus un mouvement qui exige également une réforme démocratique du territoire de Hong Kong. Ces dernières semaines, la dureté du gouvernement et du chef de l’exécutif, Carrie Lam, sourde aux exigences de la population, et la réponse de plus en plus dure de la police, ont déclenché de violents affrontements entre forces de police et manifestants, avec leurs arrestations, même si les manifestations sont restées presque totalement non-violentes.

Les exigences des manifestants, qui ont rassemblé jusqu’à deux millions de personnes pour une population de 7.3 millions d’habitants, restent les mêmes : retirer définitivement la loi d’extradition ; ne pas qualifier les affrontements violents d’émeutes ; retirer les accusations portées contre les manifestants arrêtés lors des affrontements et les libérer sans condition ; ouvrir une enquête complète et indépendante sur le recours excessif à la force par la police ; appliquer le suffrage universel lors des élections du territoire.

La grande peur du gouvernement

Le gouvernement chinois, qui est resté silencieux pendant plusieurs semaines, a déclaré le 29 juillet qu’il soutenait pleinement l’exécutif et la police de Hong Kong par l’intermédiaire des porte-parole du Bureau de liaison Chine – Hong Kong – Macao. Une autre conférence de presse s’est tenue le 6 août, au cours de laquelle le soutien à Carrie Lam et à la police a été réaffirmé, limitant l’utilisation possible de l’armée chinoise pour rétablir l’ordre, mais exhortant « le peuple de Hong Kong » à contrer les manifestations qui risquent de mettre l’économie du territoire en crise. Les jours précédents, il y avait eu des affrontements entre des groupes liés aux triades et des manifestants et passants sans défense.

Depuis le 10 août, la stratégie chinoise est plus claire. Zhang Xiaoming, directeur du Bureau de Hong Kong et de Macao, et Wang Zhimin, chef du Bureau de liaison de Hong Kong, ont tenu un séminaire à huis clos à Shenzhen, auquel étaient invités 500 personnalités du monde des affaires, parlementaires de Hong Kong du parlement pro-gouvernemental, délégués du territoire à l’Assemblée populaire nationale (le Parlement de Pékin) et à la Conférence politique consultative populaire chinoise, le noyau politique pro-Chine du territoire.

Les médias n’ont pu assister au séminaire que dans les dix premières minutes. Certaines sources soulignent que Zhang a dit que les protestations à Hong Kong sont devenues très similaires à une révolution de couleur et que nous devons « sauvegarder notre patrie et empêcher Hong Kong de se noyer dans un abîme ». Les révolutions colorées sont celles qui ont éclaté vers 2000 dans les pays de l’ex-URSS. La Chine a une peur énorme que cela se produise chez elle. La peur de finir comme l’URSS s’est emparée de la direction du Parti communiste chinois pendant des années et a produit un contrôle absolu sur les médias, les militants, les ONG et les groupes religieux.

Lire aussi : Xi et le socialisme à visage chinois

Le recours possible à l’armée

Zang a réitéré une fois de plus son soutien au gouvernement et à la police de Hong Kong et a souligné que les délégués présents doivent soutenir Carrie Lam comme seul moyen de rétablir l’ordre. Plus clairement qu’en d’autres occasions, il a déclaré que si la crise échappe au contrôle du gouvernement local, Pékin ne restera pas les bras croisés, lançant la possibilité que l’armée chinoise puisse être déployée pour rétablir l’ordre public. Il a laissé ouverte la possibilité d’une enquête indépendante, comme l’exigent les manifestants, mais a déclaré que ce n’était pas la chose la plus urgente et qu’elle devait être reportée à des périodes plus calmes.

Certains législateurs et délégués de Hong Kong ont immédiatement fait des commentaires positifs sur les propos de Zhang. Parmi eux : Maria Tam, Elsie Leung, Regina Ip, Ip Kwok-him. Ces derniers ont exprimé l’opinion que les jeunes des manifestations sont tous manipulés de l’étranger, à la suite de ce que les médias chinois disent depuis un certain temps.

Lire aussi : La Chine Big Brother : surveiller et punir

À Hong Kong la tension monte

Pendant ce temps, la police de Hong Kong devient de plus en plus intransigeante. Il y a deux jours, cinq policiers en civil ont arrêté Keith Fong Chung-yin, 20 ans, directeur de l’Association des étudiants universitaires baptistes. Dans le district de Sham Shui Po, Fong venait d’acheter 10 stylos qui émettent des rayons laser, souvent utilisés dans les jeux. Les policiers l’ont arrêté sous l’accusation que les stylos étaient utilisés contre eux. Selon la police, pendant les manifestations, les jeunes pointent les rayons laser dans les yeux des policiers, ce qui leur cause de graves dommages à la vue.

En raison de l’arrestation préventive, plus de 1000 personnes, dont beaucoup d’étudiants de Fong, ont manifesté devant le poste de police de Sham Shui Po, jetant des briques et écrivant des slogans sur les murs, tandis que la police utilisait des gaz lacrymogènes pour repousser la foule.Des centaines d’autres étudiants se sont rassemblés au Musée de l’espace de Hong Kong, à Tsim Sha Tsui, pour éclairer au laser le dôme du bâtiment et faire des blagues du genre : « Est-ce que le bâtiment brûle encore ? »

L’enjeu du web

Ces dernières semaines, un groupe nationaliste chinois, applaudi par les médias d’État, a lancé une cyberguerre contre des sites et des personnes liées à des manifestations anti-gouvernementales. Le groupe appelé Diba est célèbre pour ses attaques de trolls (messages provocateurs, dans le but de perturber la communication).

Les profils de certaines personnalités de Hong Kong ont été inondés de critiques et dans les sites les manifestants sont appelés « cafards », « poubelles jeunes », « zombies jaunes » (en référence au casque que portent les jeunes dans les manifestations), « chiens ». Les Hongkongais les appellent « wumao », c’est-à-dire cinq cents (de yuan), c’est ce que gagne la police du web pour critiquer les postes critiques de la Chine.

Diba est devenu très puissant sur Facebook, Weibo et Tieba, atteignant jusqu’à 20 millions de lecteurs. Diba n’est pas lié au Parti communiste, mais ses campagnes sur la politique chinoise et étrangère sont conformes à la position du gouvernement de Pékin.

Source : Asia News. Texte de Paul Wang.

 

 

 

 

Mots-clefs : ,

À propos de l’auteur
Asia News

Asia News

Asia News est le service d'information des PIME, l'Institut pontifical pour les missions étrangères. Les PIME couvrent l'Asie, la Chine et l'Asie du Sud Est. Grâce à leur longue présence historique et à leurs nombreux relais, ils peuvent fournir une information de première main sur la situation de ce continent.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest