<i class='fa fa-lock' aria-hidden='true'></i> Poutine tient l’Europe par le gaz

21 février 2022

Temps de lecture : 4 minutes
Photo : Russian President Vladimir Putin, right, and Belarusian President Alexander Lukashenko watch military drills via videoconference in Moscow, Russia, Saturday, Feb. 19, 2022. Alexei Nikolsky, Sputnik, Kremlin Pool Photo via AP)/XAZ116/22050404085135/POOL PHOTO/2202191225
Abonnement Conflits

Poutine tient l’Europe par le gaz

par

L’annonce d’un sommet entre Joe Biden et Vladimir Poutine est une début de désescalade sur le dossier ukrainien. Mais l’Europe reste extrêmement dépendante du gaz russe et ne dispose pas encore de moyens alternatifs pour s’en passer. Le continent est donc dans une position de fragilité par rapport à la Russie.

Un article de Tom Holland pour Gavekal. Traduction de Conflits.

Les informations de lundi matin selon lesquelles Joe Biden et Vladimir Poutine ont donné leur accord de principe pour s’asseoir ensemble lors d’un sommet sur l’Ukraine organisé sous l’égide de la France sont encourageantes. Néanmoins, la nouvelle selon laquelle les autorités des régions ukrainiennes séparatistes de Donetsk et de Louhansk évacuent des civils vers la Russie est troublante. Selon les observateurs, cette évolution rappelle étrangement les événements qui ont précédé la guerre de 2008 entre la Russie et la Géorgie, et vise probablement à donner à Moscou un prétexte pour intervenir sous couvert de sauver les populations locales d’un « génocide ».

D’un autre côté, il peut s’agir d’un bluff cynique visant à renforcer la position de Poutine dans les négociations. Quoi qu’il en soit, les évacuations font monter les enchères. Si une désescalade négociée reste l’issue la plus probable, les investisseurs doivent néanmoins tenir compte de l’impact macroéconomique et financier possible, en particulier sur l’Europe occidentale, si le ballon devait vraiment exploser en Ukraine, conduisant les États-Unis et l’Europe à imposer des sanctions économiques à la Russie, déclenchant ainsi des contre-mesures russes.

Quelles sanctions commerciales ?

Dans un premier temps, les sanctions occidentales viseront les liens commerciaux et financiers non énergétiques avec la Russie. Comme l’a souligné Dan Wang la semaine dernière, les sanctions américaines sont susceptibles d’interdire l’exportation vers la Russie de biens contenant de la propriété intellectuelle américaine, y compris les exportations en provenance de pays tiers. Dans le même temps, les sanctions financières viseront à rompre les liens entre les institutions financières russes et leurs homologues internationaux.

A lire aussi : Poutine, le gaz et l’Europe

Il y a dix ans, de telles mesures auraient fait très mal à l’Europe occidentale. Au cours des années 2002 à 2012, la Russie a représenté 14 % de la croissance des exportations de la zone euro, juste derrière la Chine. Dans le même temps, les transactions financières de l’Europe occidentale avec la Russie ont connu une croissance rapide. Selon la Banque des règlements internationaux, l’exposition des banques de la zone euro aux résidents russes est passée de 24,5 milliards de dollars US au début de 2005 à 140,6 milliards de dollars US à la mi-2013, bien qu’elle ait subi un coup dur lors de la crise financière de 2008.

Depuis 2014, cependant, les liens commerciaux et financiers non énergétiques de l’Europe occidentale avec la Russie ont régressé. Cela n’était que partiellement dû aux sanctions imposées à la Russie en réponse à la crise ukrainienne de 2014-15. Plus importante a été la chute des prix mondiaux de l’énergie en 2014, qui a entraîné un effondrement des revenus en devises fortes de Moscou et une dépréciation du rouble qui a stimulé un programme de substitution des importations dirigé par le gouvernement en Russie.

En conséquence, les exportations de la zone euro vers la Russie sont passées de 6 % du total des exportations en 2013 à 3 % en 2016, où elles sont restées depuis. Aujourd’hui, les exportations vers la Russie ne représentent que 0,6 % du PIB de la zone euro. Naturellement, cette exposition est inégale. Les pays baltes et la Finlande sont les plus exposés, les exportations vers la Russie représentant 7,8 % du PIB lituanien. Parmi les grandes économies de la zone euro, l’Allemagne est plus exposée que la France ou l’Italie, même si, à 0,7 % du PIB, les exportations allemandes vers la Russie sont relativement faibles.

L’Europe dépend du gaz russe

De même, les liens financiers de la zone euro avec la Russie ont presque diminué de moitié depuis 2013, pour tomber à 75 milliards de dollars US fin 2021, soit environ 0,5 % du PIB de la zone euro. Là encore, cette exposition est inégale, concentrée principalement entre les banques françaises, italiennes et autrichiennes. Par rapport à son économie, le système financier autrichien est le plus à risque, avec une exposition aux résidents russes égale à 3,5 % du PIB.

Ainsi, bien qu’il puisse y avoir une douleur localisée significative, l’effet sur les économies d’Europe occidentale des sanctions commerciales et financières non énergétiques contre la Russie sera faible. Le problème est que si les pays occidentaux imposent des sanctions commerciales et financières non énergétiques à la Russie, cette dernière pourrait riposter en réduisant davantage ses exportations d’énergie, en particulier ses exportations de gaz naturel par gazoduc vers l’Europe, qui représentent 9 % du mix énergétique primaire de l’Union européenne.

Les responsables de l’UE tentent de garder la tête froide face à cette menace. « Même en cas d’interruption totale de l’approvisionnement en gaz de la Russie, nous sommes protégés pour cet hiver », a affirmé la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, ce week-end. « Nous serions en mesure de remplacer le gaz russe par des livraisons de GNL ».

A lire aussi : La guerre du gaz en Méditerranée

Ces propos sont courageux, mais ils résistent mal à l’examen. Oui, l’Europe occidentale dispose d’environ six semaines de consommation de gaz naturel dans ses réserves épuisées. En théorie, c’est suffisant pour permettre à la région de tenir jusqu’au printemps. Mais si la Russie interrompt toutes ses livraisons de gaz en réponse aux sanctions, l’Europe sera confrontée à des pannes d’électricité, la pénurie de carburant obligeant les gouvernements à imposer le rationnement de l’électricité.

Tenter d’augmenter les importations de GNL ne servira à rien. Le marché mondial du GNL est déjà tendu. Les grands producteurs, dont le Qatar et les États-Unis, ont une capacité limitée pour exporter davantage. Et si certains acheteurs contractuels, comme le Japon, se disent prêts à détourner des cargaisons de GNL vers des acheteurs européens, l’Europe occidentale n’a guère la capacité d’en importer davantage. Les capacités disponibles dans les terminaux GNL européens sont concentrées en Espagne et, dans une moindre mesure, au Royaume-Uni et en France, où les liens avec l’infrastructure européenne du gaz naturel sont limités.

L’objection habituelle est que Poutine ne coupera pas le gaz, car il a besoin des revenus. Mais les 640 milliards de dollars de réserves étrangères, contre 350 milliards en 2015, lui donnent un coussin appréciable. Et de toute façon, la Russie a démontré en 2014-15 sa capacité à absorber des difficultés économiques sans déclencher de bouleversements politiques intérieurs. À court terme, la Russie a donc beaucoup moins besoin de ses recettes d’exportation d’énergie que l’Europe occidentale n’a besoin de ses exportations d’énergie. Dans le jeu du poulet économique sur les sanctions, Poutine tient l’Europe occidentale par le bout du nez.

A lire aussi : Nouveau numéro : le Nucléaire

Mots-clefs : , , , ,

À propos de l’auteur
Gavekal

Gavekal

Gavekal est une entreprise qui propose des analyses économiques et financières sur l'Asie, la monnaie et les marchés financiers.
La Lettre Conflits
3 fois par semaine

La newsletter de Conflits

Voir aussi

Pin It on Pinterest