Obamagate : une destitution ratée ?

29 mai 2020

Temps de lecture : 10 minutes
Photo : Barack Obama à la Maison-Blanche (c) Unsplash
Abonnement Conflits

Obamagate : une destitution ratée ?

par

Les accusations d’ingérence russe portées contre Donald Trump se sont révélées fausses et volontairement manipulées. Un autre dossier agite le monde américain : celui de l’implication supposée de Barack Obama et de Joe Biden dans la déstabilisation de l’administration Trump. De nombreux documents déclassifiés permettent de mieux comprendre le déroulé des opérations, sans qu’il soit possible, au vu des éléments aujourd’hui certains, de distinguer encore clairement les responsabilités des uns et des autres.

 

Note de Conflits : La question de « l’Obamagate » (ainsi nommée par ses adversaires) secoue l’Amérique à six mois des élections présidentielles. Pour essayer de faire le point sur ces accusations complexes et ces imbroglios juridiques et médiatiques, nous publions un texte de Michael Hickman, docteur en philosophie politique et professeur à la University of Mary qui fait le point sur ce dossier et montre ce qui est certain et ce qui relève du complotisme et de l’imagination.

Nous publions également un entretien avec Lauric Henneton, professeur à l’Université de Versailles-Saint-Quentin. Pour lui,  le dossier de « l’Obamagate » est vide et n’est qu’un élément utilisé par les Républicains pour déstabiliser les Démocrates.

 

Les accusations persistantes de malversations portées par des responsables de l’administration Obama contre la campagne et la présidence de Trump n’ont jamais été traitées sérieusement dans la presse « grand public », malgré les preuves de plus en plus nombreuses.  Cette situation est en partie due au fait que les médias américains sont largement contrôlés par les alliés des démocrates. Elle est également due à la complexité et à l’obscurité des questions sous-jacentes.  Même les Américains éduqués et informés ont du mal à saisir le cadre juridique, les subtilités institutionnelles et la dynamique politique en jeu.

Récemment, cependant, en baptisant l’ensemble de ces méfaits « Obamagate », Donald Trump a porté la question à un niveau personnel, avec pour effet que les enjeux sont si élevés qu’au moins l’accusation de méfaits est entrée dans le débat public. Les opposants au président rejettent généralement l’Obamagate comme une simple « théorie de conspiration », destinée à rallier sa base pour les prochaines élections et peut-être à détourner l’attention de ce qui, selon eux, est une gestion incompétente de la crise COVID-19.  Pourtant, les preuves des méfaits de l’administration Obama, qui s’accélèrent du fait de la déclassification des documents et des nombreuses enquêtes, rendent ces dénégations moins crédibles, voire plus véhémentes. Il en résulte une sorte de fracture dans la politique américaine où les hommes politiques et de nombreux citoyens vivent dans des « réalités politiques » de plus en plus éloignées.

A lire aussi : Donald Trump en a-t-il fini avec les néoconservateurs ?

Cet article tentera d’éclairer le phénomène de l’Obamagate en expliquant le contexte dans lequel il doit être compris, ainsi qu’un bref résumé de ses principales composantes. De nombreuses accusations d’actes répréhensibles qui relèvent d’Obamagate ont un fondement probatoire mais sont contestées ou font l’objet de diverses interprétations. Dans ce qui suit, j’ai tenté de n’inclure que des faits bien établis et des déductions directes, en évitant de nombreuses possibilités réelles qui restent cependant trop spéculatives pour le moment.

De quoi s’agit-il ?

Pour commencer, le suffixe « gate » remonte au scandale qui a entouré le cambriolage du siège du Comité national démocrate dans l’hôtel Watergate en 1972, qui a entraîné la démission et la disparition politique du président Richard Nixon. Aujourd’hui, il est facilement rattaché à la révélation de tout type de méfaits politiques de haut niveau. L’ajout astucieux de « gate » à toute accusation est un outil rhétorique puissant qui donne une aura de conspiration, de scandale et de malversation. Sa force polémique, cependant, a diminué ces derniers temps en raison de son utilisation intensive[1].

 

Le terme « Obamagate » désigne l’ensemble des actions des responsables de l’administration Obama dans le cadre desquelles l’appareil américain de renseignement et d’application de la loi a été utilisé pour destituer ou paralyser le président dûment élu Donald J. Trump. Sans contredire cette caractérisation, il est néanmoins nécessaire de soulever d’emblée certains points afin d’éviter toute simplification excessive.

 

Premièrement, il est important de réaliser qu’il n’y a pas d’identification absolue entre les individus impliqués dans l’Obamagate et le Parti Démocrate. Une alliance d’un acteur particulier avec l’administration Obama pourrait simplement découler de l’existence d’un ennemi commun partagé : l’outsider politique Donald Trump. Par exemple, au centre de nombreuses actions d’Obamagate se trouve le républicain de longue date Jim Comey, directeur du FBI jusqu’en mai 2017.  De tels cas ne devraient cependant pas être surprenants, étant donné l’animosité parfois hystérique envers Trump de la part de nombreux républicains « de l’establishment » qui avaient comme devise « jamais de Trump ». Donald Trump entretient ainsi de très mauvais rapports avec les anciens présidents Bush, rapports qui sont parfois plus mauvais qu’avec des figures démocrates[2].

 

Deuxièmement, il faut garder à l’esprit que la corruption signifiée par le terme « Obamagate » implique une série d’incidents plus ou moins interconnectés qui n’ont parfois pour seul but que d’endommager ou de supprimer Trump.  Même si l’on peut dire qu’ils englobent un seul objectif, il serait trompeur de penser qu’ils se déroulent selon une logique juridique ou institutionnelle stricte.  Au contraire, Obamagate a évolué et a répondu à la progression des événements et a été réalisé avec différents niveaux de coordination par de multiples acteurs au sein de diverses institutions. Cette coopération quelque peu ad hoc des acteurs et des institutions est la réalité désignée par les termes « l’État profond » et « le marais ».

Enfin, le terme Obamagate peut être quelque peu inapproprié étant donné que l’implication personnelle du président Obama lui-même dans les méfaits reste floue. Bien sûr, il est toujours possible que des preuves fassent surface montrant que l’ancien président a lui-même ordonné des activités illégales ou abusives. Pour l’instant, cependant, les preuves indiquent qu’il est probable qu’Obama était au courant de certaines activités illégales ou abusives menées sous son administration. Le chef du département de la justice, William Barr, a récemment déclaré que, sur la base des informations actuelles, il ne « s’attendait » pas à ce qu’une enquête criminelle soit menée sur Obama lui-même. Dans le même temps, il a toutefois souligné que « tout abus de pouvoir – aussi scandaleux soit-il – n’est pas nécessairement un crime fédéral », laissant peut-être entendre que la porte reste ouverte à la révélation de tels « abus » scandaleux[3].

En gardant à l’esprit qu’il n’est pas possible de rendre compte ici de toute la complexité et des multiples arguments avancés à propos des événements constituant l’Obamagate, nous allons esquisser les accusations de manière chronologique, selon trois époques différentes.

Avant l’élection de 2016

De plus amples informations sur cette période trouble devraient émerger avec une enquête du ministère de la Justice menée par le procureur américain John Durham pour déterminer si l’enquête de contre-espionnage de 2016 sur le président Donald Trump et sa campagne était « légale et appropriée ». Une base probante pour l’enquête n’a jamais été établie et semble donc avoir des motivations politiques. De plus, les acteurs de l’administration Obama ont utilisé des tactiques malhonnêtes et abusives pour justifier la surveillance de la campagne de Trump[4]. Il est important de noter qu’il y a une continuité directe entre cette enquête initiale et la théorie désormais démystifiée qui a dominé la politique américaine pendant près de deux ans et selon laquelle Donald Trump a « conspiré » avec les Russes pour gagner la présidence.

 

Ce qui a été établi, c’est qu’en avril 2016, un cabinet d’avocats travaillant pour le compte de la campagne Clinton et payé par le parti démocrate, a engagé une société de renseignement nommée Fusion GPS pour enquêter sur d’éventuelles connexions entre Trump et la Russie. Fusion GPS a ensuite engagé l’ancien espion britannique Christopher Steele qui a compilé un dossier tristement célèbre qui a mis au jour des théories de conspiration désormais discréditées contre deux membres de la campagne Trump. On soupçonne maintenant que Steele lui-même a été victime de la désinformation russe. La corruption impliquée dans cet épisode est qu’un dossier imparfait et politiquement motivé a ensuite été utilisé comme « preuve » pour obtenir une série de mandats spéciaux permettant aux responsables de l’administration Obama de surveiller au moins deux membres de la campagne Trump[5].

 

Il est difficile de surestimer la nature problématique dans la politique américaine d’une enquête sur une campagne politique par l’administration du parti adverse. Cela est d’autant plus préoccupant qu’aucune preuve de méfait de la part de Trump lui-même n’a jamais été découverte. La question est de savoir pourquoi, si l’on craignait que des membres de son personnel soupçonnent une ingérence russe, Trump n’aurait pas été averti par le FBI ?

 

Enfin, il existe des preuves de l’animosité politique du FBI à l’égard de M. Trump pendant la campagne électorale et au-delà.  Par exemple, des textes anti-Trump ont été découverts par un enquêteur de l’ingérence étrangère. Ce fonctionnaire, Peter Strzok, qui participera plus tard à l’enquête Mueller sur la collusion russe présumée, a été licencié lorsque les textes ont été découverts. Dans ces textes, il faisait remarquer à une collègue que « Trump est un putain d’idiot », la rassurant sur le fait que Trump ne gagnerait pas l’élection, en disant « Non, il ne gagnera pas. Nous allons l’arrêter[6] ».  Le Bureau de la responsabilité professionnelle du DOJ l’a ensuite réprimandé, déclarant que « vos SMS excessifs, répétés et politiquement chargés, alors que vous étiez l’agent responsable des deux enquêtes les plus importantes et les plus politiquement sensibles du FBI depuis des décennies, ont démontré un manque flagrant de professionnalisme et un jugement exceptionnellement mauvais[7] ».

La période de transition

Bien qu’aucune preuve de méfait n’ait été trouvée contre Donald Trump ou son personnel pendant la campagne présidentielle, l’administration Obama a continué à enquêter et à surveiller le nouveau gouvernement. Cela a conduit un commentateur à caractériser Obamagate comme « l’interférence intentionnelle avec la transition pacifique du pouvoir[8] ». La question centrale de cette période concerne le général Michael Flynn, pour lequel Obama avait une aversion bien connue et qui avait déjà été licencié de son poste de chef de l’Agence de renseignement de la défense en 2014 pour « insubordination » présumée.  Flynn avait été désigné comme le nouveau conseiller à la sécurité nationale du Trump.

 

En décembre 2016, les agents du FBI avaient conclu que Flynn et les autres responsables de la campagne de Trump n’avaient été impliqués dans aucune collusion pendant la campagne et avaient décidé de clore l’affaire.  Cependant, un appel téléphonique entre Flynn et l’ambassadeur russe Kislyak a servi de prétexte aux agents du FBI pour « interroger » Flynn, bien qu’aucune preuve d’irrégularité dans le contact n’ait été établie. Sur la base de la conversation avec Kislyak, Flynn a été invité à la Maison-Blanche pour parler à des agents sans que les protocoles habituels ne l’avertissent qu’il était surveillé pour des activités illégales ou inappropriées[9]. Le directeur du FBI Comey s’est ensuite vanté dans un talk-show télévisé à ce sujet d’avoir profité de la désorganisation de l’administration transitoire de Trump.

 

Quatre pages de notes et de courriels du FBI récemment publiés suggèrent que l’équipe de Comey a délibéré pour obtenir de fausses déclarations de Flynn, qui pourraient être utilisées pour lui nuire. Un agent a écrit : « Quel est notre objectif ? Vérité/admission ou l’amener à mentir, afin que nous puissions le poursuivre ou le faire virer[10] ? » Interrogé sur ses conversations avec Kislyak, Flynn a en effet fait une déclaration fausse ou « incohérente » aux agents du FBI et a ensuite plaidé coupable de cette accusation. On a toutefois découvert par la suite que les agents n’ont jamais cru qu’il avait l’intention de les tromper et qu’ils avaient menacé de poursuivre son fils[11].

A lire aussi : Donald Trump se moque d’être isolé puisqu’il est le plus fort

Les contacts de Kislyak concernaient principalement les tensions possibles liées à la récente imposition de sanctions par la Maison-Blanche d’Obama à la Russie, que Flynn voulait dissiper. À la lumière des récentes révélations, le ministère de la justice a conclu que les conversations de l’ambassadeur étaient en fait appropriées, étant donné le nouveau rôle de Flynn en tant que nouveau conseiller à la sécurité nationale et le fait qu’aucune contrepartie n’avait été apportée.  Pour cette raison, mais surtout en raison des irrégularités entourant l’origine et l’exécution de l’entretien, le procureur général a maintenant demandé l’abandon des charges[12].

 

Bien que l’on sache qu’Obama n’a pas aimé Flynn et qu’il s’est méfié de lui, il n’est toujours pas clair si l’ancien président a ordonné l’interview de Flynn. Une nouvelle enquête « après action » sur cet épisode par le FBI pourrait en révéler davantage. Il a cependant été établi qu’en janvier 2017, une réunion a eu lieu dans le Bureau ovale pour discuter des conclusions de l’enquête sur Flynn. Le président Obama, la vice-procureure générale Sally Yates, le directeur du FBI James Comey et le vice-président Joe Biden ont assisté à cette réunion[13].

 

Il est intéressant de noter que M. Obama a critiqué avec véhémence l’abandon des charges retenues contre M. Flynn, déclarant que l’absence de poursuites pour « parjure » équivalait à l’effondrement de l’ordre public. Une réponse du comité de rédaction du Wall Street Journal souligne toutefois que le crime de parjure inclut le fait de mentir sous serment dans une procédure judiciaire officielle.  Ironiquement, c’est précisément l’absence d’une telle procédure qui a été utilisée pour tromper Flynn sur l’intention des agents qui l’interrogeaient.

L’enquête de Mueller et le blanchiment de Trump

Bien que les enquêtes de contre-espionnage du FBI n’aient pas permis de découvrir des preuves de méfaits de l’administration Trump pendant la campagne ou les périodes de transition, le procureur général adjoint a nommé le conseiller spécial Robert Mueller pour continuer à enquêter sur les « liens et/ou la coordination » entre le gouvernement russe et les personnes associées à la campagne Trump. L’enquête Mueller devait durer de mai 2017 à mars 2019, employer 18 avocats (dont 13 étaient des démocrates enregistrés) et coûter 32 millions de dollars aux contribuables. Pendant ce temps, les opposants à la campagne Trump au sein du gouvernement et des médias annonçaient chaque jour une preuve corporelle claire et croissante qui allait finalement révéler sa « collusion russe » et conduire à sa chute. Cependant, après avoir divisé le pays pendant près de deux ans, Mueller a conclu que son « enquête n’a pas établi que les membres de la campagne Trump ont conspiré ou coordonné avec le gouvernement russe dans ses activités d’ingérence électorale »[14].

 

Bien qu’Obama lui-même ait quitté ses fonctions avant le début de l’enquête Mueller, nous avons vu que ses origines remontent à l’enquête de son administration sur la campagne Trump. De plus, de nombreuses personnes impliquées ont continué à travailler dans les institutions gouvernementales dont elles étaient séparées.

Ce qui est finalement reproché dans le dossier de l’Obamagate, c’est que depuis trois ans des institutions du renseignement et de la justice se soient détournées de leur rôle initial pour déstabiliser une administration légitimement élue. Si le rapport Mueller a dédouané Trump de l’ingérence russe, de nombreux fonctionnaires ont malgré tout œuvré contre lui.

L’un des principes les plus fondamentaux de la tradition américaine de liberté politique est l’idée que le gouvernement ne peut pas s’immiscer dans la vie des citoyens sans justification.  Elle est inscrite dans le 4e amendement de la Constitution, qui protège contre les « perquisitions et saisies abusives » et exige un « motif raisonnable » pour que les forces de l’ordre puissent obtenir des mandats. Ces protections ne peuvent fonctionner que tant que le processus reste exempt de tout préjugé politique.  Sur le plan des principes politiques, l’Obamagate est donc un mélange de ce qui devrait rester séparé dans les régimes démocratiques modernes : les dimensions policières et politiques de l’État.

Notes

[1] En France aussi ce suffixe a été utilisé puisqu’on a parlé de « Fillongate » dans une sorte de mimétisme avec la vie politique américaine. [NDLR]

[2] Baker, Peter. “Without Saying ‘Trump,’ Bush and Obama Deliver Implicit Rebukes.” The New York Times, October 19, 2017. https://www.nytimes.com/2017/10/19/us/politics/george-bush-trump.html

[3] Wise, Alana. “Barr Doesn’t Expect Russia Probe To Lead To Criminal Investigation Of Obama Or Biden.” NPR. May 18, 2020. https://www.npr.org/2020/05/18/858047249/barr-doesnt-expect-russia-probe-to-lead-to-criminal-investigation-of-obama-biden

 

[4] Harsanyi, David. “The Obama’s Administration’s FISA Abuse Is a Massive Scandal.” The National Review. December 12, 2019. https://www.nationalreview.com/2019/12/the-obamas-administrations-fisa-abuse-is-a-massive-scandal/

 

[5] Strassel, Kimberley. “The FBI’s Fusion Fiasco” The Wall Street Journal. December 12, 2019. https://www.wsj.com/articles/the-fbis-fusion-fiasco-11576195213

[6] Evans, Zachary. “DOJ Slams Former FBI Agent Strzok, Accuses Him of Committing ‘Security Violations’.”  The National Review. https://www.nationalreview.com/news/doj-slams-former-fbi-agent-strzok-accuses-him-of-committing-security-violations/

 

[7] This document was produced as an exhibit as a part of the Strzok v. Barr lawsuit and can be found here: https://www.scribd.com/document/435752237/Strzok-v-Barr-DOJ-DE-30-5

 

[8] Hewitt, Hugh. “‘Obamagate’ is here to stay.” The Washington Post. May 18, 2020.  https://www.washingtonpost.com/opinions/2020/05/18/obamagate-is-all-about-your-definition-freedom/

 

[9] WSJ Editorial Board. “The Vindication of Michael Flynn.” The Wall Street Journal. May 7th, 2020. https://www.wsj.com/articles/the-vindication-of-michael-flynn-11588893542

 

[10] Ewing, Philip. “Michael Flynn Pleaded Guilty. Why Is The Justice Department Dropping The Charges?” NPR. May 8, 2020. https://www.npr.org/2020/05/08/852582068/mike-flynn-pleaded-guilty-why-is-the-justice-department-dropping-the-charges

 

[11] Beavers, Olivia. “House Intel report: McCabe said agents who interviewed Flynn ‘didn’t think he was lying’.” The Hill. May 4, 2018. https://thehill.com/policy/national-security/386323-house-intel-report-comey-mccabe-testified-that-the-two-agents-who

 

[12] The motion for dismissal by The Department of Justice can be found here: https://www.courtlistener.com/recap/gov.uscourts.dcd.191592/gov.uscourts.dcd.191592.198.0_6.pdf?mod=article_inline

[13] Schor, Elana. “Obama worried about sharing Russia info with incoming Trump officials.” Politico. February 12, 2018. https://www.politico.com/story/2018/02/12/obama-russia-trump-transition-405823

 

[14] Thomsen, Jacqueline. “Mueller: Russia sought to help Trump win but did not collude with campaign.” The Hill. April 18, 2019. https://thehill.com/policy/national-security/439544-mueller-russia-sought-to-help-trump-win-2016-election-but-did-not

Mots-clefs :

À propos de l’auteur
Michael Hickman

Michael Hickman

Docteur en philosophie politique. Professeur à l'University of Mary (Dakota du Nord).
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest